Charly (Cher)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Charly
Charly (Cher)
Église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Saint-Amand-Montrond
Intercommunalité Communauté de communes Pays de Nérondes
Maire
Mandat
Dominique Regnault
2020-2026
Code postal 18350
Code commune 18054
Démographie
Population
municipale
246 hab. (2019 en diminution de 2,38 % par rapport à 2013)
Densité 9,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 54′ 00″ nord, 2° 44′ 59″ est
Altitude Min. 169 m
Max. 256 m
Superficie 25,66 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Bourges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de La Guerche-sur-l'Aubois
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Charly
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Charly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charly

Charly est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par la rivière de l'Airain.

La commune fait partie du canton de Nérondes ; en 2015, à la suite du redécoupage des cantons du département, elle fera partie du canton de La Guerche-sur-l'Aubois[1],[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Charly est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bourges, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 112 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (93,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (60,1 %), prairies (31,7 %), forêts (6,7 %), zones agricoles hétérogènes (1,1 %), zones urbanisées (0,2 %), eaux continentales[Note 3] (0,2 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le chevet de l'église Notre-Dame.

La paroisse est mentionnée au XIIIe siècle sous le nom de Charliaco, d'où le nom des habitants de Charly, les Charliacois.

La paroisse était alors sous le vocable de saint Symphorien et sa nomination dépendait de l'abbesse des Bénédictines de Limoges qui possédait le prieuré de Charly (église Notre-Dame, voir plus bas).

On ne trouve pas d'archives concernant le monastère avant 1485, à la mort de sa prieure Jacqueline de Blanchefort.

En 1626, la seigneurie de Charly qui appartenait aux seigneurs de Moulin-Porcher (à Charly), a été donnée aux religieuses. En 1793, les religieuses durent quitter leur monastère qui fut vendu comme bien national. L'église devint alors un temple ouvert à l'exercice de toutes les religions.

Le monastère qui était situé au sud de l'église et comportait cinq corps de bâtiments, avec cloître et chapelle, fut complètement détruit.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001   Dominique Régnault[1] DVD Agriculteur
mars 2014 en cours Dominique Regnault[10],[11]   Agriculteur sur moyenne exploitation

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2019, la commune comptait 246 habitants[Note 4], en diminution de 2,38 % par rapport à 2013 (Cher : −3 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
617598634634885810776848847
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
842843868853884873854816777
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
745714639512486478443445432
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
399364273272252257233226252
2018 2019 - - - - - - -
247246-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les peintures murales du chœur de l'église.

Église Notre-Dame : XIIe siècle, XVe siècle, restauration 1854-1856 [16].

L'église est sans doute bâtie au XIIe siècle[17] sur l'emplacement d'un édifice plus ancien dont on a retrouvé les fondations sous le transept actuel. L'église est démolie après le départ des religieuses en 1793, il n'en reste alors que le chœur. Restituée en janvier 1800 au culte catholique, des réparations d'urgence sont effectuées en 1816. Les travaux de restauration ne commencent qu'en 1854 et durent jusqu'en 1868. La nef a été reconstruite en 1854 par les soins de Pierre Marie Lenoir, alors curé de la paroisse. Elle est consacrée à Notre-Dame à cette date.

Le chœur, l'abside en hémicycle et la tour centrale sont anciens. Deux chapelles latérales datent du XVIe siècle. À l'extérieur, le chevet et soutenu par des contreforts formés d'une colonne et de deux colonnettes dont les chapiteaux sont remplacés par un décrochement de la corniche. La tour du clocher central a été très restaurée.

Lors des travaux de restauration de l’église, le curé Lenoir fait disparaître des peintures semblables à celle de l’église de la commune voisine de Chalivoy-Milon. Totalement repeintes, ces fresques se présentent maintenant comme des témoignages du style des peintures murales du XIXe siècle. Sur les murs nord et sud du chœur, deux scènes sont ajoutées, copiées sur des fresques de l’église de Saint-Savin, à savoir Jésus-Christ accompagné des Évangélistes, et les 24 vieillards. Le peintre restaurateur est un certain Henri Lescalier père, artiste-peintre de Bourges. La chapelle latérale droite, datant du XVe siècle est consacrée au Sacré-Cœur. Les vitraux ont été réalisés par les ateliers Lubin à Tours en 1863[18].

Les travaux de restauration du curé Lenoir passent des 500 francs initialement accordés par l’administration communale à 55 000 francs, dont un habitant de Charly, M. Chenu, décédé en 1866, a offert une partie par un legs.

L’église Notre-Dame-de-Charly est classée parmi les Monuments Historiques depuis 1862[19].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Comme l'indiquent les registres paroissiaux, Notre-Dame de Charly est l' église du baptême de Mgr Jean-Marie Dubois, chancelier de l'archidiocèse de Paris et secrétaire du chapitre de Notre-Dame de Paris, et du mariage de ses parents, Jean-Philippe et Thérèse née Burgaud, résidant au château de Pierry.

Culture[modifier | modifier le code]

En 2011, l'association La Charliacoise[20] a fêté ses 20 ans de concerts à l'intérieur de l'église de Charly dans le cadre du Festival de Musique des églises romanes du Berry.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Liste des maires du Cher et appartenance des communes aux cantons sur le site de la préfecture (consulté le 26 septembre 2014).
  2. Décret no 2014-206 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Cher
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  16. « Berry Roman: en Berry: ma campagne a du style, Berry province.com », p. 18
  17. Deshoulières 1932, p. 81.
  18. Berry républicain 2012.
  19. « Église Notre-Dame de Charly », notice no PA00096761, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. L'association La Charliacoise

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Marie Lenoir, De la peinture murale dans les monuments du Moyen Âge et des fresques de l’église de Charly, Bourges, 1868.
  • François Deshoulières, « Église Notre-Dame de Charly », dans Les Églises de France : Cher, Paris, Librairie Letouzey et Ané, , p. 81
  • Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le guide du patrimoine Centre Val de Loire, Paris, Hachette, , 711 p. (ISBN 2-01-018538-2), p. 262.
  • « L’architecture romane au menu : Charly », Le Berry républicain,‎ .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]