Chiropratique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chiropraxie)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Description des os du carpe dans un tableau du College of Chiropratic des États-Unis.

La chiropratique (du grec χείρ kheir « main », et πρᾶξις práxis « exécution, action » ; prononcer kiro-pratique) ou chiropraxie est une pratique manuelle[1] non conventionnelle qui vise à la prévention, au diagnostic, au traitement des troubles de l’appareil locomoteur, de la colonne vertébrale, des membres inférieurs et supérieurs, et de leurs effets néfastes sur la santé humaine.

Les connaissances médicales ne valident pas les principes de la chiropratique qui est considérée comme une pratique pseudoscientifique dont les notions de base de subluxation et de vitalisme sont dépourvues de base scientifique solide. [réf. nécessaire]

Une étude de l'INSERM[2] publiée en 2011 conclut que « dans les lombalgies aiguës ou subaiguës, la chiropratique semble efficace, avec une efficacité d’un ordre de grandeur comparable à l’efficacité des traitements alternatifs (médicaments, chirurgies, kinésithérapie…). Dans les cervicalgies, l’efficacité n’apparaît également pas supérieure aux autres traitements possibles, avec un risque d’événement indésirable rare mais grave (accident vertébro-basilaire), l'extrême rareté de ce risque le rend difficile à évaluer[3]. Dans les autres indications les résultats sont peu interprétables[4]. »

Histoire[modifier | modifier le code]

Daniel David Palmer, fondateur de la chiropratique.

La chiropratique a été fondée en 1895, à Davenport, Iowa par Daniel David Palmer, qui déclara l'avoir reçue de « l' autre monde »[5]. Le premier ajustement chiropratique fut pratiqué sur le concierge de l'immeuble où Palmer travaillait, Harvey Lillard. Étant sourd, il aurait recouvré l'audition grâce à cet ajustement[6]. D. D. Palmer présenta cette méthode sous un éclairage religieux[5]. Il sera tout de même emprisonné pour exercice illégal de la médecine[7]. La méthode fut déclarée officielle en 1897 avec la fondation de la Palmer School of Chiropractic. Il a écrit un livre sur la chiropraxie, The Chiropractor, publié de façon posthume en 1914[8].

Son fils, Bartlett Joshua Palmer, colonel de réserve dans la Garde nationale, a poursuivi son travail en le développant techniquement et en l'adaptant aux connaissances scientifiques de l'époque, souvent en désaccord avec son père. Il fonda une école de chiropratique près de Chicago en 1902, école qui resta ouverte après les conclusions du Rapport Flexner de 1910, puisque conforme à la nouvelle norme des écoles de santé aux États-Unis.

La Fédération mondiale de chiropratique (WFC) est membre de l'OMS depuis 1993[9]. La chiropratique est reconnue comme profession de santé complémentaire par le Comité international olympique depuis 1992[10],[11].

La chiropratique est en 2009 la troisième profession de santé aux États-Unis[12] après la médecine générale et la chirurgie dentaire.

En France, la chiropraxie est reconnue depuis la loi du , cette pratique est rattachée au code de Santé Publique par l’article 75 comme « profession de la santé »[13].

En 2011, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) publie une étude qui indique que « Dans les lombalgies aiguës ou subaiguës, la chiropratique semble efficace, avec une efficacité d’un ordre de grandeur comparable à l’efficacité des traitements alternatifs médicaments, chirurgies, kinésithérapie »[14].

Aujourd’hui, plus de 40 pays dans le monde attribuent un statut légal à cette profession[15].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme chiropraxie est composé du préfixe chiro- venant du grec ancien χείρ, kheir (« main ») et de πρᾶξις, praxis (« action »)[16].

La chiropratique est un mot qui a été créé en 1987 lors d’une conversation entre le fondateur de la FICS (Fédération internationale de chiropratique du sport) et le président du College of Chiropractic Sports Sciences (Canada) ; avant cette date, le nom n’existait qu’en anglais. Jacques Breton a dit : « nous avons une loi, ici au Canada, qui nous empêche de rejoindre le FICS à cause du nom. » Avant 1987, tout le monde francophone utilisait le mot en anglais pour la profession : « chiropractic ». Il était interdit au Canada d’employer le franglais dans le nom d’une organisation canadienne. Press a suggéré : « alors Chiropractique ? » Breton a refusé, et a dit : « C’est encore trop Franglais. » L’Américain a alors suggéré : « et… peut-être Chiropratique ? » Breton a dit : « Voilà. » Et le monde francophone adoptait « chiropratique »[17].

Aujourd'hui, deux termes se côtoient : « Chiropratique » et « Chiropraxie ».

Principes généraux[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Selon l'association française de chiropratique (AFC)[18] et la société franco-européenne de chiropratique (SOFEC)[19], la chiropratique consiste en la prévention, le diagnostic, et le traitement des pathologies mécaniques, réelles ou supposées, de l’appareil neuro-musculo-squelettique, en particulier du rachis, et de leurs conséquences. Les thérapeutiques sont conservatrices, principalement manuelles. La colonne vertébrale et le bassin sont au centre du diagnostic et de la thérapeutique.

Le chiropraticien est un praticien de premier contact ; les patients consultent directement. Dans les pays où la chiropratique est reconnue, le diplôme de docteur en chiropratique (DC) lui confère la possibilité de procéder au diagnostic et au traitement des pathologies et des différentes atteintes qui relèvent de sa compétence.

Liste des examens[modifier | modifier le code]

L’identification des perturbations de l'unité fonctionnelle vertébrale est obtenue par différents moyens entrecroisés (liste non exhaustive) :

  • l’anamnèse ;
  • l’imagerie médicale ;
  • l’analyse de la posture et des déformations ;
  • la palpation statique des téguments, des muscles et des articulations ;
  • la palpation dynamique du mouvement ;
  • les tests musculaires (cotations) des mécanorécepteurs ;
  • les réflexes ostéotendineux ;
  • l’examen neurologique et orthopédique ;
  • l'examen fonctionnel écho assisté (échographie) ;
  • les analyses biologiques complémentaires ;
  • la thermographie infrarouge ;
  • EMG de surface.

Subluxation[modifier | modifier le code]

Les perturbations fonctionnelles du système locomoteur sont historiquement appelées « subluxations. » Elles sont localisées en particulier sur la colonne vertébrale et le bassin. Par ailleurs, il existe plusieurs techniques pour les soins des extrémités (membres supérieurs et inférieurs).

Selon les principes chiropratiques, ces interférences nerveuses, conséquences neurologiques des perturbations neuro-musculo-squelettiques, entraîneraient des états douloureux ou des perturbations fonctionnelles, voire organiques, qui affecteraient l'état de santé général[20],[21]. Ce principe relève de la pseudoscience tout comme le concept de vitalisme sur lequel repose la technique[22].

Après avoir identifié ces perturbations dynamiques par une méthode diagnostique spécifique et l'analyse chiropratique, le chiropracteur entreprend alors la correction (selon un protocole de soins) au moyen entre autres d'ajustements chiropratiques (appelées communément « manipulations vertébrales »).

Méthode[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'ajustement chiropratique consiste en l'application, avec la main, d'une pression ponctuelle qui peut être forcée ou non, c’est-à-dire une impulsion précise, non traumatisante et codifiée, sur un segment ostéoarticulaire. Les manipulations dites HVLA . La différence entre l'ajustement chiropratique et d'autres formes de manipulations vertébrales est la très grande spécificité de la technique, c'est-à-dire que l'impulsion est appliquée sur un seul segment selon un vecteur donné. On dit alors qu'il s'agit d'une manipulation vertébrale à court bras de levier[23]. La précision est sa première caractéristique[24],[25].

Démonstration de chiropraxie au salon Vivre autrement à Paris.

La majorité des chiropracteurs a également recours à des instruments pour réaliser leurs ajustements (ex. : la technique Activator, ou de la technique Petitbon) ou à des tables de manipulation multi-articulées (technique Thompson ou Chiropractic Biophysics). Les chiropraticiens pratiquant une technique dite de Flexion/Distraction segmentaire (COX) utilisent une table très spécialisée, afin de traiter particulièrement la pathologie discale. La réglementation octroie donc à cette profession un panel de techniques et technologie très spécifique afin d'apporter une qualité dans l'acte de prise en charge du patient.

Le chiropracteur peut également utiliser[26] des méthodes non invasives à vissées antalgiques comme les ultrasons, la cryothérapie, l'électrothérapie, etc.[27].

Dans de nombreux cas, le chiropracticien recommandera des exercices[26],[28] qui aideraient à faciliter le retour du patient à ses activités de la vie quotidienne[29].

La prise en charge du chiropraticien, ne se résume pas qu'à la pathologie vertébrale commune ou articulaire périphérique, mais également s'intéresse aux pathologies dites « de tissus mous » (ex. : tendinopathie de l'épaule, épicondylite, myoaponévrosite plantaire, etc.).

