Christian Dufour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dufour.
Christian Dufour
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Nationalité
Activités

Avocat et politologue, Christian Dufour est l'auteur de livres et textes sur le fédéralisme et les questions identitaires, dont "Le Défi québécois" en 1989. Il fut le premier à écrire sur Céline Dion comme point de référence identitaire québécois.

Il a été chercheur et professeur à l'École nationale d'administration publique (ENAP) à Montréal de 1994 à 2014, après une carrière au sein de la fonction publique québécoise.

Chroniqueur au Journal de Montréal de 2010 à 2015, Christian Dufour collabore occasionnellement au quotidien "La Presse". Il commente également l'actualité à la radio ("Isabelle le matin", 98,5 FM; "Médium Large", Ici Première; "Maurais Live", CHOIX Québec). À la télévision, il est l'un des panélistes politiques à l'émission "Patrice Roy en direct" sur les ondes de RDI (Radio-Canada).

Carrière[modifier | modifier le code]

Avant d'entamer en 1988 une carrière de chercheur à l'Institut de recherche en politiques publiques (IRPP) et de professeur à l'École nationale d'administration publique (ENAP), Christian Dufour a travaillé pendant plusieurs années au sein de l'administration publique québécoise, tout d'abord comme assistant du Protecteur du Citoyen, ensuite au Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes où il a exercé les fonctions de directeur de la planification et de la recherche.

Ses recherches ont porté sur le fédéralisme canadien, la réforme des institutions de même que le rôle de l'État en matière identitaire. Sympathique au nationalisme québécois, il a publié plusieurs ouvrages et dirigé la Revue canadienne de science politique en 2002 et 2003.

Au début des années 2000, Christian Dufour a été critique de la série de télévision Le Canada: une histoire populaire, tout en étant le premier à écrire sur Céline Dion comme point de référence identitaire québécois.

Il a critiqué en 2008-2009 le projet du gouvernement Charest d'imposer la bilinguisation systématique de la 6e année du cours primaire francophone, de même que le refus d'une partie du mouvement étudiant québécois de dénoncer le vandalisme et l'intimidation dans le dossier de la hausse des frais de scolarité en 2012. Au début de 2011, il s'était retiré du groupe de réflexion qui donnera naissance à la CAQ à la suite de la trop grande évacuation de la question identitaire par ce parti.

Christian Dufour est favorable au mode de scrutin uninominal à un tour actuellement en vigueur au niveau fédéral et dans  les dix provinces canadiennes. À son avis, l'adoption  de la proportionnelle rendrait trop  fréquente la formation de gouvernements minoritaires par définition plus instables, tout en nuisant à l'alternance politique caractéristique de notre système parlementaire. Au surplus, le mode de scrutin actuel favorise de facto au Québec les francophones et les régions, ce qui compense en partie les effets structurants négatifs des échecs référendaires de 1982 et de 1995, de même que le fait que le Québec n'a pas été capable d'accéder au statut d'État indépendant ni à celui de "société distincte" majoritairement francophone au sein du Canada.

Le premier livre de Christian Dufour s'intitulait Le Défi québécois. Publié en 1989, c'était en partie un plaidoyer en faveur de l'Accord du lac Meech, en même temps qu'une analyse de l'impact de la Conquête sur l'évolution de la politique canadienne. Le Défi français -regards croisés sur la France et le Québec (2006) posait la question de l’avenir des sociétés de langue française dans un univers marqué par la révolution technologique, la montée du terrorisme et l’accélération de la mondialisation.

Les Québécois et l’anglais - le retour du mouton (Montréal, LER, 2008) traite de la vieille relation d’amour-haine que les Québécois entretiennent avec la langue de Shakespeare, critiquant chez un nombre croissant de francophones une telle valorisation de l’anglais et du bilinguisme qu’on en vient dans les faits à remettre en cause la norme fondamentale de la claire prédominance du français sans exclusion de l'anglais au Québec.

Essais politiques publiés[modifier | modifier le code]

  • Les Québécois et l'anglais - Le retour du mouton, Les Éditeurs réunis, Montréal, 2008. (prix littéraire 2009 intérêt général, Salon du livre du Saguenay.)
  • Le Défi français - regards croisés sur la France et le Québec, 2006.
  • Lettre aux souverainistes québécois et aux fédéralistes canadiens qui sont restés fidèles au Québec, 2000.
  • La Rupture tranquille, 1992.
  • Le Défi québécois, 1989 (publié en anglais sous le titre A Canadian Challenge -Le Défi québécois et réédité en 2000 aux Presses de l'université Laval).

Citations[modifier | modifier le code]

«Dans quel monde ces leaders étudiants déconnectés du réel vivent-ils ? » 10 avril 2012 [réf. nécessaire]

«Ce ne sont pas seulement les frais de scolarité qu’il faut réformer. C’est tout un système d’éducation qui produit des perdants professionnels.» 10 avril 2012 [réf. nécessaire]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Paillé, compte rendu de Christian Dufour, Les Québécois et l’anglais. Le retour du mouton, Montréal, Les Éditeurs réunis, 2008, 149 p., dans : Bulletin d'histoire politique, 2009, vol. 18, no 1, p. 306-310.
  • Louis Cornellier, Essais Québécois : Christian Dufour contre les moutons, Le Devoir, 8 nov. 2008, p. F 11.
  • Simon Langlois, compte rendu de Christian Dufour, La rupture tranquille, dans : Recherches sociographiques, 1993, vol. 34, no 1, p. 132-134.

Liens externes[modifier | modifier le code]