Chimalpopoca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chimalpopoca
Chimalpopoca
Chimalpopoca
Titre
Tlatoani de Tenochtitlan
Prédécesseur Huitzilihuitl
Successeur Itzcoatl
Biographie
Date de décès
Père Huitzilihuitl

Chimalpopoca (« Bouclier fumant » en nahuatl) est le troisième souverain du peuple aztèque. Il est le fils et successeur de Huitzilihuitl en 1417. C'est sous son règne que les relations entre les Tépanèques, suzerains des Aztèques, et ces derniers se dégradent. Le nouveau roi des Tépanèques, Maxclatl, et oncle de Chimalpopoca, mal disposé envers les Aztèques, accable ceux-ci d'impôts de plus en plus importants.

Circonstances de sa mort[modifier | modifier le code]

Selon la plupart des chroniqueurs, Chimalpopoca aurait été tué sur l'ordre de Maxtla, le successeur de Tezozómoc, le souverain tépanèque d'Azcapotzalco. Les différentes versions varient sur des détails. Selon la version la plus simple rapportée par Fernando Alvarado Tezozómoc et Diego Durán, Maxtla aurait envoyé des hommes à Tenochtitlan pour tuer Chimapopoca et son fils Teuctlehuac. La raison en aurait été que Chimalpopoca se serait attiré l'inimitié de Maxtla en soutenant les prétentions au trône de Tayauh, un autre fils de Tezozomoc. Dans sa « Monarquia indiana », Juan de Torquemada ajoute des détails hauts en couleur: Chimalpopoca, ayant appris que Maxtla voulait sa mort, aurait revêtu une tenue cérémonielle avec l'intention de se suicider, mais les hommes de Maxtla seraient alors intervenus et l'auraient emmené à Azcapotzalco dans une cage. Chimalpopoca se serait ensuite suicidé en se pendant.

Les « Anales Mexicanos » rapportent une version radicalement différente: Chimalpopoca aurait été tué par les Tépanèques de Tlacopan sur l'instigation d'Itzcoatl et de ses partisans[1]. Certains spécialistes modernes penchent pour cette dernière version qui leur paraît plus cohérente[2],[3]. Ils argumentent que Maxtla n'avait rien à gagner à faire tuer un souverain aztèque peu expérimenté et malléable et à se trouver ensuite face à un successeur partisan d'une ligne dure à l'égard d'Azcapotzalco. C'est l'oncle de chimalpopoca, Itzcoatl, qui lui succéda et mit fin au règne de Maxtla.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nigel Davies, The Toltec Heritage:From the Fall of Tula to the Rise of Tenochtitlan, University of klahoma Press, 1980, p. 308
  2. Nigel Davies, The Aztec empire. The toltec Resurgence, Oklahoma University Press, 1987, p. 35
  3. Ross Hassig, Aztec Warfare, University of Oklahoma Press, 1995, p. 140