Cheikh Tidiane Sy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sy.
Cheikh Tidiane Sy
Image illustrative de l'article Cheikh Tidiane Sy
Fonctions
Ministre d'État, ministre de l'Intérieur
avril 2008 – octobre 2009
Prédécesseur Ousmane Ngom
Successeur Bécaye Diop
Chef du Bureau des Nations Unies
2001 –
Ambassadeur
Biographie
Date de naissance 11 janvier 1938
Lieu de naissance Saint-Louis, Région de Saint-Louis
Nationalité Sénégal Sénégal
Parti politique PDS (Parti démocratique sénégalais, affilié à)
Profession Professeur de sociologie du développement

Cheikh Tidiane Sy, né à Saint-Louis le 11 janvier 1938, est un haut fonctionnaire et homme politique sénégalais.

Ministre sous la présidence de Abdoulaye Wade, il occupe le portefeuille de la Justice de 2005 à 2008, celui de l'Intérieur de 2008 à octobre 2009, puis à nouveau celui de la Justice de 2010 à 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études menées à Saint-Louis (école Nord, lycée Faidherbe), Cheikh Tidiane Sy est nommé instituteur à Popenguine, (Sénégal) où il exerce de 1957 à 1959. De juillet 1959 à août 1961, il est nommé responsable du Bureau central de l’administration rurale, au ministère de la Planification et du développement, au Sénégal.

De septembre 1961 à décembre 1965, il reprend ses études en France, au Collège coopératif, rue Las Cases, à Paris; à l’École des hautes études en sciences sociales et à la Faculté des Lettres et Sciences humaines, à la Sorbonne. Il obtient le diplôme du Collège coopératif de Paris ; le diplôme de l’École des hautes études en sciences sociales ; une licence ès lettres (anglais) et un doctorat de troisième cycle à l'École pratique des hautes études (Paris), avec une thèse portant sur Traditionalisme mouride et modernisation rurale au Sénégal : contribution à l'étude des rapports entre socialisme et islam en pays sous-développés[1].

De décembre 1965 à juin 1966, Cheikh Tidiane Sy est professeur de sociologie du développement et directeur des études à l’École nationale d’économie appliquée (ENEA), à Dakar au Sénégal. De juillet 1966 à juillet 1968, il est associé de recherches au Centre d’études africaines de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA). De juillet 1968 à juin 1970, il est nommé par le gouvernement sénégalais conseiller culturel à l'ambassade du Sénégal en Grande-Bretagne. De juillet 1970 à mars 1972 il est secrétaire général de l’association des universités africaines à Accra, au Ghana.

UNESCO[modifier | modifier le code]

Cheikh Tidiane Sy entre ensuite à l'UNESCO à Paris. D’avril 1972 à février 1975, il y est chargé de programmes, à la division de l’enseignement supérieur. D’octobre 1974 à février 1975, il est codirecteur du groupe pour la Région Afrique du projet Bellagio sur l’enseignement supérieur et le développement. De février 1975 à juin 1975, il est chargé de programmes, à la division des personnels de l’éducation. De juin 1975 à janvier 1978, Il est chargé de programmes, dans les divisions des Politiques de l’Education et de la Planification (UNESCO/Banque mondiale).

De janvier 1978 à juillet 1978, Cheikh Tidiane Sy est consultant auprès de l’USAID à Washington pour le Programme de développement du Sahel.

De juillet 1978 à juin 1988, Cheikh Tidiane Sy revient au Sénégal où il est nommé directeur de l’École nationale d’économie appliquée (ENEA) à Dakar. En 1981, Abdou Diouf a succédé à la présidence de la République sénégalaise à Léopold Sédar Senghor.

De juillet 1988 à janvier 1990, Cheikh Tidiane Sy quitte le Sénégal pour être conseiller personnel pour les Affaires étrangères du président de la République du Zaïre, le général Mobutu.

De janvier 1990 à mai 1995 il est conseiller principal auprès d’ACG Afrique, Sénégal (politique et planification). De mai 1995 à novembre 1995 il est consultant principal auprès d’AMEX International, Washington DC (démocratie et gouvernance) et consultant principal auprès d’IMD Group, Alexandria, Virginie. (Evaluation de projets et formation professionnelle)

ONU[modifier | modifier le code]

Cheikh Tidiane Sy entre ensuite à l'Organisation des Nations unies. De mai 1995 à novembre 1995, il est Chargé des Affaires politiques et humanitaires, Secteur Nord-Est, à la Mission des Nations unies, en Bosnie-Herzégovine. De novembre 1995 à août 1996, il est directeur-adjoint des Affaires civiles et politiques, à la Mission des Nations unies en Bosnie Herzégovine (Sarajevo). De septembre 1996 à février 1997, il est conseiller politique principal du représentant spécial du secrétaire général des Nations unies au Burundi (Bujumbura). De janvier 1997 à mai 2000, il est représentant spécial du secrétaire général des Nations unies au Burundi et chef du bureau des Nations unies au Burundi. (Bujumbura). De juin 2000 à juin 2001, il est représentant spécial du secrétaire général des Nations unies et Chef du Bureau des Nations Unies en République centrafricaine

Sénégal[modifier | modifier le code]

En 2000, Abdoulaye Wade, dont Cheikh Tidiane Sy est proche, succède à Abdou Diouf à la présidence de la République du Sénégal. D'octobre 2001 à novembre 2002, Cheikh Tidiane Sy est président du conseil d’administration de la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Sénégal (BICIS). De juin 2002 à août 2003, il est président du conseil régional de Saint-Louis, Sénégal.

Du 27 août 2003 au 18 mai 2005, il est ministre d’État auprès du président de la République du Sénégal, Abdoulaye Wade.

À partir du 18 mai 2005, il est ministre d’État, garde des Sceaux, ministre de la Justice dans les gouvernements Sall I et II et au sein du gouvernement Soumaré. D'avril 2008 à octobre 2009, dans ce même gouvernement et le gouvernement Ndiaye, il est Ministre d'État, ministre de l'Intérieur. Bécaye Diop lui succède à ce poste.

Cheikh Tidiane Sy a été nommé le 18 novembre 2009 président du conseil d'administration de la Société africaine de raffinage (SAR)[2]. À nouveau nommé Garde des sceaux, ministre d'État, ministre de la Justice depuis juin 2010, Cheikh Tidiane Sy a démissionné de son poste le 8 mai 2011 avant d'être renommé dans ses fonctions le 11 mai jusqu'à la défaite d'Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle d'avril 2012.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Catalogue SUDOC [1]
  2. « Cheikh Tidiane Sy nommé PCA de la Société Africaine de Raffinage », Le Soleil, 18 novembre 2009, sur AllAfrica [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les élites africaines : Cameroun, RCA, Congo, Côte d'Ivoire, Dahomey, Gabon, Haute-Volta, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad, Togo, Ediafric, Paris, 1979 (5e éd.), p. 374

Liens externes[modifier | modifier le code]