Chaudenay (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chaudenay
Chaudenay (Saône-et-Loire)
Le château de Mimande.
Blason de Chaudenay
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Intercommunalité Communauté d'agglomération Beaune Côte et Sud
Maire
Mandat
Catherine Pappas
2020-2026
Code postal 71150
Code commune 71119
Démographie
Gentilé Chaudenaysiens
Population
municipale
1 119 hab. (2019 en augmentation de 2,94 % par rapport à 2013)
Densité 137 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 00″ nord, 4° 47′ 00″ est
Altitude Min. 196 m
Max. 230 m
Superficie 8,17 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Chalon-sur-Saône
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Chagny
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Chaudenay
Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Chaudenay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chaudenay
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chaudenay
Liens
Site web www.chaudenay.fr
Église de Saint-Véran à Chaudenay
Pont Saint-Éloi à Chaudenay
Mairie de Chaudenay
Près de l'église à Chaudenay

Chaudenay est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté, d'environ un millier d'habitants.

Ce petit village se situe en plein cœur de la vallée de la Dheune et appartient à la région chalonnaise et beaunoise.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située en plein cœur de la Bourgogne et de la Saône-et-Loire. Entourée par les communes de Ébaty, Chagny et Demigny, Chaudenay est située à 12 km au sud-ouest de Beaune et 17 km au nord-ouest de Chalon-sur-Saône, les plus grandes villes des environs.

Chaudenay est une commune que l'on peut diviser en quatre grandes parties ; en effet, on distingue Mimande, Créteuil et Tigny, « trois périphéries intégrées » rattachées au « vieux centre historique », rue de l'Église.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Corpeau (Côte-d'Or) Ébaty (Côte-d'Or) Corcelles-les-Arts (Côte-d'Or) Rose des vents
N
O    Chaudenay    E
S
Chagny Demigny

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Chaudenay, située à 204 mètres d'altitude, se trouve sur le plateau chagnotain.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Cette petite commune est traversée par la Dheune (affluent de la Saône).

Climatologie[modifier | modifier le code]

C'est un climat tempéré à légère tendance continentale avec des étés chauds et des hivers froids[1], avec une amplitude thermique assez importante entre ces deux saisons. Les précipitations sont assez hétérogène sur l'année, avec un mois de mai le plus pluvieux de l'année. Le vent qui souffle une partie de l'année est la bise.

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de navettes de bus pour aller à la ville de Beaune où à la ville de Chalon-sur-Saône. Il y a des bus qui font des trajets entre Chaudenay et Chagny régulièrement et quotidiennement.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chaudenay est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Chalon-sur-Saône, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 109 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (90 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (54,2 %), prairies (19,8 %), zones agricoles hétérogènes (13,2 %), zones urbanisées (10,3 %), forêts (2,5 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1229, l'official d'Autun prononce une sentence entre l'abbaye de Saint-Martin d'Autun et le seigneur de Chaudenay[9].

De la fin du XIXe siècle-début du XXe siècle jusque dans les années 1950-années 1960, Chaudenay était vraisemblablement un village très actif. De nombreux sabotiers, menuisiers, épiciers, artisans se côtoyaient dans ce petit village (avec environ 700 habitants à l'époque), mais aujourd'hui ce n'est malheureusement plus le cas.

Depuis le , Chaudenay fait partie de la communauté d'agglomération Beaune Côte et Sud.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chaudenay Blason
D’azur à la croix ancrée d’or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chaudenay s'appelait à l'époque romaine Caldoneum puis devint Chaudenay au Moyen Âge. Le village prit le nom de Chaudenai-sur-Dheune pendant la période s'étalant du Moyen Âge au XVIIIe siècle puis devint Chandenay sous la Révolution française (1793) et redevint Chaudenay (son nom actuel) en 1801.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1871 1874 Etienne Dury    
1874 1878 Henri de Vaublanc    
1878 1881 Etienne Dury Ninnot    
1881 1881 François Bruchet    
1881 1888 Antoine Bidault Bruchet    
1888 1891 Mr Sacquet Pely    
1891 1892 Mr Vantey    
1892 1908 Henri de Vaublanc    
1908 1912 Mr Simon-Denizot    
1912 1941 Louis-Charles Magnien Conry    
1941 1944 Gabriel Galuzet    
1944 1945 Claude Cadot    
1945 1963 Jean Roucher-Sarrazin    
1963 mars 1983 René Paillard    
mars 1983 juin 1995 Jean Marechal    
juin 1995 décembre 2015 Jean Poigeaud    
janvier 2016 en cours Catherine Pappas[10]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2019, la commune comptait 1 119 habitants[Note 3], en augmentation de 2,94 % par rapport à 2013 (Saône-et-Loire : −0,85 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
668668720687703791840863852
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
879894934944959991996987947
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
938926826723738725738687693
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
7267427107818028309469781 087
2018 2019 - - - - - - -
1 1141 119-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Véran, du XIIIe siècle, inspirée de Cîteaux et dont le décor intérieur remarquable est inscrit à l'inventaire des monuments historiques; il comprend une dalle funéraire, un retable de l'école flamande, un calvaire bas relief en pierre, un bénitier en marbre rouge et une grille de communion du XVIIIe siècle. Inscription par arrêté du . En dehors de quelques percements réalisés au XVe siècle, l'église est d'une grande homogénéité et date du XIIIe siècle Elle possède un plan massé à nef et bas-côtés de trois travées, poursuivis par un chœur à chevet plat d'une travée et deux chapelles latérales. L'ensemble est couvert de voûtes sur croisées d'ogives. Petite curiosité : elle possède un « vitrail du souvenir », composé sur le thème de la Première Guerre mondiale (le Christ, avec le Sacré-Coeur sur la poitrine, tend les mains vers un poilu blessé)[15]. Dans le clocher se trouvent plusieurs cloches, dont une - la plus grosse - qui a été fondue à la fin de l'Empire (1811)[16].
  • Manoir du XIIe siècle avec pigeonnier.
  • Croix rogatoire classée à Créteuil, du XVe siècle. Inscription par arrêté du .
  • Pont Saint-Éloi à Mimande.
  • Château de Mimande du XVIIIe siècle (non visitable).
  • Maison de Xavier Forneret (non visitable).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Dominé : Le vin, « La Bourgogne », p. 181.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Chalon-sur-Saône », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, charte n)XLIV. Texte en ligne
  10. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du vendredi 22 janvier 2016, édition Chalon, Chagny et région, Chaudenay : Catherine Pappas élue maire, p.  10
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  15. « Les vitraux du souvenir », article de Claude Elly paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 176 de décembre 2013, pages 2 à 4.
  16. Père Christophe Lagrange, Histoire de cloches : l'art campanaire à partir de cloches en Saône-et-Loire, fascicule de 46 pages paru en novembre 2016.