Chiffre de Trithémius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Polygraphiae

Le chiffre de Trithémius ou tableau de Trithémius est une méthode de chiffrement polyalphabétique inventée par l'abbé allemand Trithème durant la Renaissance.

Les Allemands et de nombreux auteurs de l'époque 1600-1700 prétendent que c'est lui qui a inventé le carré de Vigenère. Un tel tableau se trouve bien dans Polygraphia (1518), mais il l'appelle «tableau de transposition» et ne l'emploie pas de la même façon que Vigenère. En outre, la notion de mot-clef est complètement absente de l'œuvre de Trithème. C'est cependant bien la première fois qu'un tel tableau apparaît.

Fonctionnement de la table[modifier | modifier le code]

Comment Trithème utilisait-il sa tabula recta ? Il chiffrait la première lettre du message clair avec la première ligne, la deuxième lettre avec la deuxième ligne, etc. Il n'y avait pas d'alphabet clair distinct, mais la première ligne du tableau pouvait en tenir lieu. Quand il arrivait à la dernière ligne du tableau, il recommençait avec la première ligne. Cela revenait en fait à une suite de décalages de César : la première lettre n'était pas décalée, la deuxième était décalée d'un cran dans l'alphabet, la troisième de deux crans, etc.

  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
B B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A
C C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A B
D D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A B C
E E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A B C D
F F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A B C D E
G G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A B C D E F
H H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A B C D E F G
I I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A B C D E F G H
J J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A B C D E F G H I
K K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A B C D E F G H I J
L L M N O P Q R S T U V W X Y Z A B C D E F G H I J K
M M N O P Q R S T U V W X Y Z A B C D E F G H I J K L
N N O P Q R S T U V W X Y Z A B C D E F G H I J K L M
O O P Q R S T U V W X Y Z A B C D E F G H I J K L M N
P P Q R S T U V W X Y Z A B C D E F G H I J K L M N O
Q Q R S T U V W X Y Z A B C D E F G H I J K L M N O P
R R S T U V W X Y Z A B C D E F G H I J K L M N O P Q
S S T U V W X Y Z A B C D E F G H I J K L M N O P Q R
T T U V W X Y Z A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S
U U V W X Y Z A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T
V V W X Y Z A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U
W W X Y Z A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
X X Y Z A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W
Y Y Z A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X
Z Z A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y

Texte et traduction[modifier | modifier le code]

In hac tabula literarum canonica sive recta tot ex uno et usuali nostro latinarum ipsarum per mutationem seu transpositionem habes alphabeta, quot in ea per totum sunt monogrammata, videlicet quater et vigesies quatuor et viginti, quae faciunt in numero D.IXXVI. ac per totidem multiplicata, paulo efficiunt minus quam quatuordecemmilia.

« Sur ce tableau régulier ou carré de lettres, on trouve, par permutation ou transposition, l'alphabet usuel de nos lettres latines ; or, on trouve sur ce tableau tout autant de monogrammes, à savoir 24 fois 24, qui font en nombre 576, et multiplié par autant (24), font un peu moins de 14'000. »

Liens externes[modifier | modifier le code]


  • Cet article contient tout ou une partie d'un document provenant du site Ars Cryptographica. L'auteur autorise Wikipédia à utiliser les textes présents sur son site si la source originale est mentionnée.