Chef Boyardee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chef Boyardee
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
Nationalité
Activités

Hector Boiardi dit Chef Boyardee, né le à Plaisance, en Émilie-Romagne et mort le à Parma dans l'Ohio, est un chef cuisinier, restaurateur et entrepreneur italien, célèbre aux États-Unis pour avoir donné son nom et son image à la marque de produits en conserve Chef Boyardee (en).

Biographie[modifier | modifier le code]

Ettore Boiardi à Plaisance en Italie, il émigre avec sa famille aux États-Unis, et ouvre en 1924 le restaurant Il Giardino d'Italia à Cleveland dans l'Ohio, où ses talents de cuisinier lui apportent la notoriété[1],[2]. Les clients lui demandant régulièrement de leur vendre sa sauce à spaghetti, il décide en 1928 de créer, avec ses frères Mario et Paul, sa propre usine pour fabriquer sa sauce et la vendre en pot[1],[2]. Ainsi naît la marque « Chef Boy-Ar-Dee » : l'orthographe du nom « Boiardi » est changée pour en faciliter la prononciation aux Américains[1],[3].

Dans les années 1950 et 1960, « Chef Boyardee » apparaît lui-même dans des publicités à la télévision pour faire la promotion de ses produits en conserve : son visage devient ainsi familier auprès des téléspectateurs américains[1],[4].

Il prend sa retraite en 1978 et meurt en 1985[1],[3].

Aujourd'hui encore, il est possible de trouver ses meilleures recettes puisqu'elles sont commercialisées en boîte dans les épiceries à des prix très modérés[non neutre]. Hector Boiardi légua donc un héritage culinaire fort important aux générations qui le suivirent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « The History of Chef Boyardee », sur chefboyardee.com (consulté le 24 juillet 2016)
  2. a et b (en) « The Man, The Can: Recipes Of The Real Chef Boyardee », sur National Public Radio, (consulté le 24 juillet 2016)
  3. a et b (en) « Hector Boiardi Is Dead: Began Chef Boy-ar-dee », sur The New York Times, (consulté le 24 juillet 2016)
  4. (en) Frederick N. Rasmussen, « Mario J. Boiardi », sur The Baltimore Sun, (consulté le 24 juillet 2016)