Chatouillement (torture)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierrot assassin de sa femme, gravure d'Adolphe Willette, La revue illustrée, 1888[1].

Tout au long du dix-neuvième siècle, différents auteurs, médecins, historiens, écrivains, entretiennent l'idée qu'un chatouillement prolongé, et poussé jusqu'à un stade extrême peut constituer une réelle torture, voire provoquer la mort. Ils appuient leurs affirmations sur des exemples tirés de l'histoire ou des anecdotes : certains puisent dans les anciens traités de criminalistes qui mentionnent l'emblématique torture de la chèvre, rendue populaire au cinéma dans le fameux film François Ier ; d'autres rappellent une célèbre affaire criminelle impliquant une sorte de Barbe-Bleue faisant périr ses épouses successives en les chatouillant ; l'histoire fournit d'autres exemples d'emploi de ce genre de supplice, comme la Guerre des Cévennes ou la Guerre de Trente ans, le système judiciaire des Frères Moraves, les cruautés commises par le prince Dracula, les tortures pratiquées dans la Rome antique, dans la Chine impériale ou encore au Japon. Cependant, certains de ces récits colportés au cours du temps s'avèrent invérifiables, et la médecine finit par écarter au début du vingtième siècle le « danger mortel » que ferait courir un chatouillement ininterrompu, ce qui n'empêche pas quelques auteurs du XXe et du XXIe siècles de continuer de reprendre ces éléments. Quant à la « torture par les chèvres », quoique plusieurs fois mentionnée dans les traités de procédure criminelle des XVIe et XVIIe siècles, et dans plusieurs autres écrits de la même époque, elles ne paraît pas vraiment constituer une « torture par le chatouillement ».

Affaires criminelles[modifier | modifier le code]

L'affaire Reboul[modifier | modifier le code]

Article sur l'affaire, Journal du Cher, .

Tout au long du dix-neuvième siècle, différents auteurs évoquent un fameux criminel qui aurait défrayé la chronique en assassinant ses femmes successives, pour leur dérober leur héritage, en les faisant périr par des séances ininterrompues de chatouillement. Le premier à l'évoquer est le docteur Auguste Bonnet, professeur de pathologie interne à l’École de médecine de Bordeaux. Dans un article publié en 1839[2], il laisse entendre, d'ailleurs, que le criminel aurait été jugé malade et pénalement irresponsable : « Un mari se procure un triple veuvage, et cela en garrottant ses victimes et en les chatouillant ensuite, folie !... ». Il se peut que le médecin évoque l'affaire d'un certain Reboul, jugé au tribunal de Brignoles, dans le Var, en novembre 1838. Marié en secondes noces, Reboul annonce à sa femme "qu’il connaissait un moyen de se défaire d’une personne sans se compromettre. Bientôt cette femme eut à subir, de la part de son mari, le plus étrange comme le plus cruel traitement. L’entourant d’un de ses bras, il la chatouillait de l’autre, à la plante des pieds, aux genoux, aux hanches, puis l’étreignant violemment, il lui tournait les pieds et la tête, de manière à exciter une congestion cérébrale[3]". Finalement, les voisins alertés interviennent, et font arrêter Reboul. Dans cette affaire, l'épouse n'a donc pas trouvé la mort. Mais évoquant de nouveau l'affaire en 1866, le même Bonnet écrit : « Nous avons eu, d’ailleurs, de nos jours, la preuve de ce fait : sous la Restauration, un mari se procura un triple veuvage en garrottant ses victimes et en les chatouillant ensuite[4] », précisant que l'intervention du beau-frère permit de sauver la vie de sa quatrième épouse.

Entre ces deux dates, l'Encyclopédie du XIXe siècle évoque à son tour l'affaire dans son article, par le médecin Eugène Villemin, consacré au "rire" (tome 21, paru en 1846)[5] : « Dans les années de ce règne, nos tribunaux ont été épouvantés par la féroce et criminelle ruse de cet homme, qui pour assassiner ses femmes légitimes sans laisser sur leur corps aucune trace de violence, les emmaillotait dans un drap et leur chatouillait la plante des pieds jusqu’à ce qu’elles fussent asphyxiées. »

Au vaudeville[modifier | modifier le code]

En 1868, la même affaire inspire le scénario d'un vaudeville, Le chatouilleur du Puy-de-Dôme, de Duru et Chivot, joué au théâtre du Palais-Royal : Maître Framboisier vient de marier sa fille à Clermont-Ferrand et s'apprête, avec d'autres convives, à quitter le domicile des nouveaux époux. Lisant le journal en attendant l'heure de son train, il apprend le procès d'un assassin, que l'on s'apprête à juger, surnommé "le chatouilleur du Puy-de-Dôme", parce qu'il fait disparaître ses femmes en les chatouillant. Étant subitement persuadé que le mari de sa fille n'est autre que cet assassin, s'ensuit une série de quiproquos[6].

Excoffon[modifier | modifier le code]

Illustration des Mémoires de Monsieur Claude (seconde édition, 1884).

En 1881-1883, les Mémoires de Monsieur Claude, reviennent sur l'affaire en la romançant quelque peu[7],[8] : l'assassin est présenté sous le nom d'Excoffon le "Barbe Bleue", et l'affaire commence à Paris, rue des Vertus en 1834. Sa première épouse, la belle Simone Seurlat, lui apporte 15 000 francs de dot. Elle meurt au bout de six mois de mariage seulement dans des convulsions épileptiques. Excoffon change de quartier pour épouser une seconde femme qui lui apporte de nombreuses terres dans le midi après avoir péri dans les mêmes circonstances. Et ainsi de suite jusqu'à sa quatrième femme. Mais cette dernière périt étranglée, contrairement aux trois premières. Commence alors l'enquête de police conduisant à l'audition d'un témoin crucial : les cris mêlés de rires hystériques de la première épouse d'Excoffon avaient attiré l'attention d'un voisin qui parvint à observer la scène par le trou de serrure de la chambre d'Excoffon (on remarquera au passage l'invraisemblance de la situation) pour s'apercevoir, avec horreur, que l'assassin avait lié sa victime sur son lit afin de promener librement une plume sous la plante de ses pieds. Mais Excoffon a pris la fuite et n'est jamais retrouvé. Un policier prétendit néanmoins l'avoir retrouvé sur une barricade de la Commune en 1871. Ce récit, probablement imaginaire, imputé à Antoine Claude, chef de la Sécurité sous le Second Empire, serait en réalité l’œuvre de Théodore Labourieu.

La seconde édition, parue en 1884, est accompagné d'une gravure (ci-contre), dont il est question ci-dessous ("Dans les arts et la littérature").

L'affaire Lelièvre[modifier | modifier le code]

En 1892, l'affaire subit une nouvelle transformation dans une chronique amusante de Francisque Greppo[9] : « Lièvre dit Chevallier, cet employé modèle de la préfecture du Rhône, qui empoisonnait ses légitimes ou les faisait gaiement mourir de rire en leur chatouillant la plante des pieds (...). » En réalité, Lelièvre dit Chevallier a été jugé pour une série de crimes (empoisonnement, infanticide, enlèvement...) en 1820 par la cour d'assises du Rhône, et n'a jamais recouru au "chatouillement" pour faire disparaître ses différentes épouses, qu'il faisait plutôt mourir progressivement en les empoisonnant[10].

Souvenirs d'enfance[modifier | modifier le code]

Enfin, en 1896, dans L'intermédiaire des chercheurs et curieux, répondant au courrier d'un lecteur qui cherche à se renseigner sur le supplice du chatouillement employé par les Frères Moraves, le capitaine Paimblant du Rouil, auteur par ailleurs d'ouvrages sur l'histoire militaire, répond[11] : "Je garde souvenance d’un récit entendu tout enfant en Normandie. Ce n’est pas Barbe-Bleue, mais quelque chose d’approchant. L’émule de la fameuse « barbe » avait trouvé un moyen de s’enrichir qui, pour être assuré, n’en était pas plus sûr : c’était le mariage à jet continu. Or donc, ce monsieur recherchait les femmes à dot. Comme en notre pays monogame, il ne pouvait les épouser toutes à la fois, il les épousait successivement en les supprimant non moins successivement. Pour cela, il avait imaginé une méthode pas banale. (...) [il] l’emmaillottait jusqu’au cou : elle ne pouvait plus faire un mouvement. Alors il lui chatouillait les pieds. Rires d’abord, puis convulsions et mort sans traces de meurtre. La dernière épouse était condamnée au sort commun. Mais (...) au préalable, elle prévint son frère, qu’elle cacha dans un cabinet attenant à sa chambre." Son frère intervient à temps pour empêcher le crime, l’assassin est arrêté et condamné à mort. Puis il ajoute : « On devrait retrouver les détails exacts de cette histoire dans les annales des cours d’assises." La dernière remarque semble renvoyer directement à l'affaire Lelièvre, dont le déroulement du procès a justement été publié, et qui est très ressemblante, hormis le "moyen" employé pour se débarrasser de ses épouses. Paimblant du Rouil est né en 1855, ce qui montre que l'affaire a fortement marqué les esprits pour être encore racontée aux enfants vingt ans plus tard, et pour acquérir de telles proportions dans l'imaginaire au cours du siècle, jusqu'à se mélanger à une toute autre affaire, bien plus terrible et sinistre.

Une seule et même affaire ?[modifier | modifier le code]

À travers toutes ses versions successives, le récit conserve deux éléments permanents : l'assassin s'est remarié (Reboul en est à son second mariage) ; un tiers intervient pour interrompre l'agression (les voisins, un frère dissimulé...). Mais il reste à découvrir si Auguste Bonnet et Eugène Villemin, en 1839 et 1846, évoquent bel et bien l'affaire Reboul, ou s'il ne s'agit pas d'une autre affaire.

Dans la littérature médicale jusqu'au dix-neuvième siècle[modifier | modifier le code]

Au cours de l’histoire, la médecine a étudié les effets du rire, bénéfiques ou néfastes, sur la santé. Le rire excessif était réputé entraîner, dans des cas rarissimes, de spectaculaires conséquences telles qu'une prompte guérison, ou à l'extrémité inverse, la mort. Quant à ce mode de production mécanique du rire qu’est le chatouillement, il est si incommodant qu’il pouvait, supposait-on, représenter une sorte de torture, dans les situations les plus extrêmes, capable également d'amener la mort. Malgré un examen poussé de la physiologie et du système nerveux, le phénomène du rire demeure, dans son mécanisme, enveloppé de mystère, et encore plus celui du chatouillement. Les différents auteurs, entre le XVIe siècle et le XIXe siècle, en sont donc réduits à convoquer un certain nombre d’anecdotes, ou de faits historiques, pour illustrer les différents cas de figure. Mais il semble que, concernant la torture par le chatouillement, le sujet prenne de l’ampleur essentiellement au XIXe siècle, où l’on se plaît à rappeler avec insistance certains épisodes marquants de l’histoire tels que la Guerre des Cévennes, ou l’épopée des Frères Moraves. L'idée est cependant abandonnée par le corps médical à la fin du XIXe siècle.

"Vrai rire" et "Faux rire"[modifier | modifier le code]

Portrait gravé de Laurent Joubert, Traité du ris, 1579.

L'explication du rire, en tant que phénomène, demeure mystérieuse aux yeux des différents auteurs. Dans son Traité du rire, publié une première fois en 1560, Laurent Joubert, éminent médecin, rappelle que Moïse Maïmonide, s'appuyant lui-même sur Galien, déclare dans ses Aphorismes que nul ne connaît la raison du rire, et encore moins celle du chatouillement[Note 1],[12]. En 1814, Denis-Prudent Roy, docteur en médecine de la faculté de Paris, fait état des mêmes incertitudes[13],[Note 2], mettant le phénomène du rire sur le compte des "lois sympathiques", dont seuls les "effets nous sont parfaitement connus"[Note 3]. Décrivant ces effets, il établit une distinction entre le rire qui découle de "l’idée fugitive du risible", transmise au cerveau par l’œil ou l'oreille, et le rire du chatouillement que provoque la seule excitation d'un organe : la peau[Note 4]. Reprenant à son compte les auteurs de l'Antiquité comme Pline l'Ancien, Joubert avait établi deux sortes de rire : le rire naturel, "légitime", ou "vray rire", "procédant de nature", c'est-à-dire se manifestant à la suite d'une idée plaisante, comme on le conçoit ordinairement ; le rire "malsain", "bâtard", "non légitime", ou "faux rire", causé par l’absorption de certaines substances nocives et hallucinogènes, la fièvre, la frénésie, la "blessure du diaphragme", la folie, etc., où il range différentes catégories de rires pathologiques (rire sardonien ou sardonique, rire cynique, rire canin, etc.), pouvant éventuellement conduire à la mort [12],[Note 5].

Effets bénéfiques du rire[modifier | modifier le code]

Les différents auteurs se transmettent, de siècle en siècle, un certain nombre d'anecdotes relatant des cas de guérison subite à la suite d'un rire aux éclats. Joubert fournit un certain nombre de ces histoires, invariablement reprises par la suite, ou dans des versions légèrement différentes. Louis Richond des Brus, docteur en médecine de la faculté de Paris, cite encore l'un de ces cas en 1844 [14] : « Un cardinal mourant dut la vie à son singe, dont la tournure grotesque, un jour qu’il s’était coiffé de son chapeau, lui causa de grands éclats de rire. (...). » Samuel Tissot, médecin suisse, abordant en 1779 la même question des effets du rire sur la guérison de maladies, cite à peu près les mêmes cas[15], ajoutant ceux-ci : « Erasme dût son rétablissement au rire que lui occasionna la lecture des lettres des hommes obscurs, & qui fit ouvrir une vomique qui le suffoquoit. Un jeune homme blessé à la poitrine étoit abandonné comme prêt à mourir, plusieurs jeunes gens qui le veilloient, s’amusèrent à barbouiller avec de la mouchure de chandelle le plus jeune qui s’étoit endormi au pied du lit ; le mourant ayant ouvert les yeux fut si frappé de ce spectacle, que s’étant mis à rire, il sortit par la playe trois livres de sang épanché, & il fut dégagé. Pechlin qui tenoit ce premier fait du malade (Liv. 3, obs. 28), rapporte comme témoin, que le rire détermina l’accouchement d’une femme dont on désespérait (…) ; & l’on trouve dans les mélanges des curieux de la nature, l’histoire d’une femme qui ne pouvoit point avoir de selles qu’elle n’eut beaucoup ri (Decur. 2. Ann. 3) ; un singe qui se coeffa de la thiare d’un pape mourant le fit rire si fortement, qu’il en résultat une crise qui le sauva. » À partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, le rire est envisagé dans le cadre thérapeutique comme remède aux pathologies morales, alors que l'on commence à percevoir confusément le rôle du psychisme[16],[Note 6].

Effets délétères du rire[modifier | modifier le code]

On recourt également à une autre litanie d'anecdotes pour illustrer l'effet inverse causé par un rire excessif, c'est-à-dire la mort. Richond des Brus poursuit ainsi son énumération : « Le peintre Zeuxis rit tant en voyant un portrait de vieille femme qu’il venait de finir, qu’il mourut. Le poète Philémon mourut de rire, en voyant un âne manger des figues sur sa table et son esclave lui servir à boire. Marcutus [que d'autres appellent Margutus] périt dans un accès de gaîté qu’occasionna la vue d’un singe qui prenait ses bottes (...). » Denis-Prudent Roy citant ces mêmes histoires, en ajoute quelques autres :  « Philistion, autre poète dans le genre comique, mourut aussi pour avoir ri excessivement. Tel périt encore le philosophe Chrysippe, au rapport de Pline. Joubert cite l’exemple d’une vieille femme d’Agen qu’un excès de rire fit succomber en entendant raconter une chose qui lui sembla extrêmement risible[12], etc. ». Roy, précise que l'histoire de Margutus proviendrait des Pensées du comte Oxenstiern [17], avant de poursuivre : « Une dame de distinction, âgée d’environ trente ans, d’un tempérament sanguin, était convalescente d’une maladie arthritique. Plaisantant un jour avec ses servantes, elle éclata en ris immodérés ; puis, un instant après, ayant eu besoin d’aller à la selle, on la vit tomber en syncope et expirer paisiblement[18] ». Tissot évoque également les "dangers" du rire, renvoyant aux cas signalés par Cornelius Albert Kloeckhof, médecin réputé de Leyde[19],[Note 7],[15]. Il conclut cependant sur une note plus optimiste : « Mais ces effets funestes (…) sont rares ; les bons effets sont journaliers (…) & l’on ne s’étonne point que les Hypathiens lui eussent élevé un temple. »

Physiologie du chatouillement[modifier | modifier le code]

Quant au phénomène du chatouillement, les médecins en ont un point de vue analogue à celui du rire, dont il peut advenir autant de bien que de mal. Joubert se montre d'ailleurs partagé quant au statut du rire par le chatouillement : est-ce un "vrai rire" ou un "faux rire" ? Après réflexion, il tranche en faveur du "faux rire", le qualifiant volontiers de "rire bâtard" ou de « faux rire », parce que non pas provoqué par une idée plaisante, comme à l’ordinaire, mais par une action extérieure subie, d’une main étrangère, et mécanique[Note 8]. Il s’appuie sur les médecins italiens Girolamo Fracastoro et Niccolo Falcucci[Note 9] : le rire provenant du chatouillement n’est que « samblant & apparance de ris, sans avoir son vray titre & naturel ». Mais il relève le point de vue contradictoire de François Valériole[Note 10], pour lequel les deux rires sont le même et procèdent du même principe, puisqu'il suffit que les personnes chatouilleuses se sentent déjà menacées du chatouillement pour commencer à rire, alors que le chatouillement ne leur a pas encore été appliqué[Note 11] : Mais Valériole reconnaît cependant que « ce ris n’est vray, ne excité de la conduite de nature, ains an ha quelques trais grossiers, & une ressamblance, » permettant à Joubert d’enfoncer le clou : « Or que le chatoulhemant soit facheus, déplaisant & non agréable, comme est l’occasion du vray ris, plusieurs choses le confirment : mais cecy principalemant, que nul veut être chatoulhé. Dont on dit de ceus qui le santent plus délicatemant, qu’ils le craignent ». La remarque de Valériole contient en germe, cependant, les idées à venir sur le rôle du psychisme dans le mécanisme du rire, et aussi dans celui du rire par le chatouillement. Denis-Prudent Roy, en 1814, déclarant franchement "inexplicable" le rire produit par le chatouillement[Note 12], s'interroge : "Quel rapport y a-t-il entre le rire et le chatouillement ?" Remettant en cause la classification défendue par Joubert distinguant le "rire véritable" du "rire bâtard", il en vient à la même conclusion que Valériole[Note 13] : " Je crois ces deux états distincts uniquement par la nature de leurs causes excitantes ; au fond ils ne constituent qu’un seul et même acte."

