Château-Gaillard (Ain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chateau-Gaillard (Ain))

Château-Gaillard
Château-Gaillard (Ain)
Mairie de Château-Gaillard.
Blason de Château-Gaillard
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Intercommunalité Communauté de communes de la Plaine de l'Ain
Maire
Mandat
Joël Brunet
2020-2026
Code postal 01500
Code commune 01089
Démographie
Gentilé Châteaugaillardanes, Châteaugaillardans
Population
municipale
2 287 hab. (2021 en augmentation de 11,4 % par rapport à 2015)
Densité 138 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 58′ 22″ nord, 5° 18′ 13″ est
Altitude Min. 222 m
Max. 253 m
Superficie 16,6 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ambérieu-en-Bugey
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Château-Gaillard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Château-Gaillard
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
Château-Gaillard
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Château-Gaillard
Liens
Site web chateaugaillard01.fr

Château-Gaillard est une commune française située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants s'appellent les Châteaugaillardanes et les Châteaugaillardans[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Château-Gaillard se trouve dans la plaine de l'Ain à trois kilomètres d'Ambérieu-en-Bugey. La commune se trouve au niveau de la sortie numéro 8 de l'autoroute A 42.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La commune de Château-Gaillard est située sur un substrat d'origine alluvial, datant de l'ère quaternaire, constitué de galets, principalement calcaires, déposés lors du Würm récent. Sa situation dans le lit majeur de l'Albarine et le lit majeur de l'Ain en fait une commune propice aux inondations. Toutefois, le bourg ancien est protégé car il est construit au niveau d'un promontoire, à une altitude moyenne de 245 mètres, qui surplombe les deux lits. En revanche, le hameau de Cormoz, la Poisatière et les Ravinelles se situent au niveau du bassin versant de l'Albarine, qui correspond à son lit majeur lorsque son tracé était autrefois plus fluctuant. Dans le lit majeur de l'Ain, d'une largeur d'environ 2 km coule, au milieu d'une ripisylve constituée principalement de peupliers et d'aulnes, le Seymard[2].


Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat semi-continental et le climat de montagne et est dans la région climatique Bourgogne, vallée de la Saône, caractérisée par un bon ensoleillement (1 900 h/an), un été chaud (18,5 °C), un air sec au printemps et en été et des vents faibles[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 18 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 087 mm, avec 10,8 jours de précipitations en janvier et 7,5 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique installée sur la commune est de 11,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 117,5 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Statistiques 1991-2020 et records AMBERIEU (01) - alt : 250m, lat : 45°58'35"N, lon : 5°19'45"E
Records établis sur la période du 01-02-1941 au 04-01-2024
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,1 0 2,6 5,5 9,5 13 14,7 14,4 10,9 8,1 3,5 0,8 6,9
Température moyenne (°C) 3,2 4,2 8 11,3 15,2 19 21,1 20,9 16,7 12,6 7,1 3,9 11,9
Température maximale moyenne (°C) 6,5 8,4 13,5 17,1 20,9 25 27,5 27,3 22,4 17,1 10,8 7 17
Record de froid (°C)
date du record
−26,9
23.01.1963
−20,8
05.02.1963
−15,5
07.03.1971
−6,1
08.04.1956
−3,3
01.05.1960
1,3
04.06.1962
3,6
08.07.1954
3
30.08.1986
−1,2
27.09.1972
−7,2
31.10.1997
−10
27.11.1955
−17,3
20.12.09
−26,9
1963
Record de chaleur (°C)
date du record
18,1
10.01.15
22,9
28.02.1960
26,6
22.03.1990
29,1
21.04.18
34,4
24.05.09
38,1
22.06.03
40,2
27.07.1983
41,2
24.08.23
35,4
05.09.1949
29,9
09.10.23
23,2
12.11.1995
21,3
18.12.1989
41,2
2023
Ensoleillement (h) 679 984 170 1 936 2 203 2 519 2 878 2 611 1 889 1 216 728 549 1 989
Précipitations (mm) 84,9 70 75 87,2 106,4 88,8 86 83 106,1 117,7 117,9 94,5 1 117,5
Source : « Fiche 1089001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/01/2024 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Château-Gaillard est une commune rurale[Note 1],[8]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (70,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (66,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (11,3 %), forêts (9,5 %), zones urbanisées (7,4 %), mines, décharges et chantiers (2,6 %), zones agricoles hétérogènes (1,9 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,2 %), prairies (0,1 %)[13].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Héraldique[modifier | modifier le code]


