Chingo Bling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chingo Bling
Nom de naissance Pedro Herrera III
Naissance (36 ans)
Houston, Texas, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur, producteur
Genre musical Hip-hop, hip-hop indépendant, comedy rap[1], Dirty South, rap latino
Instruments Voix
Années actives Depuis 2000
Labels Big Chile Enterprises, Asylum Records
Site officiel www.chingobling.com

Chingo Bling, de son vrai nom Pedro Herrera III, né le à Houston, au Texas, est un rappeur et producteur américain, originaire de Guadalupe, Nuevo Leon, au Mexique. Herrera publie son premier album, The Tamale Kingpin, en 2004, sur son propre label Big Chile Enterprises. En début 2006, Chingo Bling attire l'intérêt des labels major notamment Bad Boy Latino, Universal Records, Asylum (dirigé par Warner Music Group), Capitol Records, et Atlantic Records. Chingo Bling est reconnu par la presse spécialisée et le public comme l'un des artistes de hip-hop indépendant les plus prolifiques depuis Master P[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Pedro Herrera III est né le à Houston, au Texas[1]. La famille de Herrera immigre depuis Valle Hermoso, Tamaulipas, au Mexique jusqu'à Houston, où il naîtra[1]. Durant sa jeunesse, il est envoyé par ses parents au prestigieux Peddie School, situé à Hightstown, dans le New Jersey, pour lui éviter tout contact avec la criminalité[1],[3]. Chingo étudie par la suite à la Trinity University de San Antonio, dans le Texas, et en ressort diplômé en 2001[4].

Herrera se lance dans la vente de ses mixtapes vers 2001 dans les marchés locaux, les marchés aux puces, et à divers endroits du Texas[1]. Il se popularise en jouant à l'émission radio Pocos Pero Locos de Power 106 à Los Angeles[1]. Herrera publie son premier album, The Tamale Kingpin, en 2004, sur son propre label Big Chile Enterprises[1],[5]. Le 5 avril 2005, il publie son deuxième album, Chingo Bling 4 President[6] ; c'est avec cet album que sa popularité se concrétise[1]. Il n'atteint pas les ventes escomptés, comparé à d'autres artistes de majors, mais il attire l'attention grâce à son style comedy rap[1]. Il est notamment diffusé sur des chaînes comme MTV et Telemundo, ainsi qu'à l'international[1]. Certains critiques le comparent néanmoins à une version latino d'un sambo noir, une caricature chicano/mexicaine[1].

En début 2006, Chingo Bling attire l'intérêt des labels major notamment Bad Boy Latino, Universal Records, Asylum (dirigé par Warner Music Group), Capitol Records, et Atlantic Records[1],[7]. Le 1er avril 2006, il annonce au Chicano Radio Network avoir signé un contrat de distribution de $80 millions avec Asylum Records[8]. Bien qu'il maintient un statut indépendant de son label, son contrat de distribution lui permet de financer ses futurs projets[9]. En 2007, Herrera annonce un album initialement intitulé Welcome to the Border qui sera publié sous le titre They Can't Deport Us All[1].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2004 : The Tamale Kingpin
  • 2005 : Chingo Bling 4 President
  • 2007 : They Can't Deport Us All
  • 2009 : Me Vale Madre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m (en) Cyril Cordor, « Chingo Bling Biography », sur AllMusic (consulté le 20 mars 2016).
  2. (en) Jose Gonzalez, « Chingo Bling », sur Phoenix New Times (consulté le 20 mars 2016).
  3. (en) « Chingo Bling signs on with national distributor », sur chron.com,‎ (consulté le 20 mars 2016).
  4. (en) John T. Edge, « Rapping About Tamales and Deportation »,‎ (consulté le 29 mars 2015), p. Mr. Herrera conceived the persona in the late 1990s, while studying at Trinity University in San Antonio and working as a D.J. for fraternity parties and radio shows. By 2001, soon after he graduated with a marketing degree....
  5. (en) « Chingo Bling - The Tamale Kingpin Overview », sur AllMusic (consulté le 20 mars 2016).
  6. (en) « Chingo Bling - Chingo Bling 4 President Overview », sur AllMusic (consulté le 20 mars 2016).
  7. (en) « Chingo Bling Label Bidding War », sur SOHH,‎ (consulté le 20 mars 2016).
  8. (en) Mears, Bill, « Chingo Bling Signes Distribution Deal with Asylum », sur XXL Magazine,‎ (consulté le 20 mars 2016).
  9. (en) « Latin Hip Hop Interview - "Chingo Bling Knocks Down Industry Borders" », sur latinrapper (consulté le 20 mars 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]