Chawanmushi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chawanmushi
Image illustrative de l’article Chawanmushi
Chawanmushi dans un restaurant japonais de Hawaii.

Lieu d’origine Japon
Place dans le service Apéritif, entrée ou plat chaud
Température de service Servi chaud ou froid, cuisson à 90°
Ingrédients Œuf, graines de ginkgo, sauce soja, dashi, mirin, shiitake, kamaboko, racine de nénuphar, crevettes

Le chawanmushi 茶碗蒸し (chawanmushi), littéralement en japonais : cuit à la vapeur dans un bol à thé — chawan 茶碗 (chawan), « bol à thé » ; 蒸し (mushi), « vapeur » — est une crème salée aux œufs de la cuisine japonaise. Il a entre autres ingrédients la graine du ginkgo, du poulet et des crevettes et il est fait de dashi et non de lait comme le flan.

Composition[modifier | modifier le code]

Pot à chawanmushi avec couvercle.

Il s'agit d'une variante de la crème chinoise aux œufs cuits à la vapeur, elle fait partie des mushimono, choses cuites à la vapeur[1]. Les œufs sont battus dans leur volume de bouillon de dashi, un trait de sauce de soja, parfois de saké ou de mirin, puis garnis de champignons shiitake, graines du ginkgo, bulbes de lys, kamaboko, poulet, crevettes, anguille grillée ou légumes[2],[3],[4],[5]. Le chawanmushi traditionnel se fait avec un bouillon de poulet[6].

Il est décliné en de multiples ingrédients ainsi que bouillons. Cette recette s'est mondialisée, à l'imagination de chacun : la chef indienne Karen Anand fait un chawanmushi au homard (un homard, trois œufs), Adrienne à Los Altos un classique au foie gras, et le chef Nobu Matsuhisa un chawanmushi de Saint-Jacques au caviar[7],[8],[9].

Importance de la cuisson[modifier | modifier le code]

Pots à chawanmushi.

Le chawanmushi doit avoir la consistance d'une gelée tremblante, lisse, sans bulle. C'est pourquoi les œufs battus doucement avec le dashi sont filtrés lentement dans la tasse ou le ramequin[10]. Le soyeux du chawanmushi s'obtient par une cuisson douce, avec une montée progressive en température qui, dans l'idéal, ne doit pas dépasser 90 °C et 12 min ou 85 °C C et 18 min et quelques minutes supplémentaires pour une tasse épaisse avec couvercle[11],[12]. Il est préférable de couvrir les pots de chawanmushi avec un papier d'aluminium, par exemple, pour que l'eau de ruissellement de l'étage vapeur ne tombe pas dans le chawanmushi.

Le temps de cuisson donné souvent est 15 min ou temps de cuisson rapide du riz dans un cuiseur de riz. Dans ce cas, il faut poser les ramequins sur une grille pour que la cuisson à la vapeur se fasse bien, et non au bain-marie[6]. On teste la cuisson en piquant le chawanmushi avec un cure-dent, qui ne doit pas coller[13],[14].

Le chawanmushi chaud fait partie du repas traditionnel kaiseki[15],[16]. On le sert aussi en entrée froide ou chaude. En plat, il faut utiliser un récipient à couvercle pour le tenir chaud. Ces pots à chawanmushi sont souvent accompagnés de cuillères en céramique ou en bois[17]. La texture est fondante sur la langue, légère comme l'air, sans aucun grumeau à la surface ou à l'intérieur, et il doit y avoir une petite quantité de liquide de séparation quand on glisse la cuillère[18].

Le chawanmushi se mange à la cuillère.

Anthologie du chawanmushi[modifier | modifier le code]

Avec des udon, il devient un odamaki-mushi, originaire du Kansai[19],[20].

La chanson de la crème aux œufs 茶 わ ん む し の 歌 (chawanmushi no uta) de Kagoshima date de l'ère Taishō, est une chanson de la tasse de thé[21].

Le restaurant Yossou de Nagasaki est un restaurant de chawanmushi depuis 1866 (2020)[22].

D'après la 日本茶碗蒸協会 (Nihon chawanmushi kyōkai), le chawanmushi serait originaire du manoir de Tojin à Nagasaki. On en retrouverait la première trace dès 1689[23].

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Le chawanmushi est une des recettes de Tales of Symphonia.