Entre volupté et douleur[modifier | modifier le code]

Joubert s'étend longuement sur l'ambiguité du chatouillement, procurant tout à la fois plaisir et déplaisir, "volupté" et "douleur"[Note 14]. S’appuyant sur Christophe de Vega[Note 15], autre défenseur de Galien, qui compare le chatouillement au fourmillement[20], "lequel induit douleur, antremélée de plaisir", il s’interroge : lequel a le dessus entre le plaisir et la douleur[Note 16] ?  Il examine plus avant la question sans néanmoins pouvoir la trancher[Note 17]. Plus de deux siècles plus tard, Denis-Prudent Roy se pose les mêmes questions : « Aussi le chatouillement paraît-il être un composé de plaisir et de douleur. C’est comme l’avait exprimé Lecat[Note 18], une espèce de sensation hermaphrodite qui tient et du plaisir, dont il est l’extrême, et de la douleur, dont il est comme le premier degré. (…) Y a-t-il rien de plus voisin du très grand plaisir que la douleur ? Et qui peut assigner la distance entre le chatouillement vif qui nous remue délicieusement et le frottement qui nous blesse (…) ? »[Note 19],[13]

Souffrir et mourir du chatouillement[modifier | modifier le code]

D'autres anecdotes récurrentes sont assignées aux excès provoqués par le chatouillement, dont Denis-Prudent Roy écrit : "c’est quelquefois une espèce de torture, qui n’est pas pourtant sans quelque plaisir[Note 20]." Joubert ne croit pas que le rire excessif puisse entraîner la mort, à l'exception seule du chatouillement[Note 21], et rapporte l'histoire, dont il a "ouy parler", d'un jeune homme que deux jeunes filles chatouillèrent jusqu'à ce que mort s'ensuive[Note 22]. Par ailleurs, pour illustrer jusqu'où le chatouillement continué longtemps peut procurer de la souffrance, il cite le cas d'un gentilhomme "qui voulut donner un coup de pognard à un sien familier, qui le chatoulhoit trop : mais il n’eut pas la force, étant rompuë de ce ris, & un autre luy ota le pognard[Note 23]." Ces deux histoires sont reprises par les auteurs ultérieurs.

Torture et supplice par le chatouillement[modifier | modifier le code]

Il semble que le médecin suisse Albrecht von Haller soit l'un des premiers à évoquer un cas de torture, au sens strict du terme, par le chatouillement. Selon le médecin Eugène Bouchut : « On peut provoquer [le rire] par le chatouillement des côtes ou de la plante des pieds, et ce peut être un moyen de torture, car Haller[Note 24] raconte que les émissaires de Louis XIV usaient de ce procédé pour convertir les hérétiques des Cévennes. C’est le rire réflexe[21]. » Son emploi durant la Guerre des Cévennes est régulièrement évoqué par les auteurs du dix-neuvième siècle. S'en font ainsi l'écho tour à tour Balthasar-Anthelme Richerand en 1802[22], Denis-Prudent Roy[Note 25],[13] en 1814, Richond des Brus en 1828[Note 26], Benestor Lunel en 1854[23],[Note 27], Amédée Dechambre en 1874 (évoquant les Trembleurs des Cévennes, qui eurent à subir ce supplice)[24],[Note 28], le naturaliste Adolphe Focillon[25],[Note 29] fermant la marche en 1877.

Un cas de supplice, cette fois, est attribué aux Frères Moraves qui, paraît-il, pour des raisons religieuses ne voulaient pas faire couler le sang et avaient imaginé de faire périr les condamnés à mort par le moyen du chatouillement. Tissot[Note 30], Denis-Prudent Roy[Note 31], et Bouchut[Note 32] rappellent successivement cet exemple, renvoyant tous à une source unique : les Essays historiques sur Paris de Saint-Foix[26], tome V, paru en 1767.

Il sera question plus en détail ci-dessous de ces deux périodes historiques.

Abandon d'une légende[modifier | modifier le code]

En 1905, le médecin Charles Féré fait le point sur la question dans sa Note sur le chatouillement. Il balaie laconiquement le cas de mise à mort rapporté par Dechambre, trente ans plus tôt : « On a admis depuis que ce danger n’est qu’une légende. » Il rapporte différents cas de pathologies suscitées par des chatouillements comme l'épilepsie, des troubles neurasthéniques ou cardiaques, la fatigue ou l'angoisse, mais signale l'opinion d'Arthur Mitchell (en) qui exclut toute "irritation mécanique" causée par le rire, n'acceptant qu'une "irritation psychique"[27].

La Guerre des Cévennes et la Guerre de Trente ans[modifier | modifier le code]

Comme il en est question ci-dessus, les médecins du dix-neuvième siècle rapportent inlassablement des cas de torture par le chatouillement survenus au cours de deux épisodes historiques marquants : la Guerre des Cévennes, et l'établissement des anabaptistes en Moravie.

Les Frères Moraves[modifier | modifier le code]

Plus anecdotier et historiographe que véritablement historien, par ailleurs homme de théâtre et bretteur à ses heures, Saint-Foix paraît être le premier à nous donner cette information dans son tome V, publié en 1767, des Essays historiques sur Paris[Note 33]. Voici ce qu'il écrit :

« Dans toutes les Religions, il y a des hommes qui se font du mal pour l’amour de Dieu ; passe encore, s’ils n’en faisoient point aux autres. * L’Inquisition, en livrant aux bourreaux ceux qu’elle a condamnés, recommande de ne pas répandre le sang, & pour ne point le répandre, on les brûle. Les frères de Moravie, une secte des Anabaptistes, ayant aussi en horreur de verser le sang, avoient imaginé un supplice fort singulier ; c’étoit de chatouiller le coupable jusqu’à ce qu’il mourût. * Les Médecins furent agrégés à l’Université de Paris ; les Chirurgiens en furent exclus, parce que l’Eglise abhore le sang. »

La suite ininterrompue de réflexions et d'avis divers sur les mœurs et coutumes des différents peuples dépeints par Saint-Foix recèle ce propos laconique où l'on apprend peu de choses, hormis qu'il s'agissait de "chatouiller le coupable jusqu'à ce qu'il mourût." Il en a peut-être trouvé la trace dans la monographie historique du père Catrou consacré aux Anabaptistes de Moravie, second tome de son Histoire du fanatisme paru en 1706 et réédité en 1733[28]. On peut en lire une recension dans le Supplément du Journal des sçavans[29] :

« S’il arrivoit un homicide parmi les frères, on punissoit de mort le meurtrier ; mais le genre de son supplice étoit très-singulier, & imaginé bizarement, pour ne pas répandre le sang humain ; car on chatoüilloit le criminel jusqu’à ce qu’il en mourût. »[Note 34]

On n'est guère mieux informé quant au mode d'administration de ce "supplice" que chez Saint-Foix, lequel reprend quasiment mot pour mot le propos de Catrou. Ce dernier situe le théâtre de son action un siècle auparavant, en 1630. Selon lui, c'est à cette époque que les Frères de Moravie[Note 35], réunissant Huttéristes et Gabriélistes, trouvent la prospérité en Moravie, où ils se sont établis, avant d'en être chassés par l'empereur Ferdinand II[Note 36]. D'après les connaissances actuelles, leur établissement en Moravie remonte plutôt à 1528, où ils connaissent une période heureuse dans les années 1560-1590, jusqu'à ce que les remous de la Guerre de Trente ans s'abattent sur eux en 1619, et que Ferdinand II les chasse du pays en 1622. Les approximations du père Catrou semblent manifestes s'agissant d'une période un peu reculée dans le temps.

Les Trembleurs des Cévennes[modifier | modifier le code]

Le fanatisme renouvelé, détail d'une gravure pour Le fanatisme renouvellé ou Histoire des sacrilèges, des incendies, des meurtres... (1704).

Quant au recours au chatouillement par les Dragons de Louis XIV pour contraindre les "Trembleurs" des Cévennes à la conversion, seul se serait fait l'écho Albrecht von Haller au XVIIIe siècle, aux dires d'Eugène Bouchut[30]. Mais un détail est plus qu'intriguant : il existe une Histoire des trembleurs, dont l'auteur n'est autre que le père Catrou, déjà compromis dans l'affaire des Frères Moraves[31]. L'ouvrage paraît même former le troisième tome de son Histoire du fanatisme. Il y présente le quakerisme cévenol comme le résultat de la prédication d'un missionnaire anglais chez les "Fanatiques des Cévennes"[Note 37], sans dire un mot des dragonnades subies par eux. La coïncidence est pour le moins étrange, et conduit à se demander s'il y a réellement eu deux épisodes historiques distincts, à un siècle d'intervalle, impliquant l'un et l'autre une même torture par le chatouillement - déjà peu banale - où si l'anecdote n'aurait pas confusément transité.

Mais il faut rappeler d'où vient l'appellation, plutôt péjorative, de "trembleurs". La révocation de l’Édit de Nantes en 1685 suivie d'une campagne de conversion forcée des protestants, accompagnée de persécutions, précipite des communautés entières dans la clandestinité, et favorise la naissance d'un mouvement d'exaltation et d'inspiration "prophétique", notamment chez les enfants et les jeunes adultes. Les "inspirés" ou "prophètes" sont au cœur de l'insurrection cévenole des années 1702-1704[32]. On peut lire en 1784 dans la Vie du maréchal duc de Villars[33],[Note 38], lequel fut dépêché par le roi en 1704 pour venir à bout de la révolte, une description des convulsions de ces "prophètes" dans leurs moments de transe[Note 39]. Cette description ne passe pas inaperçue au cours de l'année 1784, alors que Paris est en pleine ébullition : le "magnétisme animal" défendu par le médecin allemand Mesmer est au centre des débats. Les deux commissaires nommés par le roi pour statuer sur le mesmérisme rendent alors leur rapport dans lequel les effets obtenus par Mesmer - les "crises", les états de "transe", les "convulsions" censés procurer des guérisons - sont mis sur le compte de l'imagination. Ils y rappellent l'exemple des Trembleurs des Cévennes, citant à l'appui l'extrait en question des mémoires du duc de Villars fraîchement publiées[34].

Or, il existe une relation directe entre le mesmérisme et Haller : Mesmer, qui compterait d'ailleurs parmi ses élèves, a précisément fondé sa "magnétophysiologie" à partir de la théorie défendue par Haller sur l'irritabilité des nerfs[35], dont il est question justement dans l'ouvrage supposé citer en exemple la torture du chatouillement appliquée aux Trembleurs des Cévennes[Note 40]. De telles coïncidences nécessiteraient d'être élucidées[Note 41].

Il faut noter qu'Antoine Court, auteur d'une Histoire des troubles des Cévennes ou de la Guerre des Camisards en 1760, ouvrage riche en détails, ne dit pas un mot de ce genre de supplice, alors qu'il signale les nombreux autres supplices qu'ont eu à subir les révoltés, tels que la roue et la pendaison[Note 42],[36].

Les aventures du Simplicissime pendant la Guerre de Trente ans[modifier | modifier le code]

Frontispice des Aventures de Simplicius Simplicissimus (1669) où l'auteur est représenté en phénix.

En 1669 paraît anonymement en Allemagne le roman Der Abenteuerliche Simplicissimus Teutsch, aujourd'hui attribué à Hans Jakob Christoffel von Grimmelshausen (1622-1676). Sous une forme pseudo-autobiographique, le héros retrace ses aventures pendant la Guerre de Trente ans, l'effroyable conflit qui ravagea de part en part l'Empire germanique entre 1618 et 1648, décimant la population - dont on estime qu'un quart, soit environ quatre millions de personnes, fut massacrée lors des exactions commises par les bandes errantes de soudards - brûlant les villages et les fermes, jetant des milliers de vagabonds sur les routes. Les célèbres gravures de Callot publiées en 1633 donnent une idée de ces atrocités. Le roman de Grimmelshausen connaît un grand succès en Allemagne, où il est largement diffusé dès sa parution, et compte parmi les Monuments de la littérature allemande publiés dans les années 1860 par Gustave Freytag[37]. Les aventures du jeune héros débutent aux alentours de 1634 dans un bourg de la Hesse, lorsqu'il assiste, enfant, au massacre de sa famille et de son village par une troupe de soldats suédois. Parvenu à s'échapper, il trouve refuge auprès d'un ermite, et par la suite devient tour à tour mendiant, prisonnier, page d'un seigneur, bouffon, brigand, et finalement soldat.

Aucune version française du récit ne voit le jour avant 1951[Note 43], mais dans la thèse en Lettres de Ferdinand Antoine en 1882, on peut lire la traduction de ce passage[38] :

« Chacun inventait un nouveau genre de torture pour ces pauvres paysans, et chaque victime avait son supplice particulier. Mais mon Knän [mon père], d’après ce que j’en jugeais alors, fut le plus heureux et le mieux partagé. Car il avoua en riant ce que les autres avaient dû avouer au milieu des tourments et des cris de douleur. Sans doute, on lui accorda cet honneur, parce qu’il était le chef de la maison. Ils le mirent auprès d’un grand feu, le garrottèrent de manière à ce qu’il ne pût remuer ni bras ni jambes, lui frottèrent la plante des pieds avec du sel humide, et les lui firent lécher par une chèvre [notre vieille chèvre, unser alte Geiß], ce qui le chatouilla tellement qu’il faillit crever de rire. Comme je n’avais jamais vu mon Knän rire aussi longtemps, je trouvai cela si gentil et si charmant, que pour lui tenir compagnie, ou plutôt parce que je n’en comprenais pas davantage, je ne pus m’empêcher de rire avec lui. C’est en riant de la sorte qu’il avoua ce qu’on voulait savoir de lui, et dit où était caché son riche trésor, qui consistait en perles, en or et en bijoux, et qu’on n’aurait pas soupçonné dans la maison d’un paysan[Note 44][39].  »

Abstraction faite de l'horreur absolue du contexte où le petit garçon ne semble pas réaliser que ses parents, sa famille, et tous les habitants de son village sont en train de périr sous ses yeux dans les plus atroces tourments, le récit atteste l'existence d'un chatouillement par les chèvres pratiqué par la soldatesque au cours de la Guerre de Trente ans, à la réserve que le roman de Grimmelshausen - dont les aventures du Candide de Voltaire reprennent plus ou moins le modèle - en dehors de son caractère partiellement fictif, comporte une bonne part de fantaisie. On notera également une proximité historique avec le sort des Huttéristes (ou "Frères de Moravie") - auxquels Catrou attribue également un supplice par le chatouillement - persécutés au cours de cette même Guerre de Trente ans[Note 45].

Dans l'histoire de la torture pénale[modifier | modifier le code]

Il est assez difficile de séparer histoire et littérature lorsqu'on aborde ce sujet tant les deux disciplines sont entremêlées, et auxquelles il faut ajouter une nouvelle fois la médecine. Tout l'imaginaire moderne associant le chatouillement à la torture, et que l'on voit à l’œuvre de façon emblématique dans le célèbre film François Ier, paraît s'être décanté tout au long du dix-neuvième siècle dans des écrits où l'historien, le médecin et l'homme de lettre se confondent. Dans la section consacrée à la littérature médicale, il n'était question principalement que du rire, comme phénomène physiologique, où la torture par le chatouillement figurait à titre d'illustration des cas les plus extrêmes, se limitant essentiellement à deux périodes de l'histoire concernant la Guerre des Cévennes et les Frères Moraves. Mais en parallèle, les auteurs s'intéressent à des exemples empruntés aux anciennes procédures judiciaires.

Selon Fodéré[modifier | modifier le code]

L'étude la plus complète, et qui paraît avoir servi de socle, est peut-être l'article consacré à la torture par le médecin - de nouveau - François-Emmanuel Fodéré en 1821 dans le Dictionnaire des sciences médicales[40]. Abordant le sujet de la question extraordinaire, cette phase finale où le condamné, dont la culpabilité vient d'être établie par le juge, va être soumis à un nouvel interrogatoire destiné non plus à extorquer des aveux (qui faisaient déjà l'objet de la question ordinaire), mais à obtenir la révélation de complices éventuels, et cela avant de marcher à son supplice final. D'après Fodéré, l'inutilité absurde de cette ultime mise à la "question", et la situation de non-retour où se trouve désormais le condamné, a ouvert la porte à l'invention d'une multitude de supplices variés, "dont la plupart avaient été abandonnés, les uns, parce qu’on ne les croyait pas assez efficaces, les autres parce qu’on s’était aperçu [qu’ils] avaient pu occasionner la mort (…)". C'est alors que l'on en vient à l'improbable et singulière "question du chatouillement"[Note 46].

En voici la description :

« Un autre genre de question avait été imaginé par des criminalistes peut-être moins cruels, et à mon avis plus ingénieux, c’était celui du chatouillement. On dépouillait l’accusé et on l’étendait sur une planche, puis on plaçait sur son nombril un scarabée qui était retenu par un bocal renversé et fixé au corps du patient par une courroie, de manière que l’insecte qui ne pouvait s’échapper faisait de grands mouvemens qui excitaient sur cette partie éminemment sensible un prurit insupportable, ou bien on frottait la plante des pieds du patient avec de la saumure, et on en faisait approcher une chèvre, animal qu’on sait être tr-s-avide de sel ; lequel léchait constamment ces pieds ainsi arrosés, d’où résultait d’abord un chatouillement d’autant plus cruel, que le patient ne pouvait pas remuer. J’ai dit que cette manière de torturer était ingénieuse parce que l’on n’ignore pas qu’il est plus facile de résister à la douleur qu’au prurit, lequel peut devenir si insupportable, qu’il peut occasionner des défaillances et la mort (…) Dans cet acte, tout le système nerveux est réellement ébranlé, au lieu qu’il n’y en a qu’une portion dans l’action de la douleur. Cependant ce mode de question fut abandonné vers le milieu du dix-septième siècle, parce qu’il ne portait pas avec lui un appareil de cruauté assez effrayant ».

