Chocolat (clown)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chocolat (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie « Rafael de Leios », « Rafael Padilla » et « Rafael Patodos » redirigent ici. Pour les autres sens voir Raphaël et Padilla.
Chocolat
Au cirque Médrano.jpg
Biographie
Naissance
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
CubaVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nom de naissance
RafaelVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Statut
Esclave (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Chocolat — nom de scène de Rafael[N 1] — est un clown né entre 1865 et 1868 à Cuba, et mort le à Bordeaux. Star exotique du spectacle français de la Belle Époque, cet artiste noir a sombré dans l'oubli avant que des œuvres artistiques et livres ne le remettent en lumière, surtout à partir des années 2010.

Biographie[modifier | modifier le code]

Duo de clowns Foottit et Chocolat, illustration couleur de René Vincent du sketch « L'Araignée », c.1900.
Lithographie Chocolat dansant dans un bar de Toulouse-Lautrec (1896) : l'artiste immortalise Chocolat en roi de la nuit mais arrête de reproduire le préjugé sur le physique prétendument simiesque des nègres[1].
Publicité de Pal pour le savon « La Hêve » représentant Foottit et Chocolat (vers 1896)[2],[3].

Rafael, prénom espagnol parfois francisé en Raphaël[4], est issu d'une famille africaine réduite en esclavage et déportée à Cuba, alors colonie espagnole. Né esclave, son nom de famille, sa date et son lieu de naissance ne sont pas connus avec précision, les esclaves n'étant pas enregistrés par le registre civil[5]. Il naît entre 1865 et 1868[4], peut-être à La Havane[4]. Ses nécrologues et biographes lui ont attribué différents patronymes[6] : de Leios[7],[8], d'après le nom d'un artiste noir dit El Rubio (« Le Blond » en espagnol[9]) qui connut, sous ce sobriquet, des succès comiques à Madrid et auquel Rafael est identifié[10] à la suite de son entretien paru à la une de Gil Blas le [11] ; Patodos[12],[13],[14], d'après Foottit[15],[16] ; et Padilla[4], d'après l'acte de décès dressé, à la mort de Rafael, par l'officier d'état civil français[17] (ce nom pouvant faire référence au matronyme de la femme de son ancien maître espagnol, selon Gérard Noiriel[18]).

Ses parents, esclaves dans une plantation, s’en évadent en 1878 puis laissent leur fils, alors âgé de 10 ans, à l’abri chez une vieille Cubaine dans un quartier misérable de La Havane[19]. Cette dernière le vend pour 18 onces[20], comme garçon de ferme pour la mère d'un négociant espagnol près de Bilbao. Les paysans basques ayant voulu le « blanchir » avec une brosse à chevaux, il s'enfuit vers 14 ans et vit désormais de petits métiers[21] : débardeur, chanteur de rue, porteur de bagages, mineur.

Débuts[modifier | modifier le code]

Le célèbre clown blanc Tony Grice découvre Rafael végétant sur les quais de Bilbao, impressionné par sa force physique et ses talents de danseur. Il en fait d'abord son domestique et homme à tout faire puis son partenaire dans certains de ses numéros, Chocolat jouant le rôle de cascadeur[18]. Il se fait d'abord remarquer dans un numéro où il chevauche une mule incontrôlable, finissant toujours par l'expulser hors de la piste[réf. souhaitée].

Arrivé au Nouveau Cirque de Joseph Oller à Paris en octobre 1886 au moment où l'industrie des loisirs connaît un essor très rapide sur fond d'intense cosmopolitisme, le duo conquiert le public de notables de la capitale. C'est à cette époque que Grice lui donne le nom de scène Chocolat (les noirs étant appelés à cette époque Bamboula ou Chocolat)[22]. Leur association tourne court en 1888. Henri Agoust, régisseur du Nouveau Cirque, voit en Chocolat un mime et un danseur original, si bien qu'il l'engage pour être la vedette d’une pantomime nautique. Rafael connaît un succès individuel avec son premier spectacle, « La noce de Chocolat »[23]. Il multiplie les spectacles pendant cinq ans, faisant notamment équipe avec les clowns Pierantoni, Kestern et Gerónimo Medrano[19]. C'est à cette époque qu'il rencontre la femme de sa vie, secrétaire d'origine picarde, Marie Hecquet (épouse Grimaldi) qui a déjà 2 enfants, Eugène et Suzanne. Marie divorce en 1895 pour refaire sa vie avec Rafael qui élève ses enfants comme les siens et qui deviennent des artistes de cirque[19].

