Charlotte de La Trémoille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’île de Man
Cet article est une ébauche concernant l’île de Man.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

 Ne pas confondre avec Charlotte-Catherine de La Trémoille, princesse de Condé.
Charlotte de La Trémoille
Charlotte Countess derby.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Domicile
Père
Mère
Conjoint
Enfant
Charles Stanley (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Autres informations
Conflits
Première Révolution anglaise, siège de Lathom House (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Charlotte Stanley comtesse de Derby (1599 - 1664), née Charlotte de La Trémoille était la fille de Claude de La Trémoille, duc de Thouars et pair de France, et de Charlotte-Brabantine d'Orange-Nassau. Le 26 juin 1626, elle épousa le 7e comte de Derby, James Stanley, seigneur de l'île de Man.

Elle joua un rôle essentiel dans la capitulation de l'île de Man devant le Parlement de Londres en octobre 1651, rôle que les Mannois lui reprochèrent vivement au point de l'obliger à fuir l'île, en proie à une insurrection menée par le leader patriote Illiam Dhone.

Elle meurt à Knowsley, près de Londres, le 31 mars 1664.

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

Portrait de James
septième comte de Derby

et sa famille

par Antoine van Dyck
Frick Collection, New York

Charlotte de La Trémoille et James Stanley eurent quatre filles et cinq garçons, dont quatre seulement atteignirent l'âge adulte[1] :

  • Charles Stanley (19 janv. 1628 - 21 déc. 1672), futur 8e comte de Derby.
  • Henrietta Maria Stanley (17 nov. 1630 - 27 déc. 1685), femme de William Wentworth, 2e comte de Strafford.
  • Amelia Ann Sophia Stanley, femme de John Murray, 1er marquis d'Atholl.
  • Catherine Stanley, femme de Henry Pierrepont, 1er marquis de Dorchester.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Portraits of Illustrious Personages of Great Britain, Edmund Lodge, Harding and Lepard, 1835.