Armes de Château-Gaillard

La commune de Château-Gaillard porte :

Coupé de gueules et de sable, aux deux clefs d'argent passées en sautoir surmontant un château de trois tours du même, celle du centre plus petite, ouvert, ajouré et maçonné de sable, brochant sur la partition[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune (Decanus Castri Gaudiosi, Castrum Galliardum), doit être fort ancienne, comme l'attestent les objets antiques que l'on y a rencontré, n'apparaît cependant qu'au XVIe siècle.

L'église, sous le vocable de sainte Foy, est une ancienne annexe d'Ambérieu et un ancien doyenné à la collation de l'abbé d’Ambronay[15]. Suivant un concordat de la fin du XVe siècle, le doyen de Château-Gaillard devait payer, au mois de juillet, à l'économe de l'abbaye d’Ambronay, « cinq grands septiers de froment à la mesure du cloître et quatre sous viennois ».

Au début du XIVe siècle[16], la commune s'appelait Rémens, paroisse distincte de Saint-Maurice-de-Rémens, et dont le nom fut substitué au profit de celui du château, rebaptisé probablement en « Château-Gaillard ».

Le château savoyard ruiné de Château-Gaillard dans la plaine de l'Ain.

L'édification de ce château par les comtes de Savoie, dans la plaine près de la rivière Ain, se situe dans le contexte de la guerre delphino-savoyardes, opposant, au début du XIVe siècle, le Dauphiné et la Savoie et dans le but probable de couper la route du nord aux dauphinois et ainsi d'isoler les sires de Thoire-Villars, leurs alliés, formant ainsi une ligne de défense continue entre Saint-Germain-d'Ambérieu et la rivière Ain. La bâtie de Saint-Denis-le-Chosson est érigée entre 1323 et 1326 et c'est durant ce contexte et à la même période que la bâtie en pierre de Rémens est édifiée[17].

En 1335, est ratifié le traité de Chapareillan, qui déplace la frontière entre le Comté de Savoie et le Dauphiné au niveau de l'Albarine. Rémens devient officiellement savoyard alors que Saint-Maurice-de-Rémens reste dauphinois. Néanmoins, la guerre entre le Dauphiné et la Savoie continue.

En 1355, le traité de Paris est signé entre le roi de France et le comte Amédée VI de Savoie , déplaçant définitivement la frontière entre le Dauphiné et la Savoie au niveau du Rhône.

Avant l'édification du château ou de la Bâtie[Note 3], Rémens se trouvait dans la châtellenie de Saint-Germain-d'Ambérieu. Vers 1347[18], l'édification du château étant bien avancé, le château devint le siège d'une châtellenie et d'un mandement propres ; les travaux ayant débuté le [18], sous la conduite de Jean de Croso de Montmélian[Note 4] « député par la seigneur Amédée comte de Savoie et le seigneur Amédée comte de Genève son tuteur, pour les travaux de la bâtie ou nouveau château de Rémens sous Saint-Germain ». Il en sera nommé châtelain le et ce jusqu'au [18]. Lui succède à cette charge : Amblard de La Balme, dit de Fromentes, du au [18] exclu ; Pierre de Rossillon, châtelain du au [18] exclu et Jean de Montferrand, damoiseau, châtelain, du au [18] exclu. En 1357[16], le comte Amédée VI de Savoie inféode la bâtie de pierre à Jean de Longecombe.

C'est à cette date-là, en 1357, que Rémens change de nom et devient Château-Gaillard[19].

