Chavot-Courcourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chavot-Courcourt
Chavot-Courcourt
Vue aérienne de l'église Saint-Martin de Chavot (village de Moussy en arrière-plan).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Canton Épernay-2
Intercommunalité CA Épernay, Coteaux et Plaine de Champagne
Maire
Mandat
Gérard Butin
2014-2020
Code postal 51530
Code commune 51142
Démographie
Population
municipale
354 hab. (2015 en diminution de 6,35 % par rapport à 2010)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 16″ nord, 3° 55′ 50″ est
Altitude Min. 102 m
Max. 241 m
Superficie 4,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Chavot-Courcourt

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Chavot-Courcourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chavot-Courcourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chavot-Courcourt

Chavot-Courcourt est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Chavot est situé sur un coteau du vignoble de Champagne, en face de la vallée du Cubry et de l'agglomération d'Épernay. La commune, qui s'étend[1] sur 4,42 km2, regroupe plusieurs hameaux : Courcourt, la Ferme du Jard, les Fleuries, la Grange au Bois et le Pont de Bois. Le sud du territoire communal, au-delà des 200 mètres d'altitude est en partie recouvert de forêt[2].

Carte de la commune.
Communes limitrophes de Chavot-Courcourt
Vinay Moussy
Brugny-Vaudancourt Chavot-Courcourt Monthelon
Morangis

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu était habité dès le Néolithique. On a retrouvé sur la pointe du plateau de Chavot des haches en pierre polie.

Les Gaulois avaient installé au sommet du Mont-Félix un poste à feu qui servait de moyen de communication (comme le téléphone indien).

Un puits gallo-romain, qui existe encore de nos jours, atteste de l'occupation romaine. En 952, un château fort en bois fut construit. Il est cité comme chef-lieu de la châtellenie du Mont-Félix. Le château fut détruit au XIIe siècle.

La fondation de l'église remonte à 1108. Elle coexista donc avec le château. Elle aurait reçu quelques réfections grâce aux subsides de la reine Blanche de Castille. Elle fut incendiée en 1567, pendant les guerres de religions, par les Huguenots du prince de Condé. Messire Hannequin, abbé d'Épernay la fit reconstruire en 1579. On prétend qu'il y aurait eu alors réduction de la nef et du transept, et l'on ne reconstruisit pas les bas-côtés. C'est l'abbé Toupet qui, ainsi que l'atteste une pierre, fit rebâtir en 1739 le bas-côté qui fait face à Moussy. L'église eut à subir de nouvelles violences sous la Révolution et les conflits modernes ne l'ont pas épargnée. Le toit fut refait d'un seul tenant. Le 1er juillet 1849, les cloches neuves sont réceptionnées.

Les habitants de Courcourt et de la ferme du Jard demandent à être rattachés à Chavot. L'acte de réunion des deux villages est signé par le prince président de la République, futur Napoléon III. C'est ainsi que le , la commune de Chavot absorbe une partie de la commune de Vaudancourt, et prend son nom actuel. L’autre partie de la commune de Vaudancourt est rattachée à Brugny-Vaudancourt[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, antérieurement membre de la communauté de communes des Trois Coteaux, l'a quittée le 31 décembre 2013 pour rejoindre le 1er janvier 2014 la communauté de communes Épernay Pays de Champagne[3], conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de la Marne du 15 décembre 2011[4],[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1860 1889 Jean-Baptiste Éloi Drouin    
Les données manquantes sont à compléter.
1900   Edmond Félix Eugène Charlemagne    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 4 juillet 2014)
Gérard Butin MoDem[6] Président de la CC des Trois Coteaux (? → 2008 [?])
Réélu pour le mandat 2014-2020[7],[8]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2015, la commune comptait 354 habitants[Note 1], en diminution de 6,35 % par rapport à 2010 (Marne : +1,24 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
250273275274264272273298298
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
354349341360366364348336347
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
313324300285265252253230210
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
249267313321311369378379368
2015 - - - - - - - -
354--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Confrérie st-Vincent liée au Champagne.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin de Chavot, située à l'extérieur du village sur un promontoire, construite vers 1108[12],[13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Carte IGN de Chavot-Courcourt sur Géoportail (consulté le 6 décembre 2012).
  3. « Arrêté préfectoral du 19 mars 2013 portant extension de périmètre de la Communauté de communes Epernay Pays de Champagne aux communes de Chavot-Courcourt, de Grauves, de Mancy, de Monthelon et de Morangis », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la Préfecture de la Marne, no 3 ter,‎ , p. 24-25 (lire en ligne [PDF]).
  4. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP), (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  5. Julienne Guihard-Augendre et Marion Dardard, « La CC des Trois Coteaux elle aussi confrontée à la refonte de l'intercommunalité : Un choix, quoi qu'il en coûte », L'Union,‎
  6. Sonia Legendre, « Le MoDem a progressé dans la Marne », L'Hebdo du Vendredi,‎ (lire en ligne)
  7. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  8. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 22 août 2015).
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. L’église Saint Martin à Chavot
  13. Histoire de l'église sur le site des Amis de l'église de Chavot