Choe Deok-sin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce nom coréen, le nom de famille, Choe, précède le nom personnel.
Choe Deok-sin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
PyongyangVoir et modifier les données sur Wikidata
Romanisation révisée
Choe Deok-sinVoir et modifier les données sur Wikidata
McCune-Reischauer
Ch'oe TŏksinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Autres informations
Conflit

Choe Deok-sin (coréen : 최덕신, chinois : 崔德新), né le [1] et mort le à Pyongyang était un militaire et un homme politique coréen. Ministre des Affaires étrangères de Corée du Sud de 1961 à 1963, il s'occupe ensuite du mouvement religieux du Cheondogyo avant de devenir chef du parti Chondogyo-Chong-u en Corée du Nord entre 1986 et 1989.

Choe est né en 1914 alors que la Corée était dominée par le Japon. Il a fait sa formation d'officier à l'académie militaire de Chine dont il sort en 1936 pour servir dans l'armée chinoise. Il est promu colonel à la fin de la deuxième guerre mondiale. Il retourne ensuite en Corée du Sud[1] et rentre à l'académie militaire. En 1949, il se forme dans les écoles militaires américaines[1] de Fort Riley et de Fort Benning. Il retourne en Corée du Sud le [1] au début de la guerre de Corée en tant que général commandant de la 11e division[1]. Une de ses unités est responsable du massacre de Geochang perpétré entre les 9 et et du massacre de Sancheong et Hamyang du .

En 1961, après le putsch du général Park Chung-hee, il devient ministre des Affaires étrangères du au [2]. Il est ensuite ambassadeur de la république de Corée en Allemagne à Bonn de 1963 à 1967[2] avant de devenir le chef du mouvement religieux du Cheondogyo[2]. Il émigre en 1977 aux États-Unis où il demande l'asile[2]. Dans les années 1980, il entre en contact avec la Conférence coréenne pour la démocratie et la réunification, un groupe qui sympathise avec le régime nord-coréen de Kim Il-sung[2]. En 1984, il visite pour la première fois Pyongyang[2], la capitale de la Corée du Nord. Il s'y installe deux ans plus tard[2] avec sa femme Ryu Mi-yong en tant que président du comité central du parti Chondogyo-Chong-u. À sa mort en 1989, sa femme prend sa succession. Il était également vice-président du Comité pour une réunification pacifique et président du Conseil coréen des religions[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Choe Dok-sin : The Nation and I. For the reunification of the motherland. Pyongyang: Foreign Languages Publishing House 1987.
  • Choe Dok-sin : My Thirty Years in South Korea. Pyongyang: Foreign Languages Publishing House 1989.
  • Choe Dok-sin : In the embrace of my motherland. Pyongyang: Foreign Languages Publishing House 1990.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e 최동오와 아들 최덕신 고단한 민족사 넘나들다 애국렬사릉에 나란히 묻히다, minjog21, le 1er février 2004.
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Obituaries, Choi Duk Shin, 75, Ex-South Korean Envoy, New York Times, le 19 novembre 1989.