Child in Time

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une chanson image illustrant le rock
Cet article est une ébauche concernant une chanson et le rock.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Child in Time
Chanson de Deep Purple
extrait de l'album In Rock
Sortie Juin 1970
Enregistré 1969 - 1970
Studios IBC, De Lane Lea et Abbey Road
Durée 10:18
Genre Hard rock, rock progressif
Auteur-compositeur Ritchie Blackmore
Ian Gillan
Roger Glover
Jon Lord
Ian Paice
Producteur Deep Purple
Label Harvest (Royaume-Uni)
Warner Bros. (États-Unis)

Child in Time est une chanson du groupe britannique de hard rock Deep Purple. Elle apparaît dans l'album In Rock paru en 1970. Elle se distingue notamment par sa durée dépassant les dix minutes. C'est l'une des chansons les plus connues du groupe. Elle est avec Stairway to Heaven de Led Zeppelin, l'archétype du morceau hard, tout en étant considéré comme le morceau le plus rock progressif du groupe.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le morceau commence par une introduction instrumentale à l'orgue de Jon Lord. Entre alors Ian Gillan au chant. Après un break de Ian Paice, Ritchie Blackmore entame un long chorus à la guitare. La dernière ligne du solo est soutenue par l'orgue, et exécutée avec une grande rapidité avant de laisser place au silence. La chanson reprend comme au début et se termine par une longue coda.

Écrit en pleine guerre du Viêt Nam, le texte dénonce par métaphores l'impossible fuite face aux responsabilités et aux conséquences d'actes répréhensibles. Selon le chanteur, Child in time devint rapidement populaire car elle reflétait l'humeur de l'époque[1].

Une musique écrite en 1962 par Vince Wallace sous le titre Bombay calling, reprise en 1968 par le groupe It's a Beautiful Day, a probablement inspiré le groupe. Vince Wallace considère être victime de plagiat mais n'a jamais pu obtenir gain de cause, bien qu'Ian Gillan ait reconnu la filiation dans une interview en 2002[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Interview de Ian Gillan, Mumbai, 3 mai 2002 publié dans le Mid-Day Newspaper, Bombay.
  2. (en) Lettre manuscrite de cinq pages de Vince Wallace au sujet d'un possible plagiat - bluoz.com, 16 octobre 2001