Chigny-les-Roses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chigny-les-Roses
Chigny-les-Roses
La mairie et sa place.
Blason de Chigny-les-Roses
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Reims
Intercommunalité Communauté urbaine du Grand Reims
Maire
Mandat
Vincent Guy
2020-2026
Code postal 51500
Code commune 51152
Démographie
Gentilé Chignotins, Chignotines
Population
municipale
540 hab. (2019 en diminution de 4,59 % par rapport à 2013)
Densité 123 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 24″ nord, 4° 03′ 49″ est
Altitude Min. 116 m
Max. 277 m
Superficie 4,38 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Reims
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Mourmelon-Vesle et Monts de Champagne
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chigny-les-Roses
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chigny-les-Roses
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Chigny-les-Roses
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Chigny-les-Roses

Chigny-les-Roses est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chigny-les-Roses se situe sur le versant nord de la montagne de Reims et au sud de la ville de Reims. La commune fait partie du parc naturel régional de la Montagne de Reims.

Communes limitrophes de Chigny-les-Roses
Ludes, vers Taissy et Reims
Rilly-la-Montagne Chigny-les-Roses Ludes
Germaine Ville-en-Selve

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chigny-les-Roses est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Reims, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 295 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (61,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (61,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (60,3 %), cultures permanentes (29,7 %), zones urbanisées (9,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,8 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts, par Jean de la Morinerie.

Au XVIIIe siècle, on y trouvait une manufacture de faïences.

La commune est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le 30 mai 1921.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, antérieurement membre de la communauté de communes des Forêts et Coteaux de la Grande Montagne, est membre, depuis le 1er janvier 2014, de la communauté de communes Vesle et Coteaux de la Montagne de Reims.

En effet, conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de la Marne du 15 décembre 2011[8], cette communauté de communes est née le 1er janvier 2014 de la fusion de trois petites intercommunalités :

auxquelles s'est joint la commune isolée de Villers-Marmery[9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
An VIII An X M. Legrand    
An X 1807 Jacques Barthélémy Duchesne    
1807 1811 M. Jourdain   Démissionnaire
1811 1812 Jacques Barthélémy Duchesne    
1812 1831 Thomas Dupont    
1831 1833 Nicolas Gentil    
1833 1840 Nicolas Duchatel    
1840 1848 Thomas Nicolas Quenardel    
1848 1852 Jean-Baptiste Duchatel Duchesne    
1852 1868 Eugène Poisson    
1868 1871 Thomas Nicolas Lepitre    
1871 1874 Antoine Legrand    
1874 1876 Georges Dieres Montplaisir    
  1877 Duval[11]    
1876 1884 Louis Chabanel    
1884 1885 Félix Duschene    
1885 1889 Octave Gougelet-Legrand    
1889 1900 Paul Decotte    
1900 1905 Octave Gougelet-Legrand    
1905 1908 Paul Decotte    
1908 1915 Paul Demoulin    
1915 1920 Octave Gougelet-Legrand    
1920 1956 Georges Legros    
1956 1965 Louis Pommery    
1965 1977 Jean Cattier    
1977 2001 Jean Guy    
2001 2008 Jean-Pierre Rafflin    
2014 2020 Claure Doreau    
2020 En cours
(au 25 Mai 2020)
Vincent Guy   Réélu pour le mandat 2020-2026[12],[13]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2019, la commune comptait 540 habitants[Note 3], en diminution de 4,59 % par rapport à 2013 (Marne : −0,55 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590583612573542505519540564
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
552580538512570587660641631
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
641638665632587584571565514
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
522525570602573530520527560
2019 - - - - - - - -
540--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est en grande partie tournée vers les vins de Champagne.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le domaine du Chalet à Chigny-les-Roses 51100. Le château est mis en vente (2015).
  • Une église dédiée à Nicolas de Myre.
  • Un calvaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Mme Pommery, qui serait à l'origine du nom de Chigny « les Roses ». Son buste est érigé au-dessus d'une fontaine sur la place du village.
  • François Warnier (1913-2005), as de l'aviation aux huit victoires officielles, qui repose dans le cimetière du village.
  • Le capitaine d'état-major de la 1re DLM si à la 6e région André Watier, décoré de la Croix de guerre et chef d'un réseau de résistance à Ludes, assassiné par la milice à la ferme de l'espérance, route de Châlons en 1944.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chigny-les-Roses Blason
Tiercé en pairle renversé : au 1er de sinople à un chêne d'or, au 2e d'azur à trois roses des jardins au naturel, au 3e d'or à une grappe de raisin d'azur pamprée au naturel[18].
Détails
Le chêne est pour la première partie du nom de la commune et les roses pour la seconde. Le raisin est pour le vignoble du village.

Adopté en .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP), (consulté le ), p. 2.
  9. « Arrêté préfectoral du 29 mai 2013 portant création du nouvel Etablissement public de coopération intercommunale issu de la fusion de la communauté de communes des Forêts et Coteaux de la Grande Montagne, de la Communauté de communes des Rives de Prosne et Vesle (à l’exception de la commune de Prosnes) et de la Communauté de communes de Vesle Montagne de Reims en y incluant la commune de Villers-Marmery », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la préfecture de la Marne, no 5 ter,‎ , p. 14-18 (lire en ligne).
  10. « Liste des maires de Chigny-les-Roses de l'An VIII à 2008 », Histoire, sur http://www.chignylesroses.info (consulté le ).
  11. Almanach ... Matot-Braine, Reims, 1878, p208.
  12. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  13. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le ).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  18. « 51152 Chigny-les-Roses (Marne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).