Dans Devil Survivor 2, l'un des personnages est un chef cuisinier et son plat fétiche est le chawanmushi.

Littérature[modifier | modifier le code]

Amélie Nothomb indique dans Métaphysique des tubes que le chawanmushi est le plat préféré de l'une de ses deux servantes, Kashima-san : « Je demandai à Nishiosan de lui préparer son plat préféré : elle prépara un chawanmushi sublime qui fut mangé du bout des lèvres et commenté de silence[24]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Davidson, National & Regional Styles of Cookery : Proceedings : Oxford Symposium 1981, Oxford Symposium, , 327 p. (ISBN 978-0-907325-07-9, lire en ligne).
  2. (ja) « 寿司屋直伝✩簡単✩茶碗蒸し by Powan », sur cookpad.com (consulté le ).
  3. Orathay Souksisavanh, Super Facile Japon, Marabout, , 144 p. (ISBN 978-2-501-14015-7, lire en ligne).
  4. Bernard Fontanille et Marie-laurence Grezaud, Ces aliments qui rendent heureux, Michel Lafon, , 207 p. (ISBN 978-2-7499-2966-8, lire en ligne).
  5. « 白花豆入り茶碗蒸し | 公益財団法人 日本豆類協会 », sur mame.or.jp (consulté le ).
  6. a et b « Flan aux œufs savoureux : chawanmushi », sur japancentre.com (consulté le ).
  7. (en) Karen Anand, International Cooking With Karen Anand, Popular Prakashan, , 144 p. (ISBN 978-81-7154-908-5, lire en ligne).
  8. (en-US) « Foie Gras Chawanmushi », sur willwanderforfood.com (consulté le ).
  9. (en) Nobu Matsuhisa et Mark Edwards, Nobu West, Andrews McMeel Publishing, , 256 p. (ISBN 978-0-7407-6547-6, lire en ligne).
  10. (en) « No Bubbles! Easy Mentsuyu Chawanmushi Recipe », sur cookpad.com (consulté le ).
  11. (ja) Michiko Noguchi, « 茶わん蒸しの加熱条件について 野口道子 Études sur la cuisine japonaise chawanmushi. La température optimale », Naosite: Nagasaki University's Academic Output Site,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  12. (ja) Tomoaki Hisatsuka, Nobuko Ogawa, Koji Watanabe, « 茶碗蒸しの物性に及ぼす影響因子の解析(第2報) : ゲル化特性に及ぼす調理時の加熱条件, pHおよび食塩濃度の影響 Analyse des facteurs influents sur les caractéristiques physiques du chawanmushi », Journal de la Société japonaise des sciences culinaires, vol. 33,‎ (lire en ligne).
  13. (en) « Chawan-mushi (egg custard) recipe », sur bento.com (consulté le ).
  14. (ja) « 茶碗蒸しに「す」が入るのはなぜ? | 食育大事典 », sur shokuiku-daijiten.com,‎ (consulté le ).
  15. (en) « Kaiseki Ryori », sur japan-guide.com (consulté le ).
  16. (en) Reiko Hashimoto, Japan : The World Vegetarian, Bloomsbury Publishing, , 176 p. (ISBN 978-1-4729-7296-5, lire en ligne).
  17. (en) « Hiyashi Chawanmushi (Japanese Cold Egg Custard) », sur zojirushi.com (consulté le ).
  18. (ja) Ryūkyū Daigaku Kyōikugakubu, Ryūkyū Daigaku Kyōiku Gakubu kiyō : Bulletin of College of Education, University of the Ryukyus, Ryūkyū Daigaku Kyōikugakubu., (lire en ligne).
  19. (ja) « Odamaki-mushi », sur kikkoman.com (consulté le ).
  20. « 辻調理師専門学校: Odamaki-mushi », sur tsuji.ac.jp (consulté le ).
  21. « ちゃわんむしのうた », sur osumi.or.jp (consulté le ).
  22. (en) Tania Wee et Ukiyoto Publishing, Tales From Around Japan, Ukiyoto Publishing, (ISBN 978-93-90414-93-2, lire en ligne).
  23. « Flan aux œufs salé japonais… le chawanmushi (茶碗蒸し) - Macaronette et cie », sur totchie.canalblog.com,‎ (consulté le ).
  24. Amélie Nothomb, Métaphysique des tubes, Albin Michel, , 180 p. (ISBN 978-2-226-26007-9, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]