Chevalier (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chevalier
Description de cette image, également commentée ci-après
Une joute similaire à celles du film
Titre original A Knight's Tale
Réalisation Brian Helgeland
Scénario Brian Helgeland
Musique Carter Burwell
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
Escape Artists
Finestkind
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie médiévale
Durée 132 minutes
Sortie 2001

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Chevalier (A Knight's Tale) est une comédie médiévale américaine réalisée par Brian Helgeland et sortie en 2001.

L'histoire est racontée dans un style anachronique avec de nombreuses références modernes. On y suit un paysan qui se fait passer pour un noble chevalier et devient un champion de joute, montrant comment un individu d'extraction modeste peut être anobli pour son courage et sa générosité.

Le film tire son titre original du Conte du chevalier, faisait partie du recueil Les Contes de Canterbury de Geoffrey Chaucer, écrivain et poète des années 1340 que l'on retrouve parmi les personnages du film. L'intrigue du film est cependant différente.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, on ne peut accéder au rang de chevalier que si l'on est déjà de noble extraction. Modeste écuyer anglais, William n'ignore rien de cet usage mais cela ne l'empêche pas de rêver à une meilleure condition. Aussi, lorsque son seigneur vient à trépasser au cours d'une joute, le jeune garçon enfile son armure, et son haume pour ne pas être reconnu, prêt à combattre et affronter un destin glorieux.

Avec l'aide de ses fidèles amis, Roland le raisonnable, Wat un fier bagarreur, et Geoffrey Chaucer, un écrivain itinérant et joueur impénitent, William se forge de toutes pièces un passé noble, une généalogie flatteuse et une nouvelle identité avec l'aide précieuse de Geoffrey qui utilise ses compétences d'orateur et de rédacteur pour se faire passer pour un héraut d'armes. C'est sous le nom d'Ulrich von Liechtenstein du Guelderland qu'il se met à jouter à travers toute l'Europe, avec succès.

Lors d'un de ses voyages, il découvre Jocelyn, une jeune et jolie aristocrate dont il tombe amoureux mais qui met parfois rudement sa passion à l'épreuve. En se construisant un prestigieux palmarès, il finit par se heurter au seigneur Adhémar d'Anjou, un noble et chef militaire français, qui joute lui aussi à travers l'Europe. Adhémar est jaloux des succès de William et surtout de l'intérêt que lui porte Jocelyn car il la veut pour femme. Il enquête sur lui, intrigué par ses manières un peu rustres pour un noble de si vieille extraction. Il va finir par découvrir le pot aux roses et faire emprisonner son jeune rival. Mais c'est sans compter avec le Prince noir, fils du roi d'Angleterre, avec qui William a jouté, qui a vu en lui une âme généreuse et l'anoblit publiquement. William peut courir jouter contre Adhémar et changer sa destinée.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Info Simple.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de fin de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Distribution[modifier | modifier le code]

Heath Ledger interprète William, un écuyer qui se fait passer pour un chevalier.
Source VF[4]

Production[modifier | modifier le code]

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Pour le rôle principal, Brian Helgeland choisit Heath Ledger, peu connu à l'époque, après avoir vu sa performance dans The Patriot : Le Chemin de la liberté (2000) de Roland Emmerich[5].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné en République tchèque, dans les studios Barrandov de Prague[6]. Il a fallu douze semaines pour que les décors soient construits[7]. Des sans domicile fixe tchèques sont engagés comme figurants par le biais d'une organisation locale qui leur permet de travailler[7]. La barrière de la langue a posé quelques petits soucis lors du tournage, dont un qui est visible dans le film. Lorsque Chaucer (joué par Paul Bettany) présente au public William (Heath Ledger), personne n'acclame le cavalier. C'est finalement Roland (Mark Addy) qui provoque l'ovation en donnant un signal. En fait, aucun figurant n'a compris le texte dit par Bettany ce qui a entraîné ce mutisme. Addy a donc improvisé pour les faire réagir. Brian Helgeland considère la scène meilleure que ce qu'elle aurait dû être et décide de ne pas la changer[7].

Les scènes de joute ont été réalisées par Allan Graf, le réalisateur de la seconde équipe[8]. On repère facilement dans le film les scènes tournées par cette équipe : la coupe après les gros plans des acteurs qui abaissent la visière de leur heaume pour se diriger vers la lice marque le point de départ de ce qui a été filmé par Allan Graf (hormis les gros plans)[8]. Ce sont de vraies joutes qui sont réalisées, mais pour la sécurité des cascadeurs, les lances en balsa ont subi des modifications afin de se briser au moindre choc[8]. Une trentaine de chevaux, de la race Kladruber essentiellement, ont été nécessaires pour les différentes séquences[8]. Les acteurs sont équipés d'une véritable armure, mais pour des raisons de sécurité, les cascadeurs, eux, ont dû revêtir des armures en plastique pour ne pas se blesser lors des chutes[8].