Le , le comté de Savoie est érigé en duché de Savoie.

Le modeste château de Château-Gaillard appartient ensuite, durant les XVe, XVIe et XVIIe siècles, à la famille de Montferrand. Cette famille noble, proche des ducs de Savoie, résidait au château de Montferrand à Lagnieu.

Le , est signé le traité de Lyon qui permet le rattachement de la Bresse et du Bugey au royaume de France. À cette date, le village de Château-Gaillard devient français. Les pays d'Ain sont alors intégrés dans la province de Bourgogne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Château-Gaillard est membre de la communauté de communes de la Plaine de l'Ain, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Chazey-sur-Ain. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[20].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Belley, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[21]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton d'Ambérieu-en-Bugey pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[21], et de la cinquième circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[22].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune compte entre 1 500 et 2 499 habitants, le conseil municipal est donc composé de dix-neuf membres.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 1997 Raymond Chaudy    
1997 2001 Christian Jaspard    
2001 2008 Rolland Martin    
2008 En cours Joël Brunet DVD puis LR Chef d'entreprise en retraite
Conseiller départemental depuis 2021
Réélu en 2014 et en 2020
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'ancien hôtel de ville et le monument aux morts.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[24].

En 2021, la commune comptait 2 287 habitants[Note 5], en augmentation de 11,4 % par rapport à 2015 (Ain : +4,96 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
700533542602628622594621651
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
635608580541566554573537512
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
468443418401433457409421401
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
4284396988321 0271 3701 6051 6681 760
2014 2019 2021 - - - - - -
1 9992 2532 287------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité

En 2017, selon l'enquête de l'Insee, le revenu fiscal médian par ménage par foyer était en 2017 de 22 250  ; 56,0 % des foyers fiscaux de la commune étaient alors imposables.

Emploi

En 2017, la population de Château-Gaillard se répartissait ainsi : 79,7 % d'actifs, et 7,0 % de retraités.

activité agricole

Avant la création de la zone d'activité près du page autoroutier, la commune était surtout tournée vers l'agriculture et l'élevage laitier.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Nécropole protohistorique avec présence d'un tumulus à Cormoz.
Cette nécropole celte présente des tombes datant de l'âge du bronze et de l'âge du fer. Le tumulus, situé à l'entrée est du village, est surmonté d'une croix.
Tumulus de Cormoz.
  • Nécropole protohistorique du recourbe.
Cette nécropole, fouillée lors de la construction de l'autoroute, montre des vestiges d'habitations gallo-romaines et médiévales (village carolingien et mérovingien), ainsi que des tombes protohistoriques[27],[28].
L'église est située sur le point le plus élevé de la commune.
  • Tour en ruine du château de Rémens-sous-Saint-Germain.
Le château médiéval en pierre, de forme triangulaire, a été construit entre 1344 et 1347, lors des guerres delphino-savoyardes qui opposaient le dauphin de Viennois au comte de Savoie. La basse vallée de l'Ain était alors disputée par les deux seigneurs. Ce château savoyard dépendait du château de Saint-Germain d'Ambérieu, avant de devenir un centre de châtellenie en 1347[29].
Vestige du château savoyard de Rémens à Château-Gaillard dans la plaine de l'Ain.
Le , Pierre de la Balme, chevalier, bailli du Bugey et châtelain de Saint-Germain, lance les travaux de construction du châteauneuf en le nommant château de Rémens-sous-Saint-Germain. De structure triangulaire, et entouré de fossés, le château possède un angle qui fait face à la bâtie de Saint-Denis-le-Chosson , un angle vers l'église et un dernier vers Ambérieu. Le périmètre du château est alors de 41 toises. Plusieurs échiffes et balistes permettent la défense de l'édifice. Les pierres proviennent des creusements des fossés et des carrières de saint-Germain, le bois de chêne provient de la forêt de Seillon et le bois de sapin provient des montagnes bugistes de Saint-Sulpice, acheminés via l'Albarine[29].
Sa fonction défensive fut de courte durée car le traité de Paris en 1355 mit fin à la guerre delphino-savoyarde.
En 1357, le château de Rémens est inféodé à Jean de Longecombe. Dès lors, on ne parle plus de Rémens, mais de Château-Gaillard.
Parmi ces fortifications médiévales, il ne reste, désormais, qu'un pan de mur angulaire ruiné qui domine l'actuel boulodrome, à proximité de l'église. Le terrain de boulodrome donne une idée de la superficie du château savoyard[17].
  • Lavoir sous l'église
Lavoir ruiné de Château-Gaillard au bord du Seymard.
Ce lavoir, ruiné, se situe au bord du Seymard, en contrebas du château.
  • Lavoir à Cormoz
Ce lavoir, bien conservé, se situe au bord du Seymard, au niveau du hameau de Cormoz.
  • Nouvelle mairie de Château-Gaillard.
Nouvelle mairie de Château-Gaillard.
Ce grand édifice possède des fenêtres gémellaires taillées dans du calcaire et une porte où l'on peut lire, sur le fronton, la date 1605. Elle fut la propriété privée de Louis Joseph Tavier, maire de cette commune de 1911 à 1935, entrepreneur de battage et propriétaire d'un restaurant en face de la mairie (il fut le premier à acquérir une moissonneuse-batteuse et fut décoré chevalier officier du mérite agricole. Sa tombe reste la plus imposante du cimetière communal et rappelle son implication dans la vie agricole locale ).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le Seymard à Cormoz.

