Charmaine Scotty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une femme politique image illustrant Nauru
Cet article est une ébauche concernant une femme politique et Nauru.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Charmaine Eraidinomo Scotty
Fonctions
Ministre de l'Intérieur, de l'Éducation et de la Jeunesse, et de la Gestion des terres
En fonction depuis le
Président Baron Waqa
Prédécesseur Sprent Dabwido (Intérieur)
Roland Kun (Éducation)
Députée de Yaren
En fonction depuis le
Prédécesseur Dominic Tabuna
Biographie
Nationalité nauruane
Parti politique aucun

Charmaine Eraidinomo Scotty[1] est une femme politique nauruane.

Elle fait tout d'abord carrière dans la haute fonction publique, exerçant le poste de secrétaire permanente successivement aux ministères de la Santé, de l'Intérieur et de la Justice[1]. Elle est candidate sans succès aux élections législatives de 2010, mais est élue députée de Yaren (la capitale de facto) aux législatives du 8 juin 2013. La circonscription de Yaren élit deux députés ; elle arrive en tête, devançant le médecin, ancien ministre et homme politique vétéran Kieren Keke, qui est réélu pour le second siège. Le député sortant Dominic Tabuna est ainsi battu[1]. Il n'y a pas de partis politiques à Nauru ; Charmaine Scotty siège donc sans étiquette. Son élection est historique : elle n'est que la seconde femme dans l'histoire du pays à avoir été élue députée, après Ruby Dediya (députée de 1986 à 1992 et de 1995 à 1997)[1].

Le 13 juin, le nouveau Président Baron Waqa la nomme ministre de l'Intérieur, de l'Éducation et de la Jeunesse, et de la Gestion des terres dans son gouvernement[2]. Fin 2013 et début 2014, le gouvernement Waqa est vivement critiqué, à la fois par l'opposition et à l'étranger, pour avoir restreint la venue de journalistes étrangers sur l'île, puis pour avoir déporté les deux seuls juges du pays, tous deux de nationalité australienne. Interrogée par Radio Australia en tant que ministre de l'Intérieur, Charmaine Scotty accuse les deux juges d'avoir été trop proches de l'opposition, et d'avoir fait partie d'un « réseau de copinage. Ils mettaient constamment en œuvre des projets néfastes pour le bien-être de notre peuple et de notre pays »[3]. Au cours des deux années et demi qui suivent, le gouvernement dont elle fait partie impose des restrictions sur la liberté de la presse, et suspend indéfiniment du Parlement cinq des sept députés d'opposition, s'attirant les critiques d'Amnesty International pour la « détérioration de l'État de droit » à Nauru[4].

Elle est réélue députée de Yaren lors des élections législatives de juillet 2016[5].

L'époux de Charmaine Scotty est le cousin de l'ancien président de la république Ludwig Scotty, qui siège également dans le Parlement élu en 2013[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) "Ms Charmaine Eraidinomo Scotty elected in Nauru's Yaren Constituency!", Pacific Women in Politics, 9 juin 2013
  2. (en) "President Waqa names his cabinet", gouvernement de Nauru, 13 juin 2013
  3. (en) "A mess or a misunderstanding? Nauru minister defends her government", Radio Australia, 27 janvier 2014
  4. (en) "Nauru: Weakening human rights protections and the rule of law", Amnesty International, novembre 2015
  5. (en) Résultats des élections législatives de 2016, Commission électorale
  6. (en) "Nauru gets second woman MP, first in nearly 30 years", Radio New Zealand International, 10 juin 2013