Cheikh Tidiane Gadio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cheikh Tidiane Gadio
Illustration.
Au siège des Nations unies, en compagnie de Celso Amorim, ministre des Affaires étrangères du Brésil
Fonctions
Ministre des Affaires étrangères du Sénégal
Prédécesseur Jacques Baudin
Successeur Madické Niang
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Louis, Afrique-Occidentale française (AOF)
Nationalité Drapeau du Sénégal Sénégal
Diplômé de Université Paris VIII, Université de Montréal, Université d'Etat de l'Ohio
Profession journaliste

Cheikh Tidiane Gadio, né le 16 septembre 1956 à Saint-Louis (Sénégal), est un homme politique sénégalais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de sociologie et de communication à Paris VIII, il obtient le Diplôme de formation pratique en technologies de la communication et élaboration de programmes pour l'enseignement audiovisuel à Montréal en 1986, puis, en 1994, un doctorat en Communication à Université de l'État de l'Ohio.

Il est coordinateur pour l'Afrique occidentale francophone du programme WorLD (World Links for Development) domicilié à la Banque mondiale à Washington, lorsqu'il est nommé ministre des Affaires étrangères du Sénégal en avril 2000. Il restera à ce poste avant de quitter le gouvernement sénégalais, le , remplacé par Me Madické Niang.

Cheikh Tidiane Gadio est l'un des candidats en lice pour l'élection présidentielle sénégalaise de 2012[1].

En novembre 2017, il est arrêté à New York. La justice américaine le soupçonne d’avoir obtenu des concessions pétrolières au profit d'une entreprise chinoise en échange de pots-de-vin en Ouganda et au Tchad[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L’intégralité de l’arrêt du Conseil constitutionnel du 27 janvier 2012 » : Publication de la liste des candidats à l’élection du président de la République du 26 février 2012, Rewmi [1]
  2. « Soupçonné de corruption, l’ancien ministre sénégalais Cheikh Tidiane Gadio a été arrêté aux États-Unis – JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne)

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]