Chott el-Gharsa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chott el-Gharsa
Surface du Chott el-Gharsa
Surface du Chott el-Gharsa
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Drapeau de l'Algérie Algérie
Gouvernorat Tozeur
Géographie
Coordonnées 34° 07′ 03″ nord, 7° 52′ 08″ est
Type Chott
Longueur 50 km
Largeur 20 km

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Chott el-Gharsa

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

(Voir situation sur carte : Tunisie)
Chott el-Gharsa

Le Chott el-Gharsa ou Chott el-Rharsa (arabe : شط الغرسة soit Šaṭṭ al-Ġarsa) est un chott situé au sud-ouest de la Tunisie, plus particulièrement dans le gouvernorat de Tozeur, à la frontière entre l'Algérie et la Tunisie. Il se trouve dans une dépression et atteint dans sa partie septentrionale son point le plus profond, soit 17 mètres en dessous du niveau de la mer, altitude la plus basse du territoire tunisien.

Géographie et géologie[modifier | modifier le code]

Le chott s'étend sur environ cinquante kilomètres d'est en ouest, alors que sa largeur maximale du nord au sud atteint environ vingt kilomètres dans sa partie orientale. Chacune des zones du chott possède sa propre dénomination : Chtihatt Sghatt, Mejez Sfa et Er Rahim. Sur son flanc méridional se situe la région semi-aride du Jérid.

Au nord s'élèvent de hautes montagnes d'un anticlinal régional composé de roches sédimentaires datant du Crétacé et de l'Éocène. Des processus tectoniques de l'époque du Tertiaire, dans le sud de l'actuelle Tunisie, ont créé des failles, des flexions et des anticlinaux. L'érosion et les mouvements de terrain ont laissé derrière eux, entre des cuestas existantes (contreforts orientaux du Djebel Chareb), une dépression en forme de cuvette et remplie de sédiments. Ces cuestas, à la manière de montagnes allongées, forment les limites nord et sud du Chott el-Gharsa. Son voisinage méridional est formé de sables alluvionnaires et s'inscrit dans le plateau saharien avec ses paysages désertiques et ses oasis.

À l'échelle géologique, le chott appartient à une série de dépressions, dont le Chott el-Jérid en Tunisie et la Chott Melghir en Algérie, traversant d'ouest en est la partie méridionale de l'Atlas.

Fata Morgana sur le chott

L'afflux principal d'eau douce provient de l'oued el Melah, récoltant l'eau depuis la région entre les villes de Métlaoui et Gafsa. Dans ses zones limitrophes, le Chott el-Gharsa capte de l'eau douce dans l'aquifère. En outre se produisent ici, tout comme dans le Chott el-Jérid, des prélèvements d'eau douce appelés aioun (singulier : aïn) sous la croûte de sel existante, depuis les couches de sable les plus profondes.

Les dépôts dans le bassin sont constitués de sable et d'évaporites. Par conséquent, on y trouve des dépôts de gypse déposés à l'époque du Pléistocène. Ces successions sédimentaires ont été comparées avec les évaporites sur la surface de Mars[1].

Économie[modifier | modifier le code]

L'aridoculture est pratiquée sur un terrain en pente, au nord du chott, au pied d'une chaîne de montagnes entre Tamerza et Gafsa.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

À travers cette région, une route quitte Tamerza, traverse la bordure orientale du chott, pénètre au sud-est dans le Jérid et permet d'accéder aux oasis de Tozeur et El Hamma du Jérid.

Tozeur dispose par ailleurs d'un aéroport international (Tozeur-Nefta) et du terminus d'une ligne de chemin de fer menant vers le nord du pays.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Horst Mensching, « Tunesien », Wissenschaftliche Länderkunden, vol. 1, éd. Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt, 1974

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Chott el Gharsa » (voir la liste des auteurs).