Cheikh el-Arab

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ahmed Agouliz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Agouliz (Drapeau du Maroc Maroc)
Décès
Pseudonyme
Cheikh el arabVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Marocaine
Activité

Ahmed Agouliz, surnommé Cheikh el Arab, né en 1927 à Agouliz (un douar près de Tata dans le sud-est marocain) et mort le à Casablanca[1], est un nationaliste et ancien combattant marocain de l'Armée de libération nationale (ALN) qui a marqué l'histoire du Maroc d'après l'indépendance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le , après quatre mois de procès, il est condamné à mort par contumace[1], avec Mehdi Ben Barka et d'autres accusés, pour complot et tentative d'assassinat contre le roi Hassan II[n 1]. D'après Moumen Diouri, également condamné à mort lors du procès, ce « complot » était inventé de toutes pièces par l'entourage d'Hassan II afin de se débarrasser de leurs plus actifs opposants[2].

Après une longue traque opérée par les services du général Oufkir, il est abattu le par des policiers à Casablanca. Selon la légende, il se serait suicidé devant le général Oufkir lui-même plutôt que de se livrer[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fqih Basri, Abdelmoumen Diouri et Omar Benjelloun sont condamnés à mort. Quant à Abderrahman el-Youssoufi, il bénéficie d'une peine de prison avec sursis dans cette affaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Les dates-clés de l'histoire contemporaine du Maroc, rabat-maroc.net, consulté le 11/12/2012
  2. Moumen Diouri, Réquisitoire contre un despote, Éditions Albatros,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mehdi Bennouna, « Héros sans gloire. Échec d'une révolution, 1963-1973 », Éditions Paris-Méditerranée, 2002 (ISBN 2842721632).