Deux modes de production du chatouillement sont donc répertoriés par Fodéré : le chatouillement par les chèvres ; le chatouillement par le scarabée. On peut remarquer qu'après Fodéré, qui semble puiser sa source dans les écrits des "criminalistes", cette double question du chatouillement ne paraît pas être repris dans les études consacrées au rire dont il était question ci-dessus. Autre détail intéressant : selon Fodéré, ce façon de mettre à la question paraît disparaître des sources à partir du milieu du XVIIe s.

Selon Paul Lacroix[modifier | modifier le code]

En 1850, dans sa vaste monographie sur le Moyen âge et la Renaissance, Paul Lacroix, connu également sous le pseudonyme du "Bibliophile Jacob", à la fois homme de lettre, historien, érudit, consacre son chapitre Pénalité à l'ancien système judiciaire, où il aborde largement le sujet de la question, mais aussi des supplices, c'est-à-dire des moyens de mettre à mort[41]. Il remanie assez fortement le texte de son ouvrage dans une seconde monographie en 1871[42]. Il reprend en grande partie les éléments fournis par Fodéré, mais en se montrant assez imprécis sur certains points. Arrivant à la fin d'une liste des différentes façon de donner la question, il évoque celle par les chèvres : « ou encore, et c’était là une torture indicible, disent les vieux criminalistes, d’arroser les pieds d’eau salée pour les faire lécher par des chèvres. » Mais il ne précise pas si ce procédé serait en lien avec un quelconque chatouillement, se contentant de le qualifier d'"indicible". Dans l'édition de 1850, il écrivait : « Quelques-uns se faisaient remarquer par leur singularité ; comme, par exemple (…) d’attacher le patient sur un banc, de lui arroser la plante des pieds d’eau salée et de les faire lécher par des chèvres. Il paraît que cette dernière torture causait des douleurs intolérables. » Nulle mention de chatouillement dans cet autre passage, où cette fois, il évoque des "douleurs intolérables".

Par ailleurs - mais c'est un autre sujet que la question, et ne concerne donc pas la question par les chèvres - il évoque un mystérieux supplice du "chatouillement", dans la partie consacrée aux différents types de peine de mort, comme la roue, l'écartèlement, la décapitation, etc. Mais à aucun moment il ne précise de quoi il s'agit exactement : « Malgré la longue et sinistre énumération que nous venons de faire de la pénalité au moyen âge, nous sommes loin d’avoir épuisé le sujet, car nous n’avons rien dit de divers supplices plus ou moins atroces, qui furent en usage à différentes époques et dans différents pays, notamment du supplice de la croix (…) ; de l’arquebusade (…) ; du chatouillement, qui amenait la mort à la suite de tortures inexprimables ; etc… ». Voilà tout ce que l'on apprend. L'auteur semble vouloir rester prudent. On remarquera cependant l'emploi de qualificatifs très proches pour décrire aussi bien le supplice du chatouillement que la question par les chèvres ("indicible" et "inexprimable").

Par ailleurs, concernant la question, Paul Lacroix cite précisément ses sources que sont les "vieux criminalistes". Il en présente principalement deux : « Hippolyte de Marsiliis (it), docte et vénérable jurisconsulte de Boulogne, qui vivait au commencement du quinzième siècle, [et] mentionne quatorze manières de donner la gehenne ou question » ; Josse Damhoudère (en), jurisconsulte flamand, dont il cite le célèbre Praxis rerum criminalium, connu dans sa traduction française sous le titre Practicque et Enchiridion des causes criminelles. Dans l'édition de 1850, à propos de supplices, Lacroix signale les treize manières dont « le bourreau faict son exécution » énumérées par Damhoudère. Après avoir épuisé cette liste, il entame une dernière énumération : « Damhoudère passe sous silence un grand nombre de supplices. Il ne parle pas de l’estrapade, etc. (...). Il y aurait enfin à signaler une multitude d’autres genres de mort, tel que : étouffer ; arquebuser (…) ; chatouiller, (…). » Comme on le voit, le fameux "chatouillement" ne semble pas trouver sa source chez les "criminalistes".

La "géhenne aux cabres"[modifier | modifier le code]

Le Pont au change, tableau d'Antonio de La Gandara. À droite, la tour Bonbec de la Conciergerie.

La question par les chèvres frappe tellement l'imagination qu'elle inspire au Docteur Briois un chapitre entier de son roman La Tour Saint-Jacques de Paris publié en 1866, chapitre intitulé "La géhenne aux cabres"[43]. L'intrigue est située à Paris au XVe siècle, et met un archiprêtre accusé de meurtres. Sous le coup d'une enquête judiciaire instruite par le Parlement, il est conduit dans la Chambre de la Torture située dans les souterrains de la Tour Bon-Bec, à la Conciergerie. Là, dans le but de lui arracher de prompts aveux, il est soumis à la question au moyen de "l'étrange torture de la Géhenne aux cabres". Le médecin, et romancier à ses heures, emploie vingt pages avec foison de détails pour nous décrire toutes les étapes de la séance, laquelle remplit pleinement, avec une efficacité redoutable, ses objectifs. Ne pouvant résister longtemps à l'agilité des langues "frétillantes" des ces "affreuses bêtes", l'archiprêtre passe rapidement aux aveux.

Il n'y aurait aucun intérêt à signaler, ici, cette œuvre de pure fiction, si ce n'était pour signaler ce cas assez emblématique du médecin s'adonnant à temps plein à la littérature - le roman totalise plus de 1200 pages - s'appliquant en particulier à une reconstitution historique et érudite dans la lignée du roman historique initiée par Notre-Dame de Paris de Victor Hugo (dont l'auteur a reçu d'ailleurs les félicitations), sans relâcher, néanmoins, son regard de médecin. De plus, ce roman fait l'objet, la même année, d'une communication du docteur Bonnet, que nous retrouvons ici (le même qui en 1839 évoquait le cas d'un criminel assassinant ses femmes en les chatouillant), devant la Société de médecine de Bordeaux[44]. On y apprend que le docteur Briois sollicite son admission dans cette société, dont la demande est plaidée par le docteur Bonnet. L'usage voulant que toute demande d'admission s'accompagne d'une publication scientifique, plutôt que de s'appliquer à un "travail (...) plus ou moins bourré d'érudition", Briois a opté pour une seconde méthode plus plaisante, se proposant "d'instruire en amusant (...), ce qui l'a déterminer à tracer (...) l'élégante et gracieuse broderie d'une fiction." On comprend alors que l'objectif principal de La Tour Saint-Jacques de Paris n'est autre que d'appuyer la candidature de l'auteur à son entrée dans cette société de médecine. Poursuivant son oraison, Bonnet entre dans les détails du roman, et s'étend tout particulièrement sur les détails croustillants de la Géhenne aux cabres, tournure volontairement médiévisante forgée par Briois pour désigner la "torture par les chèvres".

Les pages du chapitre concerné ne manquent pas, d'ailleurs, de réflexions purement médicales qui rejoignent les connaissances alors établies sur le système nerveux, et les effets supposés d'un chatouillement excessif. Il prête ainsi ce dialogue entre Maître Gille, "le chirurgien le plus savant de son époque", chargé d'assister le patient dans son épreuve, dont on peut présumer qu'il représente pour l'auteur une sorte de double littéraire, et le lieutenant criminel :

- "Et comment expliquez-vous, Maître Gille, que cette simple action de provoquer le chatouillement sur ces certaines parties du corps, soit un supplice plus intolérable que les souffrances déterminées par les énergiques moyens de Torture dont vous venez de parler ?

- Je l'explique, Messire, par cette raison que, dans toutes les sortes de Questions que je vous citais tout à l'heure, il n'y a jamais qu'une partie des nerfs du corps qui soit foncièrement ébranlée par la douleur ; tandis que dans la Géhenne aux Cabres, comme nos anciens la nommaient, et dont l'invention prouve en faveur de leur ingénieux esprit d'observation, l'arbre nerveux tout entier entre en révolte, depuis ses plus petits rameaux jusqu'à ses maîtresses branches ; et cela est si vrai, que si cette Torture n'était pas suspendue de minute en minute, la mort en serait promptement et infailliblement le résultat."

Les véritables effets[modifier | modifier le code]

Au moment où les médecins ont écarté la réalité d'une torture par le chatouillement, ou d'un quelconque danger de mort par le chatouillement, Georges Verdène - pseudonyme de Joseph Édouard Sidler - publie en 1906 une monographie sur l'histoire de la torture dans l'institution judiciaire allemande[45]. Ayant puisé à la source des "vieux criminalistes", citant notamment la Chartario, praxis interrogandum reorum publiée à Rome en 1618 , il nous livre une description, cette fois, plus réaliste :

« Les Romains connaissaient encore bien d’autres manières de torturer leurs prisonniers. On se servait même d’animaux pour la question. Ainsi on frottait fortement la plante des pieds de l’accusé, avec du sel ; on le liait étroitement et une chèvre était chargée de l’office de bourreau, c’est-à-dire qu’elle venait lécher le sel sur les pieds nus (Tormentum cum capra). L’animal, avide de sel, léchait tellement les pieds du malheureux, que sa langue rêche mettait souvent les os à nu. Cette torture qui, au premier abord, peut paraître enfantine, était en réalité fort cruelle ».

Un peu plus loin, il évoque également la torture par le scarabée : « La torture dite Tormentum cum scarabaeo, consistait à placer sur le corps du patient un scarabée recouvert d’un vase. L’insecte causait au torturé de très grandes souffrances. » Ici, l'auteur semble embarrassé, ignorant visiblement quel pourrait être le véritable effet d'un scarabée placé sur le corps du patient, sans cependant se risquer à parler d'un "chatouillement".

Il faut noter au passage que Verdène, qui n'est sans doute pas historien, entretient la confusion entre la justice pratiquée par les Romains de l'antiquité, et celle des tribunaux à Rome sous l'ancien régime, dont les traités de procédure judiciaire publiés aux XVIe et XVIIe siècle sont le reflet. C'est dans ces imprimés de l'ère moderne que l'on trouve mentionnés le Tormentum cum capra et le Tormentum cum scarabaeo, lesquels ne peuvent donc pas être situés dans la Rome antique. Cette présentation un peu confuse serait l'une des sources de l'idée, assez répandue, que les Romains de l'antiquité auraient pratiqué ce genre de torture, alors qu'il est à mettre d'abord sur le compte des tribunaux de Rome à la Renaissance.

Dans les anciens traités de procédure criminelle[modifier | modifier le code]

La practique et enchiridion des causes criminelles de J. de Damhoudère, 1555. Un juge conciliant les parties adverses.

Les anciens criminalistes ont publié un certain nombre d'ouvrages de pratique pénale destinés à fournir un code de référence aux différents acteurs judiciaires. Parmi l'arsenal juridique fourni à ces hommes de lois figure le recours à la torture, ou question, très encadré, présentant toute la procédure à suivre. Les ouvrages circulant d'une ville à l'autre, et même d'un pays à l'autre, sont la plupart du temps rédigés en latin, et spécifient les usages propres à chaque lieu. Ces usages n'étant pas les mêmes, on a droit alors à de véritables listes de tortures possibles, commençant généralement par celles les plus en usage, en général pratiquées au lieu où l'auteur du traité officie. On signale éventuellement celles qui se pratiquent dans telles autres villes, ou dans tels autres pays. Ou alors, les auteurs se contentent de les énumérer sans mentionner le lieu où elles sont appliquées. Parmi elles, sont quelques fois mentionnées la question par les chèvres et celle du scarabée.

Tormentum cum capra[modifier | modifier le code]

Döpler[modifier | modifier le code]

L'un des auteurs les plus récents, Jacob Döpler (+1693), magistrat à Eisenach, puis conseiller à la cour de la comtesse de Schwarzburg, à Sondershausen[46], est l'auteur du Theatrum poenarum, traité sur les peines judiciaires dont le premier tome paraît l'année de sa mort[47]. Passant en revue différents types de mise à la question, il en vient, dans son point 148, au "Tormentum cum capra oder Die Ziegen-Volter" .

La description qu'il en fait, plutôt glaçante[Note 47], nous emmène bien loin de l'idée amusante d'un chatouillement provoquant des rires convulsifs. Il ne s'agit non pas de chatouiller, mais de provoquer des lésions graves et mutilantes, des plaies aggravées par un frottement continu. Les autres juristes qui mentionnent l'emploi de la chèvre ne s'en départissent pas. Döpler en cite principalement deux : Francesco Bruni et Hippolyte de Marsiliis (it), et émet quelques doutes concernant un troisième auteur : Hortensius Cavalcanus. Mais il ajoute trois autres sources : le traité médico-légal de Paul Zacchias, un traité sur le sel de Bernardin Gomez de Miedes et L'histoire de la Hongrie d'Antoine Bonfin où il est question du fameux Dracula. Ce dernier avait, selon Döpler, coutume de faire taillader la plante des pieds de ses prisonniers turcs, avant de les faire recouvrir de sel et de les donner à lécher aux chèvres, "afin d'augmenter leurs tourments[Note 48]".

Quant au Commentatorium de sale de l'évêque espagnol d'Albarracin, Bernardin Gomez de Miedes (vers 1515-1589)[Note 49], plusieurs types de tortures ayant recours au sel y sont mentionnées, dont celle de la chèvre dont il décrit les mêmes effets [48][Note 50].

Les Questions médico-légales de Paul Zacchias[modifier | modifier le code]

L'éminent médecin romain Paul Zacchias (1584-1659), considéré par la médecine moderne comme l'un des pères de la médecine légale et de la psychiatrie, à qui l'on doit par ailleurs diverses études sur Le rire et les larmes, Les passions de l'âme, La mort subite, La démence[49] est très impliqué dans la vie politique et judiciaire à Rome. Dans ses Quaestiones medico-legales, il aborde la question de la torture et de son effet sur la santé du patient. Passant en revue différents types de mise à la "question", il en vient à celle de la chèvre, qu'il juge plus pénible à endurer que celle du scarabée, dont il a parlé précédemment. Mais il estime qu'elle est sans danger si on l'applique avec mesure, et il en présente l'aspect progressif allant de la simple incommodité, où la plupart affectent du dégoût ou de l'aversion (taedium) à force d'être exposés au frottement de cette langue abrasive, jusqu'à la réelle douleur lorsque les chairs partent en lambeaux [50][Note 51]. Le médecin renvoie par ailleurs à Francesco Bruni et au traité de Gomez sur le sel.

"Atroce mais sans danger corporel"[modifier | modifier le code]
Hippolyte de Marsiliis enseignant le droit à ses étudiants, vignette de 1531.

Les plus anciens traités n'apportent guère d'autres détails significatifs sur l'emploi de la chèvre. Josse de Damhoudère (en)(1507-1581), jurisconsulte de Bruges, connu pour les gravures qui illustrent son Enchiridion, estime qu'"elle est vraiment la plus atroce et la plus intolérable des tortures, quoique sans aucun danger corporel"[Note 52],[51]. On peut noter au passage que dans l'édition francophone de ce célèbre traité[52], toute cette section a été coupée. Hippolyte de Marsiliis (it) (1451-1529), jurisconsulte de Bologne, auquel ont puisé de nombreux auteurs, précise également qu'elle est sans danger (sine periculo)[53],[Note 53]. Francesco Bruni (1re moitié XVIe-1510), jurisconsulte de Sienne, dans son Tractatus de indiciis et tortura, publié en 1495, a "entendu dire que c'était la plus rigoureuse des tortures, mais qu'elle est dénuée de tout danger" (istud est durissimum tormentum & sine periculo)[54],[55],[56],[Note 54]. Il semble que ce soit la plus ancienne référence connue, reprise par la suite par tous les auteurs qui ont été cités précédemment. Etant donné que Bruni reconnaît lui-même en faire mention seulement par ouï-dire, sa mise en pratique réelle dans la procédure judiciaire de son époque paraît incertaine[57],[Note 55].

L'hircum vivum de Cavalcanus[modifier | modifier le code]

On se souvient que Döpler émettait quelques réserves au sujet de Cavalcanus. En effet, Hortensius Cavalcanus (1558-16..)[58], jurisconsulte peu connu de Fivizzano, dans son De Brachio Regio, publié en 1605, abordant le cas des crimes les plus graves, où les aveux doivent être obtenus de toute urgence, signale deux tortures pouvant alors s'appliquer, dont la seconde est décrite ainsi : sed hircum vivum appendere pedibus torti, nunquam vidi, nec approbabo ("mais attacher un bouc agité aux pieds du torturé, je ne l'ai jamais vu faire, ni ne l'approuve")[59], ce qui est assez imprécis. Un autre auteur, citant ce même passage de Cavalcanus, qualifie cette méthode de "bizarre"[60]. Döpler la signale avec hésitation, à la fin de son point consacré au Tormentum cum capra, en se disant perplexe. Rien ne dit, en effet, qu'il s'agissait de faire lécher les pieds du patient. Si Cavalcanus prend la peine d'employer l'épithète vivum, on imagine plus facilement l'intention d'exposer le malheureux aux ruades de l'animal, ce qui relève d'une cruauté inconcevable, et rappelle l'antique supplice de Brunehaut. Les propos de Cavalcanus, qui justifie que l'on emploie des moyens atroces pour les pires criminels, mais s'imposant toutefois une limite à la barbarie, n'est pas sans rappeler l'ambiguïté des juristes, et des médecins qui "éclairaient" leur jugement, vis-à-vis de la torture, l'estimant à la fois nécessaire et utile - ce que d'autres contestaient - tout en affectant une certaine mesure, et une répugnance pour des méthodes qu'ils qualifiaient d'"indignes".

Tormento della capra[modifier | modifier le code]

Malgré le nombre très varié des tourments dont les traités italiens dressent la liste, l'un d'entre eux est le plus souvent en usage dans leur pays : le tormento della capra. Il n'a cependant aucun rapport avec celui qui emploie une véritable chèvre. Les auteurs lui donnent d'ailleurs alternativement différents noms : sveglia, cavallo, cavaletto (autrement dit "chevalet", dont il est une variante), capra[61]. Le nom capra vient peut-être de l'emploi d'une pièce de bois, car on peut lire, dans le Dittionario imperiale, dictionnaire de langue quadrilingue, paru en 1743, au mot capra, chèvre : " c’est aussi un boulon à soutenir un échaffaut de maçon, une sorte de gehenne (...), une sorte de banc ou tréteau, qui sert au lieu de chalit (...)", et au pluriel capre : "certaines pièces de bois, qui soûtiennent la tente d’une galerie.[62]" Cette sveglia ou capra, réputée sans danger pour l'intégrité physique, est systématiquement employée dans certaines villes italiennes, notamment à Rome. Elle est même considérée comme une spécificité romaine, ou italienne. Il y a donc deux tormenti della capra sans aucun rapport l'un avec l'autre, ce qui a pu entraîner certaines confusions, comme la réputation attribuée aux Romains (de l'antiquité) d'avoir souvent recouru au supplice de la chèvre.

Dracula et le rire sardonique[modifier | modifier le code]

Döpler n'est pas seul à évoquer les pratiques de Dracula. Un autre jursiconsulte allemand, Christoph Crusius, ou Crause (1590-1653 ou après), en poste à Brunswick et à Hannovre, publie à Marbourg en 1637 un Tractatus de indiciis (d'ailleurs mis à l'index par Rome en 1712, sans doute parce que l'auteur est protestant). Après avoir évoqué la "question" par la chèvre dans les termes habituels[63],[Note 56], il cite un passage du Theatrum humanae vitae, la célèbre encyclopédie en 39 volumes de l'humaniste et médecin Theodor Zwinger l'Ancien, publiée en plusieurs éditions entre 1565 et 1604. Dans le volume 28 de cette encyclopédie, consacré aux questions politiques et juridiques, Zwingler dresse une liste de tortures de l'antiquité, où il inclut celle qui nous occupe en la qualifiant d'"inexprimable" (infandum), ce qui rappelle les sentiments exprimés à ce sujet par le Bibliophile Jacob[64],[Note 57].

Selon cette description, "la langue âpre de la chèvre, avide de sel, suscite une souffrance inimaginable et conduit l'homme à un accès de rire sardonien jusqu'à l'évanouissement". C'est plus ou moins l'effet décrit par le docteur Briois dans son chapitre de la Géhenne aux cabres, et on peut supposer que les auteurs du dix-neuvième siècle ont combiné les éléments trouvés chez les "vieux criminalistes" avec les détails fournis par l'encyclopédie de Zwinger pour nous dépeindre cette torture de la chèvre telle qu'on se la représente généralement. Toujours est-il que Zwinger la fait curieusement figurer non pas parmi les tortures pénales qui ont cours à son époque, mais dans une petite liste de tortures de l'Antiquité (mentionnées par Macrobe, Aristophane, Plaute...) où il passe subitement à celle-ci, précisant aussitôt qu'elle fut pratiquée par Dracula en Transylvanie, renvoyant, comme Döpler, au fameux Antoine Bonfin, ou plutôt Antonio Bonfini. Il semble donc qu'à ses yeux, elle revêt un aspect suffisamment exotique pour prendre place parmi les cruautés des temps anciens.

Quant au "rire sardonien", ou "sardonique", pour un médecin de la Renaissance, si l'on se fie au traité sur le rire de Laurent Joubert (voir plus haut), il est mis sur le compte d'un état pathologique proche du délire, et appartient à la catégorie du rire "bâtard", "non naturel" ou "non légitime", comme le rire produit par le chatouillement, dont il se distingue cependant.

Antonio Bonfini (1427-1502), homme de lettres, est appelé à la Cour de Bude où résident le roi de Hongrie, Mathias Corvin et la reine Béatrice. Nommé historiographe de la cour, il est chargé d'écrire une vaste Histoire de la Hongrie[65], à laquelle il s'attelle entre 1488 et 1495, publiée plus tard à Bâle en 1543. Il y insère une série d'anecdotes sur Vlad III, voïvode de Valachie, appelé Dracula, c'est-à-dire "le Dragon". Ce surnom rappelle son appartenance à l'Ordre du Dragon créé au début du siècle pour protéger la chrétienté face aux Ottomans. Mais Vlad III est arrêté par Mathias en 1462 et emprisonné. Depuis sa chute, plusieurs récits circulent sur le compte de ce prince, lui attribuant une série d'actes de cruauté. Selon l'historien François Cadhilon, cette "propagande" a pour but de justifier aux yeux de l'Occident l'arrestation de celui qui fait figure de "Défenseur de la Chrétienté"[66]. Bonfini ajoute au corpus déjà constitué d'autres anecdotes, avec son lot de crimes barbares, qu'il est seul à rapporter. Selon l'historien Matei Cazacu, ces ajouts tardifs témoignent d'une certaine lassitude à la Cour de Bude pour des récits passés de mode qu'il s'agit de renouveler. Parmi ces nouvelles anecdotes, figure celle où les prisonniers turcs doivent subir le supplice où des chèvres lèchent leurs plantes de pieds, au préalable écorchées et enduites de sel[67],[Note 58]. Cazacu présume que seule la Cour de Bude a pu être la source des faits racontés par Bonfini. Ce passage est ensuite reproduit intégralement par Sébastien Münster (1489-1552) dans sa célèbre Cosmographie universelle, publiée à Bâle en 1544[68],[Note 59], une année seulement après la publication de l'ouvrage de Bonfini.

Tormentum cum scarabeo[modifier | modifier le code]

Cet autre genre de torture est quasi systématiquement, dans les divers écrits, associé à celle de la chèvre, peut-être parce qu'elles impliquent toutes deux le recours à des bêtes. Döpler la qualifie de "ridicule", mais en décrit l'atrocité : le scarabée enfermé sur le nombril du patient, cherche une issue "en pinçant et en grattant à l'aide de ses cornes". Zacchias fait le même genre de réflexion. Le scarabée est nommé scarafacium ou scaravagium, chez Crusius et Marsiliis, qui décrivent la même scène. Mais Zwinger en signale une version plus effrayante impliquant des rongeurs (mures) affamés à la place du scarabée. Damhoudère en varie l'horreur en signalant l'emploi de frelons (crabonibus), rongeurs (muribus) et de toutes sortes de petits animaux agressifs similaires (similibusque infestis animalculis). On trouve encore d'autres variantes chez les autres auteurs qu'il n'est pas utile de répertorier, car on comprend à l'évidence que cette torture n'a aucun rapport avec un quelconque "chatouillement", contrairement à ce qu'affirme Fodéré.

En revanche, on peut remarquer que Jacob de Bellovisu (vers 1270-1335)[69], peut-être le plus ancien auteur faisant autorité dans les différents traités, mentionne ce châtiment ("alio modo fit cum thaone sive scaravays vivo") dans son Practica judiciaria (imprimé en 1521 et 1529), sans citer celui de la chèvre, ce qui représente l'un des rares cas où les deux "modes" ne sont pas signalés ensemble[70],[71].

À Toulouse au XIIIe siècle sous l'Inquisition[modifier | modifier le code]

Quelques auteurs signalent l'emploi de la torture de la chèvre par l'Inquisition à Toulouse[72],[Note 60], ou du chatouillement pendant la croisade albigeoise[73],[Note 61]. Mais pour le moment, cette affirmation n'est ni documentée ni sourcée[Note 62].

Dans la Rome antique[modifier | modifier le code]

Quelques auteurs du XXe et du XXIe siècle[74],[Note 63] mettent sur le compte des Romains de l'antiquité l'emploi d'une torture de la chèvre. Cependant ces auteurs ne paraissent pas citer leurs sources. Il est possible qu'une confusion provienne du tormento della capra ("torture de la chèvre") fréquemment employé par les tribunaux à Rome sous l'ancien régime, également appelé sveglia, cavallo ou cavalletto, sorte de chevalet sans aucun rapport avec l'emploi d'une véritable chèvre (voir ci-dessus, Tormento della capra), et qui semble dériver de l'antique equuleus, chevalet de torture employé à Rome dans l'antiquité, et attesté dans les sources anciennes[Note 64].

En Chine et au Japon[modifier | modifier le code]

La journaliste Irene Thompson signale que la torture du chatouillement serait connue des Chinois, et aurait été mise en pratique sous la Dynastie Han, mais serait contestée par les historiens[75],[Note 65]. L'anthropologue Margaret Mead aurait, d'après un magazine américain, attribué aux Chinois un supplice du chatouillement où du miel aurait été répandu sur la plante des pieds des torturés pour être ensuite léché par des animaux. Mais l'article ne cite pas de référence précise[36],[Note 66].

Le journaliste japonisant Mark Schreiber affirme l'existence d'une torture nommée kuzuguri-zeme ("chatouillement sans miséricorde") prévue dans l'ancien code pénal japonais[76],[Note 67].

Aucun historien reconnu ne semble relayer ces informations.

Témoignages, anecdotes et faits divers[modifier | modifier le code]

Les religieuses de Werte possédées du démon[modifier | modifier le code]

Dans sa Mystique divine, naturelle et diabolique, l'écrivain Joseph von Görres (1776-1848) raconte, dans un chapitre « Epidémie démoniaque », comment des religieuses possédées ont été persécutées par les démons : « Quelques religieuses du couvent de Werte, dans le comté de Horn, furent tourmentées d’une manière non moins merveilleuse (…). Quelquefois on les tirait du lit, et on les chatouillait tellement sous la plante des pieds qu’elles étaient sur le point de mourir à force de rire[77]. »

Une autre affaire criminelle en Angleterre[modifier | modifier le code]

Illustration, The Illustrated Police News, .

En 1869, on lit dans le journal à sensation Illustrated Police News, qu'un dénommé Michael Puckridge, habitant de Winbush, un hameau du Northumberland, dans le nord de l'Angleterre, sous prétexte de soigner les varices de sa femme, a ligoté celle-ci sur une planche fixée sur deux chaises pour lui chatouiller la plante des pieds sans interruption avec une plume, la conduisant à un état de frénésie jusqu'à l'évanouissement[Note 68]. Selon l'article, accompagné d'une gravure illustrant la scène, l'épouse infortunée aurait à la suite de ce traumatisme été admise en maison de repos[78],[79],[Note 69]. La scène représentée par l'illustrateur, pure vue d'artiste, évoque bien plus la haute société londonienne qu'un petit village perdu aux confins de l'Angleterre et de l'Ecosse, d'après le riche intérieur (mobilier, boiseries) et les élégantes toilettes des deux personnages[Note 70].

Mais une version plus complète de ce même journal, moins souvent reproduite, donne quelques détails supplémentaires : Puckridge souhaitait vraisemblablement se débarrasser de sa femme depuis quelque temps, et l'avait même menacée à plusieurs reprises. Depuis l'internement de l'infortunée épouse, leur nièce, une fillette, alerte les voisins en leur racontant que Mme Puckridge a subi de mauvais traitements de la part de son mari. L'auteur de ce second article se montre beaucoup moins catégorique quant à la nature de ces mauvais traitements : "il y a tout lieu de croire que les choses se soient passé de cette façon, mais les résultats de l'enquête ne sont pas encore connus[Note 71],[80]," écrit-il.

Dans une brasserie de Berlin[modifier | modifier le code]

On lit dans La Petite presse, en 1873, que dans une brasserie de Berlin, un Polonais se vante de supporter vaillamment le supplice de la chèvre inventé par les Suédois pendant la guerre de Trente ans (d'après sans doute la scène qui est racontée dans les aventures du Simplicissime). Quelqu'un relève le défi, et le Polonais doit se soumettre à cette épreuve. Mais au bout d'une demi-minute de cette séance, il se déclare vaincu[81].

Le patient de l'Hôpital de Hudson River[modifier | modifier le code]

Un article publié en 1903 dans le New York Times décrit les sévices subis par un patient suicidaire interné au Hudson River State Hospital. En proie à des crises, il avait été attaché sur son lit pour sa propre sécurité. Alors qu'il était ainsi immobilisé, l'un des employés de l'hôpital, Frank A. Sanders, se met à chatouiller les orteils du patient. "Sanders aurait confessé qu’en état d’ivresse, il s’amusait à chatouiller les pieds et les côtes de Hayes et à lui tirer le nez," écrit le journal. Mais Sanders s'autorise également à donner des coups à sa victime, lui laissant des ecchymoses aux yeux. Pendant qu'il s'acharne sur le malade, Sanders est cependant arrêté par un collègue, et traduit plus tard devant un grand jury[82].

Josef Kohout au camp de concentration de Flossenbürg[modifier | modifier le code]

Josef Kohout (1915-1994), rescapé du camp de concentration de Flossenbürg pendant la Seconde Guerre mondiale, est témoin de sévices infligés par des gardiens de prison nazis à un codétenu. Commençant par le chatouiller, ils passent ensuite à d'autres tortures qui entraînent sa mort. Les faits sont rapportés dans son ouvrage, publié sous le pseudonyme de Heinz Heger, The men with the pink triangle : "Le premier jeu imposé par le sergent SS et ses hommes consistait à chatouiller leur victime, avec des plumes d'oie, sous la plante des pieds, entre les jambes, sous les aisselles. Au début, le prisonnier se força à rester silencieux, tandis que ses yeux frémissaient de peur et que les SS le tourmentaient à tour de rôle. Enfin, ne pouvant plus résister, il finit par rire à gorge déployée, d'un rire qui s'est rapidement transformé en un cri de douleur."[83]

Ce témoignage est commenté par l'historien des médias Kylo-Patrick Hart dans son article sur l'histoire du traumatisme causé par la persécution nazie et l'internement d'environ dix à quinze mille homosexuels dans des camps de concentration durant la Seconde guerre mondiale[84].

La torture du chatouillement : fable ou réalité ?[modifier | modifier le code]

Si l'on fait la synthèse des différents éléments tangibles réunis dans le présent article, une torture ou un supplice du chatouillement ne semble pas être réellement attestée dans les sources. Son emploi hypothétique pendant la Guerre des Cévennes ou par les Frères de Moravie repose sur des mentions non documentées : seul Catrou la situe chez les Frères de Moravie, seul Haller la situe chez les Trembleurs des Cévennes, à partir sans doute d'anecdotes peu fiables. Le récit du Simplicissime n'est pas à prendre comme un témoignage historique, mais s'inscrit dans un style littéraire d'allure humoristique : il s'agit plutôt, pour l'auteur, de mettre en relief la naïveté d'un personnage qui ne perçoit pas la réalité des évènements. La torture du scarabée ne produit pas le chatouillement décrit par Fodéré. Il reste celle de la chèvre, qui conserve une ambiguïté : les criminalistes décrivent un stade ultime bien éloigné d'un quelconque chatouillement et dont on a vu les effets inhumains. Quant au premier stade, certains auteurs le jugent incommodant sans fournir plus de précision. On note une certaine contradiction entre ceux - nombreux - qui la présentent comme "sans danger" pour l'intégrité du corps, tout en la qualifiant d'atroce (et même d'atrocissimum), et ceux qui nous parlent de lésions extrêmes où les chairs sont retirées jusqu'à mettre les os à nu, dont on ne voit comment elles ne pourraient pas laisser de séquelles. Pour Döpler, le patient ne peut d'ailleurs plus, après cela, se servir de ses pieds. Aussi Zacchias précise-t-il que cette torture ne cause aucun dégât corporel à condition qu'elle soit arrêtée à temps. Selon lui - et il est le seul à le préciser - avant même d'être arrivé à ce stade, le commencement serait en lui-même incommodant, procurant du dégoût ou de l'aversion (taedium). Cette incommodité initiale doit-elle être assimilée au chatouillement ? Aucun auteur ne le précise. Seul Zwingler parle d'un "rire sardonien allant jusqu'à l'évanouissement". Seulement Zwingler n'écrit pas dans le cadre d'un traité judiciaire, ou médico-légal, et il situe même cette torture de la chèvre parmi celles de l'antiquité ou des pays lointains, renvoyant d'ailleurs aux anecdotes de Bonfini sur Dracula, ce qui laisse entendre que sa description ne lui est pas parvenue via les pratiques judiciaires de son temps, mais par des récits colportés. Enfin, la médecine, depuis le début du vingtième siècle, ne croit pas à un "danger" que représenterait le chatouillement.

Dans les arts et la littérature[modifier | modifier le code]

Il serait fastidieux de faire la liste de toutes les scènes de torture par chatouillement rencontrées au cinéma, dans des émissions de télévision, dans les dessins animés, etc. Il en existe des dizaines répertoriées pas certains amateurs dans les forums de discussion. Les exemples qui suivent font partie des cas les plus marquants, en terme d'impact auprès du public ou d'importance dans l'histoire culturelle.

Dans les arts du spectacle[modifier | modifier le code]

Pierrot assassin de sa femme[modifier | modifier le code]

Pierrot assassin de sa femme, ilustration d'Adolphe Willette (1888).

Dans cette pantomime, Pierrot rentre chez lui après l'enterrement de Colombine qu'il a assassinée en la chatouillant. Sombre, il se remémore l'assassinat et revit toute la scène : il ligote, de façon imaginaire, sa femme sur son lit, et la chatouille sous la plante des pieds jusqu'à la mort, se jetant lui-même sur le lit pour mimer les contorsions et l'agonie de la suppliciée[85]. Paul Marguerite interprète cette pantomime le 2 mars 1888 au Théâtre-Libre, accompagnée d'une musique de Paul Vidal. Plus d'un siècle plus tard, la compagnie Le Mat ressuscite cette œuvre au festival d'Avignon en 2016.

Le livret est d'abord publié en 1882, accompagné d'une épigraphe de deux vers : "L'histoire du Pierrot qui chatouilla sa femme, Et la fit, de la sorte, en riant, rendre l'âme," extraite d'une arlequinade en un acte de Théophile Gautier, Pierrot posthume. En 1910, publiant un recueil de ses sept pantomimes, Paul Margueritte raconte dans un préambule comment lui est venue sa vocation pour le mime, après avoir interprété au théâtre le Pierrot posthume de Théophile Gautier, et avoir reçu les encouragements de Mallarmé. Puis il explique les sources d'inspiration de l'argument de son "tragique cauchemar" : les deux vers de Théophile Gautier et un conte tragique du commandant Rivière [Note 72],[86].

L'origine du scénario se trouve ainsi en partie dans le Pierrot posthume de Théophile Gautier, coécrit avec Paul Siraudin, et créé le 4 octobre 1847 au Théâtre du Vaudeville, repris sur la même scène en 1864, publié pour la première fois en 1855, puis l'année de sa mort, dans le recueil Théâtre : mystère, comédies et ballets en 1872[87]. En réalité, Margueritte a détourné les deux vers de Gautier, et même inversé l'histoire originale : Arlequin tente de séduire Colombine, femme de Pierrot. Ce dernier, désespéré, songe au suicide. Passant en revue différents moyens de se tuer, il se souvient qu'il a lu "dans un conte du temps L’histoire d’un mari qui chatouilla sa femme Et la fit, de la sorte, en riant rendre l’âme…". Trouvant ce genre de mort "propre, gai, gentil", il décide de se suicider en se chatouillant lui-même. Il commence à s'exécuter lorsque Colombine le surprend et le réprimande[Note 73],[88]. Margueritte conserve de la scène originale le mime de Pierrot en train de se chatouiller.

En revanche, le "conte du temps" où un mari fit mourir sa femme en la chatouillant, paraît avec évidence renvoyer à la fameuse affaire criminelle dont le bruit courait depuis 1839 (voir ci-dessus) et qui a durablement marqué les esprits tout au long du dix-neuvième siècle.

L'autre source d'inspiration de Marguerite est une nouvelle d'Henri Rivière, Pierrot, paru en 1860, où Charles Servieux, ami fictif du narrateur, s'imaginant lui-même à la place de Pierrot sur la scène du théâtre, toujours désireux de tirer vengeance de son rival et de Colombine, raconte comment il a impressionné son public imaginaire par un rire frénétique se transformant "en ces convulsions sans nom de la femme que son mari attache la nuit sur un lit et qu´il fait mourir lentement en lui chatouillant la plante des pieds"[Note 74],[89].

Par ailleurs, la figure du Pierrot assassin tire son origine d'un autre fait divers survenu en 1836 lorsque le mime Debureau, célèbre interprète de Pierrot, tue accidentellement d'un coup de canne un ivrogne, rue de Bagnolet. Les Funambules se saisissent de l'affaire en la reproduisant sur scène dans la pantomime Marchand d'habits, où Pierrot, sans le sou, ne pouvant séduire une dame du monde faute de vêtements adéquats, finit par assassiner à coup de sabre un marchand d'habits ambulant afin de s'emparer de la toilette nécessaire. La pantomime est abondamment commentée par le même Théophile Gautier dans sa critique parue dans la Revue de Paris[90]. Il aura donc fallu deux faits divers, une pantomime, une arlequinade et une nouvelle, pour converger vers la pantomime "fin de siècle" et "hoffmanienne" de Paul Margueritte.

Celle-ci ne passe pas inaperçue, et donne lieu à plusieurs illustrations parues dans La revue illustrée[Note 75] : deux planches lithographiques d'Adolphe Willette, et une autre planche signée Henri Thiriat et Henri Lanos, ainsi que des illustrations d'Adolphe Willette dans la partition de Paul Vidal[91],[92],[93].

François Ier[modifier | modifier le code]

Le film François Ier de Christian-Jaque, sur un scénario de Paul Fékété, sorti en 1937, a marqué durablement le public français, à cause de la fameuse scène de la chèvre. Honorin, doublure de peu de talent, doit remplacer le rôle-titre de l'opérette François Ier, où il doit donner la réplique à l'héroïne de la pièce, la Belle Férronnière, maîtresse du roi. Pour l'aider à mieux camper son personnage, le magicien Cagliostro l'envoie à Amboise à la cour de François Ier, où il se fait passer pour le duc de Meldeuse. Il est alors logé chez le terrible Ferron, le mari cocu de la Belle Ferronnière. Cette dernière se sert d'Honorin pour attirer sur lui l'attention du mari jaloux, et détourner ses soupçons de sa relation secrète avec le roi. Irrité par cet amant de pacotille, et surtout intrigué par son dictionnaire Larousse dont Honorin se sert pour épater la Cour et lire l'avenir de plusieurs personnages, Ferron décide de l'attirer dans les souterrains de sa demeure, ancien manoir féodal, pour le soumettre à un interrogatoire sous la torture. Il espère ainsi se rendre maître du livre "magique", dont le nom "la Rousse" lui semble d'ailleurs diabolique. La torture, assez singulière, choisie par Ferron pour faire parler Honorin, est celle où une chèvre doit lui lécher la plante des pieds, au préalable arrosée d'eau salée. "C'est le supplice auquel l'homme le plus courageux ne peut résister plus de cinq minutes", annonce-t-il. Heureusement, le fantôme Jules, ancien chevalier errant auquel Honorin a rendu un grand service, vient à son secours, et le délivre des mains de Ferron.

Deux affiches ont été réalisées pour ce film produit par Gray films, l'une de Xarrié pour la sortie en 1937, et l'autre signée Guy-Gérard Noël (1912-1994) pour la reprise en 1945.

Publicité pour le chocolat light de Poulain[modifier | modifier le code]

En 1990 est diffusée à la télévision en France une publicité pour Poulain light, simulant une scène de torture du chatouillement par la chèvre : dans un souterrain lugubre, un homme habillé d'un smocking, arrimé à une table par des sangles de cuir, et tenant à la main une tablette de chocolat light de Poulain, est interrogé sous la torture par deux femmes en tenue de soirée. Tandis qu'une chèvre lui lèche la plante des pieds, ses deux tortionnaires le forcent à vanter, au milieu des contorsions d'un rire convulsif, les mérites aussi bien gustatifs que diététiques du nouveau chocolat allégé de Poulain[94].

Dans l'iconographie[modifier | modifier le code]

Excoffon dans les Mémoires de Monsieur Claude, et Une semaine de bonté de Max Ernst[modifier | modifier le code]

Dans la seconde édition des apocryphes Mémoires de Monsieur Claude, parue en 1884, le récit de l'affaire Excoffon (voir ci-dessus "Affaires criminelles") est illustré d'une gravure signée A. F. (peut-être Alphonse François[Note 76]) représentant la scène où l'assassin chatouille sa femme après l'avoir attachée à son lit, la scène ayant pour témoin le voisin indiscret censé l'observer par le trou d'une serrure.

La configuration de la scène n'est pas sans rappeler la lithographie d'Adolphe Willette pour illustrer Pierrot assassin de sa femme dans La Revue illustrée, quatre ans plus tard.

Cette gravure fait partie des 184 images découpées et réemployées par Max Ernst en 1933 pour son roman-collage Une semaine de bonté[95], dans la série du Lion de Belfort du premier cahier, où il dénonce, par des scènes de violence, meurtre, torture, etc., la montée du nazisme en Europe[96],[97]. L'ouvrage est publié en 1934 en cinq cahiers[98].

Musées de figures de cire : The London Dungeon et Les martyrs de Paris[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, le London Dungeon, musée des horreurs historiques de Londres, compte parmi ses figures de cire consacrées à l'histoire de la torture, un simulacre de torture de la chèvre : un homme est attaché sur un banc tandis qu'une chèvre lui lèche la plante des pieds. Une bande sonore angoissante diffuse les gémissements du torturé, et l'on peut lire sur un cartel la description, conforme à l'histoire, de cette torture où la langue abrasive de la chèvre, à force de lécher, finit par emporter des morceaux de chair. En 1992, une annexe de ce musée, reproduisant les mêmes statues de cire, est ouverte de façon éphémère à Paris, au forum des Halles, sous le nom des Martyrs de Paris[99].

L'emploi de figures de cire pour représenter des scènes de torture n'est pas nouveau puisqu'en 1866, le Musée de M. Talrich au Palais-Royal, consacré entièrement à la reconstitution de scènes historiques, compte dans son sous-sol une "Chambre de la Question" d'un palais de justice du XVe siècle, où est simulée une mise à la question par l'eau. Une recension de Paul de Saint-Victor parue dans La Presse consacre quelques lignes à l'ouverture de cette nouvelle salle ainsi qu'à la monographie que Charles Desmaze vient alors de publier sur le sujet[100],[101].

Les scènes allemandes de pilori[modifier | modifier le code]

Le Kriminal Museum de Rothembourg, en Allemagne, connu pour sa collection d'anciens piloris, conserve un dessin anonyme où l'on voit un condamné (au dix-septième siècle, d'après le costume des personnages), les pieds nus enfermés dans un carcan, exposé à la fantaisie des passants. Une chèvre amenée par un enfant lui lèche la plante des pieds, tandis qu'un autre enfant lui chatouille le visage avec un brin d'herbe. Le dessin est daté du vingtième siècle (selon la notice du musée).

Une gravure, d'après un dessin signé de Carl Boppo (1840-1928), publiée en 1889 dans le journal familial illustré Das Buch für Alle, représente le même genre de scène : un condamné, les jambes et les poings emprisonnés dans un carcan, est exposé aux vexations de la foule. Un bouffon lui chatouille le nez à l'aide d'une plume de paon. La scène, intitulée Die Strafe des Händelsüchtigen ("Le châtiment du marchand") est censée se dérouler en 1520[102].

Fétichisme du chatouillement : Knismolagnie, knismophilie, titillagnie, gargalophilie, gargalolagnie[modifier | modifier le code]

En raison du très faible nombre de publications sur le sujet, cette partie reprend en partie les éléments d'un article en ligne du psychologue spécialiste des addictions comportementales Mark D. Griffiths[103].

Parmi les nombreuses paraphilies existantes, l'une, peu étudiée, a pour objet le chatouillement. On la nomme knismolagnie, ou knismophilie, du grec knismos, knesmos, xysmos, "prurit, démangeaison, danse", et philein, "aimer" ou lagneia, "débauche". On rencontre plus rarement le mot "titillagnie", du latin titillo, "chatouiller". En revanche, les formes "gargalophilie" et "gargalolagnie" du grec gargalizein, "chatouiller", paraissent très peu employées.

Le professeur de médecine légale Anil Aggrawal définit la knismophilie comme une paraphilie où l'excitation et le plaisir sexuel sont procurées à l'aide du chatouillement[104]. Dans une autre publication scientifique, Lisa Shaffer et Julie Penn proposent un système de classement des paraphilies où elles mentionnent spécifiquement l'acarophilie (paraphilie du prurit) et la knismolagnie pour les exclure du champs de la délinquance sexuelle[105].

Le docteur Griffiths évoque, quant à lui, un croisement éventuel avec le fétichisme du pied et le fétichisme des aisselles, et même d'une façon générale avec le sado-masochisme au vu des nombreux sites internets pornographiques où la knismolagnie s'exprime principalement autour du fantasme d'une torture du chatouillement mettant en scène des victimes, généralement immobilisées, et des bourreaux qui leur font subir le chatouillement.

L'univers fétichiste des chatouilles : artistes, industrie pornographique, communauté d'internautes[modifier | modifier le code]

Comme le reste de l'univers fétichiste, l'univers gargalolaniaque suit une trajectoire, au cours du vingtième siècle, initiée par quelques artistes reconnus, au penchant fétichiste, poursuivie par l'industrie pornographique qui a prospéré, à une époque, en Californie, pour aboutir à l'ère d'internet, à la naissance d'une communauté d'internautes, et à la multiplication de producteurs de vidéos, et de dessinateurs amateurs.

Deux artistes reconnus[modifier | modifier le code]

Le photographe américain Elmer Batters (1919-1997), connu pour être l'un des pionniers de la photographie fétichiste à partir des années 1950-1960, mettant particulièrement en valeur les pieds de ses modèles féminins, réserve un petit nombre de ses clichés à des scènes de chatouillement. Aucun de ces clichés, cependant, ne rejoint la sphère sado-masochiste, n'ayant jamais recours au "ligotage" : les femmes s'y livrent entre elles à de simples jeux de chatouillement de pieds. Ces photographies, en couleur ou noir et blanc, sont publiées dans plusieurs ouvrages d'art.

Le dessinateur italien Franco Saudelli (1952-), après s'être essayé à différents univers de la bande dessinée (science-fiction futuriste, genre policier, etc.), crée en 1987 son héroïne favorite et emblématique, La Bionda, au centre de plusieurs albums publiés les années suivantes, évoluant dans un étrange univers futuriste et totalitaire, peuplé quasi uniquement de femmes engagées dans de sombres luttes d'espionnage. Au milieu de cet univers oppressif évolue une sympathique voleuse, La Bionda (ou "la Blonde"), qui tente de tirer son épingle du jeu. Tout est prétexte à des scènes où des espionnes sont inévitablement ligotées et bâillonnées par la Blonde, voire quelques fois interrogées et torturées au moyen du chatouillement des pieds. Le dessin des pieds fait d'ailleurs l'objet, de la part de l'auteur, d'un soin très méticuleux.

L'industrie pornographique[modifier | modifier le code]

A partir des années 1980-1990, quelques sociétés de production pornographique commencent à exploiter le filon fétichiste du chatouillement, et diffusent quelques brochures ainsi que des vidéos, dont l'objet principal est de mettre en scène des femmes ligotées et chatouillées. Ces publications trouvent rapidement leur public, et l'on assiste par la suite à une multiplication des revues et des maisons de production vidéo autour des mêmes thèmes. Avec l'arrivée d'internet, ces sociétés sont cependant distancées par des amateurs fétichistes, dont beaucoup se professionnalisent rapidement, en se livrant à une production massive et industrielle dans une perspective marchande. Le phénomène déborde alors largement des Etats-Unis et se répand en Europe et en Amérique du Sud.

Une communauté d'internautes et de dessinateurs amateurs[modifier | modifier le code]

Avec l'arrivée d'internet, le public fétichiste des chatouilles se regroupe rapidement pour former une "communauté" internationale, se retrouvant sur des forums de discussion anglophones. Outre les discussions consacrées au chatouillement, les internautes font circuler des dessins, dont ils sont parfois les auteurs, publient des histoires qu'ils ont composées, répertorient des scènes de chatouillement retrouvées dans différents médias : films, dessins-animés, émissions de télévision, publicités, bandes dessinées. Les auteurs de dessins, de niveaux très variés, mettent en ligne massivement leurs créations depuis les années 2010 sur le site DeviantArt. Un magazine, créé à la fin des années 1990, Tales from the asylum, the definitive source for tickling fiction & art, commercialise les planches de certains d'entre eux, avant d'être repris ensuite par MTJ publishing, maison d'édition regroupant de multiples séries dessinées, toutes consacrées au chatouillement (en général des simulacres de torture par le chatouillement).