Musique[modifier | modifier le code]

Outre les compositions originales de Carter Burwell, le film contient de nombreuses chansons rock[9] :

Accueil[modifier | modifier le code]

Il recueille 58 % de critiques positives, avec un score moyen de 5,8/10 et sur la base de 139 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[10]. Il obtient un score de 66/100, sur la base de 21 critiques, sur Metacritic[11]. En France, les critiques ont été plutôt positives, Le Nouvel Observateur évoquant de « très efficaces scènes de tournoi qui constituent le clou de ce spectacle somme toute très sympathique », Le Parisien « un divertissement plein d'humour » où Heath Ledger « fait figure de future star », Télérama « des combats qui ne manquent pas de charme et une interprétation pleine d'humour », et Première un film avec beaucoup « d'entrain et de bonne humeur ». Seul Le Monde délivre une critique négative, parlant d'un film « insignifiant » et d'une « reconstitution à la laideur confondante »[12].

Le film a rapporté 117 487 473 $ au box-office mondial (dont 56 569 702 $ aux États-Unis)[13]. Il a attiré dans les salles de cinéma 330 408 spectateurs en France, 281 298 au Québec, 115 575 en Belgique et 51 784 en Suisse[14].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[15]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Ton contemporain et anachronique[modifier | modifier le code]

Le « look » des personnages est inspiré de celui des Rolling Stones (ici, Ron Wood et Mick Jagger) dans les années 1970.

Bien que le film se déroule au XIVe siècle[16], des chansons à succès des années 1970 constituent la bande son du film. Cet anachronisme est motivé par le choix de Brian Helgeland de mélanger l'authenticité et un style contemporain[17]. Pour lui, Chevalier aborde les sujets de la jeunesse, de la recherche d'identité et de la liberté, qui sont l'essence du rock 'n' roll[17].

Comme les chants scandés par la foule (We Will Rock You)[18], la musique, la scène de danse entre Jocelyn et William, les dialogues, sont contemporains. Le langage médiéval a été mis de côté afin que les spectateurs puissent s'identifier plus facilement aux personnages[17].

Caroline Harris, la costumière, décide dès le début que les acteurs doivent ressembler aux Rolling Stones en 1972[19]. Les armures sont basées sur celles des joutes, mais également des équipements comme ceux du football américain, avec rembourrages aux épaules et aux hanches[19]. Dans le même esprit, Kate la forgeronne signe ses armures d'un poinçon personnalisé, constitué de 3 virgules évoquant de manière explicite le « Swoosh », logo de la firme Nike. Hasard ou non, le fondateur de Nike se nomme Philip Knight, knight signifiant « chevalier » en français[19],[5]. Par ailleurs, certains logos rappellent ceux des Pontiac Firebird des années 1970[5].

Clins d'oeil[modifier | modifier le code]

Quand Chaucer introduit pour la première fois Sir Ulrich à la joute, il déclare « ...and everyone else here not sitting on a cushion ». Il s'agit d'une allusion à une phrase prononcée par John Lennon lors d'un concert des Beatles en 1963 : « For the people in the cheaper seats, clap your hands. And the rest of you, if you'd just rattle your jewelery[5]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fiche du film sur Box Office Mojo.
  2. a et b (en) Spécifications technique du film sur IMDb.
  3. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  4. Fiche de doublage du film sur Voxofilm
  5. a b c et d (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  6. Informations visible dans le générique du film.
  7. a b et c Les Surprises de la maison tchèque, disponible sur le DVD du film.
  8. a b c d et e L'École de Hard Knocks, disponible sur le DVD du film.
  9. (en) Soundtrack sur l’Internet Movie Database
  10. « (en) A Knight's Tale », Rotten Tomatoes
  11. « (en) The Bridges of Madison County », Metacritic
  12. « Critiques Presse Chevalier », AlloCiné
  13. « (en) A Knight's Tale », Box Office Mojo
  14. « Chevalier », Lumière
  15. (en) Awards sur l’Internet Movie Database
  16. Histoires pour le peuple, disponible sur le DVD du film.
  17. a b et c 1370 - La Rock Music Scene de Jed Dannenbaum et Tjardus Greidanus, disponible sur le DVD du film.
  18. « Musique du film Chevalier », sur 7zic.fr,
  19. a b et c Armor et le Rock Band en tournée, disponible sur le DVD du film.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]