Christian Garcin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christian Garcin
Description de cette image, également commentée ci-après

Christian Garcin en dédicace à la Comédie du Livre de Montpellier en 2011

Naissance (55 ans)
Marseille, France
Activité principale
Distinctions
Prix du Rotary international 2000
Prix Symboles de France2006
Prix Roger-Caillois 2012
Prix Roland-de-Jouvenel de l'Académie Française 2012
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Christian Garcin (né le 8 novembre 1959 à Marseille) est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christian Garcin vit non loin de Marseille, où il est né en 1959. En 1992 il envoie son premier manuscrit, Vidas, un recueil de fictions biographiques, à J.-B. Pontalis chez Gallimard, qui le publie aussitôt dans sa collection « L'un et l'autre ».

Par la suite il publie des nouvelles, des poèmes, des essais, mais c'est avec son premier roman Le Vol du pigeon voyageur, paru en 2000, qu'il accède à un plus large public.

Son œuvre, ample et protéiforme, est constituée de romans (dont Selon Vincent, Des femmes disparaissent, ou La Piste mongole), de recueils de nouvelles (dont La neige gelée ne permettait que de tout petits pas), de poèmes (Les Cigarettes, Pierrier), d'essais sur la peinture et la littérature (Piero ou l'Equilibre, L'Autre Monde), de livres pour la jeunesse (dont Aux bords du lac Baïkal), de carnets de voyage (dont Du Baïkal au Gobi et Carnet japonais) et de quelques autres livres, inclassables (lexiques, fictions biographiques, évocations littéraires ou picturales). Il a aussi publié un livre de photos, Le Minimum visible, aux éditions Le Bec en l'air.

Offrant plusieurs niveaux de lecture, ses livres proposent des voyages intérieurs, sur fond parfois de déambulations géographiques, durant lesquels des êtres en rupture tentent de reconstruire leur personnalité. Au fil des années, certains de ses textes de fiction se nourrissent des voyages qu'il effectue, tout en développant parfois une veine à la lisière du fantastique, ainsi qu'en témoignent par exemple les romans La Jubilation des hasards (2005), ou La Piste mongole (2009). Dans le même temps se constitue une sorte de réseau cartographique et narratif dans lequel chacun de ses livres se trouve souterrainement relié aux autres, dessinant ainsi une structure en archipel.

Ses romans sont traduits en italien, catalan, portugais, allemand et russe.

Il reçoit en 2012 le Prix Roland-de-Jouvenel de l'Académie Française pour son roman Des femmes disparaissent et le Prix Roger-Caillois pour l'ensemble de son œuvre, à l'occasion de la parution de son essai Borges, de loin.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Prix du Rotary International
Prix Roland-de-Jouvenel de l'Académie Française - Prix des lycéens d'Île-de-France

Nouvelles et récits[modifier | modifier le code]

Textes très brefs[modifier | modifier le code]

  • Une odeur de jasmin et de sexe mêlés, éditions Flohic, 2000 (épuisé)
  • A Budapest, éd. Circa 1924, 2007
  • L'art de la natation subaquatique, éditions Marguerite Waknine, 2008 (épuisé)
  • Quand j'étais écrivain (en collaboration avec Pierre Autin-Grenier), éditions Finitude, novembre 2011
  • Circé ou Une agonie d'insecte, éd. Cadex, 2010
  • L'étrange sérénité des fonds marins, éd. Circa 1924, 2014

Carnets de voyages[modifier | modifier le code]

Littérature jeunesse[modifier | modifier le code]

Poèmes[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Prix Symboles de France
Prix Roger-Caillois

Photos[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Traduction[modifier | modifier le code]

Ouvrages collectifs, catalogues, etc.[modifier | modifier le code]

  • « Henri Thomas ou la discrétion salutaire », in Les Cahiers Henri Thomas, éditions Le Temps qu'il fait, mai 1998
  • « L'Assassin », in Cahiers intempestifs n°14, éditions des Cahiers intempestifs, 2002
  • « Les cycles de Bergounioux » in Compagnies de Pierre Bergounioux, n° spécial de Théodore Balmoral, hiver 2003
  • « Clébards alpestres », in « Robert Doisneau », numéro spécial Télérama, 2004
  • « La chevalier à la pie », exposition « De la Lorraine », FRAC Lorraine, 2004
  • « Ulysse et l'épaisseur du monde », in Cahiers intempestifs n°17, éditions des Cahiers intempestifs, 2004
  • « Disparaître », in Ecrire, pourquoi?, éd. Argol 2005
  • « Très affairés les os », exposition Philippe Favier, galerie « Confluences », Lyon, 2005
  • « L'œil obstiné », in « Cézanne », n° spécial Télérama, juin 2006
  • « La grotte et la passerelle », in collectif Fondation Abbé Pierre, juin 2006
  • « Les calamars », in Face(s), sur des photographies d'Olivier Roller, éd. Argol, 2007
  • « La violence à bras-le-corps », in Le Chénier 2007, catalogue complet de l'œuvre, éd. Autres temps, 2008
  • « L'offrande païenne », préface au catalogue de l'exposition Serge Plagnol, éd. Aréa, 2008
  • « L'infini dans le creux de la main », préface au catalogue de l'exposition Philippe Favier, galerie Delaporte, Casablanca, 2010
  • « Les mouettes du Lutétia », in Sillages, éd. Cadex, juin 2010
  • « Sebald, coïncidences en miroir », in Face à Sebald, éd. Inculte, 2011
  • « L'intranquillité heureuse », lettre à Nicolas Bouvier, in L'Almanach des voyageurs, éd. Magellan, 2012
  • « Dans la gueule de cette neige », in EntreOuvert, catalogue de l'exposition Gisèle Bonin, Musée des Beaux-Arts, Angers, 2013
  • « Kleptomanes, vampires et goujats », in Devenirs du roman vol.2, éditions Inculte, 2014
  • « Josette m'aimaient bien », in Marseille Noir, éditions Asphalte, 2014
  • « L'éclat mat des voix », in Marseille(s), sur des photos de Yusuf Sevinçli, éd. Le Bec en l'air 2014

Documentation[modifier | modifier le code]

On peut trouver textes et entretiens dans les revues (papier ou numériques) Théodore Balmoral, Europe, Secousse, Décapage, Hippocampe, Espace(s), Les Lettres et les Arts, remue.net, etc.

Le mensuel littéraire Le Matricule des Anges lui a consacré son dossier en janvier 2005 (numéro 60).

La revue La Femelle du requin lui a également consacré un dossier et un entretien en mars 2014 (numéro 41)

Liens externes[modifier | modifier le code]