Chemin de fer du Hauran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le chemin de fer du Hauran est une ligne ferroviaire construite dans l'Empire ottoman, à la fin du XIXe siècle, par une société française.

Histoire[modifier | modifier le code]

Projet et construction[modifier | modifier le code]

En 1891, le gouvernement ottoman, qui cherche à développer le réseau de transports, accorde une concession à un groupe à direction française, la Société des Chemins de fer Ottomans économiques de Beyrouth-Damas-Hauran (de), qui obtient également la concession du chemin de fer de Beyrouth à Damas. Reliant Damas, chef-lieu du vilayet de Syrie, à Muzayrib dans le Hauran, elle est inaugurée le 17 juillet 1894. La ligne Beyrouth-Damas, qui la relie à la Méditerranée, est ouverte le 3 août 1895. Desservant la plaine fertile du Hauran, elle contribue au ravitaillement de Damas.

La compagnie fusionne ultérieurement avec la Société Ottomane du Chemin de fer Damas–Hamah et Prolongements (de) (D.H.P.) créée en 1893 avec une concession élargie jusqu'au nord de la Syrie.

Le chemin de fer du Hauran est en partie parallèle au chemin de fer du Hedjaz construit entre 1900 et 1908 mais les deux ouvrages restent distincts, ce dernier étant une fondation pieuse (waqf) destinée au pèlerinage de La Mecque, à la différence des lignes civiles construites par des entreprises à capitaux étrangers.

Abandon pendant la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale au Proche-Orient, toutes les lignes ferroviaires appartenant à des pays de la Triple-Entente sont confisquées. La ligne du Hauran est alors abandonnée, ses rails et son matériel roulant servant à renforcer le réseau ferroviaire de Palestine en vue de l'offensive ottomane contre le canal de Suez.

Description de la ligne[modifier | modifier le code]

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

C'est une ligne à voie étroite longue de 103 kilomètres. Le temps de trajet de Muzayrib à Damas, qui était de deux jours et demi, descend à trois heures[1].

Parcours[modifier | modifier le code]

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Murat Özyüksel, The Hejaz Railway and the Ottoman Empire, I.B. Tauris, 2014, p. 31

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]