Aussi, plusieurs chiropraticiens utilisent également des formes de thérapies myofasciales telles qu'« Active release technique » (A.R.T), « Graston technique », points gâchettes ou d'autres formes de massage profond, associées à des exercices de réadaptation.

Il est de la philosophie de la chiropratique d'éduquer son patient à une meilleure hygiène de vie, tant pour ce qui concerne son alimentation que son mode de vie, plus précisément ses habitudes de sommeil et son activité physique. Ainsi, le chiropraticien essaie d'avoir un effet global sur la santé de chacun de ses patients, et un effet bénéfique sur la santé publique.

C'est donc par tous ces moyens que le chiropraticien prétend soigner ses patients et prévenir les troubles neuro-musculo-squelettiques.

Certaines techniques sont spécialisées dans la chiropratique spécifique des cervicales supérieures.

Expension de gaz dans le liquide synovial contenu dans la capsule articulaire

Craquement des articulations[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Craquement des articulations.

Lors de l'ajustement chiropratique de type HVLA (haute vélocité, faible amplitude) les facettes articulaires sont soudainement séparées en dépassant la barrière de mouvement élastique qui limite le normalement le mouvement[30]. Il se produit alors une cavitation audible sous la forme d'un son de craquement ou d'éclatement (''crac'' ou ''pop'') et l'apparition d'une cavité radio-transparente dans l'espace articulaire[31].

Ce son est dû à l'expansion rapide de gaz dans le liquide synovial de la capsule articulaire lorsque celui-ci et non à un craquement des os. Le gaz libéré est composé à 80% de dioxyde de carbone[31],[32].

Le craquement indiquerait une séparation brève des facettes articulaires, par contre, son intensité ne serait pas une mesure sur la grandeur de l'écart créé ces-dernières[33].

Selon plusieurs études[34],[35],[36],[37], la présence d'une cavitation audible serait nécessaire afin d'obtenir les forces nécessaires des tissus périarticulaire sans causer de dommage musculaire. Il est aussi suggéré que le chiropraticien peut détecter de manière précise la cavitation. Il est toutefois impossible de se baser uniquement sur le son, ainsi le son d'un relâchement audible n'indique pas nécessairement que les bons réflexes ont été stimulés.

Il n'y aurait donc pas preuve directe de bénéfice thérapeutique physiologique d'un relâchement audible lors d'un ajustement chiropratique. D'ailleurs, répéter l'ajustement brièvement après une cavitation non audible avec l'objectif d'entendre une cavitation pourrait même causer des dommages puisque l'articulation est potentiellement déjà étirée au-delà de sa limite anatomique de mouvement. Cette période est appelée la période réfractaire[31],[38].

Peut-être le plus grand bénéfice thérapeutique d'un craquement audible ne sera pas de nature physiologique, mais plutôt psychologique. Le craquement articulaire peut avoir un puissant effet placebo à la fois sur le patient et sur le praticien. Il est possible que le patient s'attende à entendre un craquement pendant le traitement et interprète ce son comme un ajustement réussi. Si les attentes du patient ne sont pas satisfaites, il pourrait y avoir un effet négatif sur le résultat clinique. Par contre, si un craquement audible est obtenu, en particulier avec le renforcement du praticien, un effet placebo puissant peut être attendu. Le craquement pourrait plutôt avoir un effet placebo sur le patient s'il juge qu'un ajustement réussi doit pouvoir être entendu[39].

Formation[modifier | modifier le code]

Palmer College of Chiropratic à Davenport en Iowa.

Les études de chiropratique sont des études supérieures en écoles privées, ou dans quelques universités, principalement localisées aux Etats-Unis. Si les principales universités qui enseignent la chiropraxie se trouvent aux Etats-Unis, la plus célèbre étant celle de Davenport en Iowa, plusieurs autres universités délivrent cette formation comme l’université de Trois-Rivières au Canada, ou le Royal Melbourne Institute of Technology en Australie notamment.

En Europe, 9 unités de formations sont accréditées : l’AECC University College, le Barcelona College of Chiropractic, l’IFEC – Institut Franco-Européen de Chiropraxie, le McTimoney College of Chiropractic, le RCU Escorial Maria-Cristina, le Syddansk Universitet Odense, l’University of South Wales – Welsh Institute of Chiropractic et l’University of Zurich[40].

Les études de chiropraxie durent cinq années, les élèves sont soumis à des contrôles constants[41],[42]. Certaines formations octroient au chiropraticien un diplôme de radiologie (théorique et pratique), comme au Canada, aux Etats-Unis et en Suisse[43]. En France, un chiropracteur ne peut pas faire ou prescrire de radio, cependant, il peut envoyer le patient chez son médecin traitant pour en demander une.

Il existe un réseau international d'agences d’accréditations des études de chiropraxie[44] : The Councils on Chiropractic Education International[45]. Dans certains pays, ces agences ont une reconnaissance légale.

Aux États-Unis Il s'agit du Council on Chiropractic Education reconnu depuis 1972 par The U.S. Commissioner of Education, Department of Health, Education and Welfare,

Au Canada c'est La Fédération chiropratique canadienne des organismes de réglementation professionnelle et d'agrément des programmes d'enseignement (la Fédération)[46] qui est une association d’organismes provinciaux et territoriaux de réglementation professionnelle de la chiropratique et d’agrément des programmes d’enseignement constituée en vertu de la Loi sur les Corporations canadiennes.

En Australie et Asie il s'agit du Council on Chiropractic Education Australasia Inc.[47].

Au Québec[modifier | modifier le code]

Les étudiants ont accès à un programme universitaire de doctorat de premier cycle en chiropratique délivré par l'UQTR. Voici une description tirée du site du programme : « la préparation à l'exercice de la chiropratique comporte trois axes d'apprentissage : une formation fondamentale en sciences biologiques et de la santé (anatomie, physiologie, histologie, sciences biochimiques et physiopathologiques, diagnostics clinique et radiologique, etc.), une formation spécialisée dans tous les aspects de la discipline chiropratique (études théoriques, pratique professionnelle, diagnostics et applications chiropratiques, etc.) et une formation clinique comprenant 1 530 heures de stages et d'internat. Le programme comprend 2 382 heures de formation théorique et 2 587 heures de formation pratique. Cette dernière fait appel aux laboratoires suivants : anatomie humaine, physiologie, histopathologie, diagnostic, radiologie, biomécanique et techniques chiropratiques. La formation clinique (stages et internat) s'effectue dans le cadre de la clinique universitaire installée dans le Pavillon de Chiropratique[48]. »

Depuis 1993, l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) offre le programme de Doctorat de premier cycle en chiropratique. Le programme est d'une durée de 5 ans et de 245 credits. C'est le premier programme de Doctorat en chiropratique offert en français dans une université dans le monde.

En France[modifier | modifier le code]

Il existe un unique établissement de formation, l'Institut Franco Européen de Chiropraxie (IFEC)[49], accrédité selon les normes internationales, ce qui signifie que ses diplômés peuvent légalement exercer dans plus d'une quarantaine de pays[50]. Le diplôme français de chiropraticien est accrédité par l’European Chiropractor's Union (ECU), qui regroupe 20 pays européens[51]. Le diplôme délivré par l'IFEC est le seul diplôme permettant d'exercer la profession de chiropracteur en France. Il est agréé par le Ministère de la Santé et reconnu RNCP Niveau 1, soit le niveau Master Bac +5 (300 crédits ECTS)[52].

L'IFEC est constitué de deux campus, le premier à Ivry-sur-Seine, près de Paris, le second à Toulouse[53]. Selon l'Académie de Médecine la formation dure cinq années pour 4 960 heures de cours (l’arrêté n’en exige que 3 520[54]). L’objectif affiché de la formation est de permettre la prise en charge (diagnostic, traitement, prévention) des troubles neuro-musculo-squelettiques (en particulier de la colonne vertébrale). Le programme des études est très proche de celui des deux premiers cycles des études médicales[54], plus l’enseignement particulier des techniques de la chiropraxie[54]. L’effectif des enseignants des deux sites est de 65, dont dix médecins[55]. Une collaboration entre le programme UFRSTAPS de l'Université de Paris-sud-Orsay et l'IFEC[56] est mise en place[57].

Les chiropracteurs peuvent, après leurs études, se spécialiser dans des techniques de soins chiropratiques (ex. : COX Flexion/Distraction[58]) ou acquérir des compétences particulières dans de véritables spécialités comme la Fédération internationale de chiropratique du sport[59] (FICS), la radiologie[60], l'orthopédie chiropratique[61], la chiropraxie pédiatrique, la chiropraxie animale, la neurologie chiropratique[62]. Pour les premiers, ils obtiendront des certifications post-doctorales dans les techniques ou compétences choisies, les seconds obtiendront des certificats de spécialisation post-doctorale dans les spécialités choisies.

Techniques chiropratiques particulières[modifier | modifier le code]

Thompson[modifier | modifier le code]

La technique Thompson a été développé par Dr J. Clay Thompson il y a plus de 50 ans. Cette technique chiropratique est enseignée dans plusieurs écoles accréditées dans le monde et via des séminaires de formation, enseignés par Dr John Minardi, DC. La technique Thompson utilise des tables adaptées munies de pièces mobiles (drops), afin de prodiguer un ajustement précis et sans cavitation[63]. L'outil d'analyse principal ce fait par la vérification des jambes (legcheck). En fait, une compensation créé par une subluxation entraîne une traction des épineux engendrant une jambe fonctionnellement plus courte. Évidemment, pour être considérée comme pathologique, l’écart entre la longueur des jambes doit être de plus de 5 mm (1/4’’). Pour permettre une constance dans les mesures, la vérification des jambes doit être effectuée sur le dos, ce qui stabilise les joints SI et les jambes ne doivent être supportées qu’au ¾ du mollet. Le docteur prend chaque pied et applique une pression égale en penchant le corps vers le patient. La malléole médial sert de repère.

Kinésiologie Appliquée[modifier | modifier le code]

Les origines de la Kinésiologie Appliquée[64] datent de 1964, lorsque Dr Georges J. Goodheart Jr.[65], chiropraticien, a fait l’observation qu’en l’absence d’anomalies congénitales ou pathologiques, un débalancement postural était souvent associé avec une incapacité de certains muscles à répondre efficacement à un test musculaire spécifique. Il a aussi observé que des nodules douloureux étaient souvent palpables au niveau de l’origine et de l’insertion du muscle « défectueux » testé. La manipulation manuelle de ces zones de dysfonction soupçonnées améliorait l’équilibre postural ainsi la capacité du muscle à répondre au test musculaire spécifique. Goodheart ainsi que d’autres ont par la suite observé que plusieurs techniques de traitement conservatrices amélioraient la fonction neuromusculaire évaluée par le test musculaire. Ces techniques de traitement[66] sont devenues la base des thérapies utilisées en Kinésiologie Appliquée. Les techniques utilisées regroupent des manipulations et mobilisations articulaires spécifiques, des thérapies myofasciales variées, des techniques crâniennes, des traitements utilisant les méridiens d’acupuncture, la nutrition clinique, la modification de la diète de base et l’utilisation de réflexes divers. Avec la recherche continue, les procédures de traitement ont continué de se diversifier et de se modifier au fil des ans. Bien que plusieurs techniques de traitement utilisées en Kinésiologie Appliquée proviennent de techniques préexistantes (ex : Strain CounterStrain, Fascial Release, Trigger points[67]), certaines ont été et continuent d'être développées de novo à l’intérieur de cette discipline en constante croissance.

De nos jours, la Kinésiologie Appliquée (KA)[64],[68] est une approche interdisciplinaire des soins de santé qui rassemble les éléments centraux de diverses thérapies complémentaires afin de créer une approche plus complète du diagnostic et des traitements des diverses maladies fonctionnelles. La Kinésiologie Appliquée (KA) utilise des évaluations fonctionnelles du patient telles l’analyse de la posture et du patron de marche, l’évaluation de l’efficacité de contraction musculaire[69] comme indicateur pour le système nerveux, l’amplitude de mouvement, la palpation statique et dynamique. Les informations soutirées de ces examens sont combinées aux résultats des évaluations traditionnelles (histoire clinique de la problématique, examen clinique, analyses de laboratoire, mesures instrumentales) afin d’en arriver à une impression diagnostique qui tient compte de la nature unique du patient et de sa condition physiologique particulière. Le cas échéant, cette impression clinique est utilisée comme trame de base pour établir un plan de traitement conservateur spécifique au patient.

Contrairement à d’autres spécialités en chiropratique, la KA s’est inspirée en plus de plusieurs sources hors de la profession chiropratique. Du domaine chiropratique, les travaux de DeJarnette, Bennett, et autres ont été combinés avec les travaux de certains ostéopathes comme Sutherland et Jones et avec des travaux du domaine médical de la part de pionniers tels Travell, Wicke, Pert, Janda, Dvorak’s et plusieurs autres à venir qui enrichissent cette mer de connaissances qu’est la KA.

Les professionnels de la santé pratiquant la Kinésiologie Appliquée sont regroupés dans le Collège International de Kinésiologie Appliquée (ICAK)[70],[71].

Activator[modifier | modifier le code]

La technique Activator utilise un instrument d’ajustement chiropratique capable de produire une force d’impulsion contrôlée dans un vecteur  contrôlable, avec une grande vitesse[72]. Tout comme la technique Thompson, cette technique va utiliser la vérification des jambes (legcheck) comme outil d'analyse.

Atlas Orthogonal[modifier | modifier le code]

La technique d'atlas orthogonal a été développée par le Dr Roy Sweat fin 1960. Dans les années 1930, l’ajustement à l’aide d’instruments était à l’étude. Vers le milieu des années 1950, l’instrument à percussion (dérivé de la médecine dentaire) pouvait répéter infailliblement un ajustement vertébral. Dr Sweat a combiné l’instrumentation et l’analyse orthogonale. Pour déterminer le plan de traitement adéquat, on procède à l'analyse radiographie en incluant les vues cervicales latérales, nasium, vertex et bouche-ouverte (APBO), on fait la vérification des jambes (avant/ après), une palpation de la sensibilité des 4 quadrants (grade 1 à 3) sera effectuée, on procède au positionnement du patient et calcul du vecteur d’ajustement. Selon les résultats d'analyses, la correction vertébrale s'effectuera sur le côté (side posture) en contactant le processus transverse de l'atlas (C1). L'ajustement se fait par l'onde du percuteur via le stylus.

Gonstead[modifier | modifier le code]

Le principe de base de la technique Gonstead explique que toute structure se doit d’avoir une base, une fondation, solide afin d’assurer une certaine durabilité et une bonne longévité. Celle-ci a apporté une vision différente de la majorité des autres techniques ce qui explique sa popularité à long terme. En effet, la grande majorité des chiropraticiens connaissent de nom ou de manière plus approfondie le travail de Dr Clarence Gonstead DC[73][réf. insuffisante].

Statut de la profession[modifier | modifier le code]

Il existe en Angleterre, Suède, Japon, Australie, Afrique du Sud, Canada, etc. une vingtaine d'universités formant au titre de chiropracteur. Ces diplômes sont reconnus officiellement dans la majorité des grands pays industrialisés comme les États-Unis, le Canada, la Suisse[74], le Royaume-Uni[75], le Danemark, l'Australie, la Nouvelle-Zélande. La chiropraxie est aussi partenaire officiel de l'Organisation mondiale de la santé par le biais de la Fédération mondiale de chiropraxie[76]. Par ailleurs, l'OMS a fait paraître ses « Directives pour l'enseignement et la sécurité en chiropratique »[77].

Au Québec[modifier | modifier le code]

Pendant très longtemps, de nombreux chiropraticiens ont fait des démarches répétées pour obtenir une loi québécoise établissant les conditions requises pour exercer la chiropratique. En 1973, la Loi sur la chiropratique (L.Q. 1973, ch. 56) fut adoptée par l’Assemblée nationale du Québec.

La loi sur la chiropratique établit les règles concernant l’exercice de la chiropratique au Québec, en décrit l’exercice et en précise les conditions. Elle institue aussi la création de l’Ordre des chiropraticiens du Québec[78].

Dans l’intérêt de la société, l’Ordre, régi par le Code des professions, édicte des normes de qualification et effectue le contrôle de l’acte professionnel. Tout chiropraticien exerçant légalement au Québec est obligatoirement membre de l’Ordre des chiropraticiens du Québec.

En France[modifier | modifier le code]

En France, les actes accomplis par les chiropracteurs ne sont pas conventionnés par l’Assurance Maladie, et à ce titre, ne sont donc pas remboursés par la Sécurité Sociale. L’intégralité des frais de consultations et de soins sont à la charge du patient.

Le 3 juillet 2018, la Ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a d'ailleurs déclaré que les consultations de chiropraxie ne seraient jamais remboursées par la Sécurité sociale[79]. Certaines mutuelles de santé complémentaires acceptent cependant une prise en charge partielle des traitements prodigués, selon leurs conditions contractuelles préalablement établies[80]. On peut citer par exemple des mutuelles telles que Allianz ou AXA pour les plus connues. Les honoraires sont totalement libres et variables selon les praticiens : de 35 à 70 euros par séance en moyenne, très rarement à plus de 100 euros selon les praticiens et la nature de l’acte accompli[81].

L'activité de chiropracteur a été régulée par la loi Kouchner de mars 2002 (art. 75)[82], en même temps que celle d'ostéopathe, le décret d'application a été signé le 7 janvier[83] (décret no 2011-32 du 7 janvier 2011 relatif aux actes et aux conditions d’exercice de la chiropraxie).