Foottit et Chocolat[modifier | modifier le code]

En 1895, le directeur du Nouveau Cirque, Raoul Donval, forme un nouveau duo. Il associe Chocolat avec un clown britannique, George Foottit (1864-1921). Le duo comique fait équipe pendant une quinzaine d'années, popularisant la comédie clownesque[24], notamment avec le sketch de l'entrée burlesque intitulée « Guillaume Tell »[25]. Tous deux connaissent un grand succès en imposant un duo comique entre un clown blanc autoritaire et un auguste noir souffre-douleur qui, par ses « ahurissements », cristallise le racisme du parterre[26], ce qui n'empêche pas le public de rire de ses outrances et d'admirer son agilité athlétique[27]. Ce comique qui repose pour beaucoup sur la « comédie des claques » fait de Chocolat un personnage conforme à l'iconographie coloniale et aux préjugés racistes de cette époque (le bamboula de service), personnage qui devient progressivement le stéréotype du nègre souffre-douleur niais, puéril et bon enfant[28]. Chocolat a cependant combattu ce stéréotype de nègre soumis en diversifiant constamment ses compétences et une observation attentive des sketchs montre un personnage pas seulement cantonné aux rôles du soumis[21].

« Ce qui était beau, c'était le cirque ; alors il y avait Foottit et Chocolat ; Foottit qui était comme une duchesse folle et Chocolat, le nègre qui recevait des claques. »

— Jean Cocteau

L'expression « je suis chocolat », signifiant « je suis berné », a été popularisée par les dialogues de leur numéro[29],[30].

Le duo innove en introduisant des dialogues dans leurs sketches, comme dans Deux bouts de bois[31], créé en 1901[32].

En 1905, leur contrat au Nouveau Cirque n'est pas renouvelé. Certains y voient l'effet de l'affaire Dreyfus qui aurait eu pour conséquence de politiser les questions raciales[33]. On s'interroge cependant car il y a à cette époque des hommes politiques noirs et métissés représentant les vieilles colonies. Leur carrière commune connaît alors son apogée aux Folies Bergère puis ils commencent à être démodés face à une génération d'artistes noirs américains qui apportent le cake-walk.

En 1909, George et Rafael sont de retour au Nouveau Cirque avec Chocolat aviateur d'Henry Moreau[34],[35]. La première a lieu le [34] et reçoit un accueil favorable de la part du public[35]. Mais le , dans un article de l'écrivain et journaliste Pierre Mille, Le Temps annonce par erreur la mort du clown Chocolat[36]. Dès le lendemain, Le Temps redresse son erreur et publie la lettre que Rafael lui a adressée[37],[38]. Curieusement datée du [37], son texte est le suivant[37] :

« Monsieur,
« le diresteur ma lut dan votre journal que monsieu Mile, l'intelijean journalise a ecri que je suis more come Auguste.
« Je vous pri de dire que je suis vivan, et que je joue chaque soir Chocolat aviateur au Nouveau Cirque.
« Vous pouvez ajouté que je nai pas même blanchit.
« Je vous pri dacepté mon respét.
CHOCOLAT
Je vous prie de rectifié car ça me fait tor. »

— Chocolat.

Foottit et Chocolat se séparent fin 1910, lorsqu'André Antoine, directeur de l'Odéon, engage Foottit pour interpréter le rôle du clown de Roméo et Juliette de William Shakespeare[39]. Ils annoncent leur séparation sur scène : « Moi aller jouer Roméo à l'Odéon ! », dit Foottit à Chocolat qui réplique « Alors, moi jouer Othello à la Comédie-Française »[39].

Après la séparation[modifier | modifier le code]

Après leur séparation, Foottit et Chocolat poursuivent chacun, sans grand succès, une carrière en solo. Chocolat court après les cachets, il essaye alors une carrière d'acteur et sollicite le directeur de théâtre Firmin Gémier pour jouer le rôle principal dans Moïse, pochade d'Edmond Guiraud en 1911 au Théâtre Antoine mais il maîtrise mal le français et il lui est impossible de dire de longs textes. Toujours en 1911, il se produit au cirque de Paris dans la Revue burlesque, dont Foottit est l'auteur : Chocolat y parodie la Belle Otero[40]. Il revient au cirque comme clown avec son fils adoptif Eugène Grimaldi (1891-1934), dans Tablette et Chocolat, en 1912. Eugène obtient un certain succès comme clown blanc dans les années 1920 et joue les succès de son père avec le fils de George Foottit en 1921. Chocolat est à cette époque le premier clown à venir distraire les enfants dans les hôpitaux, créant le concept de thérapie par le rire[23].

Chocolat sombre dans l'alcoolisme et la dépression à la suite de la mort de sa fille de la tuberculose à 19 ans. Il finit sa vie dans la misère à 49 ans (en 1917) en travaillant dans la troupe des cirques Rancy. Alors qu'il est en tournée à Bordeaux, il meurt subitement[13] le , vers 10 h 30 du matin, dans un petit hôtel du quartier Mériadeck au no 43 de la rue Saint-Sernin[17] et est inhumé en pleine terre[41] dans le carré des indigents du cimetière protestant de Bordeaux, carré M, rangée 7, numéro 2[30] (ces pleines terres étaient conservées pendant quinze ans puis concédées à nouveau). C’est au lendemain de sa mort que l'employé de l'état civil de Bordeaux inscrit le patronyme « Padilla » dans l'acte de décès[5].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Guillaume Tell, numéro comique au Nouveau Cirque[42].
Chaise en bascule, numéro comique au Nouveau Cirque[43].

Le Guillaume Tell (it)[44] d'Émile Reynaud est la première des trois Photo-Peintures animées[45] réalisées par l'inventeur français à l'aide de son Photo-Scénographe[46] pour le Théâtre optique. La scène comique, dans laquelle George et Rafael interprètent le numéro de Foottit et Chocolat créé pour le Nouveau Cirque, a été réalisée en , dans l'atelier du décorateur Henri Ménessier, rue Petit dans le 19e arrondissement de Paris [47]. Après avoir été présentée au conseil d’administration du Musée Grévin lors de la séance du [47], elle est projetée au public d' à [47], accompagnée d'une musique jouée en direct et composée spécialement par le pianiste Gaston Paulin[47],[48].

La série Foottit et Chocolat des frères Auguste et Louis Lumière comprend six numéros[49] : Boxeurs[50], Acrobates sur la chaise[51], Chaise en bascule[43], Guillaume Tell[42], Le policeman[52] et La mort de Chocolat[53].

L'Entrée des échasses et Guillaume Tell figurent dans le Phono-Cinéma-Théâtre, visions animées des artistes célèbres de Paul Decauville, premier spectacle de cinéma parlant[54],[55].

Iconographie[modifier | modifier le code]

Rafael est le sujet de Chocolat dansant dans un bar, une estampe d'Henri de Toulouse-Lautrec réalisée début et dont un cliché en couleurs a été reproduit dans 73e numéro de du Rire paru le de la même année[56].

Rafael a aussi été peint par Edmond Heuzé[57].

Foottit et Chocolat ont prêté leurs traits pour des affiches publicitaires promouvant le chocolat Félix Potin[58],[59],[60] ainsi que pour les pneumatiques Michelin[61]. Des planches de quatre cases ont été réalisées pour Le Bon Marché ; elles reprennent les principaux numéros du duo : Les Petits bouts de bois[62], La Soustraction[63], Le Sourd-muet[64], La Corrida[65] et C'était pour rire !...[66].

Être chocolat[modifier | modifier le code]

Chocolat est à l'origine[4] de l'expression populaire « être chocolat » qui signifie « être attrapé, dupé, déçu »[67] ou « être ébaubi, éberlué, en s'apercevant que l'on a été dupé »[68].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Dans la série de bande dessinée Le Cabaret des muses, en 2004 Gradimir Smudja évoque plusieurs fois Chocolat et en fait le narrateur principal de Allez Darling.

L'acteur Yann Gael crée son rôle au Théâtre des Bouffes-du-Nord, dans la mise en scène de Marcel Bozonnet, coécrite avec Gérard Noiriel, la pièce s'intitulant Chocolat, clown nègre[69],[70]. Un documentaire de Samia Chala et Thierry Leclère retrace son parcours à travers la création de cette pièce de théâtre.

Depuis 2012, Gora Diakhaté interprète le clown Chocolat dans une mise en scène de Isa Armand : Chocolat blues

Le film Chocolat, réalisé par Roschdy Zem, retraçant la vie du duo comique - avec Omar Sy dans le rôle de Chocolat et James Thierrée dans le rôle de George Foottit sort le [71]. Bien que sa présentation (par exemple en pochette DVD) mentionne que "Le film retrace l'histoire de cet artiste hors du commun", il convient de noter de très nombreux écarts par rapport à ce que fut la vie réelle de l'un et de l'autre clowns.

Hommages[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Dans le ballet final d'Un Américain à Paris (1951) de Vincente Minnelli, Gene Kelly imite Chocolat en exécutant une danse à partir de la pose de Rafael tel que croqué par Toulouse-Lautrec[72].

Chocolat a été interprété par Rupert John dans Moulin Rouge (1952) de John Huston[71]

DeObia Oparei l'interprète dans le film de Baz Luhrmann Moulin Rouge (2001) avec Ewan McGregor et Nicole Kidman.

En 2016, Chocolat a été interprété par Omar Sy dans Chocolat de Roschdy Zem, sorti au cinéma le 3 février 2016. Toujours dans le même esprit, Omar Sy a participé au documentaire Chocolat, une histoire du rire de Judith Sibony, qui revient sur l'histoire de Chocolat, mais également sur les acteurs et humoristes français noirs qui lui ont succédé[73].

Spectacles[modifier | modifier le code]

En 2009, le collectif Daja[74] dans le cadre de son projet d'éducation populaire pour sensibiliser le jeune public à la question des discriminations, lance un petit spectacle sur le clown Chocolat. Au cours de la tournée de ce spectacle, l'intérêt du public a encouragé cette association à entreprendre un gros travail de documentation dont les résultats sont présentés au mois de février 2016, dans une exposition intitulée On l’appelait Chocolat, sur les traces d’un artiste sans nom[75] patronnée par la ville de Paris[76].

Plaques comméroratives[modifier | modifier le code]

Plaque au n° 251 rue Saint-Honoré.

Le , lors d'une cérémonie, la maire de Paris, Anne Hidalgo, dévoile une plaque commémorative apposée sur la façade de l'hôtel Mandarin Oriental Paris, au no 251 de la rue Saint-Honoré, adresse à laquelle s'élevait le Nouveau Cirque. Le texte de la plaque est le suivant : « Ici, au Nouveau Cirque, Rafael Padilla[N 1] dit le Clown Chocolat (vers 1868-1917), né esclave à Cuba, et Georges Foottit (1864-1921) ont inventé la comédie clownesque associant le Clown Blanc et l'Auguste »[77].

Après que sa tombe au cimetière protestant de Bordeaux fut tombée dans l'oubli, son nom est retrouvé sur les registres en septembre 2015. Chocolat est intégré au parcours historique mis en place dans le cimetière, une allée du cimetière reçoit son nom et un panonceau est posé sur le lieu de son inhumation. Une plaque commémorative à l’initiative des « Amis du clown Chocolat » [78] et marrainée par la comédienne Firmine Richard, est dévoilée le sur un des murs du cimetière[41].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sans nom de famille hormis l'usuel « Chocolat », le nom de Padilla ne lui est donné que le lendemain de sa mort par l'employé de l'état civil de Bordeaux qui l'inscrit sous ce patronyme dans l'acte de décès.

Références[modifier | modifier le code]

  1. «Chocolat»: Pourquoi ce clown est une figure historique pour les Noirs de France, sur 20minutes.fr (consulté le 3 février 2016).
  2. Catherine Coquery-Vidrovitch, « Vendre : le mythe économique colonial », dans Culture coloniale 1871-1931, Autrement, (lire en ligne).
  3. « "Quand le savon fait sa Pub…" Un nouveau musée à la savonnerie Fontevraud », sur Saumur-kiosque.
  4. a, b, c, d et e Entrée « Raphaël, dit Chocolat (Raphaël Padilla) » dans Extraits du Dictionnaire universel des noms propres, Paris, Dictionnaires Le Robert - Sejer, (1re éd. ) (ISBN 978-2-321-00190-4), p. 904.
  5. a et b « Quand les médias se trompent », sur clown-chocolat.com, .
  6. Gérard Noiriel, Chocolat, clown nègre : l'histoire oubliée du premier artiste noir de la scène française, Bayard, , p. 17.
  7. (en) Rae Beth Gordon, Dances with Darwin, 1875-1910: vernacular modernity in France, Farnham et Burlington, Ashgate, [1re éd.], XIV-311 p., 15,5 × 23,4 cm (ISBN 0-7546-5243-2 et 978-0-7546-5243-4, OCLC 232357966, notice BnF no FRBNF41440150, présentation en ligne), chap. 4 (« Natural rhythm: Aficans and Black Americans in Paris »), § 4 (« Chocolat and chocolates »), p. 160. [lire en ligne (page consultée le 30 janvier 2016)].
  8. Pascal Blanchard (dir., coll. Sylvie Chalaye et al., préf. Alain Mabanckou), La France noire en textes : Présences et migrations des Afriques, des Amériques et de l'océan Indien en France, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », [nouvelle éd.] (1re éd. La France noire : trois siècles de présences, [éd. illustrée]), 263 p., 13,5 × 22 cm (ISBN 978-2-7071-7470-3, notice BnF no FRBNF42784993, présentation en ligne), chap. 2 (« 1890-1913 : indigènes. Premières présences et imaginaires coloniaux »), § 3 (« Le monde noir monte sur scène et pénètre les imaginaires »), p. 80 [lire en ligne (page consultée le 1er février 2016)].
  9. (es) Entrée « rubio » [html], sur Dictionnaire bilingue espagnol-français (en ligne), Larousse (consulté le 1er février 2016).
  10. Sylvie Chalaye, « Les premiers acteurs noirs de la scène française », Africultures, no 27 « Acteurs noirs »,‎ , n. 5 (lire en ligne [php]).
  11. «  [1905]. – Chez Chocolat », Gil Blas, vol. 27e année, no 9446,‎ , p. 1, L'Eau qui court... [fac-similé (page consultée le 1er février 2016)].
  12. « “Chocolat” est mort », Le Petit Parisien, no 14886 (éd. de Paris),‎ , p. 3 [fac-similé (page consultée le 1er février 2016)].
  13. a et b « Vous souvenez-vous de Chocolat... », La Presse, no 9198,‎ , p. 2, Échos [fac-similé (page consultée le 31 janvier 2016)].
  14. (en) Craig Martin Gibbs, Black Recording Artists, 1877-1926: An Annotated Discography, McFarland, , p. 426.
  15. « “Chocolat” est mort », Journal des débats politiques et littéraires, no 314,‎ , p. 3, Faits divers [fac-similé (page consultée le 1er février 2016)].
  16. « La mort de Chocolat », Le Gaulois, no 14638,‎ , p. 3, À travers la presse [fac-similé (page consultée le 1er février 2016)].
  17. a et b Acte de décès [JPG] (consulté le 30 janvier 2016) [copie certifiée conforme à l'original, délivrée le à l'association Les Amis du clown Chocolat, de l'acte de décès de Rafaël (sic) Padilla, dressé le ].
  18. a et b Nicolas Michel, « Cinéma : ce qui est vrai, ce qui est faux dans « Chocolat », le film de Roschdy Zem », sur jeuneafrique.com/, .
  19. a, b et c Pierre Robert Levy, Les clowns et la tradition clownesque, Éditions de la Gardine, , p. 309.
  20. Cela correspond à l'époque à quatre mois de salaire d'un fonctionnaire de la Havane.
  21. a et b « Conférence présentée par Gérard Noiriel à l’université de Montpellier », sur clown-chocolat.com, .
  22. Henry Frichet, Le cirque et les forains, A. Mame, , p. 98.
  23. a et b Franck Le Henry, « Chocolat ou l’histoire au goût amer d’un clown oublié », sur rue89bordeaux.com, .
  24. Hugues Hotier, Cirque, communication, culture, Presses Universitaires de Bordeaux, , p. 58.
  25. Chocolat - Le Clown nègre - Films Lumiere, sketch « Guillaume Tell » sur youtube.
  26. (en) Rae Beth Gordon, Dances with Darwin, 1875-1910: Vernacular Modernity in France, Ashgate Publishing, (lire en ligne), p. 161
    Rae Beth Gordon évoque à ce sujet un dialogue de Jules Renard où l'auteur fait dire à un enfant que Chocolat n'est « gentil » qu'au cirque car « en ville les nègres sont toujours méchants ».
  27. Pascal Ory, Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France, RobertLaffont, , p. 87.
  28. Hugues Hotier, Signes du cirque : approche sémiologique, AISS-IASPA, , p. 51.
  29. « L'amer destin du clown Chocolat », L'Express, Boris Thiolay, 6 juillet 2009.
  30. a et b « Le clown noir enterré à Bordeaux », Sud Ouest, 5 juillet 2010.
  31. Maurice Sachs, Au temps du Bœuf sur le toit : journal d'un jeune bourgeois à l'époque de la prospérité, Paris, Grasset et Fasquelle, coll. « Les Cahiers rouges » (no 73), (1re éd. Paris, Nouvelle revue critique, ), 234 p. (ISBN 2-246-38821-X et 9782246388210, OCLC 489971261, notice BnF no FRBNF34910368), p. 80 [lire en ligne (page consultée le 30 janvier 2016)].
  32. Entrée « chocolat », dans Agnès Pierron, Dictionnaire de la langue du cirque, Paris, Stock, , 594 p., 15,3 × 24 cm (ISBN 2-234-05636-5 et 9782234056367, OCLC 417435087, notice BnF no FRBNF39103145, présentation en ligne), p. 79 [lire en ligne (page consultée le 30 janvier 2016)].
  33. Gérard Noiriel, Chocolat, clown nègre : l'histoire oubliée du premier artiste noir de la scène française, Bayard, , p. 93.
  34. a et b « Au Nouveau-Cirque, ... », Le Temps, no 17656,‎ , p. 4, Théâtres [fac-similé (page consultée le 2 février 2016)].
  35. a et b « Au Nouveau-Cirque : Chocolat aviateur, fantaisie comique et aéro-nautique », Le Temps, no 17657,‎ , p. 3, Théâtres [fac-similé (page consultée le 2 février 2016)].
  36. Pierre Mille, « Caillou et le cirque », Le Temps, no 17675,‎ , p. 2, En passant [fac-similé (page consultée le 2 février 2016)].
  37. a, b et c « Rectificatif », Le Temps, no 17676,‎ , p. 3, Théâtres [fac-similé (page consultée le 2 février 2016)].
  38. Éric Aeschimann, « Chocolat, le “clown nègre” dont Paris raffolait » [html], sur Le Nouvel Observateur, publié le (consulté le 2 février 2016).
  39. a et b « Clowneries », Gil Blas, vol. 32e année, no 12362,‎ , p. 1, Échos (lire en ligne [PDF]).
  40. Pasquin, « La Revue burlesque », La Lanterne : journal politique quotidien, vol. 34e année, no 12312,‎ , p. 3, Les Coulisses : concerts et spectacles divers [fac-similé (page consultée le 2 février 2016)].
  41. a et b Agence France Presse, « Une plaque pour le clown Chocolat dans le cimetière où il est enterré », 20minutes.fr, (consulté le 27 janvier 2016).
  42. a et b Auguste et Louis Lumière, Foottit et Chocolat, IV. Guillaume Tell, vue no 1141, sur Catalogue Lumière : l'œuvre cinématographique des frères Lumière (consulté le 29 janvier 2016).
  43. a et b Auguste et Louis Lumière, Foottit et Chocolat, III. Chaise en bascule, vue no 1140, sur Catalogue Lumière : l'œuvre cinématographique des frères Lumière (consulté le 29 janvier 2016).
  44. (en) Guillaume Tell (1896) sur l’Internet Movie Database (consulté le 30 janvier 2016).
  45. « Les Photo-Peintures animées » [php], sur emilereynaud.fr, site officiel de l'association Les Amis d'Émile Reynaud (consulté le 30 janvier 2016).
  46. « Le Photo-Scénographe » [php], sur emilereynaud.fr, site officiel de l'association Les Amis d'Émile Reynaud (consulté le 30 janvier 2016).
  47. a, b, c et d « Guillaume Tell (1896) », sur emilereynaud.fr, site officiel de l'association Les Amis d'Émile Reynaud (consulté le 30 janvier 2016).
  48. Vincent Mirabel, L'Histoire du cinéma, Paris, First, coll. « Pour les nuls », [1re éd.], XXVI-510-[32] p., 23 cm (ISBN 2-7540-0609-5 et 978-2-7540-0609-5, OCLC 470884945, notice BnF no FRBNF41333315), part. 1 : Une star est née ! L'invention cinématographique (1872-1895), chap. 2 (« Dans l'ombre des Lumière : les précurseurs du cinéma »), sect. 5 (« 1892 : Reynaud signe les “Pantomimes lumineuses”, et persiste... à tort ! »), § 2 (« Du carrosse à la citrouille »), p. 34 [lire en ligne (page consultée le 30 janvier 2016)].
  49. Auguste et Louis Lumière, Foottit et Chocolat, vues nos 1138-1143, sur Catalogue Lumière : l'œuvre cinématographique des frères Lumière (consulté le 29 janvier 2016).
  50. Auguste et Louis Lumière, Foottit et Chocolat, I. Boxeurs, vue no 1138, sur Catalogue Lumière : l'œuvre cinématographique des frères Lumière (consulté le 29 janvier 2016).
  51. Auguste et Louis Lumière, Foottit et Chocolat, II. Acrobates sur la chaise, vue no 1139, sur Catalogue Lumière : l'œuvre cinématographique des frères Lumière (consulté le 29 janvier 2016).
  52. Auguste et Louis Lumière, Foottit et Chocolat, v.  Le policeman, vue no 1142 (consulté le 29 janvier 2016).
  53. Auguste et Louis Lumière, Foottit et Chocolat, VI. La mort de Chocolat, vue no 1143, sur Catalogue Lumière : l'œuvre cinématographique des frères Lumière (consulté le 29 janvier 2016).
  54. (en) « Phono-Cinéma-Théâtre (2012 restauration) » [html], sur Antti Alanen: film diary, blog d'Antti Alanen (fi), publié le (consulté le 31 janvier 2016).
  55. « L'Archéophone rend leur voix aux premiers films parlants de l'histoire : le Phono-Cinéma-Théâtre (1900) » [php], sur Les pages de l'Archéophone, publié le (consulté le 31 janvier 2016).
  56. Henri de Toulouse-Lautrec, Chocolat dansant dans un bar (1896), sur Institut national d'histoire de l'art (consulté le 2 février 2016).
  57. Edmond Heuzé, « Chocolat », aquarelle signée en bas à droite, dédicacée « en toute sympathie » et annotée « chocolat », 30 × 21 cm [jpg], sur catalogue.gazette-drouot.com, La Gazette Douot : l'hebdo des ventes aux enchères [présentation du lot de vente aux enchères [jsp] (consulté le 30 janvier 2016)].
  58. « Foottit et Chocolat » [jpg], sur docpix.fr (consulté le 31 janvier 2016).
  59. « Foottit et Chocolat » [jpg], sur docpix.fr (consulté le 31 janvier 2016).
  60. « Foottit et Chocolat » [jpg] (consulté le 31 janvier 2016).
  61. « Les pneus au cirque » [PDF], sur docpix.fr (consulté le 31 janvier 2016).
  62. « Les Petits bouts de bois » [jpg], sur docpix.fr (consulté le 31 janvier 2016).
  63. « La Soustraction » [jpg], sur docpix.fr (consulté le 31 janvier 2016).
  64. « Le Sourd-muet » [jpg], sur docpix.fr (consulté le 31 janvier 2016).
  65. « La Corrida » [jpg], sur docpix.fr (consulté le 31 janvier 2016).
  66. « C'était pour rire !... » [jpg], sur docpix.fr (consulté le 31 janvier 2016).
  67. Définitions lexicographiques et étymologiques de « chocolat » (sens C) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 1er février 2016).
  68. Entrée « Chocolat » dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (sens 3, consulté le 1er février 2016.
  69. Clown noir, clown blanc, Les Échos, no 21127, 20 février 2012, p. 13.
  70. Chocolat-Clown nègre. Entretien de Christine Farenc avec Marcel Bozonnet, Africultures, 13 février 2012.
  71. a et b (en) Chocolat (personnage) sur l’Internet Movie Database (consulté le 29 janvier 2016).
  72. « An American in Paris (1951) : le ballet final, point d'orgue du film » [PDF], sur lafilmotheque.fr, La Filmothèque du Quartier Latin (consulté le 31 janvier 2016).
  73. Chocolat, une histoire du rire, France Ô.
  74. Site de Daja.
  75. site http://www.clown-chocolat.com.
  76. Gérard Noiriel, « Omar Sy, Chocolat et le film "tiré d'une histoire vraie" », sur huffingtonpost.fr, .
  77. « Les clowns Chocolat et Foottit ont leur plaque à Paris » [html], sur paris.fr, site officiel de la ville de Paris, publié le et mis à jour le (consulté le 30 janvier 2016).
  78. Agence France Presse, « Le clown Chocolat enterré dans un cimetière protestant à Bordeaux », respectmag.com, (consulté le 31 janvier 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]