Chickasaw (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chickasaw.

Chickasaw
Région d’origine
Région Drapeau des États-Unis États-Unis
Caractéristiques
Morphologie Cheval de selle
Registre généalogique oui (1957)
Taille 1,42 m environ
Robe Unie
Autre
Utilisation Bât, traction et courses

Le Chickasaw est une lignée du cheval colonial espagnol, originaire du Tennessee et de la Caroline du Nord. Il est sélectionné par les Chicachas à partir de la cavalerie d'Hernando de Soto, au XVIe siècle. Ce petit cheval particulièrement rapide sur courte distance participe à la création du Quarter Horse. La race est désormais considérée comme éteinte, mais des tentatives de re-création et de préservation des lignées sont en cours.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ces chevaux proviennent des montures de l'expédition du conquistador Hernando de Soto[1], au XVIe siècle[2]. Il passe plusieurs mois sur les terres des amérindiens Chicachas, au cours desquels ces derniers récupèrent vraisemblablement des chevaux[3], en particulier lors de l'attaque de 1539[4]. Ils pratiquent ensuite l'élevage, et apprennent l'équitation[1], tout en se déplaçant de puis la Floride vers des terres situées plus au Nord[2]. Leurs chevaux sont alors de petite taille, environ 1,32 m[1],[3], et utilisés pour tous types de tâches de la vie courantes, telles que le portage et la traction[3]. Robert West Howard (1965) estime que la race Chickasaw est déjà bien établie lorsque James Adair commerce avec cette tribu amérindienne en 1725[5], et que par ailleurs, les Amérindiens sont conscients de la valeur de leurs chevaux et les préservent des croisements extérieurs[6]. La race reçoit son nom actuel du premier Amérindien avec lequel les colons Anglais sont entrés en contact[6].

Les Chicachas pratiquent aussi des courses festives sur courte distance, ce qui conduit à une sélection pour améliorer la vitesse de leurs chevaux[3]. La popularité de ces courses gagnant les cultivateurs colons des Carolines, ils s'approvisionnent en chevaux auprès des Chicachas pour disputer des courses d'un quart de mile[3],[7].

La race était autrefois commune[8], mais a été absorbée dans les populations de Mustang espagnol[9], et a participé à la formation du Quarter Horse[4]. Le déclin remonte au XIXe siècle, en raison de croisements avec des chevaux de souche européenne et arabe, visant à produire des animaux de plus grande taille[3].

En 1957, Andy Barker souhaite retrouver le cheval Chickasaw originel[3]. Il crée pour cela la Chickasaw Horse Association à Love Valley, Statesville, en Caroline du Nord[3]. L'année suivante, il acquiert un poulain d'origine indienne au Canada[3]. En 1963, son association a enregistré 400 chevaux[3], et a organisé trois rassemblements annuels, la Chickasaw Horse Celebration, à Bedford dans l'Iowa[3].

Description[modifier | modifier le code]

Il ne s'agit pas vraiment d'une race, mais plutôt d'une lignée importante du cheval colonial espagnol[8]. Le Chickasaw perdure notamment à travers les lignées de la race Choctaw[8]. D'après Hendricks (université d'Oklahoma, 2007)[2] et CAB International (2016)[8], le Chickasaw moderne mesure environ 1,42 m. La musculature est bien développée[3]. La tête est petite, mais large entre les deux yeux, et surmonté de petites oreilles[10],[7]. L'encolure et le dos sont courts[10],[7]. La poitrine est large[10],[7]. La queue est attachée bas[10].

La robe est de couleur unie[8], pouvant être baie, bai-brun, noire, alezan, grise, et même rouan ou palomino[7]. Ces chevaux sont renommés pour leur rapidité sur courte distance[7].

La Chickasaw Horse Association[10], désormais très peu active,[7], a créé un stud-book pour retrouver le type ancestral de la race Chickasaw, à partir de chevaux originaires de l'Ouest du Canada, qui ont gardé une parenté avec les chevaux américains[8]. En 2001, 590 chevaux y sont enregistrés[10]. Le statut de la race est disputé : plusieurs ouvrages incluent le Chickasaw à la race du Florida Cracker Horse[11],[12]. Par contre, les auteurs de l'ouvrage de référence de CAB International (2016)[8] et Janet Vorwald, de l'université Yale, s'y réfèrent comme à une race séparée[13]. Par ailleurs, de nombreux écrivains américains contemporains de l'élevage amérindien se réfèrent à leurs chevaux comme à une race à part entière[10],[3].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Le Chickasaw sert à la fois de cheval de bât, de monture, et de cheval de course dans le sud des États-Unis[8]. Il a grandement contribué à la formation de la race Quarter Horse, mais aussi du Choctaw et du Cherokee[8],[14].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Le berceau originel de cette race comprend la Caroline du Nord, le Tennessee[9], et l'Oklahoma[10]. Le Chickasaw est indiqué comme une race locale et native des États-Unis, désormais éteinte, dans la base de données DAD-IS[9]. Hendrics (2007) le signale en revanche comme race rare[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Dohner 2001, p. 369.
  2. a b c et d Hendricks 2007, p. 120.
  3. a b c d e f g h i j k l et m Dunham 1963.
  4. a et b (en) J. Warren Evans, Horses: A Guide to Selection, Care, and Enjoyment, Henry Holt and Company, , 3e éd., 717 p. (ISBN 1429934581 et 9781429934589), p. 133.
  5. Howard 1965, p. 28.
  6. a et b Howard 1965, p. 27.
  7. a b c d e f et g Hendricks 2007, p. 121.
  8. a b c d e f g h et i Porter et al. 2016, p. 451.
  9. a b et c DAD-IS.
  10. a b c d e f g et h Dohner 2001, p. 370.
  11. (en) Judith Dutson (photogr. Bob Langrish), Storey's Illustrated Guide to 96 Horse Breeds of North America, North Adams, MA, Storey publishing, , 406 p. (ISBN 1-58017-613-5, OCLC 61178193), p. 106-108.
  12. (en) Fran Lynghaug, « Florida Cracker Horse : The Complete Guide to the Standards of All North American Equine Breed Associations », dans The Official Horse Breeds Standards Guide, Minneapolis, MN, Voyageur Press, , 672 p. (ISBN 0-7603-3499-4 et 978-0-7603-3499-7, OCLC 759839527, lire en ligne), p. 73-78.
  13. Dohner 2001, p. 369-370.
  14. (en) Holmes Willis Lemon, « Chickasaw Horse », The Chickasaw Nation (consulté le 20 décembre 2010).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [Dohner 2001] (en) Janet Vorwald Dohner, The Encyclopedia of Historic and Endangered Livestock and Poultry Breeds, New Haven, CT, Yale University Press, coll. « Yale agrarian studies », (ISBN 030013813X et 9780300138139), « Florida Cracker », p. 367-369
  • [Dunham 1963] (en) Wally Dunham, « The Chickasaw Horse », Western Horseman,‎ (lire en ligne)
  • [Hendricks 2007] (en) Bonnie Lou Hendricks, International Encyclopedia of Horse Breeds, Norman, University of Oklahoma Press, , 2e éd., 486  p. (ISBN 0-8061-3884-X, OCLC 154690199, lire en ligne), « Chickasaw », p. 120-121. Voir et modifier les données sur Wikidata
  • [Howard 1965] (en) Robert West Howard, The Horse in America, Follett, , 298 p.
  • [Porter et al. 2016] (en) Valerie Porter, Lawrence Alderson, Stephen J.G. Hall et Dan Phillip Sponenberg, Mason's World Encyclopedia of Livestock Breeds and Breeding, CAB International, , 6e éd., 1 107  p. (ISBN 1-84593-466-0, OCLC 948839453), « Chickasaw ». Voir et modifier les données sur Wikidata
  • « The Chickasaw Horse : grandfather to Quarterhorse », The Journal of Chickasaw History, Chickasaw Historical Society, vol. 4,‎ , p. 27