Cherubino Patà

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pietro Antonio Cherubino Patà, né le à Sonogno (Tessin, Suisse) et mort le à Gordola (Tessin), est un peintre suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Ruisseau du Puits Noir (vers 1870), Ornans, musée Courbet.

Cherubino Patà est élève à l'école de dessin de Locarno, décore l'église de Sonogno, puis se rend en Suisse romande où il officie en tant que portraitiste ambulant[1].

Il se rend ensuite à Lyon, puis à Paris dès 1868. Le peintre expose régulièrement aux Salons parisiens. Il se lie avec Gustave Courbet, dont il devient l'élève. Au fil des années, il se mue en assistant du peintre franc-comtois. Il participe avec quelques jeunes peintres à l'atelier d'Ornans créé par Courbet à sa sortie de prison en 1872 et 1873 pour préparer les paysages du maître. Lorsque ce dernier doit s'exiler en Suisse en 1873 pour échapper aux poursuites de l'État après la Commune de Paris, Patà lui rend visite, puis s'installe quelques mois avec lui dans une pension à La Tour-de-Peilz.

Certains auteurs ont cru que Cherubino Patà dirigeait un atelier suisse sur le modèle de l'atelier d'Ornans, mais il n'y a aucun document qui viendrait étayer cette légende. Patà retourne très vite à Paris et devient l'homme d'affaires de Courbet : il s'occupe de faire le lien avec les amis parisiens et avec son avocat dans l'affaire de la colonne Vendôme[2]. Il assiste Courbet en faisant d'incessants va-et-vients entre Paris et la Suisse jusqu'à la mort du peintre survenue le [3].

Il expose ses paysages aux Salons parisiens toutes ces années jusqu'en 1881. Puis il retourne au Tessin où il meurt en 1899.

« Des peintures naïves de sa jeunesse aux œuvres réalistes de la maturité, sa production reste inégale et a souffert du soupçon de plagiat des peintures de Gustave Courbet »[1], dont il a subi l'influence.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Patà, Cherubino », notice dans le Dictionnaire historique de la Suisse.
  2. Courbet, Gustave, 1819-1877., Correspondance, Flammarion, (ISBN 2080117645, OCLC 35122198, lire en ligne).
  3. Courbet, Gustave, 1819-1877, et Musée Rath,, Gustave Courbet : les années suisses (ISBN 9782854955811, OCLC 890576590, lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Chessex, « Patà et Courbet : quelques points de repère (1868-1881) », in Cherubino Patà. Le vrai faux-Courbet, Ornans, Musée Courbet, 1988, pp. 67-79.
  • (it) Aldo Lanini, Cherubino Patà : uomo e pittore originale, 1827-1899, Locarno, 1992.

Liens externes[modifier | modifier le code]