Chasselas (Saône-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chasselas.
Chasselas
Panorama de la ville de Chasselas.
Panorama de la ville de Chasselas.
Blason de Chasselas
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement de Mâcon
Canton Canton de Chapelle-de-Guinchay
Intercommunalité Mâconnais Beaujolais Agglomération
Maire
Mandat
Christian Petit
2014-2020
Code postal 71570
Code commune 71108
Démographie
Population
municipale
177 hab. (2014)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 16′ 37″ nord, 4° 43′ 13″ est
Altitude Min. 286 m – Max. 485 m
Superficie 2,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chasselas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chasselas
Liens
Site web village-chasselas.fr

Chasselas est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

À 14 km de la ville de Mâcon, Chasselas est le dernier village de la vallée de l'Arlois, une vallée fréquentée par François Mitterrand. Le village, à environ 400 mètres d'altitude est bordé par la forêt et le vignoble. Il présente un cadre typique du Beaujolais, avec des maisons en pierres sèches apparentes, massives. Le paysage recouvre la plaine de Bresse, le mont Blanc, les monts du Lyonnais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Solutré-Pouilly Rose des vents
Cenves (Rhône) N Fuissé
O    Chasselas    E
S
Leynes

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Chasselas vient du latin Caccelacum. Chasselas était un relais sur la route de Lutèce à Lugdunum, maintenant respectivement Paris et Lyon ; on peut encore distinguer sur une carte ou en lisant le paysage cette voie romaine dont on trouve les vestiges en forêt ou sur la commune voisine de Vergisson. Chasselas passa ensuite sous l'autorité du seigneur de Chasselas au Moyen Âge jusqu’à la Révolution. Chasselas connut un essor au XVIIe siècle grâce à son vin très apprécié à Versailles par Louis XIV et ses sujets[réf. nécessaire]. C'est l'histoire du Char à bœuf que l'on peut voir à l'entrée du village aujourd'hui. Ce char faisait les aller-retours entre Chasselas et Versailles[réf. nécessaire]. Le village a donné son nom au cépage du raisin blanc chasselas[1].

Au XIXe siècle, Chasselas connut un bouleversement avec la Révolution industrielle : un train montait jusqu'au village. C'est l'essor des carrières de Chasselas qui servit à paver les rues de nombreuses villes de la moitié sud de la France et tout principalement de Lyon[réf. nécessaire]. Au début du XXe le village se vida de ses habitants.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chasselas Blason Taillé: au 1er d'or à la tête de loup contournée de sable et languée de gueules, au 2e de gueules à la grappe de raisin d'or feuillée de sinople.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
(maire en 1981)[2]   Yves Guennoc    
mars 1989 juin 1995 André Bourgeois    
juin 1995 mars 2008 René Masson    
mars 2008 mars 2014 Jean-Marc Veyron La Croix[3] PS  
mars 2014 en cours Christian Petit DVD Professeur des écoles[4]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 177 habitants, en augmentation de 5,99 % par rapport à 2009 (Saône-et-Loire : 0,19 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
370 286 391 385 402 354 351 330 311
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
329 308 351 322 336 333 343 271 257
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
246 230 248 223 199 181 164 152 121
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
122 129 138 140 171 164 162 179 177
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Aujourd'hui le patrimoine est remis en valeur comme l'église du village du XIIe siècle, église romane rare avec son clocher au milieu du corps qui partage cette architecture avec l'abbaye de Cluny seulement. Cette église ou l'on voit aux quatre coins du clocher quatre têtes de loups en l'honneur de ces animaux qui étaient très nombreux au Moyen Âge…
  • Le château de Chasselas des XIVe et XVIIIe siècle trône aussi au milieu du village. Il s'articule autour d'une vaste cour d'honneur flanquée de trois tours en poivrières recouvertes de tuiles vernissées.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Culte[modifier | modifier le code]

Chasselas appartient à l'une des sept paroisses composant le doyenné de Mâcon (doyenné relevant du diocèse d'Autun) : la paroisse Notre-Dame-des-Vignes en Sud-Mâconnais, paroisse qui a son siège à La Chapelle-de-Guinchay et qui regroupe quatorze villages du Mâconnais.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]


Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :