Chauvirey-le-Vieil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chauvirey.
Chauvirey-le-Vieil
Image illustrative de l'article Chauvirey-le-Vieil
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Vitrey-sur-Mance
Maire
Mandat
Serge Richard
2008-2014
Code postal 70500
Code commune 70144
Démographie
Population
municipale
32 hab. (2011)
Densité 9,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 11″ N 5° 45′ 23″ E / 47.7864, 5.7564 ()47° 47′ 11″ Nord 5° 45′ 23″ Est / 47.7864, 5.7564 ()  
Altitude Min. 242 m – Max. 341 m
Superficie 3,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Chauvirey-le-Vieil

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Chauvirey-le-Vieil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chauvirey-le-Vieil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chauvirey-le-Vieil

Chauvirey-le-Vieil est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chauvirey-le-Châtel Montigny-lès-Cherlieu Rose des vents
Chauvirey-le-Châtel N
O    Chauvirey-le-Vieil    E
S
Cintrey Preigney

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mot Chauvirey est d'origine celtique : il se compose des syllabes chau qui signifie montagne, vir, qui signifie ville, et ey, qui signifient eau ; les deux villages sont en effet situés sur des élévations, et ils sont séparés par une petite rivière appelée l’Ougeotte.

Les Chauvirey, situés aux confins du Comté de Bourgogne, à proximité de la Champagne et de la Lorraine étaient le centre d’une terre fort étendue qui comprenait Chauvirey-le-Vieil, Chauvirey-le-Châtel, Vitrey-sur-Mance, Ouge et Betoncourt-sur-Mance, et depuis le XVIe siècle, La Quarte.

Chauvirey-le-Vieil a été jadis un lieu beaucoup plus considérable qu'il ne l'est aujourd'hui. On y trouvait, au XIXe siècle, une grande quantité de tuiles romaines, et en plusieurs endroits des ossements humains. Il existe en effet des vestiges d'une voie romaine qui allait du camp romain de Bourguignon-lès-Morey à Bourbonne-les-Bains et Corre.

Chauvirey-le-Vieil existait antérieurement à Chauvirey-le-Châtel, et il n'a pris cette qualification de le-Vieil qu'à la formation du nouveau village. C'est Chauvirey-le-Vieil qui a donné son nom à l'ancienne maison de Chauvirey ; c'est un membre de cette famille qui a construit un nouveau château autour duquel s'est formé le second village, avec la désignation de le-Châtel.

Il n'y avait originairement dans toute la terre que deux châteaux, celui de Chauvirey-le-Vieil dont il ne reste aucun vestige (probablement détruit par manque d’entretien à la fin du XIVe siècle), et celui de Chauvirey-le-Châtel, qu'on a désigné depuis sous le nom de Château-Dessous.

Le château actuel de Chauvirey-le-Vieil n'a été construit que dans les premières années du XVIIIe siècle. Celui de Chauvirey-le-Châtel, appelé le Château-Dessous, est plus ancien.

Chauvirey-le-Vieil possédait une église curiale très richement dotée, qui a passé de tout temps pour la plus ancienne du pays ; les autres villages de la terre n’avaient que des chapelles vicariales. Toutes ces chapellenies dépendaient du diocèse de Langres, tandis que la cure de Chauvirey-le-Vieil faisait partie de celui de Besançon.

Toute une dynastie de seigneurs régna sur la "Terre de Chauvirey", comme fief du comte de Bourgogne.

Les droits honorifiques consistaient notamment en justice, nomination du curé de Chauvirey-le-Vieil, bancs seigneuriaux dans les églises, nominations dans les prières, places réservées aux processions, sépulture dans les églises, révérence des nouveaux mariés… Le signe patibulaire de la haute justice, le gibet, était autrefois dressé en avant du "bois de Charaumont".

Les droits utiles des seigneurs comprenaient notamment ceux de chasse, pêche, bois, eaux, ban, guet, garde, sergents, messiers-banvards, fief, mainmorte, for-mariage, échutes, épaves, amendes, scel, lods et ventes, retenue dîmes, tailles, cens, rentes, pains de sel, moulins et fours banaux, franc-paton, grains, corvées de voitures, charrues, chemins, journées aux fauchaison, fenaison, moisson, pionnage, rouage et ventes aux foires et aux marchés….

Au cours des siècles, les châteaux eurent à subir les assauts des différentes armées qui tendaient à conquérir le comté de Bourgogne, puis la France, sans oublier les guerres de religion.

Chauvirey résista, en 1475, aux forces françaises que commandait Georges de Craon.

Chauvirey résista encore, en 1569, ainsi que la plupart des châteaux forts du voisinage, à l'invasion de Wolfgang, duc de Bavière et de Deux-Ponts, qui, à la tête des Luthériens d'Allemagne appelés par les Huguenots de France, pilla, ravagea ou brûla tout ce qu'il y avait dans le pays de places ouvertes et de villages sans défense. L'avant-garde de cette armée se trouvait sous les ordres de Guillaume d'Orange, qui fut assassiné par Balthazar Gérard, né à Vuillafans (Haute-Saône).

Mais Chauvirey fut loin d'être toujours aussi heureux en 1641. Le château assailli par Du Hallier immédiatement après la prise de Jonvelle, se défendit vaillamment ; mais il n'en fut pas moins obligé de se rendre, et les Français firent pendre le commandant du château de Chauvirey.

Chauvirey fut la première place dont s'empara le maréchal de Navailles envahissant la Franche-Comté au commencement de la campagne de 1674, qui assura la possession de cette province à Louis XIV.

A la Révolution française, en 1790, le Château-Dessus de Chauvirey-le-Châtel et le château de Chauvirey-le-Vieil furent saccagés et pillés.

Au commencement de 1814, les troupes alliées, autrichiennes notamment, occupèrent pendant plusieurs mois tous les villages voisins de la route de Mulhouse à Paris, avec logements militaires et réquisitions. Chauvirey-le-Vieil eut à en supporter plus que sa part, et notamment par les habitants des villages, qui pillèrent le château.

Crystal Clear app xmag.png
voir La terre de Chauvirey de Marie-Antoine-Alphonse Du Bouvot de Chauvirey en 1865
Crystal Clear app xmag.png
voir l'Histoire de Jonvelle des abbés Coudriet et Chatelet en 1864

Administration[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
         
1957 1983 Marcel Menière    
1983 1989 Marcelle Degorce    
1989   Serge Richard[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune de Chauvirey-le-Vieil comptait 32 habitants. À partir du XXIe siècle siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1846 1851 1856 1861 1866 1872
216 222 229 242 223 182 179 174 176
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
160 151 130 113 121 128 112 102 84
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
75 78 59 57 55 46 41 31 36
1990 1999 2006 2007 2011 - - - -
41 37 33 32 32 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Musée des outils d'hier - saboterie

2500 outils exposés dans les dépendances de la cure du village racontent 30 métiers du travail du bois en hommage à 4 générations d'artisans chez les GAILLOT.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :