Chevauchée des Walkyries

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'arrivée des Walkyries (illustration d'Arthur Rackham).

La chevauchée des Walkyries, (en allemand, Walkürenritt ou Ritt der Walküren) est le terme populaire pour désigner le prélude de l'acte III de l'opéra Die Walküre composé par Richard Wagner. Il est fréquemment repris au cinéma (la scène du raid des hélicoptères dans le film Apocalypse Now de Francis Ford Coppola) et la publicité, et il a été utilisé par le parti nazi à des fins de propagande.

Il n'est pas rare aujourd'hui que cet air soit joué en concert, indépendamment de l'opéra dont il est issu.

Historique[modifier | modifier le code]

Le leitmotiv composant le thème principal fut écrit par le compositeur Richard Wagner le mais la chevauchée apparaît sous sa forme complète en 1854 et sa première orchestration en 1856. Elle fut jouée pour la première fois le [1] lors la création de La Walkyrie au Bayerische Staatsoper[1]. Cependant, cette première ayant eu lieu contre la volonté de Wagner[2], ce dernier imposa un embargo sur toutes reprises en version de concert; ce n'est qu'à partir de 1876 et la création de la tétralogie Der Ring des Nibelungen à Bayreuth[3] qu'il fut levé. Wagner la dirigea lui-même en version de concert à Londres le .

Scénario[modifier | modifier le code]

Brunnhilde rejoint ses sœurs apeurées avec Sieglinde (illustration d'Arthur Rackham).

Dans l'opéra dont elle est tirée, la chevauchée accompagne les Walkyries de retour des champs de batailles. Celles-ci se préparent à remonter au Walhalla avec les âmes de héros morts ; leurs cris sont un signe de ralliement. Ces « vierges guerrières »[4] vont être confrontées à la trahison de l'une d'elles, Brünnhilde contre leur père Wotan.

La fin de la chevauchée n'est pas clairement identifiée étant donné qu'elle se mue progressivement ; elle sera suivie à la fin de l'acte par le célèbre passage des adieux de Wotan à Brunnhilde.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Fichier audio
La chevauchée des Walkyries
Interprété par l'American Symphony Orchestra pour Edison Records en 1921. Cette version ne comporte pas la partie vocale et les techniques d'enregistrements de l'époque ne permettent de distinguer nettement que le thème orchestral principal.
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Dans la culture populaire, le thème est très régulièrement récupéré dans des domaines variés ; mais ces récupérations dénaturent souvent son utilisation initiale dans Die Walküre. Par exemple, le nom Chevauchée des Walkyries ne vient pas de Richard Wagner mais est utilisé comme titre des versions de concert.

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Ce thème est repris souvent dans les séries de Warner Bros. (Bugs Bunny, Daffy duck, Bip-Bip). Autres reprises télévisuelles :

Signé Cat's Eyes, lorsque Tam survole la base de fondation du Pacifique qui ne tarde pas à réagir en l’attaquant ;

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Récupération nazie[modifier | modifier le code]

Un groupe d'assaut allemand aurait joué la Chevauchée sur ondes courtes avant de lancer les offensives de la Seconde Guerre mondiale. Cette anecdote est rapportée dans Le Soldat oublié de Guy Sajer.

Elle fut utilisée dans des films de propagande nazie, notamment la série Die Deutsche Wochenschau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François-René Tranchefort, L'Opéra, Éditions du Seuil, , 634 p. (ISBN 2-02-006574-6), p. 256
  2. Louis II de Bavière, mécène de Richard Wagner et propriétaire de la partition le lui imposa.
  3. Jacques De Decker, Wagner, Folio, , 275 p. (ISBN 978-2-0703-4699-8), p. 253
  4. Appellation donné par Fricka dans l'acte II.