Cheval blanc d'Uffington

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cheval blanc.
Cheval blanc d'Uffington
Le Cheval blanc d'Uffington
Le Cheval blanc d'Uffington
Localisation
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Coordonnées 51° 34′ 40″ nord, 1° 34′ 00″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Cheval blanc d'Uffington
Cheval blanc d'Uffington

Le Cheval blanc d'Uffington est la représentation d'une silhouette chevaline de très grande taille creusée dans la partie supérieure d'une colline de craie qui fait partie de l'escarpement des Berkshire Downs et donne sur le Val du Cheval blanc au nord, dans le comté d'Oxfordshire en Angleterre.

Situation[modifier | modifier le code]

Situé près du Ridgeway, un chemin qui parcourt la vallée de craie, près d'Uffington Castle (en) et Dragon Hill (en), le Cheval blanc d'Uffington est probablement la plus ancienne figure de craie (géoglyphe) connue en Angleterre. La silhouette du cheval est linéaire et tracée dans la craie sous-jacente à la couche d'humus. La figure est inscrite dans un rectangle de 100 m sur 30 m orienté nord-sud, la tête au sud, et mesure environ 111 m de la queue à l'oreille [1]. Bien visible du ciel, elle l'est aussi des villages situés de l'autre côté de la Vallée du Cheval blanc, Great Coxwell, Longcot et Fernham. Le site, propriété du National Trust, est considéré comme un « site archéologique majeur »[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le nom de White Horse Hill est attesté depuis 1070, sous le règne de Guillaume Ier (1066-1087)[1]. La première référence au cheval proprement-dit, par les bénédictins d'Abingdon Abbey, date de 1190[2].

La raison d'être de cette figure a donné lieu à de multiple théories[2] : représentation du cheval de la grande déesse cavalière Épona, monument commémorant la victoire du roi Alfred sur les Danois en 871, voire représentation liée au chef anglo-saxon semi-légendaire du Ve siècle Hengist[3]. Cependant, dans la tradition locale, la silhouette est associée à la figure de saint Georges (saint patron d'Angleterre) qui aurait combattu le dragon sur Dragon Hill, colline toute proche[1].

Une datation plus récente, menée dans les années 1990 par Simon Palmer et David Miles de l'Oxford Archaeological Unit, démontre néanmoins que la figure date de l'âge du bronze[4]. Le gigantesque cheval blanc d'Uffington, une des plus grandes réalisations humaines de l'âge du bronze européen (± 3000 ans), est donc, parmi les géoglyphes équins d'Angleterre, probablement le seul que l'on puisse rattacher à la civilisation celtique. Daté du bronze final, il offre une représentation schématique du cheval avec un corps allongé et des jambes disjointes, très proche de ce que l'on peut observer sur les pièces de monnaie celtiques[5].

Selon l'interprétation la plus récente, la silhouette ne serait pas un symbole territorial, représentation d'une divinité locale ou figure tracée pour honorer les dieux, mais serait un cheval « tirant le soleil » : un dispositif en lien avec le passage diurne du soleil dans le ciel, lié à la trajectoire du soleil d'hiver, qui se rencontre dans d'autres pays nordiques[6].

Tête et "bec" du cheval, entourée de quelques moutons en train de paître.
Gravure du cheval recensé dans An archaelogical index to remains of antiquity of the Celtic, Romano-British, and Anglo-Saxon periods, 1847.

Conservation[modifier | modifier le code]

Le Cheval blanc a toujours été régulièrement entretenu. Une campagne festive de décapage était pratiquée tous les sept ans, attestée depuis au moins 1677 jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, mais probablement organisée depuis bien plus longtemps[1]. La population locale participe à l'organisation et au financement de cet entretien : ainsi, une restauration a été organisée en juin 2000[2]. Actuellement l'événement a pris un caractère plus folklorique avec une fête et un marché au fromage, bénéfique pour le tourisme local.[réf. nécessaire]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « The White Horse hill figure », sur Historic England (consulté le 7 juin 2017)
  2. a, b et c (en) « Huffington White Horse » (consulté le 7 juin 2017)
  3. En vieil anglais, « hengest » signifie « étalon ».
  4. (en) Timothy Darvill, Prehistoric Britain from the Air : a study of space, time, and society, Cambridge/New York, Cambridge University Press, coll. « Cambridge air surveys », , 283 p. (ISBN 0-521-55132-3 et 978-0-521-55132-8, OCLC 33132537, LCCN 95038565, présentation en ligne), p. 223.
  5. Miranda Aldhouse-Green, The symbolic horse in pagan celtic Europe : An Archaeological Perspective dans Davies et Jones 1997, p. 10.
  6. « Actualités (Histoire) », Sciences et Avenir, no 844,‎ , p. 20 (ISSN 0036-8636)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Sioned Davies et Nerys Ann Jones, The Horse in Celtic Culture : Medieval Welsh Perspectives, University of Wales Press, , 190 p. (ISBN 0708314147 et 9780708314142)