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « On ne sauroit randre la raison du ris, qui est excité par un objet de choses vaines & sottes, ny de quelconque autre ris : moins de celuy qui est fait par le chatoulhemant des esselles, & plantes des piés »
  2. " S’il est encore en physiologie quelque point obscur, quoique souvent discuté, c’est, sans contredit, la théorie des sympathies. Il est très-présumable que les ressorts qui les mettent en jeu nous seront longtemps, pour ne pas dire éternellement cachés."
  3. "Il en est des sympathies comme des attractions ou des affinités chimiques ; nous ignorons leur nature intime, leurs effets nous sont parfaitement connus."
  4. « … l’œil et l’oreille sont les seuls et uniques sens propres à transmettre au cerveau les sensations d’où naît en dernier résultat l’idée fugitive du risible. Un seul organe aussi transmet à l’encéphale les impressions exercées par les causes physiques du rire. Cet organe, c’est la peau. Toutes les causes qui agissent sur la peau de manière à exciter le rire se réduisent véritablement à une seule, le chatouillement ou la titillation de cet organe éminemment sensible : c’est le seul genre d’excitation mécanique qui puisse l’occasionner. Je parle toujours et exclusivement du rire physiologique (…). Il n’y a que la titillation de la peau qui provoque le rire sympathique (…) Chatouillez la membrane pituitaire, vous allez déterminer l’éternuement. Titillez l’arrière-bouche ou l’extrémité de la luette, vous ferez vomir. Irrite-t-on légèrement l’intérieur du conduit auriculaire externe, on donne lieu à la contraction forcée des muscles du visage, on fait grimacer. La titillation des lèvres sur leurs bords vermeils aura le même résultat. Jamais le rire ne sera l’effet de ces sortes d’excitations mécaniques. Je dis que le chatouillement est le seul mode d’excitation cutanée susceptible de produire le rire. (…) Les pressions, le massage des différentes parties du corps, les frottemens, les frictions, l’action de gratter, les irritations diverses exercées sur la peau, ou seront sans effet, ou détermineront un sentiment agréable qu’exprimera quelquefois le sourire, ou bien enfin susciteront une sensation pénible, une douleur véritable. Mais pratiquez sur cet organe, si facilement impressionnable, quelques attouchement légers et instantanés, exercez une titillation délicate et alernative, parcourez-en doucement la surface de manière à ce que vous ne fassiez que l’effleurer en quelque sorte ; vous allez produire une impression à la fois agréable et incommode, et qui aura pour effet sympathique la contraction subite et simultanée des muscles respirateurs et faciaux, d’où va résulter l’acte vraiment convulsif du rire lui-même. (…) C’est pour l’ordinaire le chatouillement de la plante des pieds, des hypocondres et des côtés de la poitrine, de la partie antérieure du cou, des aisselles, etc., qui provoque le rire »
  5. La croyance dans le "rire diaphragmatique" ou "sardonique", causé par la "blessure du diaphragme" et conduisant à la mort dans des convulsions atroces, est écartée à partir du dix-neuvième siècle par Denis-Prudent Roy. Voir également : Les fonctions de la vie : les curiosités de la médecine, tome 3, vol. 3 (Diaphragme), d'Augustin Cabanès : "Roy (...) fut l'un des premiers à battre en brèche la théorie du rire diaphragmatique".
  6. « se multiplient alors les études sur le moral de l’homme et sur son rapport avec la « machine » : A cette époque, on en reconnaît l’évidence, même si le mécanisme de cette relation (et surtout sa pathologie) reste obscur pour la plupart des savants qui abordent ce problème. De toute façon, qu’ils appartiennent au courant vitaliste, animiste, ou bien mécaniste, tous les médecins sont d’accord pour affirmer que, par l’intermédiaire des nerfs, un rapport d’influence réciproque s’établit entre le physique et le moral : si les pathologies morales peuvent donc provoquer des affections corporelles et vice-versa, il est aussi vrai que les remèdes offerts au corps sont bénéfiques pour l’esprit et que les secours prêtés à ce dernier apportent des bienfaits au corps. C’est à partir de cet effort pour « recomposer » l’homme après une longue tradition dualiste instaurée par le christianisme, que s’affirme une médecine « morale » que nous n’hésiterions pas à qualifier déjà de médecine psychosomatique, entendue comme recherche portant sur l’interaction entre facteurs organiques et psychologiques. »
  7. "On verra ailleurs des épilepsies produites par le chatouillement, & M. Kloeckof en a vu résulter des ris convulsifs qui occasionnèrent des convulsions mortelles (en note : De morbis animi, p. 52)."
  8. Dans son chapitre 5 : "A savoir si c’est un vray ris, celuy du chatoulhemant".
  9. Qu'il nomme "Niccolo Florentino", que l'on ne doit pas confondre avec le sculpteur et médailliste du même nom.
  10. François Valleriole ou Valériole (1504-1580), natif et docteur de l'université de Montpellier, commentateur de Galien, et professeur royal de médecine à l’université de Turin, où il termine ses jours.
  11. « l’esprit est ému d’avoir comprins une chose plaisante (savoir le doux attouchemant, & maniemant de ces parties-là) (…) je ne vois aucun ampechemant, que la légitime nature du ris ne luy conviene fort bien. »
  12. "Le rire produit par le chatouillement est un phénomène évidemment sympathique (…) ; mais par cela seul qu’il tient à l’existence des sympathies, cet acte offre dans son explication beaucoup d’obscurités : disons-le plutôt, il est tout à fait inexplicable. (…) On sera toujours étonné de voir le chatouillement et la conscience d’une idée plaisante déterminer le même effet physiologique ; mais il faudra se contenter de savoir cela. (…)"
  13. "(…) Suivant Aristote (1), le rire suit le chatouillement des hypocondres, parce que là la peau est plus mince, plus délicate, et recouvre les attaches du muscle diaphragme, considéré comme organe du rire ; mais nulle part cette membrane n’est plus épaisse qu’à la plante des pieds, et la titillation de cette région excite presque infailliblement le rire ; mais cette même région est fort éloignée du diaphragme, et le chatouillement des genoux, des aisselles, du cou produit aussi le même effet ; mais, etc. La théorie du rire sympathique a toujours fort embarrassé les anciens, quoiqu’ils aient hasardé sur l’explication de ce phénomène beaucoup de conjectures toutes plus bizarres les unes que les autres. Mais quelque ingénieux, quelque subtils qu’aient été leurs raisonnemens, il s’est toujours trouvé de grandes difficultés à vaincre. Ce sont ces difficultés qui ont porté quelques-uns d’entre eux à faire du rire né d’une sensation affective et du rire produit par le chatouillement deux actes tout différens. Le premier, qu’ils ne distinguaient pas du sourire physiologique, a été appelé par eux rire véritable ; le second a reçu de quelques-uns la dénomination de rire bâtard. Je crois ces deux états distincts uniquement par la nature de leurs causes excitantes ; au fond ils ne constituent qu’un seul et même acte. (…) Le rire qu’excite le chatouillement est toujours entièrement involontaire, quelque effort que l’on tente pour en maîtriser l’impulsion."
  14. p. 197 : Le ris « qui avient du chatoulher, ne peut dépandre de l’appétit sansuël sans attouchemant : ains plutôt de l’autre, sous lequel on loge douleur, & plaisir ou volupté. Car le chatoulher se fait par attouchemant, & cause douleur ou plaisir, ou tous les deus ansamble : comme au gratter quand il démange fort (…) L’attouchemant étrangier ameine quelque déplaisir & facherie, aus parties qui ne l’ont accoutumé, mais étant légier, il fait quelque espèce de faus plaisir : item, de ce qu’il n’offance vrayemant, & que nature se plaît à la diversité. Or il y a diversité : car la main du chatoulheur est suspanduë, ores touchant, ores se retirant. »
  15. qu'il nomme "Christoffle à Vega". Médecin espagnol, professeur à Alcala de Hénarès, chambellan de don Carlos, auteur en 1564 d’un abrégé de médecine, De arte medendi, où il se fait partisan zélé de Galien, contre Thomas de Garbo, Torrigiano et d’autres scholastiques du moyen-âge. Ne doit pas être confondu avec le Jésuite du même nom. Joubert cite cette référence : liv. 2 chap. 1.
  16. « Nature andureroit mieus le chacun à-part, ores douleur, & tantôt volupté. (…) de deux contraires qui sont au chatoulher, lequel est le supérieur, volupté ou douleur ? Quelle partie premièremant émeuë du chatoulher, excite ce ris batard ? (…) »
  17. Dans son chapitre 6, Sis problèmes du chatoulhemant : « Mais n’y ha il pas l’un des contraires qui surmonte l’autre, de sorte qu’il y ait plus de douleur au chatoulhemant que de volupté ? Il samble qu’ouy, puis que le chatoulhemant déplaît. Mais il émut le ris (quoy que ce ris ne soit pas légitime) lequel provient de raréfaction & dilatacion de la partie attainte, comme l’on dit. Or volupté est celle qui épanit ; la douleur resserre & contraint. Il faut donc nécessairemant que (…) ce ris batard soit l’effait de la volupté, plus grande que n’est la douleur. Vray est que cette volupté déplaît (…). »
  18. Dans sa Physiologie des sensations et des passions.
  19. Il renvoie ici à Buffon, et à son Histoire naturelle (Partie hypothétique, second mémoire)
  20. op. cit. p. 257
  21. op. cit. p. 130-132 « Aucunes fois le ris dure si longuemant, que de grand’ émocion & peine, il samble que le poumon se doive rompre, & qu’il ne puisse baster à la respiracion : par ce qu’il ne peut aller si vite que le cœur. Le diaphragme aussi ne peut bonnemant fournir à l’attraccion de l’air, & tous les muscles de la poitrine sont déjà bien lassés. Vous diriés que tout et brisé, fracassé, déchiré : les coutés & le vantre se deulent (…) : le ris déplaît, & on crève. An cela y a bien assés de quoy évanouïr, avec la perte des espris, & la faute de respirer (…) : de sorte qu’on et près d’étouffer, si le ris continue. Et voilà d’où provient la mort, si elle peut ansuyvre le ris (…). Mais ne peut-il ainsi quelquefois avenir, que augmantées les causes de l’évanouyr par une véhémance du ris continué, la mort s’an ansuive tout à fait ? (…) Toutesfois, nous ne voyons guières, qu’on meure d’une grand’ risée, si ce n’est pour le chatoulher. »
  22. "J’ay ouy parler d’un jeune homme que deus garses chatouilhèrent importunémant, jusqu’à tant qu’il ne dit plus mot. Elles pansoient qu’il fut évanouy, quand ébahies le connnurent mort étouffé."
  23. Citation complète : "C’est toutesfois un grief mal, quand on est contraint de l’andurer longuemant : dont il n’est fort étrange ce qu’on m’ha dit, d’un jantil-homme qui voulut donner un coup de pognard à un sien familier, qui le chatoulhoit trop : mais il n’eut pas la force, étant rompuë de ce ris, & un autre luy ota le pognard. Or que quelques-uns soient grandemant offancés du chatoulhemant, il est montré assés évidammant, de ce qu’ils an peuvent être réduis à telle extrémité de tourmant, que la mort s’an ansuyvra (…)"
  24. Peut-être dans son traité De partibus corporis humani sensilibus et irritabilibus, 1752, qui étudie l'irritabilité et la sensibilité des nerfs ? La source reste encore à vérifier.
  25. op. cit. "Ne sait-on pas en effet que, sous Louis XIV, on tourmentait les réformés des Cévennes en les liant sur un banc et en leur chatouillant la plante des pieds, jusqu’à ce que, subjugués par cette insupportable épreuve, ils changeassent d’opinion ? Plusieurs d’entre ces malheureux périrent victimes de leur incrédulité, au milieu de convulsions épouvantables et de ris immodérés.(...)". Ajoutant plus loin : « Or, M. Richerand qui, en parlant des effets des passions sur l’homme, rapporte l’exemple des réformés des Cévennes, n’a sûrement pas fait cette remarque. Et en effet, que l’impression du chatouillement procure, ainsi que je l’ai remarqué d’après Lecat et autres auteurs, une espèce de sensation mixte dans laquelle le plaisir et la douleur paraissent se confondre, ce n’en est pas moins une sensation toute physique ; et dans la torture qu’elle nous fait éprouver, l’une des plus cruelles peut-être, on ne peut pas dire, je crois, que l’âme ait la conscience de quelque sentiment affectif agréable (…) ». Il renvoie à l'op. cit. de Richerand, 4e éd., t. II, p. 184.
  26. op. cit. : "(...) nous savons que c’est en déterminant par le châtouillement un rire inextinguible qu’on faisait périr les Calvinistes des Cévennes."
  27. Extrait de la notice Chatouillement : « Mode d’excitation de la sensibilité qui peut devenir funeste lorsqu’il est porté à l’excès. L’histoire nous a conservé le terrible souvenir du genre de supplice qu’endurèrent un grand nombre d’habitants des Cévennes qui ne voulurent point abjurer leur foi religieuse. On les attachait, puis on leur chatouillait la plante des pieds, le nombril, les aisselles, etc. et la mort survenait précédée d’affreuses convulsions. Le chatouillement porté à l’excès est donc fort dangereux, et peut déterminer chez les personnes nerveuses des affections épileptiques, hystériques et convulsives. »
  28. Dans la notice "Chatouillement" : « Le chatouillement continu et prolongé peut occasionner des mouvements convulsifs et même la mort. Il a été employé comme supplice, notamment sur les Trembleurs des Cévennes. »
  29. Extrait de la notice Chatouillement : « Si le chatouillement est continué plus longtemps, il détermine des cris, des mouvements convulsifs ; enfin on l’a vu suivi quelquefois de convulsions violentes et prolongées, et même de la mort. Pendant les guerres religieuses des Cévennes, un des supplices les plus usités était le chatouillement sous la plante des pieds. Le chatouillement est quelquefois employé en médecine en cas de syncopes, d’asphyxie, etc. »
  30. op. cit., à propos des convulsions mortelles provoquées par le rire : « Ces exemples rappellent un genre de mort imaginé par les frères de Moravie, secte d’Anabapstistes, qui pour ne pas répandre le sang, chatouilloient le coupable jusques à la mort (en note, il renvoie vers St. Foix, essays sur Paris, t. 5 p. 54). »
  31. op. cit., après avoir évoqué la Guerre des Cévennes, il enchaîne : "Ce singulier supplice était en usage chez certains peuples qui avaient horreur du sang. C’était, dit-on, celui qu’employaient autrefois les frères Moraves."
  32. op. cit., p. 318 : « Au moyen âge les frères Moraves, secte d’anabaptistes qui avaient horreur de l’effusion du sang, avaient imaginé de faire périr les condamnés au dernier supplice par le chatouillement des pieds. Une fois le spasme commencé, la respiration s’embarrassait et il survenait une asphyxie promptement mortelle », et il ajoute en note : Sainte-Foix, Essais historiques, t. V, p. 54.
  33. op. cit. p. 54
  34. L'auteur du présent article n'a pas encore consulté l'ouvrage du père Catrou, mais l'on peut s'attendre à ce que le passage concerné soit rédigé à peu près dans les mêmes termes que cette recension du Journal des Savants.
  35. On ne doit pas les confondre avec ceux que l'on nomme aujourd'hui les Frères Moraves ou Frères Tchèques, qui sont les héritiers du hussisme.
  36. Voici un large extrait de cet article : « L’établissement des Anabaptistes en Moravie fait un des plus beaux morceaux, & des plus travaillez de tout cet ouvrage. Hutter & Gabriel eurent le soin de conduire cette colonie, laquelle arrivée dans le pays se partagea en plusieurs habitations ou colonies particulières. Ces deux hommes célèbres dans leur parti, ont eû des disciples qui portoient leur nom. Hutter forma les Hutteristes, & Gabriel ceux qu’on a appellez Gabrielistes. En 1630, les Frères de Moravie eurent avec un établissement fixe, une forme de vie réglée, soit pour le gouvernement extérieur, soit pour les sentimens qu’ils empruntèrent de Hutter (…) » (il décrit ensuite le mode de vie des Frères de Moravie, et leurs lois). « S’il arrivoit un homicide parmi les frères, on punissoit de mort le meurtrier ; mais le genre de son supplice étoit très-singulier, & imaginé bizarement, pour ne pas répandre le sang humain ; car on chatoüilloit le criminel jusqu’à ce qu’il en mourût. Ces Colonies subsistèrent assez long tems ; mais le déreglement s’y glissa peu à peu ; & lorsque l’Empereur Ferdinand les chassa de Moravie, leurs divisions propres & leur mauvaise conduite étoient sur le point de les dissiper. »
  37. p. 220 : "Le seul Balée eut assez de courage, pour pénétrer à l'intérieur de nos Provinces. On ignore dans sa secte le succès de sa prédication, & l'on n'a point encore été instruit du lieu de sa résidence. On présume seulement qu'il s'est joint aux Fanatiques des Cévennes, & qu'il a introduit, dans ces contrées rebelles, le Fanatisme des Trembleurs."[1]
  38. L'édition n'est pas entièrement fiable, et il faut attendre la publication en 1884-1904 du manuscrit original, en 6 volumes, par le marquis de Vogüé, sous le titre des Mémoires du maréchal de Villars pour accéder au texte authentique. Cependant cet extrait de l'édition de 1784, et la transcription de la lettre qu'il contient, rendent compte des idées qui circulaient alors sur le compte des "trembleurs".
  39. Année 1704. Exemples singuliers de fanatisme. p. 324-325 « Le Subdélégué de Lunel entrant un jour [dans les prisons] brusquement, trouva tous les Camisards prisonniers à genoux, dans le plus grand silence, autour d’un de leurs Prophètes, qui, couché à terre, trembloit & faisoit des contorsions effroyables. [Il cite la lettre du Subdélégué à M. de Chamillard, du 25 septembre] : « J’ai vu, dans ce genre, des choses que je n’aurois jamais crues, si elles ne s’étoient passées sous mes yeux ; une ville entière, dont toute les femmes & les filles, sans exception, paroissoient possédées du diable. Elles trembloient & prophétisoient publiquement dans les rues. J’en fis arrêter vingt des plus méchantes, dont une eut la hardiesse de trembler & prophétiser pendant une heure devant moi. Je la fis pendre pour l’exemple, & renfermer les autres dans les hôpitaux »
  40. Et d'ailleurs, cette même année 1784 paraît une Lettre sur le magnétisme animal par l'avocat Galart de Montjoie, adressée à Bailly, l'un des commissaires du roi, où il prend la défense de Mesmer. Au titre figure en bonne place une longue épigraphe de Haller.
  41. On pourrait se demander, par exemple, si au fil du temps, à quelques décennies de distance, les convulsions, bien réelles, observées chez les "trembleurs" dans leurs moments de transe prophétique, ne seraient pas devenues des convulsions provoquées par une énigmatique - et peut-être imaginaire - torture du chatouillement (hypothèse de l'auteur de cette notice).
