Cheoljong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cheoljong
철종 - 哲宗
Illustration.
Titre
25e Roi de Joseon

(14 ans, 5 mois et 22 jours)
Prédécesseur Heonjong
Successeur Kojong
Biographie
Dynastie Joseon
Nom de naissance Yi Byeon (이변 - 李昪)
Date de naissance
Date de décès (à 32 ans)
Père Jeongye
Mère Yongseong
Conjoint Cheonin

Cheoljong
Période Joseon

Cheoljong (né en 1831, mort en ), hangul : 철종, hanja : 哲宗, est le 25e roi de la dynastie Yi de Corée de 1849 à sa mort. Son nom de naissance est Yi Byeon (이변, 李昪). Il porta aussi le titre de prince Tosung.

Jeunes années et origines[modifier | modifier le code]

Yi Byeon naît le à Séoul[1]. Il est l'arrière-arrière-petit-fils du roi Yeongjo et le troisième fils du prince Jeongye (전계, 1785-1841). Sa mère est la princesse consort Yeom Yongseong (염 용성). Il passa une partie de son enfance sur l'ile de Ganghwa où son grand-père, le prince Euneon, avait été envoyé en exil à cause d'une conspiration. En 1844, après la mort de son père, il est lui aussi banni à Ganghwa avec son frère aîné et le reste de sa famille[1].

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le roi Yeongjo (1694-1776)
 
 
 
 
 
 
 
Prince Sado (1735-1762)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lee Jeong
 
 
 
 
 
 
 
Prince Euneon (1754-1801)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Im Suk
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Prince Jeongye (1785-1841)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Yi (1764-1819)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Yi Byeon, roi Cheoljong
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Yeom Yongseong
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Contexte politique[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, le clan des Kim d'Andong qui avait fourni plusieurs reines à la dynastie des Yi s'était emparé du pouvoir dans presque toute la Corée. La stagnation sociale qui en résultait était un terrain fertile pour les soulèvements. La corruption et le détournement de fonds du trésor atteignaient des proportions considérables. Les rébellions succédaient aux catastrophes naturelles. En effet, c'était une des périodes les plus sombres de l'histoire du pays.

Le seul but des Kim d'Andong était de conserver leur influence. Leur campagne acharnée pour dominer complètement la cour avait conduit à une situation où presque tous les représentants de la famille royale avait quitté Séoul. Lorsqu'un membre des Yi paraissait être un candidat approprié à l'accès au trône, il était soit accusé de trahison, soit exécuté ou envoyé en exil. Ainsi, à la mort du roi Hoenjong qui n'avait pas de fils, aucun candidat acceptable ne put être trouvé. Cette tâche incombait à la plus vieille des reines douairières, Sunwon (1789-1857), née Kim Jo-sun, une Kim d'Andong.

Accès au pouvoir et vie familiale[modifier | modifier le code]

Trois jours après la mort d'Hoenjong, Yi Byeon est désigné comme successeur[1]. Lorsque les envoyés menés par Jeong Won-Yong et chargés d'aller chercher le futur roi arrivent à Ganghwa, ils trouvent une famille survivant dans la misère et apeurée[2]. Âgé de 18 ans, Yi Byeon est adopté officiellement sous le nom de Yi Won-beom[1] puis proclamé roi sous le nom de Cheoljong malgré sa pauvreté évidente et son absence d'éducation. Il ne peut même pas lire un seul mot de sa carte de félicitations lors de son accession au trône, même si les rois précédents de la période Joseon avaient accordé la plus haute importance à l'éducation de leur fils. Même après 13 ans de règne, il n'avait toujours pas appris à se déplacer avec dignité ni à porter les habits royaux de sorte qu'il ressemblait encore à un pêcheur même dans les robes les plus luxueuses.

Pour les Kim d'Andong, Cheoljong est un excellent choix. Son illettrisme le rend facilement manipulable et contrôlable et la vieille reine Sunwon peut continuer à assurer la régence jusqu'en 1851[2]. La même année, il épouse une autre Kim d'Andong, la fille de Kim Mun-geun, alors âgée de 14 ans et connue après sa mort sous le nom de reine Cheonin. Ses autres épouses sont Gwi-in Park (귀인 박씨), Gwi-in Cho (귀인 조씨), Gwi-in Lee (귀인 이씨) , Suk-ui Bang (숙의 방씨), Suk-ui Beom (숙의 범씨), Gong-in Lee (궁인 이씨), Gong-in Kim (궁인 김씨) et Gong-in Park (궁인 박씨). Il a cinq fils et quatre filles, mais la plupart meurent avant d'avoir un an[1]. Seule la fille de Suk-ui Beom, la princesse Yeonghye (영혜옹주), née en 1859, passe le cap de l'enfance et peut épouser le prince Kumoinung (1861-1939), plus connu sous le nom de Park Yeong-hyo, un des auteurs du coup d'État de Gapsin et créateur du drapeau national. Elle disparaît le 4 juillet 1872, trois mois après son mariage[1].

Le groupe de tombes de Seosamneung à Goyang

Il meurt sans héritier le 16 janvier 1864 dans le palais Changdeokgung et est enterré à Yerung, Goyang[1]. Sa tombe fait partie de l'ensemble des tombes royales de la dynastie Joseon. Âgé de 11 ans, Gojong, membre d'une autre lignée de la famille Yi, lui succède sous la régence de son père Daewongun.

Cheoljong fait agrandir sa maison natale en 1853, l'appelant Yongheung-gung, « le palais du dragon qui se lève ». C'est un simple bâtiment avec des chambres pour les serviteurs des deux côtés de la porte principale. Reconstruit en 1903 et 1974, il a été désigné propriété culturelle tangible n° 20[3].

La Corée pendant son règne[modifier | modifier le code]

Pendant son règne, le pays continue de mener une politique isolationiste. Toutefois, la menace européenne et toujours présente. Ainsi, en 1854, deux vaisseaux russes se présentent devant la côte du Hamgyong et causent la mort de nombreux Coréens lors d'escarmouches[4]. De même, des missionnaires tels que Siméon-François Berneux rentrent clandestinement dans le pays et recommencent à répandre secrètement le catholicisme. Des milliers de personnes se convertissent. Parallèlement et en réaction à la montée de la menace étrangère et de la corruption des puissants, le charismatique Choe Je-u parcourt le sud du pays et fonde les bases du cheondoïsme et du mouvement donghak, le « savoir oriental ». Les tensions entre les paysans et l'aristocratie aboutissent en 1862 à un soulèvement populaire dans la province du Gyeongsang qui sera cependant vite réprimé.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]