Les chiropracteurs sont reconnus officiellement et leur pratique est encadrée par une loi depuis 2011[84]. Ils ont obtenu en outre le droit de manipuler les cervicales, pratique très controversée en France. La formation est aussi encadrée[85], par le décret de février 2018 qui impose 5 années universitaires, totalisant 4 960 heures de cours théoriques, pratiques et stages en structure hospitalière publique ou privée. Ce cursus est crédité de 300 ECTS, ce qui lui donne une équivalence de niveau Master 2 universitaire.

Au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le titre est protégé depuis The Chiropractic Act de 1994[86]. La formation est universitaire[87]. Il existe la possibilité de prescrire des examens d'imagerie médicale et de posséder le matériel radiographique pour la réalisation des clichés radiographiques standards. Les chiropracteurs sont en voie d'intégration dans le parcours de soins pour la prise en charge des pathologies ostéoarticulaires.

En Suisse[modifier | modifier le code]

Le titre est protégé depuis 1974[88],[89]. La formation est universitaire de type médical[90]. Les chiropracteurs sont désormais officiellement reconnus comme une profession de type médical universitaire équivalent français des professions visées à la quatrième partie du Code de la santé publique, au même titre que les médecins, dentistes et sages-femmes[91]. Cette loi définit par la même occasion les collèges et universités reconnus susceptibles de former les chiropraticiens. Comme toute autre profession médicale, les chiropracteurs suisses sont habilités à poser un diagnostic, à recourir aux investigations de laboratoire, d’imagerie, voire à posséder leur propre installation radiologique. Les prises en charge sont remboursées par l’assurance maladie, y compris pour les prescriptions de certaines médications à visée antalgique et de contrôle de la douleur.

Il existe la possibilité de prescrire et d'effectuer les examens d’imagerie. Les chiropraticiens bénéficient de l'ensemble de la panoplie des traitements conservateurs y compris les médicaments pour lutter contre la douleur. La prise en charge s'effectue par l'assurance-maladie.

En Belgique[modifier | modifier le code]

  • le titre est reconnu[92] ;
  • la formation s'effectue à l'étranger dans les écoles reconnues sur le plan international ;
  • il existe une possibilité de prescription ;
  • les soins sont pris en charge par les organismes privés.

En Italie[modifier | modifier le code]

La profession est reconnue depuis le 21 décembre 2007 comme profession de santé de premier contact.

En Suède[modifier | modifier le code]

  • la profession de chiropraticien est reconnue et le titre est protégé depuis 1989[92] ;
  • les soins sont pris en charge par l'assurance-maladie ;
  • les praticiens travaillent en première intention et posent un diagnostic.

En Finlande[modifier | modifier le code]

  • le titre est protégé et reconnu depuis 1994[93],[94],[95] ;
  • la prise en charge est partielle par l'assurance-maladie et par les assurances privées ;
  • la prescription d'imagerie est possible mais n'est pas remboursée.

Aux Pays-Bas[modifier | modifier le code]

  • il existe une possibilité d'exercice mais il n'y a pas de protection du titre.[96] ;
  • l'intégration n'est pas faite dans le système de santé nationale. Seuls les chiropracteurs référés par un médecin sont éligibles pour le remboursement des consultations[97].

En Norvège[modifier | modifier le code]

  • la profession chiropratique bénéficie d'un statut d’une profession de type médical et protégé[98] ;
  • les chiropracteurs sont des praticiens de premier contact et posent leur diagnostic ;
  • ils ont un droit de prescription d'examens complémentaires, d'imagerie (radiographies, I.R.M., scanners, échographie et Doppler) ;
  • les chiropracteurs ont la possibilité de prescrire des arrêts de travail de moins de huit semaines ;
  • ils ont la possibilité de référer à un spécialiste dans le cadre du parcours de soins dont la prise en charge est assurée par l'assurance-maladie ;
  • ils ont la possibilité de prescrire des actes de kinésithérapie.

Au Danemark[modifier | modifier le code]

  • le statut est celui d'une profession médicale dont le titre est protégé depuis 1992[99] ;
  • l'association des chiropracteurs a vocation ordinale et disciplinaire ;
  • les soins chiropratiques sont partiellement pris en charge par l'assurance-maladie depuis 1978[100] ;
  • les chiropracteurs sont intégrés dans le système de santé national ;
  • les chiropracteurs sont habilités à faire des radiographies et à posséder leur propre matériel ;
  • ils travaillent aussi bien à l'hôpital qu'à l'université ;
  • ils ont la possibilité de référer vers un spécialiste dans le cadre du parcours des soins avec une prise en charge par l'assurance-maladie ;
  • la formation est universitaire.

Critiques et controverses à propos de la chiropratique[modifier | modifier le code]

Critiques des principes théoriques[modifier | modifier le code]

La théorie de la subluxation, fondement historique de la chiropraxie est rarement évoquée avec les patients.[réf. nécessaire] Les patients réguliers des chiropracteurs ne connaissent souvent pas ses bases historiques mystiques[101][non neutre]. Pour ses détracteurs, il s'agit donc d'une théorie peu étayée qui ne satisfait pas aux critères scientifiques. L'Académie de médecine française met en garde contre l'hétérogénéité des qualifications des chiropracteurs. Dans ce rapport, l’Académie souligne que « les méthodes manuelles à visée diagnostiques et thérapeutiques prônées par l’ostéopathie et la chiropraxie s’appuient, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, sur des a priori conceptuels dénués de tout fondement scientifique. L’Académie sait très bien que ces méthodes sont, depuis toujours, pratiquées. Mais elle ne saurait les cautionner. »[102] Le président de la commission chargée de la rédaction de ce rapport déclare lors d'un entretien : « Attention ! Les chiropracteurs utilisent aussi des techniques de manipulation mais ils veulent garder leur autonomie professionnelle par rapport à la médecine de soins et surtout vis-à-vis de l’ostéopathie. Ils se limitent à l’appareil locomoteur, à la lombalgie commune et à la cervicalgie courante. Leur souci majeur est d’éviter les accidents de manipulation et avant tout d’identifier les contre-indications possibles. Est-ce possible sans connaissances médicales et sans contact avec les médecins traitants ? Encore peu nombreux en France (450) ils sont très organisés aux États-Unis et surtout en Europe du Nord. Ils acceptent cependant de collaborer dans la recherche clinique et technique avec des médecins de médecine physique, des rhumatologues et des chirurgiens orthopédistes[103]. »

Le rapport entraîna des protestations officielles tant du Doyen Ludes[104] que des représentants de la chiropratique française et occasionna une réponse scientifique de la SOFEC (SOciété Franco-Européenne de Chiropratique)[105].

Selon le Pr Ludes : « ce rapport [de l'académie de médecine] est clairement opposé à l’attribution d’un titre d’ostéopathe ou de chiropracteur pour des personnes n’exerçant pas une profession de santé. Toutefois l’étude bibliographique citée aurait gagné en pertinence si elle avait été conduite selon les critères actuellement en cours, et conduite en prenant en compte les publications récentes dans les journaux anglo-saxons à comité de lecture en utilisant les principes du « reviewing » international employés dans les sociétés savantes. Nous produisons en annexe les réflexions de la Société franco-européenne de chiropraxie qui fait état de travaux publiés dans le « Journal of manipulative and physiological therapeutics » qui est une revue indexée par MEDLINE. De plus le descriptif des protocoles thérapeutiques utilisés dans les articles scientifiques cités dans ce rapport ne semble pas suffisamment analysé pour étayer les conclusions de ce dernier[104]. »

Dans son rapport de 2013 sur les thérapies complémentaires, l'Académie nationale de Médecine fait la distinction entre chiropraxie et l'ostéopathie, mais recommande d'éviter l'usage de ces deux thérapies en l'absence d'un diagnostic médical ou lorsque la présentation clinique est inhabituelle ou persistante[54]. Selon les détracteurs de la chiropratique, seule une minorité de praticiens est critique envers la théorie de la subluxation et travaille selon des méthodes s'éloignant d'une conception « mystique » de la chiropratique [réf. nécessaire].

Critiques de l'efficacité et de l'innocuité de la chiropratique[modifier | modifier le code]

Les études concernant l'efficacité de la chiropratique sont souvent accusées d'être biaisées et dans le monde de la médecine, la pratique chiropratique est encore critiquée[106].

Les ajustements pour les douleurs cervicales et lombaires sont jugés efficaces pour traiter les douleurs au bas du cou[107],[108],[109] et du dos[110],[111],[112],[113]. Une revue systématique publiée en avril 2017 par le Journal of American Medical Association supporte aussi ses recherches[114]. Selon les observations des dernières recherches, les manipulations vertébrales peuvent réduire modérément la douleur au dos d'une personne.

Les manipulations vertébrales seraient aussi recommandées par le prestigieux journal médical The Lancet lors de la parution de la Low Back Pain Serie, parue en mars 2018[115].Les soins chiropratique ont aussi été recommandé par le Harvard Medical School[116] ainsi que dans les directives cliniques du American College of Physicians[117].

Toujours en cas de douleur au dos, la chiropratique aiderait aussi à de meilleurs résultats cliniques pour le patient, surtout lorsque combiné avec un suivi médical standard[118] et que les soins chiropratiques ont le meilleur rapport coût/efficacité[119],[120],[121] et de meilleur rendement de satisfaction du patient[122].

Selon le Dr Ronald Glick,professeur adjoint de psychiatrie, de médecine physique et de réadaptation à l'University of Pittsburgh School of Medicine et coauteur de plusieurs, les bénéfices de la chiropratique pour les douleurs du bas du dos aiguës sont largement acceptés dans la communauté médicale. Un grand progrès selon lui sur les 30 dernières années.

Toutefois, la chiropratique est toujours controversée quant aux bénéfices pour des conditions pas en liens avec le système neuro-musculo-squelettique[106].

Dr Scott Haldeman, neurologiste et chiropraticien à UCLA et UC Irvine explique le problème par le manque d'un front unifié chez les chiropraticiens. Un chiropraticien pourrait baser sa pratique sur la recherche scientifique tandis qu'un autre pourrait se décrire comme solution miracle à tous les problèmes.

La chiropratique a été accusée de causer des accidents vasculaires cérébraux autant dans les médias et que par des chercheurs[123]. Il a été suggéré que lorsque le chiropraticien ajuste le cou, il pourrait causer une déchirure de l'artère vertébrale localisée dans les vertèbres cervicales. Par contre, la cause serait plutôt une coïncidence plutôt que la faute de l'ajustement chiropratique. La recherche indique que les patients visiteraient leur chiropraticien pour une douleur causée par un accident vasculaire cérébral en cours plutôt que le chiropraticien qui cause l'accident[124],[125],[126]. Le patient irait donc consulter pour une douleur au cou ou un mal de tête, tous les deux des symptômes d'un AVC[127], alors qu'ils ont un accident vasculaire cérébral en cours. Une étude de 2001 indique même que les personnes de moins de 45 ans victimes d'un AVC ont cinq fois plus de chance d'avoir consulté un chiropraticien durant la semaine précédant l'AVC[128].

L'étude de Cassidy[124] à ce sujet a été très exhaustive. Ils ont observé tous les cas admis aux hôpitaux ontariens pour des accidents vasculaires cérébraux dus à une rupture de l'artère vertébrale entre et . Ils ont comparé l'âge, le sexe et l'historique médical de consultation en chiropratique et en médecine de chaque patient. Après compilation, Il y a eu 818 cas d'AVC de l'artère vertébrale hospitalisés sur une population de plus de 100 millions de personne-année. Selon les statistiques recueillies, les risques d'engendrer un AVC suite à la visite d'un chiropraticien seraient les mêmes que pour une visite chez un médecin.

En ce qui attrait d'une déchirure de l'artère vertébrale, une étude[129] aurait trouvé seulement 23 cas sur plus de 134 millions de manipulations chiropratiques au Canada entre 1988 et 1997.

Néanmoins, selon une étude publiée par le chercheur chiropraticien Alan Terrett, les accidents de manipulations seraient le plus souvent faussement attribués aux chiropraticiens lors d'étude sur les risque des manipulations vertébrales auprès d'auteur médicaux, de journaux médicaux respectés et d'organisation médicale. Alors qu'ils sont finalement, après enquête, déterminés comme étant le fait de divers manipulateurs (non-chiropraticiens)[130]. Une position aussi partagée par le chiropraticien Adrian Wenban en lors d'une autre étude en 2006[131].

Quant à des blessures moins sérieuses, une augmentation de la douleur et de la rigidité de l'articulation sont communes et se soulagent rapidement après le traitement[132],[133]. Fatigue, étourdissements, nausées ou résonnements dans les oreilles ont aussi été observés, mais sont peu communs.

Lorsque comparé aux conséquences potentielles des autres traitements comme la médication par opioïde (dépendance et mort dû à une overdose)[134] et la chirurgie, les risques des soins chiropratiques sont minimes[115],[135].

Offensive de l'AMA (1962-1987)[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En novembre 1962, le docteur Robert Throckmorton, secrétaire de l'Iowa Medical Society présente son plan pour « contrôler et éliminer » les chiropraticiens de l'Iowa[136]. Il est nommé conseiller spécial de l'AMA en septembre 1963.

L'American Medical Association nomme Throckmorton conseiller spécial pour mettre son plan en action au niveau national et lui annonce que « la chambre des délégués » et la commission juridique de l'A.M.A ont décidé que « leur objectif était, principalement, l'élimination complète de la chiropratique[137]. »

Le 2 novembre 1963, le Comité sur la chiropratique est rebaptisé « comité sur le charlatanisme » pour « éviter de donner une quelconque légitimité à la chiropratique ». Il effectuera des actions d'« information » jusqu'en 1968, mais le Congrès revient sur cette décision en 1972.[réf. nécessaire]

En 1968, chaque médecin est invité à placer dans sa salle d’attente un exemplaire de la brochure d'information de l’AMA « chiropractic, the unscientific cult » (chiropratique, la secte non scientifique). Plus de 10 000 brochures sont distribuées dans les lycées pour « informer » les futurs étudiants en chiropratique et leurs futurs clients. En 1969, un journaliste publie en partenariat avec l’A.M.A un livre : « À vos risques et périls ! ».[réf. nécessaire]

En 1975, un chiropraticien, Chester Wilk DC, et quatre de ses confrères de Chicago, portent plainte devant la cour fédérale, pour violation de la loi anti-trust. Après un premier procès en 1981 la cour d’appel ordonne un second procès qui débute en juin 1987.

En septembre 1987, le juge Getzendanner déclare l’AMA, l’American College of Radiology, l’American College of Surgeons et l’American College of Orthopedic Surgeons coupables de conspiration illégale en vue de « contenir et d'éliminer la profession chiropratique, en désorganisant l’éducation chiropratique, le remboursement par les assurances, les relations avec les médias et le gouvernement, les relations interprofessionnelles, et d’autres activités de boycott en violation du Sherman Antitrust Act », jugement définitivement confirmé par la cour suprême des États-Unis en 1990[138]. Le jugement de 1987 a considéré que l’AMA n’avait pas respecté les critères (b) ou (d) de la défense fondée sur les soins aux patients » Wilk et al. V. American medical Association (1987) Judgement (Northern district of Illinois, Eastern division No.76 C3777)[139].

Dès le milieu du procès, l’American Hospital Association affirmait « L’American Hospital Association désavoue spécifiquement tout effort illégal d’un quelconque groupe privé, concurrent pour « contenir », « éliminer » ou bien saper la confiance du public dans la profession chiropratique »[140].

Cette page de l'histoire semble être tournée dans d'autres pays avec le développement de la chiropratique universitaire. Dans le cadre de la Joint and Bone decade (2000-2010), les chiropraticiens ont participé en nombre, mais aussi dirigé la Neck Pain Task Force[141].

Article dans The Guardian[modifier | modifier le code]

Le 19 avril 2008, le journaliste scientifique Simon Singh publie un article dans le quotidien britannique The Guardian critiquant la chiropratique[142],[143]. En réponse, l'association britannique de chiropratique (British Chiropractic Association) l'attaque en justice pour diffamation. À cette annonce, le Guardian a décidé de prendre à sa charge les frais de conseil juridique ainsi que de payer les frais légaux du BCA dans le cas où Singh choisirait de régler l'affaire à l'amiable avant de définitivement retirer l'article de son site web[144].

L'enquête préliminaire a eu lieu le jeudi 7 mai 2009 devant le juge Sir David Eady. Ce dernier conclut que les propos tenus par le journaliste signifiaient que le BCA avait délibérément menti sur la nature de ses activités[144]. Simon Singh a donc demandé le droit de faire appel à cette déclaration par le juge Eady. Le juge John Laws lui a accordé ce droit de faire appel le 14 octobre 2009[145]. Le 1er avril 2010, la cour d'appel a déclaré que le juge Eady a commis une erreur dans son jugement et que les expressions écrites par Singh dans son article tombaient sous la définition légale de « fair comment » (commentaire loyal)[146]. Le 15 avril 2010, le BCA a retiré son procès contre Singh[147].

