Chemin du Roy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chemin du Roy
image
carte

Caractéristiques
Longueur 280 km
Direction Ouest/ Est
Extrémité Ouest Vieux-Montréal[1]
Extrémité Est Vieux-Québec
Réseau Routes touristiques du Québec

Le Chemin du Roy est la première route construite en Nouvelle-France reliant plusieurs municipalités. Elle est la plus longue route construite en Amérique du Nord sur une si grande distance et ce, dès le début de sa construction dans les années 1660, jusqu'à plus de cent ans après le début de sa construction[2]. Le premier tronçon est ouvert dans les années 1660 et relie Cap Tourmente sur la Côte-de-Beaupré à Cap-Rouge ( à l'ouest de Québec ; en passant par le Vieux-Québec ).

En 1999 elle est officiellement signalée comme étant l'une des principales routes touristique du Québec. Elle traverse les régions touristiques de la Capitale-Nationale ( dont la Côte-de-Beaupré ), les régions de Mauricie et de Lanaudière. Elle longe la rive nord du fleuve Saint-Laurent, entre Montréal et Québec, en passant par Trois-Rivières. Elle s'étend en grande partie sur le tracé de l'ancienne route historique[3] qui correspond aujourd'hui peu ou proue à l’actuelle route 138. Cette route touristique est balisée par des panneaux d’accueil, des panneaux de signalisation (bleus) et des panneaux d’interprétation[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Le Chemin du Roy fut la première route carrossable construite pour relier les villes de Québec, Trois-Rivières et Montréal, en Nouvelle-France[5]. Le premier tronçon reliant Cap Tourmente ( à l'Est de Sainte-Anne de Beaupré ) à Cap-Rouge à l'ouest de Québec est ouvert dans les années 1660[6]. En 1706, le Conseil souverain de la Nouvelle-France prend la décision de construire une route qui longe le fleuve Saint-Laurent, là où se trouvent les habitations. Grâce à ses « corvées du Roy », le grand voyer Eustache Lanouiller de Boisclerc peut entreprendre les travaux en 1731. Au terme du chantier, en 1737, le Chemin du Roy fait 7,4 mètres de largeur et s’étire sur 280 kilomètres, à travers 37 seigneuries, où vivaient la majorité des habitants de la Nouvelle-France[7], de Cap Tourmente au Vieux-Montréal en passant par le Vieux-Québec.

Dans les années 1730, le Chemin du Roy est la plus longue route aménagée au nord du Rio Grande. L'équivalent aux États-Unis sera la « route nationale » de Cumberland (Maryland) à Wheeling (Ohio) qui est projeté par le gouvernement fédéral seulement en 1806, cent ans après que l'on projette en Nouvelle-France de construire le Chemin du Roy[8].

À cheval, le trajet Montréal-Québec durait de quatre à six jours, selon les conditions.

Route touristique[modifier | modifier le code]

La route touristique du Chemin du Roy existe officiellement depuis 1999. Cette année-là, Tourisme Québec mettait en œuvre son nouveau programme gouvernemental de signalisation des routes et des circuits touristiques dont l'objectif principal est d'améliorer l’expérience touristique des visiteurs par la mise en valeur des paysages, attraits et activités situés le long de la route. La signalisation de la route du Chemin du Roy avait fait l'objet d'un projet pilote de 1996 à 1999 dans le secteur de Portneuf[9]. Depuis 1999, l'itinéraire définitif est signalisé sur toute sa longueur, au travers des trois régions touristiques. Le Chemin du Roy est sous la supervision du Comité de développement et de promotion du Chemin du Roy, composé de représentant des trois associations touristiques régionales (Québec, Mauricie et Lanaudière). En 2013, cette route touristique était dotée d'une nouvelle image et de nouveaux outils promotionnels, comportant un logo retouché, un nouveau concept visuel, un nouveau slogan Temps d’arrêt, tant d’attraits, un site Web mobile et un nouvel outil d’accompagnement (carto-guide)[10].

Cette route touristique était désignée comme telle avant 1996. En 1967, elle portait déjà ce nom lors de la visite officielle au Québec de Charles de Gaulle, président de la République française. Dans un discours du 23 novembre 1967, il dit : « De Québec jusqu'à Montréal sur les 250 kilomètres de la route longeant le Saint-Laurent et que les français canadiens appellent « le Chemin du Roy » parce que jadis pendant des générations leurs pères avaient espéré qu'un jour un chef de l'Etat français viendrait à la parcourir, des millions d'hommes, de femmes, d'enfants, s'étaient rassemblés pour crier passionnément « Vive la France » et ces millions arboraient des centaines et des centaines de milliers de drapeaux tricolores et de drapeaux du Québec à l'exclusion presque totale de tout autre emblème »[11].

Jean-Pierre Ferland endisqua la chanson Le Chemin du Roy en octobre 1967 : « Les hommes ont mis leur cravate / Ma mère a mis son chapeau / Le Chemin du Roy s'exalte / Même les poteaux sont beaux / [...] plus le chemin s'achève / Et moins il ne finit / Moi qui n'ai jamais eu l'âme / D'un soldat de régiment / Un jour à la Place d'armes / J'ai crié comme un sergent / Mon Général... / Il n'est plus du roy / Le Chemin du Roy »[12].

Trajet[modifier | modifier le code]

Extrémité est de la route, à Québec.
Le chemin du Roy, sous la neige, en février 2014.

Les municipalités que traverse le Chemin du Roy sont :

Attraits[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=8817,99661585&_dad=portal&_schema=PORTAL#ch_roy_ch_prin
  2. « Historique - Chemin du Roy », sur Chemin du Roy (consulté le 5 juin 2016)
  3. Christian Morissonneau, «Le chemin du Roy, entre Québec et Montréal»
  4. Andréanne Beaulieu, «Mise en valeur du Chemin du Roy complétée dans Lanaudière», Tourisme Lanaudière, 5 juin 2012, [en ligne], http://www.congres.com/nouvelles/mise-en-valeur-du-chemin-du-roy_263
  5. Elle n'est pas la première route carrossable de la Nouvelle-France. D'autres routes carrossables ont été tracées bien avant le chemin du Roy, mais aucune ne reliait les trois villes de Québec, Trois-Rivières et Montréal.
  6. « Historique - Chemin du Roy », sur Chemin du Roy (consulté le 5 juin 2016)
  7. Le chemin du Roy n'a pas été inauguré en 1737, comme plusieurs le signalent. Il était complétée en 1737.
  8. « Historique - Chemin du Roy », sur Chemin du Roy (consulté le 5 juin 2016)
  9. http://www.tourisme.gouv.qc.ca/publications/media/document/programmes/routes.pdf
  10. Pier-Olivier Gagnon, «Un vent de fraîcheur pour le Chemin du Roy», L'Hebdo Journal, 20 juin 2013, [en ligne] http://www.lhebdojournal.com/Actualites/Economie/2013-06-20/article-3285006/Un-vent-de-fraicheur-pour-le-Chemin-du-Roy/1
  11. https://www.youtube.com/watch?v=ifbJ8vy14aw @ 10m44
  12. https://www.youtube.com/watch?v=wonkoXuO7Cc

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liste de routes et circuits touristiques du Québec