Christian Gavillet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christian Gavillet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (63 ans)
VeveyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Conservatoire de Lausanne
Peter Cornelius Conservatory (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Instrument
Maîtres

Christian Gavillet, né le 22 janvier 1960 à Vevey, est un musicien vaudois, compositeur, chef d'orchestre, artiste lyrique et enseignant de musique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christian Gavillet naît le à Vevey, dans le canton de Vaud[1].

Il étudie successivement dès l'âge de 7 ans le piano, la flûte à bec puis la clarinette, avant d'apprendre à 15 ans le saxophone et la trompette en autodidacte. Il étudie également le chant au Conservatoire de Lausanne – il est baryton-bassepuis au Peter Cornelius Conservatory (en) de Mayence (Allemagne)[réf. nécessaire]. Il suit aussi plusieurs classes de maître, notamment en 1995 avec Régine Crespin[1].

Diplômé d'un master en sciences de l'éducation[réf. nécessaire], il est formateur à la Haute École pédagogique du canton de Vaud de Lausanne et enseigne le chant et la musique dans diverses écoles de Suisse[1].

Parcours artistique[modifier | modifier le code]

Il fonde et dirige le Big Band de Lausanne de 1981[2] à 1991[réf. nécessaire] et l'Ensemble de Jazz de Suisse romande depuis sa création en 1989[3]. Il co-dirige avec Jérôme Thomas[4] le Big Band de Suisse Romande[5],.

Il a enregistré et donné des concerts avec de nombreux musiciens de renommée internationale, parmi lesquels Quincy Jones, Miles Davis[6], Toots Thielemans pour lequel il écrit un concerto pour harmonica[7],[8], Lee Konitz, George Duke[9] et Johnny Griffin[6].

Il a écrit pour des formations de jazz comme le Big Band de Lausanne ou un quatuor de saxophone: AL4AS[4],[5]. Il écrit également pour de grands orchestres classiques comme l'Orchestre de chambre de Lausanne[1]. Il a également travaillé pour le quatuor de Fribourg et le Collège des Cuivres de Suisse Romande[1] et composé un oratorio sur des textes d'Étienne Klein[réf. nécessaire].

Il écrit aussi pour le théâtre, notamment pour celui de Kléber-Meleau, pour la danse, la chanson, les artistes locaux que sont Yvette Théraulaz, Pascal Auberson, Valérie Lou et Florence Chitacumbi[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

? : Prix des meilleurs examens de chant de la ville de Lausanne[1]

? : Bourse de la Fédération culturelle Migros à deux reprises[1]

1991 : finaliste du concours de Lieder des conservatoires d’Allemagne[1]

1994 : Prix jeunes créateurs de la Fondation vaudoise pour la promotion et la création artistiques[6]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Le secret de la poule, Musicora, 1988[10],[11],[2]
  • Schubert, Winterreise, 2003[12]

Spectacles, compositions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i « Gavillet, Christian », sur la base de données des personnalités vaudoises sur la plateforme « Patrinum » de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne.
  2. a et b Isabelle Fabrycy, « Homme-orchestre de génie », Le Matin,‎ (lire en ligne)
  3. Christian Jacot-Descombes, « Un orchestre de jazz romand est né », Gazette de Lausanne,‎ , p. 18 (lire en ligne)
  4. a et b « Radio Swiss Jazz - Base de données musicale - Musicien », sur www.radioswissjazz.ch (consulté le )
  5. a et b (en) « Radio Swiss Jazz - Music database - Title », sur www.radioswissjazz.ch (consulté le )
  6. a b et c « Fondation vaudoise pour la culture », sur www.fvpc.ch (consulté le )
  7. Aimé Corbaz, « En hommage à Toots », Le Matin,‎ , p. 31 (lire en ligne)
  8. Christian Jacot-Descombes, « Concert-vernissage du Big Band de Lausanne », Journal de Genève et Gazette de Lausanne,‎ , p. 29 (lire en ligne)
  9. TB, « Rencontre avec l'arrangeur d'un spectacle affichant presque complet », Le Quotidien jurassien,‎ (lire en ligne)
  10. A.D., « Le secret de la poule », L'Hebdo,‎ , p. 77 (lire en ligne)
  11. Alexandre Barrelet, « Poète festif, Christian Gavillet dirige son premier opus monumental », 24 heures,‎ , p. 53 (lire en ligne)
  12. Matthieu Chenal, « Les charmes secrets de la mélodie », 24 heures,‎ , p. 18 (lire en ligne)
  13. Alexandre Barrelet, « Entre jazz et classique, l'hommage de Christian Gavillet à Michel Simon », 24 heures,‎ , p. 48 (lire en ligne)
  14. Bernard Sansonnens, « Christian Gavillet monte pour Euphonia une légende musicale », La Liberté,‎ , p. 17 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]