Simon Singh s'était appuyé sur les travaux du Pr Ernst qui a publié de nombreux articles s'attaquant aux médecines alternatives[148].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'Association Française de Chiropratique (AFC)
  2. Rapport sur l'efficacité de la chiropraxie, par l'unité Inserm U669
  3. (en) M. J. Haynes, K. Vincent, C. Fischhoff, A. P. Bremner, O. Lanlo, G. J. Hankey, « Assessing the risk of stroke from neck manipulation: a systematic review », International Journal of Clinical Practice, vol. 66, no 10,‎ , p. 940–947 (ISSN 1742-1241, PMID 22994328, DOI 10.1111/j.1742-1241.2012.03004.x, lire en ligne)
  4. 1 « Évaluation de l’efficacité de la pratique de la chiropratique » Caroline Barry, Isabelle Dufaure, Bruno Falissard, avec l’expertise critique d'Olivier Gagey et Philippe Ravaud, p. 2
  5. a et b D.D. Palmer's Religion of Chiropractic Lettre de D.D. Palmer à P.W. Johnson, D.C., 4 mai 1911. Dans la lettre, il se réfère souvent à lui-même à la troisième personne, à la manière des monarques, et aussi comme le « Old Dad » (le vieux papa).
  6. (en)Palmer D.D., The Science, Art and Philosophy of Chiropractic. Portland, Oregon: Portland Printing House Company, 1910.
  7. (en) Ernst, E. « Chiropractic: a critical evaluation » Journal of pain and symptom management 2008;35(5):544–62. DOI:10.1016/j.jpainsymman.2007.07.004
  8. (en) D. D. Palmer, The Chiropractor, Health Research Books, (ISBN 9780787306526, lire en ligne)
  9. Sur le site de l'APHA
  10. http://www.fics-sport.org/portal/index.php?option=com_content&task=view&id=14&Itemid=28 Site de la Fédération Internationale de Chiropratique du Sport (FICS)
  11. Sponsors de la FICS
  12. (en) « Implications and limitations of appropriateness studies for chiropractic », (consulté le 5 janvier 2016)
  13. Loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé - Article 75 (lire en ligne)
  14. « Rapport Thématique - Evalution de l'efficacité chiropractique. », sur inserm.fr, (consulté le 16 octobre 2018)
  15. « Les faits en chiropratique », sur www.wfc.org (consulté le 16 octobre 2018)
  16. « chiropraxie — Wiktionnaire », sur fr.wiktionary.org (consulté le 16 octobre 2018)
  17. (en) Press, Stephen J. History of Sports Chiropractic, New Jersey, C.I.S Commercial Finance Grp., Ltd., p. 241-2, http://www.historyofchiropractic.org/books, 2013, (ISBN 9781105536830)
  18. Sur chiropratique.org
  19. Sur Vertebre.com
  20. (en) « Effects of spinal manipulation »
  21. http://www.chiroandosteo.com/content/16/1/5
  22. Monvoisin et Pinsault 2014.
  23. « Rapport Thématique : Evaluation Efficacité Chiropractique », sur Inserm.fr, (consulté le 22 octobre 2018)
  24. Walter Herzog, « The biomechanics of spinal manipulation », Journal of Bodywork and Movement Therapies, vol. 14, no 3,‎ , p. 280–286 (ISSN 1532-9283, PMID 20538226, DOI 10.1016/j.jbmt.2010.03.004, lire en ligne)
  25. Carolyn M. Rogers et John J. Triano, « Biomechanical measure validation for spinal manipulation in clinical settings », Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, vol. 26, no 9,‎ , p. 539–548 (ISSN 0161-4754, PMID 14673403, DOI 10.1016/j.jmpt.2003.08.008, lire en ligne)
  26. a et b Peter J. H. Beliveau, Jessica J. Wong, Deborah A. Sutton et Nir Ben Simon, « The chiropractic profession: a scoping review of utilization rates, reasons for seeking care, patient profiles, and care provided », Chiropractic & Manual Therapies, vol. 25,‎ , p. 35 (ISSN 2045-709X, PMID 29201346, PMCID PMC5698931, DOI 10.1186/s12998-017-0165-8, lire en ligne)
  27. « Chiropraticiens //La chiro en pratique : Le traitement », sur www.chiropraticiens.ch (consulté le 22 octobre 2018)
  28. Kent J. Stuber, Mark Langweiler, Silvano Mior et Peter W. McCarthy, « A pilot study assessing patient-centred care in patients with chronic health conditions attending chiropractic practice », Complementary Therapies in Medicine, vol. 39,‎ , p. 1–7 (ISSN 1873-6963, PMID 30012379, DOI 10.1016/j.ctim.2018.05.006, lire en ligne)
  29. (en) « 5 façons d’optimiser votre traitement chiropratique par l’exercice - Canadian Chiropractic Association (CCA) – Association chiropratique canadienne », sur www.chiropractic.ca (consulté le 22 octobre 2018)
  30. A Unsworth, D Dowson et V Wright, « 'Cracking joints'. A bioengineering study of cavitation in the metacarpophalangeal joint. », Annals of the Rheumatic Diseases, vol. 30, no 4,‎ , p. 348–358 (ISSN 0003-4967, PMID 5557778, PMCID PMC1005793, lire en ligne)
  31. a b et c (en) Robert A. Leach, The Chiropractic Theories: A Textbook of Scientific Research, Lippincott Williams & Wilkins, (ISBN 9780683307474, lire en ligne)
  32. R. Brodeur, « The audible release associated with joint manipulation », Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, vol. 18, no 3,‎ , p. 155–164 (ISSN 0161-4754, PMID 7790795, lire en ligne)
  33. Gregory D. Cramer, Kim Ross, P.K. Raju et Jerrilyn Cambron, « Quantification of Cavitation and Gapping of Lumbar Zygapophyseal Joints during Spinal Manipulative Therapy », Journal of manipulative and physiological therapeutics, vol. 35, no 8,‎ , p. 614–621 (ISSN 0161-4754, PMID 22902194, PMCID PMC3501577, DOI 10.1016/j.jmpt.2012.06.007, lire en ligne)
  34. Joel E. Bialosky, Mark D. Bishop, Michael E. Robinson et Steven Z. George, « The relationship of the audible pop to hypoalgesia associated with high-velocity, low-amplitude thrust manipulation: a secondary analysis of an experimental study in pain-free participants », Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, vol. 33, no 2,‎ , p. 117–124 (ISSN 1532-6586, PMID 20170777, PMCID PMC2837475, DOI 10.1016/j.jmpt.2009.12.008, lire en ligne)
  35. Joshua A. Cleland, Timothy W. Flynn, John D. Childs et Sarah Eberhart, « The audible pop from thoracic spine thrust manipulation and its relation to short-term outcomes in patients with neck pain », The Journal of Manual & Manipulative Therapy, vol. 15, no 3,‎ , p. 143–154 (ISSN 1066-9817, PMID 19066662, PMCID PMC2565622, DOI 10.1179/106698107790819828, lire en ligne)
  36. Timothy W. Flynn, John D. Childs et Julie M. Fritz, « The audible pop from high-velocity thrust manipulation and outcome in individuals with low back pain », Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, vol. 29, no 1,‎ , p. 40–45 (ISSN 1532-6586, PMID 16396728, DOI 10.1016/j.jmpt.2005.11.005, lire en ligne)
  37. Timothy W. Flynn, Julie M. Fritz, Robert S. Wainner et Julie M. Whitman, « The audible pop is not necessary for successful spinal high-velocity thrust manipulation in individuals with low back pain », Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, vol. 84, no 7,‎ , p. 1057–1060 (ISSN 0003-9993, PMID 12881834, lire en ligne)
  38. David E. Bereznick, Cosma G. Pecora, J. Kim Ross et Stuart M. McGill, « The refractory period of the audible "crack" after lumbar manipulation: a preliminary study », Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, vol. 31, no 3,‎ , p. 199–203 (ISSN 1532-6586, PMID 18394496, DOI 10.1016/j.jmpt.2008.02.002, lire en ligne)
  39. Mischa Bakker et Joyce Miller, « Does an audible release improve the outcome of a chiropractic adjustment? », The Journal of the Canadian Chiropractic Association, vol. 48, no 3,‎ , p. 237–239 (ISSN 0008-3194, PMID 17549126, PMCID PMC1769448, lire en ligne)
  40. « Agréments et accréditations de la chiropraxie en Europe. », sur ifec.net, (consulté le 16 octobre 2018)
  41. (en) site du National Board of Chiropractic Examiners
  42. Depuis la page 42 du dossier Ifec [PDF]
  43. « La formation chiropratique » sur le site de l'Association chiropratique canadienne
  44. (en) Anglo European College of Chiropractic
  45. Site internet de The Councils on Chiropractic Education International
  46. http://www.chirofed.ca/french/
  47. http://www.ccea.com.au/
  48. https://oraprdnt.uqtr.uquebec.ca/pls/public/pgmw001d?owa_cd_pgm=7025#ACTV
  49. Site Internet de l'Institut Franco Européen de Chiropratique (IFEC)
  50. Chiropraticien IFEC agréé par l'association européenne des chiropracteurs
  51. Site de l'ECU
  52. « Agréments et Accréditations », sur Ifec.net, (consulté le 22 octobre 2018)
  53. Site de l'IFEC
  54. a b c et d Daniel Bontoux, Daniel Couturier et Charles-Joël Menkès, THÉRAPIES COMPLÉMENTAIRES - acupuncture, hypnose, ostéopathie, tai-chi - : leur place parmi les ressources de soins, , 31 p. (lire en ligne)
  55. http://destinationsante.com/wp-content/uploads/2013/03/rapports-therapies-complementaires-acad-medecine.pdf
  56. « IFEC - Institut Franco-Européen de Chiropraxie - Campus Paris / Toulouse », sur IFEC (consulté le 3 avril 2018)
  57. collaboration entre le programme UFRSTAPS de l'Université de Paris-sud-Orsay et l'IFEC
  58. Cox Flexion/Distraction
  59. site officiel de la FICS.
  60. (en) Site de American Chiropractic Board of Radiology
  61. (en) Site de l'American Board of Chiropractic Orthopedics (ABCO)
  62. carrickinstitute.org
  63. (en) Dr.John Minardi, « Home », sur www.thompsonchiropractictechnique.com (consulté le 28 novembre 2017)
  64. a et b (en-GB) Donald McDowall, « What is AK? », sur icak.com (consulté le 28 novembre 2017)
  65. (en-GB) Administrator, « Dr Goodheart », sur icak.com (consulté le 28 novembre 2017)
  66. (en) Robert Frost, Applied Kinesiology : a training manual and reference book of basic principles and practices
  67. (en) David S. Walther, Applied Kinesiology Synopsis 2nd edition
  68. (en) Tom and Carole Valentine with Douglas p. Hetrick, DC., Applied Kinesiology ; Muscle Response in Diagnosis, Therapy and Preventive Medecine
  69. (en) Florence Peterson Kendall, Muscles: Testing and Function, with Posture and Pain (Kendall, Muscles) 5th edition
  70. « ICAK Canada », sur ICAK Canada (consulté le 28 novembre 2017)
  71. (en-GB) « International College of Applied Kinesiology », sur www.icak.com (consulté le 28 novembre 2017)
  72. (en-US) « Activator Methods International », sur Activator Methods (consulté le 28 novembre 2017)
  73. (en) « Gonstead », Sherman College of chiropractic,‎
  74. diplôme de chiropratique en Suisse
  75. Regulation of chiropractic
  76. http://www.who.int/civilsociety/documents/NGOs-in-Official-Relations-with-WHO-2011_16-Mar-2011.pdf
  77. [PDF] Principes directeurs de l’OMS pour la formation de base et la sécurité en chiropratique sur le site de l'OMS
  78. L'ordre des chiropraticiens du Québec
  79. Tous pour la santé, «  Il n'y aura pas de remboursement des actes de chiropraxie affirme Agnès Buzyn », (consulté le 22 octobre 2018)
  80. [1]
  81. « Une séance de chiropraxie », sur chiropraxie.com, (consulté le 22 octobre 2018)
  82. En France : selon la loi 2002 - 303, Titre III, chapitre III, article 75 sur legifrance.gouv.fr, « pour les personnes titulaires d'un diplôme sanctionnant une formation spécifique à l'ostéopathie ou à la chiropraxie délivrée par un établissement de formation agréé par le ministre chargé de la santé (…) Ces praticiens ne peuvent exercer leur profession que s'ils sont inscrits sur une liste dressée par le directeur général de l'agence régionale de santé de leur résidence professionnelle, qui enregistre leurs diplômes, certificats, titres ou autorisations »
  83. Liens vers l'extrait du décret no 2011-32 du 7 janvier 2011 relatif aux actes et aux conditions d’exercice de la chiropraxie
  84. « Décret no 2011-32 du 7 janvier 2011 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de la chiropraxie »
  85. « Arrêté du 20 septembre 2011 relatif à la formation des chiropracteurs et à l'agrément des établissements de formation en chiropraxie »
  86. http://www.gcc-uk.org/page.cfm
  87. http://hesas.glam.ac.uk/subjects/chiropractic/awards/
  88. Site officiel
  89. http://www.crus.ch/information-programmes/reconnaissance-swiss-enic/professions-reglementees/domaine-de-la-sante.html?L=1#chiro
  90. RS 811.11 Art. 2 Professions médicales universitaires (Loi fédérale sur les professions médicales universitaires*)
  91. http://www.oaq.ch/pub/fr/documents/MedBG_fr.pdf
  92. a et b Lois européennes sur les médecines non conventionnelles sur le site de la Haute Autorité de la Santé
  93. (fi) Valvira.fi: Etuliite "koulutettu" poistuu kiropraktikon, naprapaatin ja osteopaatin ammattinimikkeestä
  94. « Terveydenhuollon oikeusturvakeskus »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 25 mars 2013)
  95. Laki terveydenhuollon ammattihenkilöistä
  96. (en-GB) Super User, « Chiropractie Wateringseveld | - Chiropractic in the Netherlands », sur www.chiropractiewateringseveld.nl (consulté le 22 octobre 2018)
  97. (en-GB) Super User, « Chiropractie Wateringseveld | - Chiropractic in the Netherlands », sur www.chiropractiewateringseveld.nl (consulté le 22 octobre 2018)
  98. (no) http://www.behandler.no/helsepersonell.php#48
  99. Orla Lund Nielsen, Alice Kongsted et Henrik Wulff Christensen, « The chiropractic profession in Denmark 2010–2014: a descriptive report », Chiropractic & Manual Therapies, vol. 23,‎ (ISSN 2045-709X, PMID 26380069, PMCID PMC4568577, DOI 10.1186/s12998-015-0072-9, lire en ligne)
  100. Orla Lund Nielsen, Alice Kongsted et Henrik Wulff Christensen, « The chiropractic profession in Denmark 2010–2014: a descriptive report », Chiropractic & Manual Therapies, vol. 23,‎ (ISSN 2045-709X, PMID 26380069, PMCID PMC4568577, DOI 10.1186/s12998-015-0072-9, lire en ligne)
  101. (en) Kaptchuk et Eisenberg. « Chiropractic: Origins, Controversies, and Contributions » Arch Intern Med. 1998;158(20):2215
  102. « Ostéopathie et chiropraxie - Académie nationale de médecine | Une institution dans son temps », Académie nationale de médecine | Une institution dans son temps,‎ (lire en ligne)
  103. Entretien avec le Pr Louis Auquier - Afis - Association française pour l'information scientifique
  104. a et b « Ostéopathie Chiropraxie, rapport présenté par le Professeur Bertrand Ludes », sur ladocumentationfrancaise.fr, (consulté le 4 janvier 2016), p. 23
  105. Analyse du Rapport de l'Académie Nationale de Médecine à propos de la Chiropraxie
  106. a et b (en) « Are Chiropractors Legitimate? », sur Time (consulté le 25 août 2018)
  107. Michele Sterling, « Whiplash associated disorders », dans Neck and Arm Pain Syndromes, Elsevier, (ISBN 9780702035289, lire en ligne), p. 112–122
  108. (en) « Manual therapy eases neck pain cheaply »
  109. (en) MT. Haneline. « Symptomatic outcomes and perceived satisfaction levels of chiropractic patients with a primary diagnosis involving acute neck pain » J Manipulative Physiol Ther. 2006;29(4):288-96. PMID 16690383
  110. (en-US) Michael Schneider, Mitchell Haas, Ronald Glick et Joel Stevans, « Comparison of Spinal Manipulation Methods and Usual Medical Care for Acute and Subacute Low Back Pain », Spine, vol. 40, no 4,‎ , p. 209–217 (ISSN 0362-2436, DOI 10.1097/BRS.0000000000000724, lire en ligne)
  111. Gert Bronfort, Mitch Haas, Roni Evans et Brent Leininger, « Effectiveness of manual therapies: the UK evidence report », Chiropractic & Osteopathy, vol. 18,‎ , p. 3 (ISSN 1746-1340, PMID 20184717, PMCID PMC2841070, DOI 10.1186/1746-1340-18-3, lire en ligne)
  112. (en) Jensen MP, Abresch RT, Carter GT, McDonald CM. « Chronic pain in persons with neuromuscular disease » Arch Phys Med Rehabil. 2005;86(6):1155-63. PMID 15954054
  113. (en) Bishop PB, Quon JA, Fisher CG, Dvorak MF. « The Chiropractic Hospital-based Interventions Research Outcomes (CHIRO) study: a randomized controlled trial on the effectiveness of clinical practice guidelines in the medical and chiropractic management of patients with acute mechanical low back pain » Spine J. 2010;10(12):1055-64. PMID 20889389 DOI:10.1016/j.spinee.2010.08.019
  114. (en) Neil M. Paige, Isomi M. Miake-Lye, Marika Suttorp Booth et Jessica M. Beroes, « Association of Spinal Manipulative Therapy With Clinical Benefit and Harm for Acute Low Back Pain », JAMA, vol. 317, no 14,‎ , p. 1451 (ISSN 0098-7484, DOI 10.1001/jama.2017.3086, lire en ligne)
  115. a et b (en) Nadine E Foster, Johannes R Anema, Dan Cherkin et Roger Chou, « Prevention and treatment of low back pain: evidence, challenges, and promising directions », The Lancet, vol. 391, no 10137,‎ , p. 2368–2383 (ISSN 0140-6736, DOI 10.1016/S0140-6736(18)30489-6, lire en ligne)
  116. (en-US) Harvard Health Publishing, « Chiropractic care for pain relief - Harvard Health », Harvard Health,‎ (lire en ligne)
  117. « American College of Physicians issues guideline for treating nonradicular low back pain | ACP Newsroom | ACP », sur www.acponline.org (consulté le 25 août 2018)
  118. (en-US) Christine M. Goertz, Cynthia R. Long, Maria A. Hondras et Richard Petri, « Adding Chiropractic Manipulative Therapy to Standard Medical Care for Patients With Acute Low Back Pain », Spine, vol. 38, no 8,‎ , p. 627–634 (ISSN 0362-2436, DOI 10.1097/BRS.0b013e31827733e7, lire en ligne)
  119. Reinhold Muller et Lynton G. F. Giles, « Long-term follow-up of a randomized clinical trial assessing the efficacy of medication, acupuncture, and spinal manipulation for chronic mechanical spinal pain syndromes », Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, vol. 28, no 1,‎ , p. 3–11 (ISSN 1532-6586, PMID 15726029, DOI 10.1016/j.jmpt.2004.12.004, lire en ligne)
  120. T. W. Meade, S. Dyer, W. Browne et J. Townsend, « Low back pain of mechanical origin: randomised comparison of chiropractic and hospital outpatient treatment », BMJ (Clinical research ed.), vol. 300, no 6737,‎ , p. 1431–1437 (ISSN 0959-8138, PMID 2143092, PMCID PMC1663160, lire en ligne)
  121. David Gilkey, Laine Caddy, Thomas Keefe et George Wahl, « Colorado workers' compensation: medical vs chiropractic costs for the treatment of low back pain », Journal of Chiropractic Medicine, vol. 7, no 4,‎ , p. 127–133 (ISSN 1556-3707, PMID 19646374, PMCID PMC2697604, DOI 10.1016/j.jcm.2008.06.002, lire en ligne)
  122. Mitchell Haas, Rajiv Sharma et Miron Stano, « Cost-effectiveness of medical and chiropractic care for acute and chronic low back pain », Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, vol. 28, no 8,‎ , p. 555–563 (ISSN 1532-6586, PMID 16226622, DOI 10.1016/j.jmpt.2005.08.006, lire en ligne)
  123. E. Ernst, « Deaths after chiropractic: a review of published cases », International Journal of Clinical Practice, vol. 64, no 8,‎ , p. 1162–1165 (ISSN 1742-1241, PMID 20642715, DOI 10.1111/j.1742-1241.2010.02352.x, lire en ligne)
  124. a et b J. David Cassidy, Eleanor Boyle, Pierre Côté et Yaohua He, « Risk of vertebrobasilar stroke and chiropractic care: results of a population-based case-control and case-crossover study », Spine, vol. 33, no 4 Suppl,‎ , S176–183 (ISSN 1528-1159, PMID 18204390, DOI 10.1097/BRS.0b013e3181644600, lire en ligne)
  125. Thomas M Kosloff, David Elton, Jiang Tao et Wade M Bannister, « Chiropractic care and the risk of vertebrobasilar stroke: results of a case–control study in U.S. commercial and Medicare Advantage populations », Chiropractic & Manual Therapies, vol. 23,‎ (ISSN 2045-709X, PMID 26085925, PMCID PMC4470078, DOI 10.1186/s12998-015-0063-x, lire en ligne)
  126. James M Whedon, Yunjie Song, Todd A Mackenzie et Reed B Phillips, « Risk of Stroke Following Chiropractic Spinal Manipulation in Medicare B Beneficiaries Aged 66–99 Years with Neck Pain », Journal of manipulative and physiological therapeutics, vol. 38, no 2,‎ , p. 93–101 (ISSN 0161-4754, PMID 25596875, PMCID PMC4336806, DOI 10.1016/j.jmpt.2014.12.001, lire en ligne)
  127. (en-US) « Stroke Signs and Symptoms | cdc.gov », sur www.cdc.gov, (consulté le 25 août 2018)
  128. (en) Deanna M. Rothwell, Susan J. Bondy et J. Ivan Williams, « Chiropractic Manipulation and Stroke », Stroke, no 32,‎ , p. 1054-1060 (lire en ligne)
  129. (en) Scott Haldeman, Paul Carey, Murray Townsend et Costa Papadopoulos, « Clinical perceptions of the risk of vertebral artery dissection after cervical manipulation », The Spine Journal, vol. 2, no 5,‎ , p. 334–342 (ISSN 1529-9430, DOI 10.1016/S1529-9430(02)00411-4, lire en ligne)
  130. (en) AG. Terrett. « Misuse of the literature by medical authors in discussing spinal manipulative therapy injury » J Manipulative Physiol Ther. 1995 May;18(4):203-10. PMID 7636409
  131. http://www.chiroandosteo.com/content/pdf/1746-1340-14-16.pdf
  132. (en-US) Eric L. Hurwitz, Hal Morgenstern, Maria Vassilaki et Lu-May Chiang, « Frequency and Clinical Predictors of Adverse Reactions to Chiropractic Care in the UCLA Neck Pain Study », Spine, vol. 30, no 13,‎ , p. 1477–1484 (ISSN 0362-2436, DOI 10.1097/01.brs.0000167821.39373.c1, lire en ligne)
  133. (en) Sidney M. Rubinstein, Charlotte Leboeuf-Yde, Dirk L. Knol et Tammy E. de Koekkoek, « The Benefits Outweigh the Risks for Patients Undergoing Chiropractic Care for Neck Pain: A Prospective, Multicenter, Cohort Study », Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, vol. 30, no 6,‎ , p. 408–418 (ISSN 0161-4754, DOI 10.1016/j.jmpt.2007.04.013, lire en ligne)
  134. (en) Roger Chou, Judith A. Turner, Emily B. Devine et Ryan N. Hansen, « The Effectiveness and Risks of Long-Term Opioid Therapy for Chronic Pain: A Systematic Review for a National Institutes of Health Pathways to Prevention Workshop », Annals of Internal Medicine, vol. 162, no 4,‎ , p. 276 (ISSN 0003-4819, DOI 10.7326/M14-2559, lire en ligne)
  135. Jason W Busse, Shanil Ebrahim, Diane Heels-Ansdell et Li Wang, « Association of worker characteristics and early reimbursement for physical therapy, chiropractic and opioid prescriptions with workers’ compensation claim duration, for cases of acute low back pain: an observational cohort study », BMJ Open, vol. 5, no 8,‎ (ISSN 2044-6055, PMID 26310398, PMCID PMC4554906, DOI 10.1136/bmjopen-2015-007836, lire en ligne)
  136. « La menace de la chiropratique selon Throckmorton »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 25 mars 2013)
  137. « élimination de la chiropratique par l'AMA »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 25 mars 2013)
  138. (en) Archives du New York Times
  139. « page 100 et 101 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 25 mars 2013)
  140. « Enhancing Beneficial Competition in the Health Professions »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 25 mars 2013)(pages 100 &101)
  141. Neck Pain Task Force
  142. « Beware the spinal trap »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 25 mars 2013)
  143. « Comment is Free », The Guardian
  144. a et b Sarah Boseley, « Science writer accused of libel may take fight to European court », The Guardian (UK), thursday 14 may 2009 (consulté le 19 mai 2009)
  145. Daniel Cressey, « Simon Singh vs the British Chiropractic Association, a new development », Nature, friday 16 october 2009 (consulté le 27 septembre 2010)
  146. Michael Holden, « Science writer wins "fair comment" libel appeal », Reuters, thursday 1 april 2010 (consulté le 27 septembre 2010)
  147. Mark Henderson, « Science writer Simon Singh wins bitter libel battle », TheTimes, friday 16 april 2010 (consulté le 27 septembre 2010)
  148. A case study of misrepresentation of the scientific literature: recent reviews of chiropractic.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jacques Blanchard, En santé avec la chiropratique, Éditions Whiteson, 2002
  • Roger Besançon-Matil, La Chiropractie, Éditions Équilibres Aujourd'hui
  • Pierre-Louis Gaucher-Peslherbe et Sylvain Parny, La Chiropratique et vos vertèbres, Éditions Encre, 1985
  • Benoit Rouy, La Chiropratique Histoire d'un combat, Éditions Multifidus
  • Jean-Philippe Monvoisin, Soignez-vous par la Chiropraxie, Éditions Marabout, 1992
  • Richard Monvoisin et Nicolas Pinsault, Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur les thérapies manuelles, Saint-Martin-d'Hères (Isère), Presses universitaires de Grenoble (PUG), coll. « Points de vue et débats scientifiques », , 380 p. (ISBN 978-2-7061-1858-6, OCLC 880268020) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]