Christóforos Miliónis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christóforos Miliónis
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
(à 84 ans)
AthènesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Christóforos Miliónis (en grec moderne : Χριστόφορος Μηλιώνης) est un écrivain grec né en Épire le et mort à Athènes le . Il a publié une quinzaine de livres de fiction en prose, dont deux romans et des recueils de nouvelles, cinq essais et un livre de traduction en grec moderne de textes anciens, grecs et latins.

Biographie[1],[2],[3][modifier | modifier le code]

Christóforos Miliónis est né le au village de Peristéri (el), près de la frontière gréco-albanaise, dans le nome de Ioannina, en Épire. Il est mort à Athènes le , à l'âge de 84 ans.

Fils d'instituteur, il termina l'école primaire dans son village natal qui, peu après, fut brûlé par les Nazis. Quelques années plus tard, à cause de la guerre civile, sa famille déménagea et se rendit à Ioannina, où il termina ses études secondaires à l'École Zosiméa (en). De 1950 à 1955, il suivit des études de lettres classiques à l'université Aristote de Thessalonique. Devenu professeur de lettres, il enseigna dans les lycées de Grèce et de Chypre (Famagouste, 1960-1964). Il devint chef d'établissement, puis, en tant que conseiller scolaire, prit part à l'édition de livres scolaires de littérature pour les élèves de collège et de lycée. Il épousa Tatiána Tsalíki, professeur de littérature française à l'université.

Il prit part à l'édition des revues littéraires Endochóra (Ioannina 1959-1967) et Dokimasía (Ioannina 1973-1974) et fut membre fondateur de la Société des écrivains grecs (el). Il collabora avec les revues et les journaux les plus importants, notamment avec le journal Ta Néa pour lequel il fut chroniqueur pendant dix ans.

Il reçut le premier prix national de la nouvelle en 1986 pour le recueil de nouvelles Calamas et Achéron (Stigmi, 1985), le prix de la revue Diavazo en 2000 pour le recueil Les Fantômes de York (Kedros, 1999), et le prix Costas et Eleni Ourani de l'Académie d'Athènes en 2006 pour Le Motel (Kedros, 2005).

Le recueil de nouvelles Calamas et Achéron a été traduit en anglais et en allemand. D'autres livres et nouvelles ont paru dans plus de dix langues. En français ont été publiés en 2004 l'essai La Nouvelle grecque (Genèse et évolution) et en 2017 le recueil de nouvelles De l'amertume à la douceur, histoires grecques.

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • La Nouvelle grecque (Genèse et évolution), essai, trad. Henri Tonnet, Publications Langues’O - Néféli, 2004.
  • De l'amertume à la douceur, histoires grecques, trad. Jean-Marc Laborie, éd. L'Harmattan, Paris, 2017.

Deux nouvelles ont également paru en français dans deux anthologies :

  • Mère-grand [paru en grec dans le recueil Calamas et Achéron], trad. P. Berringer, dans Arrêt sur Images – Nouvelles grecques, Hatier, 1989 et Revue Brèves n° 45, 1994.
  • Le camescope Panasonic [paru en grec dans le recueil Les fantômes de York], trad. sous la direction de M.-C. Anastassiadi, dans Nouvelles grecques d’Épire, L’Harmattan, 2002.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (el) Dimitrios X. Sklavenitis, Christoforos Milionis - Chronologio, bibliografia, anthologio : apo 1954 os 2002 [Christoforos Milionis - Chronologie, bibliographie, anthologie : de 1954 à 2002], Athènes, Sokolis, , 155 p.
  2. (el) Yiorgos D. Paganos, Treis metapolemikoi pezografoi : Christoforos Mīliṓnīs, Níkos Bakolas, Ilias Papadimitrakopoulos [Trois prosateurs d'après-guerre : C. Milionis, N. Bakolas, I. Papadimitrakopoulos], Athènes, Nefeli, , 172 p. (ISBN 960-211-397-9)
  3. (el) Collectif, I metapolemiki pezografia · Apo ton polemo tou 40 os ti diktatoria tou 67 [« La prose d'après-guerre : de la guerre de 40 à la dictature de 67 »], Athènes, Sokolis, , 383 p. (ISBN 9789607210081), p. 254-278

Liens externes[modifier | modifier le code]