Chevauchée des Walkyries

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chevauchée des Walkyries
Image illustrative de l’article Chevauchée des Walkyries
Richard Wagner (1813-1883) en 1871

Genre Musique classique, musique symphonique, air d'opéra, prélude, musique militaire
Musique Richard Wagner
Livret Richard Wagner
Langue originale Allemand
Sources littéraires Chanson des Nibelungen, œuvres basées sur la mythologie nordique
Effectif Orchestre symphonique
Durée approximative 6:23
Dates de composition 1856 en musique classique
Création 26 juin 1870 (opéra La Walkyrie)
Opéra d’État de Munich en Bavière
Interprètes Franz Wüllner
Fichier audio
La chevauchée des Walkyries
Interprété par l'American Symphony Orchestra pour Edison Records en 1921. Cette version ne comporte pas la partie vocale et les techniques d'enregistrements de l'époque ne permettent de distinguer nettement que le thème orchestral principal.

La chevauchée des Walkyries (Walkürenritt, ou Ritt der Walküren, en allemand, Ride of the Valkyries, en anglais) est un célèbre air d'opéra épique, tragique, embrasé, exalté, et grandiose[1], pour orchestre symphonique, composé en 1856 par le compositeur allemand Richard Wagner[2]. Prélude de l'acte III scène 1 de son opéra La Walkyrie (Die Walküre) second de sa série de quatre opéras de L'Anneau du Nibelung, il est baptisé du nom des Valkyries guerrières des mythologie germanique et nordique. Souvent interprétée en concert indépendamment de l'opéra dont elle est issue, elle est reprise entre autres comme hymne de la Luftwaffe[3] (armée de l'air allemande du Troisième Reich) de la Seconde Guerre mondiale, et devient une des musiques de film les plus célèbres de l'histoire du cinéma en temps que musique de sonorisation d'un raid américain d'hélicoptère d'attaque Bell UH-1 Iroquois de la guerre du Viêt Nam, du film Apocalypse Now, de Francis Ford Coppola en 1979 (Youtube)[4].

Historique[modifier | modifier le code]

La chevauchée des Walkyries, 1890, par W. T. Maud

Le leitmotiv du thème principal est composé par Wagner le , mais la chevauchée apparaît sous sa forme complète en 1854, et sa première orchestration en 1856. Elle est jouée pour la première fois le [5] lors de la création de l'opéra La Walkyrie à l'Opéra d’État de Munich en Bavière[5], à la demande du roi Louis II de Bavière, important mécène-protecteur-admirateur du compositeur, propriétaire de ses œuvres, contre la volonté de ce dernier. Wagner impose alors un embargo sur toutes reprises en version de concert, jusqu'à la création par lui même de la tétralogie L'Anneau du Nibelung au festival de Bayreuth en Bavière de 1876[6] (fondé par Wagner pour cette occasion) suivie d'une version de concert à Londres le , également dirigée par lui même.

Scénario[modifier | modifier le code]

La guerrière Valkyrie Brunehilde
L'arrivée des Walkyries (illustration d'Arthur Rackham).
Brunnhilde rejoint ses sœurs apeurées avec Sieglinde (illustration d'Arthur Rackham).
Siegfried and the Twilight of the Gods p 180.jpg
Rhinegold and the Valkyries p 122.jpg
Ring22.jpg

Le thème musical est inspiré d'une sonnerie militaire de fanfare de charge militaire déferlante de cavalerie, entrecoupée des voix, des cris et des rires de neuf Valkyries. Dans l'opéra dont elle est tirée (inspiré de la Chanson des Nibelungen de l'épopée médiévale du moyen haut allemand du mythe fondateur de l’Allemagne, composée au XIIIe siècle) la chevauchée accompagne les guerrières Valkyries de retour des champs de batailles, au moment ou elles remontent avec les âmes choisies des guerriers les plus valeureux morts au combat, au Valhalla (paradis des guerriers valeureux du dieu Odin, de la mythologie germanique-nordique) avec leurs cris comme signe de ralliement. Ces « vierges guerrières »[7] vont êtres confrontées à la trahison de l'une d'elles, Brünnhilde contre leur père le dieu des dieux Wotan (Odin). La fin de la chevauchée n'est pas clairement définie, et se mue progressivement avec la suite ; elle est suivie à la fin de l'acte par le passage des adieux de Wotan à sa fille Brunnhilde, après l'avoir maudite, répudiée, disgraciée, et condamnée d'un sommeil magique et enfermée dans un mur de flammes... Dans L'Anneau du Nibelung, cycle de quatre opéras de Richard Wagner, inspiré de la Völsunga saga de la mythologie nordique : le prince Siegfried fait le serment de l'épouser à la Valkyrie Brunehilde, mais l’absorption à son insu d'un philtre d'amour et d'oubli, le force à épouser finalement la fille du roi Gjuki. Se croyant cruellement trahie, Brunehilde le fait tuer par vengeance, puis se jette désespérée sur le bûcher funéraire de ses funérailles (avec L'Anneau du Nibelung que lui a offert Siegfried, qui attire le malheur à son possesseur) lorsqu'elle comprend la dramatique et tragique manipulation d'ont elle a été victime. La Walkyrie représente une forme d’apothéose du drame musical romantique allemand, pour laquelle Wagner compose quelques-unes des pages les plus embrasées, grandioses, exaltées, et tragiques de son oeuvre...

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire, le thème est très régulièrement récupéré dans des domaines variés ; mais ces récupérations dénaturent souvent son utilisation initiale dans Die Walküre. Par exemple, le nom Chevauchée des Walkyries ne vient pas de Richard Wagner mais est utilisé comme titre des versions de concert.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Ce thème est repris souvent dans les séries de Warner Bros. (Bugs Bunny, Daffy duck, Bip-Bip). Autres reprises télévisuelles :

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Seconde guerre mondiale nazie[modifier | modifier le code]

La Chevauchée des Walkyries est reprise entre autres comme hymne de la Luftwaffe (armée de l'air allemande du Troisième Reich) de la Seconde Guerre mondiale (un groupe d'assaut allemand aurait joué la Chevauchée sur ondes courtes avant de lancer les offensives de la Seconde Guerre mondiale. Cette anecdote est rapportée dans Le Soldat oublié de Guy Sajer).

Elle est utilisée dans des films de propagande nazie, notamment la série Die Deutsche Wochenschau.

Le complot du 20 juillet 1944 de tentative d’assassinat d'Adolphe Hitler est baptisé « Opération Walkyrie » (histoire retracée dans le film historique Walkyrie, de Bryan Singer, avec Tom Cruise).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La Walkyrie - Die Walküre », sur www.opera-online.com (consulté en mai 2020).
  2. [vidéo] Richard Wagner: Die Walküre Act 3 opening (Ride of the Valkyries) par l'Orchestre philharmonique de Berlin du chef Simon Rattle sur YouTube
  3. « Le monde sous les bombes – de Guernica à Hiroshima », sur www.historia.fr (consulté en mai 2020).
  4. [vidéo] Apocalypse Now (1979) - Ride of the Valkyries sur YouTube
  5. a et b François-René Tranchefort, L'Opéra, Paris, Éditions du Seuil, , 634 p. (ISBN 2-02-006574-6), p. 256
  6. Jacques De Decker, Wagner, Paris, Folio, , 275 p. (ISBN 978-2-07-034699-8), p. 253
  7. Appellation donné par Fricka dans l'acte II.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]