Château-Gaillard présente des territoires classés "natura2000" et ZNIEFF. Ces territoires correspondant au lit majeur de l'Ain occupé par une ripisylve sauvage où vivent des espèces protégées telles que le castor , la loutre , divers odonates comme l'agrion de Mercure , divers coléoptères comme le lucane cerf-volant[30]...

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Construction en terre et en bois.
  4. Il tenait également le péage de Saint-Germain. En on le paye pour les 8 jours qu'il a passé, avec le seigneur Amédée de Félin, bailli de Saint-Germain, à « visiter et donner les ordres pour la réparation et l'édification du château de Saint-Trivier qui menaçait ruine ».
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé, sur habitants.fr
  2. « carte géologique et hydrographique de Château-Gaillard », sur géoportail
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Ambérieu » - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Ambérieu » - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « Zonage rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. « Armes de Château-Gaillard »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur labanquedublason2.com.
  15. Jacques Dubois, « L'implantation monastique dans le Bugey au Moyen Âge », Journal des savants, 1971, no 1, p. 22-23.
  16. a et b Paul Cattin, La construction d'un château au XIVe siècle : Château-Gaillard, Cahiers René de Lucinge, 4e série no 26, 1990, p. 4.
  17. a et b Alain Kersuzan, « A Château-Gaillard et Saint-Denis-en-Bugey, les secrets des deux édifices du XIVe siècle sont difficiles à percer. », .
  18. a b c d e et f Paul Cattin, op. cit., p. 6.
  19. Alain Kersuzan, « Maisons et maisons fortes dans le comté de Savoie (XIVe-XVe s.) Essai de terminologie d’après les sources comptables », .
  20. « communauté de communes de la Plaine de l'Ain - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur banatic.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  21. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Château-Gaillard », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  22. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur politiquemania.com (consulté le ).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  27. Gorges Vicherd, « les restes humains de la nécropole protohistorique du recourbe à Château-Gaillard (Ain) ».
  28. Georges Vicherd, « Vivre à la campagne au Moyen-Âge ».
  29. a et b Paul Cattin, Cahier René de Lucinge. La construction d'un château au XIVe siècle : Château-Gaillard (Ain), Association des Amis du Château des Allymes et de René de Lucinge, (ISBN 2-902606-21-4)
  30. INPN, « Inventaire National du Patrimoine Naturel INPN FR8201653 - BASSE VALLÉE DE L'AIN, CONFLUENCE AIN-RHÔNE »,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]