Chillán

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chillán
ville et commune du Chili
Blason de Chillánville et commune du Chili
Héraldique
Image illustrative de l'article Chillán
Administration
Pays Drapeau du Chili Chili
Région Région du Biobío
Province Province de Ñuble
Maire Sergio Zarzar Andonie
Code postal 3780000
Indicatif téléphonique +56
Démographie
Gentilé Chillanense, Chillanejo/a
Population 161 953 hab. (2002)
Densité 317 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 36′ 21″ sud, 72° 06′ 13″ ouest
Altitude 124 m
Superficie 51 100 ha = 511 km2
Divers
Fondation
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chili

Voir la carte administrative du Chili
City locator 13.svg

Géolocalisation sur la carte : Chili

Voir la carte topographique du Chili
City locator 13.svg
Liens
Site web http://www.municipalidadchillan.cl/

Chillán est une ville du Chili située dans la Vallée Centrale à 400 km au sud de la capitale Santiago du Chili, proche du centre géographique du pays. Elle est la capitale de la province de Ñuble , elle-même rattachée à la région du Biobío. Elle a été fondée en 1580 par Martín Ruiz de Gamboa sous le nom de San Bartolomé de Gamboa. La ville est traversée par l'Autoroute panaméricaine.

Habitants célèbres[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la ville natale de:

  • Marta Brunet[1], née en 1901, est une femme de lettres qui a obtenu le prix national de littérature du Chili en 1961. "Montaña Adentro" (1923), "Bestia Dañina" (1926), "Bienvenido" (1929) et « Humo hacia el Sur » sont sans doute, ses œuvres les plus connues.
  • Arturo Merino Benitez[2], né en 1888, fut cadet de l'armée puis devint directeur de l'aviation en 1928. Son nom a été donné à l'aéroport international de Santiago du Chili.
  • Víctor Lidio Jara Martínez, plus connu sous le nom de Víctor Jara (28 septembre 1932 - Santiago, 15 septembre 1973) est né dans le village de Quinquén, dépendant administrativement de la ville de Chillán. Chanteur engagé, guitariste, auteur et compositeur populaire chilien, il fut assassiné au cours de la dictature de Pinochet dans le stade national après avoir eu les mains brisées à coup de botte et de crosse de fusil.
  • Volodia Teitelboim[4], né le 17 mars 1916, homme de lettres, il a obtenu le prix national de littérature du Chili en 2002. Il a notamment écrit l'anthologie de la nouvelle poésie chilienne (1936), un roman "hijos del salitre" (1952) et a assuré un énorme travail autour de Pablo Neruda, un de ses amis. Politicien, il était député du Parti Communiste à Valparaíso. Alors qu'il était à l'extérieur du pays, le coup d'État éclata ce qui le sauva mais l'obligea à devenir un exilé. Réfugié à Moscou, il a poursuivi son œuvre et son engagement politique (secrétaire général du PC Chilien de 1989 à 1994) avant de rentrer au Chili après le retour de la démocratie.

Événements historiques[modifier | modifier le code]

La ville a subi en 1939 un tremblement de terre qui causa la mort de 30 000 personnes. Concepción est la ville côtière la plus proche.

Culture[modifier | modifier le code]

L'Université de Concepción[5] à un campus[6] à Chillán. L'enseignement des matières liées à l'agriculture est un des points forts de ce campus.

Les fameux muralistes mexicains, David Alfaro Siqueiros et Xavier Guerrero (qui fut un des amants en 1926 de Tina Modotti), ont réalisé au cours des années 1941 et 1942, deux extraordinaires peintures murales à l'école Mexico de Chillán. L'un, intitulé « Mort à l'envahisseur » et l'autre "De México au Chili", constituent une œuvre originale et d'une très grande force.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Fondée en 1580 par le gouverneur Don Martin Ruiz de Gamboa, la ville a été détruite et reconstruite à plusieurs reprises jusqu'à ce que, après le tremblement de terre de 1835, a été décidé de lever là où elle se trouve aujourd'hui.[7]

Ses bâtiments modernes, sa place principale, ses rues piétonnières, le style architectural de la cathédrale et son marché en ont fait un centre privilégié de la province du point Ñuble. La cathédrale

La cathédrale est devenue un des symboles de la ville après sa reconstruction au lendemain du tremblement de terre de 1939 qui a fait plus de 5 600 victimes. De construction antisismique, elle est l'un des rares monuments à avoir résisté au tremblement de terre de 1960.

Sa croix haute de 36 mètres rend hommage aux victimes de cette catastrophe naturelle. À l’entrée, elle possède une mosaïque réalisée par l'artiste Dalmati Rubio.

Le marché de Chillan

Le marché est l’un des endroits les plus touristique de la ville. Il regorge de produits de toutes sortes, allant des fruits de mer aux fruits exotiques en passant par les pièces d’artisanat. Les allées du marché sont remplies d’artisans qui vendent des pièces d’artisanat en bois, en cuir, ou en paille tressée. Les célèbres poteries Quinchamali vendues dans ce marché sont exposées dans plusieurs musées à travers le monde.

La vieille ville (Chillan Viejo) En 1580, Martin Ruiz de Gamboa fonda la ville sur les rives de la rivière Chillán, à côté de Fort Saint-Barthélemy.

Aux alentours

À 80 km à l'est de la ville, se trouve une importante station de ski et de thermes chaudes nommée « Thermes de Chillán » (Termas de Chillán, en espagnol)[8]. Au milieu d'une magnifique forêt naturelle et aux pieds du volcan "Nevado de Chillán", au fond d'une profonde vallée, vous ne manquerez pas de voir des condors et de profiter des sources chaudes soit dans une des piscines aménagées soit, en pleine nature.

Position de Chillán (en rouge) au sein de la Région du Biobío.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]