  42. Dans un article paru en 1961 dans le magazine grand public Popular science, le journaliste George J. Barmann fait encore mention de la Guerre des Cévennes : « Dr. Feldman [Dr. Sandor S. Feldman of the University of Rochester Medical Center, New York] speaks of people being tortured by tickling during religious persecutions in Cevennes, in Southern France, in 1760.  Some of these may have been tickled to death - by being thrown into fatal convulsions or suffering a heart attack from the strain of the ordeal. Another authority notes that many Roman gladiators died laughing - a reflex action from wounds in the abdomen, a touchy part of the body. » En dehors de l'imprécision historique de ce commentaire (situant la Guerre des Cévennes en 1760, alors qu'elle s'est terminée en 1704), l'auteur rappelle, sans recul ni source, cette ancienne croyance sur le "rire diaphragmatique" ou "sardonique", c'est-à-dire provoqué par la "blessure du diaphragme" (remontant à Pline l'Ancien), écartée depuis le dix-neuvième siècle par Denis-Prudent Roy (voir la note 5). Dans son ensemble, l'article ne cite aucune source précise.
  43. Consulter les renseignements bibliographiques sur la page Les Aventures de Simplicius Simplicissimus.
  44. Texte original : « (...) es hatte jeder sein eigene invention, die Bauren zu peinigen / und also auch jeder Bauer seine sonderbare Marter : Allein mein Knan war meinem damaligen Beduncken nach der glückseeligste / weil er mit lachendem Mund bekennete / was andere mit Schmertzen und jämmerlicher Weheklag sagen musten / und solche Ehre widerfuhr ihm ohne Zweiffel darumb / weil er der Haußvatter war / dann sie setzten ihn zu einem Feuer / banden ihn / daß er weder Händ noch Füß regen konte / und rieben seine Fußsolen mit angefeuchtem Saltz / welches ihm unser alte Geiß wieder ablecken / und dardurch also kützeln muste / daß er vor lachen hätte zerbersten mögen ; das kam so artlich / daß ich Gesellschafft halber / oder weil ichs nicht besser verstunde / von Hertzen mit lachen muste : Ja solchem Gelächter bekante er seine Schuldigkeit / und öffnet den verborgenen Schatz / welcher von Gold / Perlen und Cleinodien viel reicher war / als man hinder Bauren hätte suchen mögen. »
  45. Catrou publie son ouvrage moins de trente ans après la diffusion massive du roman du Simplicissime, et l'on serait tenté de songer à une interférence entre les deux récits (hypothèse de l'auteur de la présente notice).
  46. « Le feu, l’eau, la corde, la gêne ou la pression, l’insomnie, et même le chatouillement ont été tour à tour mis en usage. »
  47. « Geschahe auf folgende maße : Der Reus wurd auf eine Banck auf den Rücken niedergeleget / und fest angebunden / daß er sich nicht regen konte / Schuhe und Strümpffe ihn außgezogen / und die Fuß-Sohlen wohl mit Saltz-Lake gerieben und gewaschen / auch die Füße fest angemachet / daß er sie weder zu sich zu ziehen / noch damit von sich zu stossen vermochte / hernach führete man eine hungerige Ziege hinbey / welche aus Begierigkeit zum Saltz ihm mit ihrer scharffen Zunge dergestalt hart die Fuß-Sohlen leckte / daß gemeiniglich das Fleisch mit wegging biß auf die Knochen / welches / wie leicht zu gedencken / erschreckliche Pein verursachet / und die Leuthe so zugerichtet / daß sie die Füsse nicht mehr gebrauchen können. » L'auteur de la présente notice, non germaniste, propose provisoirement cette traduction : "Le coupable était allongé sur un banc, solidement attaché. Après lui avoir retiré les souliers et les bas, on lui frottait et enduisait la plante des pieds avec de la saumure. On liait solidement ses pieds de sorte qu’il ne puisse ne les tirer vers lui, ni les mouvoir. Puis on amenait jusqu'à lui une chèvre, préalablement mise à la diette. Celle-ci se mettait à lui lécher avec empressement la plante des pieds si vigoureusement de sa langue âpre, que la chair partait généralement mettant les os à nu, ce qui (comme il est facile de l'imaginer) infligeait une douleur atroce. Les personnes affligées de telles blessures ne peuvent plus marcher." NB : cette expression "wie leicht zu gedencken" se rencontre également dans le Simplicissime.
  48. « Dracula Fürst in Siebenbürgen hat offtmahls denen gefangenen Türken ide Fuß-Sohlen aufschneiden / mit Saltz bestreuen / und von solchen Ziegen lecken lassen / ihnen die Schmertzen zu ergrössern. »
  49. Voyez ce lien : Fichier:Alographia sive Diascepseon de save (1605).jpg
  50. Insuper ad eandem vindicem Salis vim referri poterit percuriosum illud saliti tormenti genus, quo ad extorquendam facti veritatem utuntur iudices in eos, qui de crimine suspecti sunt. Quorum pedis plantam continuo Sale perfusam lingens capra carnem od ossa usque corrodit. Soit : "Pour extorquer la vérité à ceux que l'on suspecte de crimes, les juges leur appliquent un genre de torture où une chèvre leur lèche sans interruption la plante des pieds que l'on a recouverte de sel, rabotant la chair jusqu'à l'os." Version de l'auteur du présent article.
  51. Multo magis molestum fuisse existimo, quod sequitur tormentum ; neque tamen multum habuisse periculi, si modus adhiberetur. Reo discalceato alligatoque, muriam, salitam nempe aquam pedes malefaciebant : fortè etiam sale plantis confricatis, ipso que in scamno optimè vincto, ne loco dimoveri posset, capram ad ejus pedes lingendos admovebant : fiebat enim, ut capra salis aviditate allecta propriæ linguae scabritie plurimum tædii eo linctu afferret, neque facilè tolérabile, neque enim solùm tædium, sed dolorem attulisse vero consentaneum est, cum carnem aliquando usque ad ossa corroderet. Traduction libre de l'auteur de la présente notice : "J’estime beaucoup plus pénible la torture qui suit ; elle est cependant sans danger si on l’emploie avec mesure. Une fois l’accusé déchaussé et ligoté, son tourment viendra de l'eau salée, la saumure, dont on lui aura frotté la plante des pieds. Il est alors solidement ligoté sur un banc d'où il ne peut plus se mouvoir. On amène une chèvre, qui, étant avidement attirée par le sel, se met à lécher ses pieds de sa langue abrasive. La plupart affectent de l'aversion (ou du dégoût) pour être ainsi léchés. [Cette torture] n'est pas aisément supportable, et ne procure, à vrai dire, pas seulement du dégoût (ou de l'aversion), mais évidemment une véritable douleur une fois que les chair ont été arrachées jusqu'à l'os".
  52. « Rursum torturam exercere solent capra quapiam, hoc modo : Torquendum primo scamno illigant : mox illius pedes diligenter aqua salsa proluunt ; deinde capram ipsam salis avidissimam, ipsius plantis admovent lambituram, qui sanè cruciatus fertur atrocissimus, maximeq ; intolerabilis citra ullum corporis periculum. »
  53. "Alii torquent cum lingua caprina hoc modo. Nam lavant pedes rei torquendi cum aqua bene salita seu salsa : postea ligant torquendum super uno scanno pedibus existentibus extra scannum : & faciunt postea q una Capra cum lingua lambit pedes ipsius rei, scilicet plantas pedum : quod libenter facit ista Capra, propter gustum salis : & istud tormentum cruciat reum, & est sine periculo."
  54. « Quidam torquent cum lingua caprina hoc modo, qa lavant pedes torquendi cum aqua bene salita, & ligato torquendo super scamno, faciunt ut capra cum lingua lambat plantas pedum, qd libenter facit, pp aviditatem. salis, & audio q istud est durissimum tormentum & sine periculo. »
  55. L'historienne Esther Cohen, professeur d'histoire médiévale à l'Université hébraïque de Jérusalem, donne une traduction du passage concerné chez Francesco Bruni. Selon elle, la hantise des juges de cette époque (et même, leur "cauchemar") est de voir le prévenu mourir sous la torture, d'où ces longues listes de tortures en distinguant celles qui sont "sans danger" sur la santé du patient, et d'autres plus "dangereuses" qui doivent être appliquées avec précaution et mesure, l'objectif théorique étant d'ailleurs que le suspect devra sortir indemne de la mise à la question.
  56. "Alii torquent cum lingua caprina hoc modo, nam lavant pedes rei torquendi cum aqua benè salita seu salsa, postea ligant torquendum super uno scamno pedibus existentibus extra scamnum, faciunt postea quod una capra cum lingua lambit pedes ipsius rei scil. plantas pedum, quod libenter facit ipsa capra propter gustum salis, & istud tormentum cruciat reum & est sine periculo, de hoc tormenti generi agit etiam, Zwinger. in theatr. humane vitae volum. 28 lib 3 pag. 4312. ibi : infandum tormenti genus esse ajunt, si plantae pedum muria vel aqua salsa optimè perfricentur, admovetur capra, quae salso sapore allecta, lingua aspera incredibilem dolorem excitat, & risu Sardonico deliquium homini inducit. Eo genere tormenti Draculam apud Transylvanos usum tradit Bonfinius."
  57. "infandum tormenti genus esse ajunt, si plantae pedum muria vel aqua salsa optimè perfricentur, admovetur capra, quae salso sapore allecta, lingua aspera incredibilem dolorem excitat, & risu Sardonio deliquium homini inducit. Eo genere tormenti Draculam apud Transylvanos usum tradit Bonfinius"
  58. "Item Turcis saepe captivis, cute pedes exuisse, contusoq. sale praefricuisse, mox lingentes salsis plantis capras adhibuisse, quae linguae asperitate cruciatum augerent."
  59. Dans l'édition française de sa Cosmographie universelle, il donne la version suivante : « Ce Vaivode avoit nom Dracule, duquel on dit des choses mervilleuses : qu’il estoit fort cruel & rigoureux en iustice. Entre autres choses il est dit de luy (…). Item quand il avoit prins quelques Turcs prisonniers, il leur faisoit escorcher la plante des piedz, & les frotter de sel brayé [broyé], & quand ilz se plaignoyent, il faisoyt venir des chièvres, qui leur leschoyent les plantes, pour leur faire encore plus de mal d’autant qu’elles ont la langue rude & aspre. »
  60. L'article, ou plutôt ce courrier de lecteur lançant une charge contre l'Eglise catholique (dans la ligne anticléricale du Radical), est sans doute dénué de valeur scientifique, mais se fait l'écho de découvertes récentes : "N’est-ce pas dans le cerveau des moines (…) que sont nées ces visions de supplices, réalisées par l’Inquisition ? Celui-ci, entre autres : frotter de sel la plante des pieds et les faire lécher par la langue râpeuse des chèvres, ainsi qu’il est révélé par les archives du Saint-Office de Toulouse ?"
  61. Le médecin Havelock Ellis, l'un des fondateurs de la sexologie, cite un large extrait de l'article du psychologue Arthur Allin, dont ce passage : "A number of instances have been recorded of death resulting from tickling, and there is no reason to doubt the truth of the statement that Simon de Montfort, during the persecution of the Albigenses, put some of them to death by tickling the soles of their feet with a feather." (dans ses célèbres Studies in the psychology of sex, vol. 1, part 3 : Sexual selection in man, p. 14, London, W. Heinemann, 1942, publié pour la première fois en 1905). A. Allin ne semble pas invoquer une quelconque source, se contentant d'affirmer qu'"il n'y a aucune raison d'en douter".
  62. Les deux articles qui viennent d'être mentionnés sont parus à la même époque (1903 et 1904), probablement à la suite de la parution d'un ouvrage qu'il reste à identifier.
  63. L'auteur de la présente notice n'a pas encore pu vérifier cette référence. Le philosophe et professeur en philosophie Aaron Schuster dans son article "A philosophy of tickling, a sensation between physics and metaphysics" du journal en ligne Cabinet, no. 50, été 2013, en cite un passage : "Dutch physiologist Joost Meerloo recounts an especially cruel tickle torture employed by the Romans : "[The Romans used tickling as a cruel punishment.] On the scaffold the soles of a victim’s feet were covered with a salt solution so that a goat, attracted by the salt, would lick it off with his rough tongue and continually tickle the skin. By so doing, the salty skin was gradually rasped away. Then, the wounded skin would again be covered with the biting salt solution—ad infinitum, till the victim died from the torture."" (citation complétée entre crochets carrés). Aucune source n'est mentionnée en l'état, mais il reste à vérifier le contenu de l'article cité.
  64. Voir par exemple le Traité des instruments de martyre et des divers modes de supplice employés par les païens contre les chrétiens, chap. 3, d'Antonio Gallonio, 1591 (édition 1904, Charles Carrington, p. 36-68).
  65. Elle écrit : "The Chinese Tickle Torture was supposedly used on the nobility because it left no marks on the victim. The method is reported to have been used in the courts of the Han Dynasty, though some historians dispute this claim." Elle ne cite aucune source précise, en dehors de sa bibliographie générale en fin de volume. Un autre journaliste, Alonso Martinez, écrit en 2019 sur le blog Culturacolectiva : "One of the most famous warnings against this strange method was remarked by the researcher Irene Thompson in her book A to Z of Punishment and Torture. Called the "Chinese tickling torture," it was practiced mostly during the Han Dynasty (206-220 AD). It was used as a subtle method of punishment against criminals and traitors since it didn't leave any marks and the victim could almost always recover fully. It is believed this method was used at other time periods, but no general register exists to point to cases where it led to death. Indeed, this result is uncommon." Il ne cite pas, non plus, ses sources (en dehors du livre d'Irène Thompson).
  66. L'article du magazine Popular Science paru en avril 1961 (voir également les notes à Guerres des Cévennes) écrit : « According to the anthropologist Margaret Mead, tickling was used as a form of torture by more than one civilization. The Chinese at one time coated the soles of victims’ feet with honey and them brought animals to lick them. » Mais le journaliste ne cite pas les travaux concernés de Margaret Mead, ni les sources qu'elle aurait exploitées.
  67. Selon la page Wikipedia anglophone. Référence à vérifier pour en connaître les sources.
  68. Article complet : “Tickled crazy by her husband. An unusual case of domestic strife involving a man named Michael Puckridge and his wife, in Winbush, a village in Northumberland. The Puckridge were not a happy couple. Mrs Puckridge, who is an interesting looking young woman, has for a long time past suffered from varicose veins in the legs. Her husband told her he possessed an infallible remedy for this ailment. She was induced by her tormentor to allow herself to be tied to a plank, which he placed across two chairs. When the poor woman was bound and helpless, Puckridge deliberately and persistently tickled the soles of her feet with a feather. For a long time he continued to operate uopon his unhappy victim, who was rendered frantic by the process. Eventually she swoonde, whereupon her hysband released her. The luckless Mrs Puckridge was subsequently committed to an asylum."
  69. Voir encore : [2]
  70. L'illustration est légendée : "Tickling a woman's feet. A wife driven mad".
  71. Article complet : "Her husband tickling her feet. On Thursday last week, a very serious charge was preferred against a man named Michael Puckridge, who resides at Winbush, a small village in Northumberland. The circumstances, as detailed before the board of guardians, are of a harrowing nature. It appears that Puckridge has lived very unhappily with his wife, whose life he as threatened on more than one occasion. Most probably he had long contemplated the wicked design which he carried out but too successfully about a fortnight since.  Mrs Puckridge, who is an interesting looking young woman, has for a long time past suffered from varicose veins in the legs. Her husband told her he possessed an infallible remedy for this ailment. She was induced by her tormentor to allow herself to be tied to a plank, which he placed across two chairs. When the poor woman was bound and helpless, Puckridge deliberately and persistently tickled the soles of her feet with a feather. For a long time he continued to operate upon his unhappy victim, who was rendered frantic by the process. Eventually she swooned, whereupon her husband released her. It soon became but too manifest that the light of reason had fled. Mrs Puckridge was taken to the workhouse, where she was placed with the insane patients. A little girl who lived in the house, niece of the ill-used woman, spoke to one or two of the neighbours, saying her aunt had been tied to a plank, and that her uncle, so she believed, had cruelly ill-treated her. An inquiry was instituted, and there is every reason to believe that Mrs Puckridge had been driven out of her mind in the way already described. But the result of the inversigation is not yet known." The Illustrated police news, december 11, 1869
  72. "La lecture d’un conte tragique du commandant Rivière, deux vers de Gautier : L’histoire du Pierrot qui chatouilla sa femme Et lui fit de la sorte, en riant, rendre l’âme, décidèrent de ma conception satanique, ultra-romantique et pourtant très moderne : un Pierrot raffiné, névrosé, cruel et ingénu, alliant tous les contrastes, véritable protée psychique, sadique un peu, volontiers ivrogne et parfaitement scélérat. C’est ainsi qu’avec Pierrot assassin de sa femme, tragique cauchemar à la Hoffmann ou à l’Edgard Poe, dans lequel Pierrot fait mourir sa femme de rire en lui chatouillant la plante des pieds, je fus un des précurseurs du réveil de la pantomime, et à cette date de 1881, je pourrais presque dire : le précurseur."[3]
  73. Scène XIV PIERROT (…) L’arme à feu souvent rate et veut beaucoup d’adresse, Si je m’asphyxiais par une odeur traîtresse ?... Pouah ! tous ces trépas-là ne sont pas ragoûtants, Bon, m’y voilà : j’ai lu dans un conte du temps, L’histoire d’un mari qui chatouilla sa femme, Et la fit, de la sorte, en riant rendre l’âme… Cette mort me convient ; c’est propre, gai, gentil. Allons, chatouillons-nous ; d’un mouvement subtil, Que ma main sur mes flancs en tous sens promenée, Imite avec ses doigts les pas de l’araignée. Il se chatouille. Ouf ! Je ferais des sauts comme en font les cabris, Si je ne m’empêchais… Continuons… je ris. Scène XV. Pierrot, Colombine. COLOMBINE. Quel est donc ce nigaud qui se pince pour rire ? PIERROT. C’est un mort qui se tue.
  74. "Toutefois, je ne voulais pas les faire mourir de peur, et, puisqu'en définitive, venant là pour s'amuser, il fallait qu'ils en eussent pour leur argent, je redescendais de mon effroi par un apaisement subit de ma face, puis, comme si je me fusse moqué de moi-même, je riais doucement d'abord, un peu plus vite ensuite, précipitant en cascades joyeuses mon rire aigu qui atteignait bientôt au fou rire, qui du fou rire montait à une agitation nerveuse et déjà douloureuse, et qui se changeait enfin en ces convulsions sans nom de la femme que son mari attache la nuit sur un lit et qu´il fait mourir lentement en lui chatouillant la plante des pieds. Par instants je m´arrêtais et je me composais la face très sérieuse que doit avoir ce mari assassin, pour reprendre subitement après la figure congestionnée et le rire effroyable de la victime. Aussi j'ai fait fureur, et l'on m'a proclamé un grand artiste."
  75. Voir deux défets de presse de la collection Jacquet, BnF.[4][5]
  76. D'après son monogramme. Voir le Dictionnaire des marques et monogrammes de graveurs / Georges Duplessis, Henri Bouchot, Paris, Librairie de l'Art, 1886, p. 13.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierrot assassin de sa femme.
  2. Auguste Bonnet, « Mémoires inédits et observations pratiques. Considération médico-légales sur la monomanie homicide », Journal de médecine-pratique ou Recueil des travaux de la Société royale de médecine de Bordeaux,‎ 1839, tome 9, p. 63 (lire en ligne)
  3. « Nouvelles diverses », Le journal du Cher,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  4. Auguste Bonnet, Rapport fait à la Société de médecine de Bordeaux le 29 octobre 1866, Bordeaux, Imprimerie E. Crugy, (lire en ligne), p. 9
  5. Eugène Villemin, "Rire", dans : Encyclopédie du dix-neuvième siècle, répertoire universelle des sciences, des lettres et des arts..., tome 21e, Paris, Au bureau de l'Encyclopédie du XIXe siècle, (lire en ligne), p. 418-419
  6. Charles Deulin, « Revue des théâtres », Journal pour tous, magasin littéraire illustré,‎ 8 août 1868, no. 1133, p. 303 (lire en ligne)
  7. Mémoires de Monsieur Claude, Paris, J. Rouff, , 2e édition éd., p. 1393-1397
  8. « Voilà cent ans : Excoffon, le "Barbe Bleue" », Détective,‎ 1er mars 1934, no. 279, p. 2 (lire en ligne)
  9. Francisque Greppo, « Chronique », La France vélicopédique illustrée,‎ , p. 1-2 (lire en ligne)
  10. M. Boullée, Procédure instruite devant la cour d’assises du département du Rhône contre Lelièvre dit Chevallier, accusé d’empoisonnement, d’infanticide, de faux et d’enlèvement d’un enfant, Lyon, T. Pitrat,
  11. Capitaine Paimbland du Rouil, « Sur le meurtrier chatouillement des frères Moraves », L'intermédiaire des chercheurs et curieux,‎ 30 septembre 1896, no. 739, p. 384 (lire en ligne)
  12. a b et c Laurent Joubert, Traité du ris contenant son essance, ses causes et mervelheus effais curieusement recerchés, raisonnés & observés,, Paris, Chez Nicolas Chesneau, , p. Liv. III, chap. 16, p. 346-347 ; Liv. I, chap. 27, p. 132
  13. a b et c Denis-Prudent Roy, Traité médico-philosophique sur le rire, Paris, Crochard, Roux, (lire en ligne), p. 252 et suiv. ; p. 360 et suiv. ; p. 367
  14. Richond des Brus, De l’influence du plaisir dans le traitement des malades, Le Puy, A. Guilhaume, (lire en ligne), p. 29
  15. a et b Samuel Tissot, Traité des nerfs et de leurs maladies, Paris, Chez P. Théophile Barrois le jeune, , p. 425 ; 427-428 p., Tome II, partie I
  16. Carmelina Imbroscio, « La maladie, le rire, le risible », Dix-huitième siècle,‎ 2000, no. 32, p. 241-254 (lire en ligne)
  17. Gabriel Thureson comte d'Oxenstiern, Pensées de M. le Cte d'Oxenstirn sur divers sujets, avec les réflexions morales du même auteur. Nouvelle édition, revüe et corrigée... par M.D.L.M. [Bruzen de La Martinière], La Haye, J. Van Duren, , 2 vol. p.
  18. (la) Miscellanea curiosa, sive Ephemeridum medico-physicarum germanicarum academiae naturae curiosorum, Francofurti et Lipsiae., H.J. Frestchii, 1678-1679, Decuriae I, annus IX, et annus X, obs. 125, p. 300
  19. (la) Cornelius Albert Kloeckhof, De Morbis animi ab infirmato tenore medullae cerebri dissertatio, Trajecti ad Rhenum, apud N. a Vucht, , p. 52
  20. p. 199 « après avoir dit la cause du fourmilhemant aus parties angouries, être l’esprit qui y accourt d’une impétuosité & véhémance (lequel induit douleur, antremélée de plaisir), il ajoute, que samblable espèce de mouvemant avient, aus espris de ceux qui sont chatoulhés, quand (dit-il) soudainemant les parties caves du cors, esselles, aines, & le manton sont agitées »
  21. Eugène Bouchut, Traité de diagnostic et de sémiologie, Paris, J.-B. Baillières et fils, (lire en ligne), p. 447, chapitre IV, « Signes fournis au diagnostic par le rire et les pleurs »
  22. Balthasar-Anthelme Richerand, Nouveaux éléments de physiologie, Paris, Crapart, Caille et Ravier, an x (2e éd.), Pagination dans la 13e éd., Bruxelles, 1837 : p. 243
  23. Chatouillement, dans : Dictionnaire critique et raisonné des erreurs et préjugés en médecine, Paris, Gruner, (lire en ligne), p. 54
  24. A. Dechambre, dir., Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, G. Masson, P. Asselin, (lire en ligne), Première série. Tome 15e. CHA-CHE, p. 524
  25. Adolphe Focillon, Chatouillement, dans : Dictionnaire général des sciences théoriques et appliquées..., 1re partie, 2e éd., Paris, C. Delagrave ; Garnier frères, (lire en ligne), p. 450-451
  26. Monsieur de Saintfoix, Essais historiques de Paris, tome cinquième, Paris, Veuve Duchesne, (lire en ligne), p. 54
  27. Charles Ferré, « Note sur le chatouillement », Comptes-rendus hebdomadaires des séances et mémoires de la Société de biologie,,‎ 1905, tome 1er, p. 596-599 (lire en ligne)
  28. P. François Catrou, Histoire du fanatisme dans la religion protestante, depuis son origine. Histoire des Anabaptistes. Tome II., Paris, chez Claude Cellier,
  29. [Pierre Giffart], « Histoire du fanatisme dans la religion protestante depuis son origine. Histoire des Anabaptistes. Par le P. François Catrou, de la Compagnie de Jésus... », Supplément du Journal des sçavans,‎ du dernier de janvier 1707, p. 130 (lire en ligne)
  30. Voir plus haut. L'auteur de la présente notice n'a pas encore vérifié cette source.
  31. [François Catrou], Histoire des trembleurs, [S.l.], [s.n.], (lire en ligne)
  32. Charles Bost, « Les « Prophètes des Cévennes » au XVIIIe siècle », Revue d'histoire et de philosophie religieuses,‎ 5e année n°5, septembre-octobre 1925, p. 401-430 (www.persee.fr/doc/rhpr_0035-2403_1925_num_5_5_2547)
  33. Vie du maréchal duc de Villars... écrite par lui-même, et donné au public par M. Anquetil, tome 1er, Paris, Chez Moutard, (lire en ligne), p. 324-325
  34. Rapport des commissaires chargés par le roi de l'examen du magnétisme animal, Paris, Chez Moutard, (lire en ligne), p. 64
  35. Didier Michaux (dir.) et Hugues Lecoursennois, Douleur et hypnose, Paris, Imago, (lire en ligne), « Douleur et magnétisme animal, le « feu invisible » de F.-A. Mesmer », Non paginé. Sous-partie 3. Douleur et magnétophysiologie mesmérienne
  36. a et b (en) George J. Barmann, « Ticklishness is no laughing matter : Scientific « tickle tests » show that this supposedly playful response is closely bound up with our instinct for survival », Popular science,‎ , p. 97-99 & 242 (lire en ligne)
  37. Gustave Freytag, Bilder aus der deutschen Vergangenheit, Band 3. Aus dem Jahrhundert des großen Krieges (1600-1700), Leipzig, List,
  38. Ferdinand Antoine, Étude sur le Simplicissimus de Grimmelshausen, Paris, C. Klincksieck, , p. 122 p. (lire en ligne)
  39. (de) German Schleifheim von Sulsfort [i. e. Hans Jakob Christoffel Grimmelshausen], Der Abentheurliche Simplicissimus Teutsch / Das ist : Die Beschreibung deß Lebens eines seltzamen Vaganten genant Melchior Sternfels von Fuchshaim..., Monpelgart [i. e. Nürnberg], Gedruckt bei Johann Fillion, (lire en ligne), p. 30
  40. François-Emmanuel Fodéré, "Torture", dans :Dictionnaire des sciences médicales par une société de médecins et de chirurgiens, Paris, C.L.F. Panckoucke, (lire en ligne), volume TET-TRIC, p. 324 et suiv.
  41. Paul Lacroix, Le Moyen âge et la Renaissance, histoire et description des mœurs et usages…, Paris, [s.n.], (lire en ligne), tome troisième, non paginé, dans le fascicule intitulé : « Pénalité. Question ; bourreau ; amende honorable ; supplices ; prisons. » Au chapitre « I. Question »
  42. Paul Lacroix, Mœurs, usages et costumes au Moyen Age et à l’époque de la Renaissance, Paris, Firmin-Didot, , p. 433 et suiv., chapitre "Pénalité" p. (lire en ligne)
  43. Docteur Briois, La Tour Saint-Jacques de Paris, tome 3, Paris, Dubuisson, , p. 211-231 p. (lire en ligne)
  44. Auguste Bonnet, Rapport fait à la Société de médecine de Bordeaux le 29 octobre 1866, [Bordeaux], [s.n.], [1866] (lire en ligne)
  45. Georges Verdène, La torture, les supplices et les peines corporelles infamantes et afflictives dans la justice allemande, étude historique, Paris, R. Dorn, , p. 204 p. (lire en ligne)
  46. (de) Hole Rößler (Fichier PDF), Jacob Döpler : Theatrum Poenarum, [H. Rößler], [s.d.] (lire en ligne)
  47. (de) Jacob Döpler, Theatrum poenarum suppliciorum et executionum criminalium oder Schau-Platz, derer Leibes und Lebens Straffen…, Sondershausen, Ludwig Heinrich Schönermarck, , p. 291 p. (lire en ligne)
  48. (la) Bernardini Gomesii Miedis, Commentatorium de sale libri quinque, editio secunda, Valenciae, Ex officina Petri Huete, (lire en ligne), p. 214
  49. Marcel Derriey, « La psychiatrie médico-légale dans l'oeuvre de Paul Zacchias (1584-1659) », La France médicale, revue d'études d'histoire de la médecine,‎ , p. 288-292 (lire en ligne)
  50. Pauli Zacchiae, Quaestionum medico-legalium, tomus secundus, libros VI-IX, Francoforti ad Moenum, sumtibus Johannis Melchioris Bencard, (lire en ligne), p. 585 (lib. VI, tit. II, quaest. I)
  51. Iodoco Damhouderio, Praxis rerum crimalium, elegantissimis iconibus ad materiam accommodis illutrata..., Antverpiae, apud Ioannem Bellerum, (lire en ligne)
  52. Josse de Damhoudère, La practicque et enchiridion des causes criminelles, illustrée par plusieurs élégantes figures...,, Louvain, Estienne VVauters & Iehan Bathen,
  53. (la) Hippolyti de Marsiliis, De quaestionibus compilatus commentariis, Venetiis, [apud Cominum de Tridino Montisferrati], (lire en ligne), p. 15, première colonne
  54. (la) [De indiciis et tortura], [Sienne], [Henricus de Harlem], [1495] (lire en ligne), p. Carta b2v-b3r (2e colonne, 19e ligne à partir du bas)
  55. Francisci Bruni, [Guidonis de Suzaria], [Baldi de Periglis] et [Ludovici Bolognini] (dir.), Tractatus de indiciis, et tortura, Lugduni, apud Gulielmum Rovilium, (lire en ligne), p. 60 (seconda pars, no. 6)
    Le recueil rassemble trois traités distincts, chacun intitulés "Tractatus de indiciis et tortura" de Francesco Bruni (1447-1508), Guido da Suzzara (XIIIe s.) et d'Ubaldus de Ubaldis (1327?-1400), réunis par Ludovici Bolognini (1446-1508)
  56. (la) Ioan. Baptistam Zilettum (Dir.) et [Francesco Bruni] (Auteur), Volumen praeclarissimum ac in primis omnibus iurisperitis perne cessarium, ac utilissimum. Omnium tractatuum criminalium nunc, Venetiis, apud Haeredes Ioannis Mariae Bonelli, (lire en ligne), « Tractatus Franc. Bruni. "De indiciis, & tortura" », p. 339, 1re colonne, no. 6
  57. (en) Esther Cohen, The modulated scream : pain in late medieval culture, Chicago, University of Chicago Press, , p. 76-78
  58. Christian Gottlieb Jöcher, Compendiöses Gelehrten-Lexicon, Leipzig, bey Johann Friedrich Gleditschens, (lire en ligne), p. 1557
  59. Hortensii Cavalcani, De brachio regio, Marpurgi Cattorum, Excudebat Paulus Egenolphus, (lire en ligne)
  60. Carolo Antonio De Luca, Praxis judiciaria in civilem divisa et criminalem civilis, Genevae, sumptibus Ioannis Antonii Chouët, (lire en ligne), p. 323
  61. (it) Marc’Antonio Savelli da Modigliana, Pratica universale, Firenze, per Giuseppo Cocchini, nella stamperia della Stella, , p. 407 (36)
  62. (langue non reconnue : quadrilingue + fr) Gio. Veneroni et Nicolo di Castelli, Il dittionario imperiale nel quale le quattro principali lingue dell’Europa : cioè I. L’italiana con la francese, tedesca e latina... / Gio. Veneroni ; [rév. par] Nicolo di Castelli, Colonia, e Francoforte, Servazio Noethen, , p. Vol. 1. Dittionario italiano-francese, tedesco e latino, p. 165
  63. (la) Christophori Crusii, Tractatus de indiciis delictorum ex jure publico et privato, &c. pars quarta & ultima, continens processum indiciorum criminalem cum indice generali rerum & verborum absolutissimo, Rinthelii, sumptibus Jacob Gothofr. Seyleri, , Nouvelle édition éd. (lire en ligne), p. 129 (pars quarta)
  64. Theod. Zvingerus, Theatri humanae vitae, volumen vigesimum octauum, De vita hominis politica, quatuor libris differens [vol. 28 de : Theatrum humanae vitae / Theodori Zvingeri], Basileae, per Eusebium Episcopium, (lire en ligne), p. 1412 (vol. 28, "Tormenta")
  65. (la) Antonii Bonfinii, Rerum Ungaricarum decades, Basilieae, ex Roberti VVinter officina, (lire en ligne), p. 533 (Decadis III Liber X)
  66. François Cadhilon, La Hongrie moderne 1450-1850, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, (lire en ligne), p. 23
  67. Matei Cazacu, L’Histoire du prince Dracula en Europe centrale et orientale, XVe siècle, Genève, Droz, (lire en ligne), [p. 55]
  68. Sebast. Munstere, La Cosmographie universelle contenant la situation de toutes les parties du monde, avec leurs propriétez & appartenances [en 6 livres], [Bâle], aux despens de Henry Pierre, (lire en ligne), p. 1141 (Livre 4, "Du gouvernement de la Transsylvanie")
  69. M. Jousse, Traité de la justice criminelle de France, tome second, Paris, chez Debure père, (lire en ligne), p. 548
  70. (la) Jacobi de Bellovisu et Honorati Pugeti (additionibus), Practica iudiciaria in materiis criminalibus, [Lyon], [Jean Rémy], [1521] (lire en ligne), Fo. 74 v°, De indiciis, no. 48 (entre a et b)
  71. (la) Jacobi di Bello Visu et Honorati Pugeti (Additionibus), Practica judiciaria in materiis criminalibus, [S.l.], [s.n.], (lire en ligne), Fo. 63 v°, De Indiciis, no. 48 (3e colonne, entre a et b).
  72. "Un parisien", « Bavardage », Le Radical,‎ , Première page, 4e colonne (lire en ligne)
  73. (en) Arthur Allin, « On laughter », Psychological review,‎
  74. Joost A. M. Meerloo, « The Biology of Laughter,” Psychoanalytic Review », Psychoanalytic review,‎ , vol. 53, no. 2 (1966), p. 36
  75. (en) Irene Thompson, A to Z of punishment and torture, [Sussex], Book guild, , p. 183
  76. (en) Mark Schreiber, The Dark Side: Infamous Japanese Crimes and Criminals, Tokyo, Kodansha International, , p. 71
  77. Joseph von Görres (Auteur) et Charles Sainte-Foi (Traducteur), La mystique divine, naturelle et diabolique. Troisième partie, La mystique diabolique. Volume 5 [« Die christliche Mystik »], Paris, Mme Vve Poussielgue-Rusand, , p. 269
  78. (en) « Tickled crazy by her husband », Illustrated Police News,‎ (lire en ligne)
  79. (en) Aaron Schuster, « A philosophy of tickling, a sensation between physics and metaphysics (The Cabinet magazine, issue 50) », sur http://cabinetmagazine.org/, (consulté le 22 juin 2020)
  80. (en) Jeremy Glay, The burglar caught by a skeleton and other singular tales from the Victorian press, London, Iconbooks, (lire en ligne)
  81. « Faits divers, « Le supplice du chatouillement » », La Petite presse,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  82. "Treated Patient Brutally". New York Times. Septembre6, 1903.
  83. Heger, Heinz . The Men With the Pink Triangle . Boston: Alyson Publications, 1980.
  84. (en) Kylo-Patrick Hart et Bootheina Majoul, On trauma and traumatic memory, Newcastle upon Tyne, Cambridge scholars, (lire en ligne), « On witnessing and representation : traum, caultural memory, and the men with the pink triangle », p. 58
  85. Paul Margueritte, Pierrot assassin de sa femme : pantomime, Paris, P. Schmidt, (lire en ligne)
  86. Paul Margueritte, Nos tréteaux, Paris, Les Bibliophiles fantaisistes,
  87. [6]
  88. Théophile Gautier, Théâtre, mystère, comédies et ballets, Paris, Charpentier, (lire en ligne), p. 202
  89. Henri Rivière, Pierrot. Caïn, Paris, L. Hachette, (lire en ligne), p. 54-55 (dans la nouvelle éd. de 1870, Paris, Michel Lévy frères).
  90. Antonio Dominguez Leiva, « Clowns maléfiques, Pierrot assassin : généalogie d'une figure fin-de-siècle », sur http://popenstock.ca, (consulté le 22 juin 2020)
  91. « Musique », La revue illustrée,‎ , [p. 2] (lire en ligne)
  92. Paul Vidal, Pierrot assassin de sa femme, pantomime en 1 acte de Paul Margueritte, [partition pour piano seul], Paris, Heugel, [1892]
  93. Deux illustrations parues également dans la Revue illustrée, tome 6, juin-décembre 1888, p. 410-411, suivies de la Valse de l'ivresse, de Paul Vidal.[7]
  94. Alan Orpin, « Poulain light, chocolat allégé édulcorant tablette », sur https://m.ina.fr/, (consulté le 22 juin 2020)
  95. François Albera, « Exposition au Musée d’Orsay. Une semaine de bonté de Max Ernst : « la robe déchirée du réel… » », 1895, no 58,‎ (lire en ligne).
  96. « Max Ernst "Une semaine de bonté" - les collages originaux », sur https://www.musee-orsay.fr, (consulté le 21 juin 2020)
  97. (en) « Max Ernst Volume I: Le Lion de Belfort (Volume I: The Lion of Belfort) from Une Semaine de bonté ou les sept éléments capitaux (A Week of Kindness or the Seven Deadly Elements) 1933–34, published 1934 », sur https://www.moma.org/, (consulté le 21 juin 2020)
  98. Max Ernst, Une semaine de bonté ou les Sept Éléments capitaux, roman. Premier cahier, dimanche. Élément, la boue. Exemple, le lion de Belfort., Paris, J. Bucher, , p. 28
  99. Patrick Weber, « Morbides randonnées dans les musées de la torture », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  100. Paul de Saint-Victor, « Critique du Musée de M. Talrich », La Presse,‎ , p. 1, en bas 5e colonne. Rubrique « Théâtres ». (lire en ligne)
  101. Charles Desmaze, Les pénalités anciennes, supplices, prisons et grâce en France, Paris, Plon,
  102. (de) Carl Boppo, « Die Strafe des Händelsüchtigen », Das Buch für Alle,‎ 1889 (24. jg., nr. 2), S. 41
  103. (en) Mark D. Griffiths, « Tickling Fetishism Explored, A brief look at knismophilia. », sur psychologytoday.com, (consulté le 20 juin 2020)
  104. (en) Anil Aggrawal, Forensic and Medico-legal Aspects of Sexual Crimes and Unusual Sexual Practices, Boca Raton, CRC,
  105. (en) Lisa Shaffer, Julie Penn et William Hickey, Sex Crimes and Paraphilia, Upper Saddle River, N.J., Pearson Education, , « A comprehensive paraphilia classification system »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]