Chartreuse de Perth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chartreuse Notre-Dame-du-Val-de-Vertus
Sceau de la chartreuse
Sceau de la chartreuse

Identité du monastère
Nom local Perth Charterhouse
Présentation du monastère
Culte Catholique
Ordre Chartreux
province cartusienne Angleterre
Patronage Notre-Dame
Fondateur Jacques Ier d’Écosse
Date de la fondation 1429
Fermeture 1567
Armes du fondateur
Image illustrative de l’article Chartreuse de Perth
Devise In Defens
Armoiries du monastère
Image illustrative de l’article Chartreuse de Perth
Blasonnement « D'or au lion de gueules, armé et lampassé d'azur, au double trescheur fleuronné et contre-fleuronné du même »[1]
Architecture
Localisation
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Ecosse
Coordonnées 56° 23′ 42″ nord, 3° 26′ 05″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni
(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Chartreuse Notre-Dame-du-Val-de-Vertus

La chartreuse de Perth connue en latin sous le nom de Domus Vallis Virtutis (« Maison du Val-de-Vertu »), était un monastère chartreux basée à Perth, en Écosse. C'était la seule chartreuse jamais établie dans le Royaume d'Écosse, et l'une des dernières maisons non mendiantes à avoir été fondée dans le royaume. La date de fondation traditionnelle de la maison est 1429. La suppression officielle de la maison a eu lieu en 1569, mais elle n'a été réalisée qu'en 1602.

Ordre des Chartreux[modifier | modifier le code]

L'Ordre des Chartreux a son origine au XIe siècle à La Grande Chartreuse dans les Alpes ; Les maisons chartreuses sont petites et limitées en nombre[2]. Portant la devise «Jamais réformé car jamais déformé», les Chartreux sont les plus ascètes et les plus austères de tous les ordres monastiques européens, et l'Ordre est considéré comme le summum de la dévotion religieuse à laquelle les moines d'autres ordres sont attirés lorsqu'ils en ont besoin. de plus grands défis spirituels[3]. Dans la première moitié du XVe siècle, l'Ordre a connu un renouveau du patronage laïque, y compris une tentative de fondation par Archibald Douglas, 4e comte de Douglas en 1419[4].

Fondation[modifier | modifier le code]

La date de fondation traditionnelle de la maison est 1429[5] mais, c'est trois ans plus tôt, le 19 août 1426, que le prieur de La Grande Chartreuse, ayant reçu l'accord du Chapitre général, autorise la fondation d'une maison à Perth[6]. Le roi Jacques Ier d'Écosse utilise une grande partie de ses propres revenus ainsi qu'une partie de la rançon due à la couronne anglaise, pour commencer les travaux de la nouvelle maison, ainsi que pour faire pression sur d'autres pour qu'ils accordent des subventions; le moine cistercien John of Bute est chargé de superviser la construction du prieuré[7]. Le prieuré a peut-être été conçu comme un mausolée royal, et le roi Jacques Ier d'Écosse (1424-1437), la reine Joan Beaufort (c.1404-1445) et la reine Margaret Tudor (1489-1541), veuve de James IV, y sont enterrés[8]. Le premier prieur de Perth, Oswald de Corda, entre en fonction le 31 mars 1429[9]. Oswald était un bavarois qui a été vicaire de la Grande Chartreuse; où il a écrit un traité sur la modification textuelle[10].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le monastère a été fondé à l'instigation du roi Jacques, qui, le 31 mars 1429, accorda à la maison proposée une série de privilèges[11]. L'Abbaye de Coupar Angus (en) et William Hay, 1st Earl of Erroll (en) ont donné, « par crainte», disait son petit-fils, l'église d'Errol à Gowrie dont l'abbé de Coupar Angus était le recteur et Hay le seigneur ; et ensemble, ont essayé de récupérer leurs droits après la mort de Jacques Ier[12].Il y avait aussi des subventions des bourgeois de Perth, peut-être sous la même pression; En 1434, le prieuré contrôlait l'hôpital de Sainte-Marie-Madeleine et le couvent des Augustins de Saint-Léonard, près de Perth, qui fut supprimé et ses revenus transférés à la chartreuse. Le roi avait également l'intention de prendre Glen Dochart du comte d'Atholl et de le donner à la maison[13].

Développement[modifier | modifier le code]

La maison modèle de l'Ordre des Chartreux était un prieur et douze frères, à l'instar de Jésus-Christ et de ses douze apôtres[3]. Il est donc probable que la communauté de Perth comprenait également cela; Cependant, un document de 1478 montre que, à cette époque, il était composé d'un prieur, quatorze moines de chœur, deux frères laïcs et un novice[6].C'était probablement une aberration, et en 1529, la maison était revenue à la taille standard[14]. En 1558, il n'y avait plus que dix frères[15].

La maison étant le seul établissement chartreux d'Écosse, la place de Perth dans le système chartreux international était maladroite[6]. Il faisait partie de la province chartreuse de Picardie ; entre 1456 et 1460, il faisait partie de la province anglaise, mais il a été placé dans la province de Genève par la suite.

Réforme et dissolution[modifier | modifier le code]

Un monument marque désormais l'emplacement de la chartreuse

Le 11 mai 1559, la chartreuse et les autres maisons religieuses de Perth sont attaquées et détruites par des réformateur protestants ; l'un des frères est tué, quatre autres fuient à l'étranger, tandis que six moines choisissent de rester; deux d'entre eux, le prieur Adam Forman et un frère, fuient vers des maisons chartreuses étrangères en 1567[16]. Parmi les quatre qui sont restés en 1567, l'un était Adam Stewart, fils illégitime du roi James V d'Écosse, qui pendant quelque temps se fait appeler « Prieur »[15]. Le roi James VI d'Écosse accorde les bâtiments et les jardins de la maison au burgh de Perth le 9 août 1569, bien que la maison reste théoriquement en activité, détenue par des commendator-priors jusqu'en 1602. La suppression définitive du monastère cette année-là est probablement liée à la réédition de la charte du roi Jacques VI en 1569 en 1600 .

Des bâtiments du prieuré, que l'on disait « être d'un prix et d'une grandeur merveilleux », rien ne survit au-dessus du sol[réf. nécessaire]. Le nom Pomarium Flats, pour un projet de logement moderne près du site des bâtiments médiévaux, rappelle le site du verger de la maison. [réf. nécessaire]

Prieurs[modifier | modifier le code]

Voir Prior of Perth (en)

Nécropole[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Maisons de l'Ordre des Chartreux : vues et notices
  2. Bartlett, England Under the Norman and Angevin Kings, p. 432.
  3. a et b Bartlett, England Under the Norman and Angevin Kings, pp. 432-4.
  4. Brown, James I, p. 117; Cowan & Easson, Medieval Religious Houses, p. 87.
  5. (en) Cowan & Easson, Medieval Religious Houses, p. 86; Stevenson, Life and Death of King James the First, p. 11; Watt & Shead, Heads of Religious Houses, p. 174.
  6. a b et c Cowan & Easson, Medieval Religious Houses, p. 86.
  7. (en) Brown, James I, p. 117.
  8. (en) Brown, James I, p. 194.
  9. (en) Watt & Shead, Heads of Religious Houses, p. 174.
  10. Oswaldi de Corda Opus pacis (Turnholt: Brepols, 2001)
  11. (en) Brown, James I, p. 117; Cowan & Easson, Medieval Religious Houses, p. 86.
  12. Brown, James I, p. 124.
  13. Brown, James I, p. 179.
  14. Cowan & Easson, Medieval Religious Houses, pp. 86-7.
  15. a et b Cowan & Easson, Medieval Religious Houses, p. 87.
  16. (en) Cowan & Easson, Medieval Religious Houses, p. 87; Watt & Shead, Heads of Religious Houses, p. 176.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article

  • Anonyme, Maisons de l'Ordre des Chartreux : Vues et notices, t. 4, Parminster, Sussex, Chartreuse de Saint-Hugues, , 318 p. (lire en ligne), p. 49-51.
  • Bartlett, Robert, England Under the Norman and Angevin Kings, 1075-1225, (Oxford, 2000)
  • Brown, Michael, James I, (East Linton, 1994)
  • Cowan, Ian B. & Easson, David E., Medieval Religious Houses: Scotland With an Annex on the Houses in the Isle of Man, Second Edition, (Londres, 1976)
  • Lawson, John Parker, The Book of Perth: An Illustration of the Moral and Ecclesiastical State of Scotland before and after the Reformation, with Introduction, Observations, and Notes, (Edinburgh, 1847)
  • Stevenson, Joseph, (éd. ) & Elphinstone, William, The Life and Death of King James the First of Scotland, (Édimbourg, 1837)
  • Watt, DER et Shead, NF (éd. ), Les chefs de maisons religieuses en Écosse du XIIe au XVIe siècle, The Scottish Records Society, New Series, Volume 24, (Édimbourg, 2001)
  • Oswaldi de Corda Opus pacis (Turnhout : Brepols, 2001)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]