Cheikh el-Arab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ahmed Agouliz
(Cheikh el-Arab)
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Agouliz (Drapeau du Maroc Maroc)
Décès
Nom de naissance
Ahmed Agouliz
Surnom
Cheikh el-Arab
Nationalité
Marocaine
Activité

Cheikh El Arab, de son vrai nom Ahmed Agouliz, né en 1927 à Agouliz (un douar près de Tata dans le sud-est marocain) et mort le à Casablanca[1], est un nationaliste et ancien combattant marocain de l'Armée de libération nationale (ALN) qui a marqué l'histoire du Maroc d'après l'indépendance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le , après quatre mois de procès, il est condamné à mort par contumace[1], avec Mehdi Ben Barka et d'autres accusés, pour complot et tentative d'assassinat contre le roi Hassan II[n 1]. D'après Moumen Diouri, également condamné à mort lors du procès, ce « complot » était inventé de toute pièce par l'entourage d'Hassan II afin de se débarrasser de leurs plus actifs opposants[2].

Après une longue traque opérée par les services du général Oufkir, il est abattu le par des policiers à Casablanca. Selon la légende, il se serait suicidé devant le général Oufkir lui-même plutôt que de se livrer[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fqih Basri, Abdelmoumen Diouri et Omar Benjelloun sont condamnés à mort. Quant à Abderrahman el-Youssoufi, il bénéficie d'une peine de prison avec sursis dans cette affaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Les dates-clés de l'histoire contemporaine du Maroc, rabat-maroc.net, consulté le 11/12/2012
  2. Moumen Diouri, Réquisitoire contre un despote, Éditions Albatros,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mehdi Bennouna, « Héros sans gloire. Échec d'une révolution, 1963-1973 », Éditions Paris-Méditerranée, 2002 (ISBN 2842721632).