Chocolat Guérin-Boutron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guérin Boutron

Création 1775
Siège social Paris
Drapeau de France France
Activité Agroalimentaire

Chocolat Guérin-Boutron est une marque française de chocolats en activité de 1775 à 1942.

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Isidore Dagnan, Le boulevard Poissonnière en 1834, Paris, musée Carnavalet.

La famille parisienne Guérin Boutron fonde la société vers 1775. L'usine spéciale pour la fabrication des chocolats est située aux nos 23 et 25 rue du Maroc dans le 19e arrondissement de Paris. En 1910, elle employait environ 280 ouvriers. L'entreprise dispose à Paris de deux magasins de vente au détail au no 29 boulevard Poissonnière et au no 28 rue Saint-Sulpice dans le 6e arrondissement de Paris.

Le développement[modifier | modifier le code]

La marque est renommée par son chocolat à la vanille et son chocolat Solubia. Elle reçoit une médaille d'or à l'Exposition universelle de 1889.

Une carte à collectionner des albums de la marque Chocolat Guérin-Boutron représentant ici Louis Duchesne.

À partir du , Guérin-Boutron offre dans ses deux magasins de détail le numéro de la semaine de L'Illustration à tout acheteur (Paris et province) de la valeur de douze francs en chocolats, bonbons ou thés, aux prix de détail[réf. nécessaire].

Avant la Société Chocolat Poulain, Guérin-Boutron joint à ses tablettes de chocolat des images en chromolithographie représentant personnalités historiques ou des personnages de l’imaginaire populaire. Par souci de fidélisation, ces images sont publiées en petites séries. Avec Liebig, Aiguebelle ou Suchard, Guérin-Boutron est parmi les plus actifs dans l'imagerie publicitaire. Ces chromolithographies ne sont pas destinées à être présentées en album. Deux albums Livre d'or des célébrités contemporaines sont édités à partir de 1903, chacun comprenant 500 images environ.

Paul Guérin meurt en 1904.

En 1911, « Dans un restaurant du boulevard, MM. Maurice et Roger Guérin-Boutron, les chocolatiers bien connus, entourés du haut personnel de leur usine, ont offert un banquet en l'honneur de onze de leurs ouvriers qui avaient obtenu la médaille des trente années de service. Il y avait même parmi eux un cinquantenaire. Guérin-Boutron, après une allocution cordiale, ont remis les décorations à leurs braves collaborateurs. »[réf. nécessaire]

En 1913, Guérin-Boutron est devenu un gros importateur.

En 1920 prend fin une grève des abattoirs : le groupement patronal l'Alliance française de l'alimentation ayant désigné deux arbitres, MM. Franchomme et Guérin-Boutron, au nom des patrons margariniers, les ouvriers bouchers de toutes catégories des Abattoirs généraux décident de reprendre le travail à Vaugirard comme à la Vilette.

Le déclin[modifier | modifier le code]

La fête du Carri, chromolithographie publicitaire des Chocolats Guérin-Boutron.

La société fait appel aux investisseurs extérieurs en 1923 en mettant 12 000 actions en vente. Elle devient une société anonyme au capital de 6 millions de francs, ayant pour objet la fabrication et la vente du chocolat.

En 1924, Maurice Guérin meurt. Il était président du conseil d'administration de la Société Guérin-Boutron et vice-président de la chambre syndicale des chocolatiers de France.

À la mi-septembre 1929, un touriste en villégiature depuis quelques jours à Lanslebourg en Savoie, le fils du fabricant parisien, René Guérin-Boutron (né en 1910), part pour l'ascension de la pointe de la Roaec (3 600 mètres) où il tombe d'une grande hauteur en Haute-Maurienne en se fracturant le crâne.

Une assemblée extraordinaire de la société est convoquée le 19 février 1935.

Après la faillite de Guérin-Boutron, du matériel de chocolaterie est vendu le au no 23 rue du Maroc.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Le château de Maubuisson, sur le domaine de l'abbaye de Maubuisson à Saint-Ouen-l'Aumône : demeure du chocolatier Guérin-Boutron au début du XXe siècle, ce bâtiment du XVIIe siècle est l'ancienne maison des hôtes de l'abbaye. Comportant à l'origine un seul étage, il a été rehaussé en 1880, et présente depuis une silhouette irrégulière avec des mansardes de deux formes différentes et une section à trois étage. Le château est aujourd'hui occupé par la fondation Rothschild.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :