Chlamydiose féline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La chlamydiose féline est une maladie infectieuse touchant les chats. Elle est due à Chlamydophila felis, une bactérie qui peut entraîner des troubles oculaires et/ou des troubles respiratoires. La chlamydiose féline est une anthropozoonose.

Symptômes[modifier | modifier le code]

On observe généralement une conjonctivite (inflammation de la conjonctive, la muqueuse de l'œil), avec écoulement de larmes et paupières rouges (voire gonflées) avec des clignements.

On peut aussi avoir des troubles de l'appareil respiratoire supérieur : le nez, les sinus, le pharynx, le larynx, la trachée et les bronches. Les atteintes respiratoires se manifestent alors par :

  1. une toux sèche, forte et quinteuse.
  2. des éternuements.

Mode de transmission[modifier | modifier le code]

La chlamydiose féline se transmet le plus souvent par un contact entre un chat malade et un chat sain, par exemple quand ils vivent en collectivité ou lorsqu'ils sortent se promener.

Maladies associées[modifier | modifier le code]

La chlamydiose féline est souvent associée à d'autres microbes (virus et bactéries). La chlamydiose féline est responsable d'environ 30 % des cas de syndrome du coryza.

Prévention[modifier | modifier le code]

Il existe un vaccin contre Chlamydophila felis. Cette vaccination est souvent effectuée en association avec celles du typhus, de la leucose et des virus impliqués dans le coryza (herpèsvirus et calicivirus).

Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement se fait à base d'antibiotiques (doxycycline), de collyres (antibiotique de type doxycycline) et d'anti-inflammatoires s'avère efficace la plupart du temps.

Certains chats récupèrent rapidement, surtout si le traitement est effectué très tôt.

Il est prouvé que les médecines naturelles n'ont aucune efficacité avérée et ne permettent pas d'offrir au chat affecté un traitement tout aussi convenable en utilisant des substances issues de la nature aux prétendues propriétés anti-inflammatoires, anti-infectieuses et des collyres fabriqués homéopathiquement. En effet, l'homéopathie ne contient aucune substance active contre la bactérie et ne constitue en aucun cas un traitement efficace. Les traitements homépathiques en médecine vétérinaire n'ont d'ailleurs jamais pu faire la moindre preuve de leur efficacité dans la moindre étude sérieuse[non neutre] à ce sujet de type double aveugle vs placebo[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]