Charlotte Moore Sitterly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charlotte Moore Sitterly
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Ercildoun (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
WashingtonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Charlotte Emma Moore-SitterlyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Influencée par
Distinctions

Charlotte Moore Sitterly ( à Ercildoun, près de Coatesville en Pennsylvanie - à Washington, D.C.) est une astrophysicienne américaine dont la carrière a été marquée par ses travaux sur l'analyse spectroscopique du soleil et des étoiles. Elle fut parmi les six premières femmes à recevoir le Federal Woman's Award en 1961. Elle avait été, en 1949, la première scientifique admise en tant qu'associé étranger par la Royal Astronomical Society.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charlotte Moore est née le à Ercildoun, en Pennsylvanie. Ses parents, quakers, étaient dans l'enseignement et la poussèrent à étudier. Diplômée en mathématiques en 1920 du Swarthmore College, elle devient l'assistante de Henry Norris Russell à l'observatoire de l'Université de Princeton où elle commença à pratiquer la spectroscopie. Elle travailla également à l'observatoire du Mont Wilson avec Charles Edward St. John (en) et publia, en 1928 une monographie sur le spectre solaire, et une version révisée de Preliminary Table of Solar Waves Lengths, de Henry Rowland.

En 1931, elle obtient son doctorat à Berkeley avec une thèse sur l'analyse spectrographique des taches solaires, et revient à Princeton où elle travaillera jusqu'en 1945. C'est aussi à Princeton qu'elle rencontre, et épouse en 1937, le physicien et astronome Bancroft Walker Sitterly.

En 1945, Moore rejoint le National Bureau of Standards (devenu le National Institute of Standards and Technology en 1988) à Washington, D.C, dans la section de spectroscopie dirigée alors par William Meggers (en) en 1945. Son travail au sein du NBS résulte notamment dans la publication, entre 1949 et 1958, des trois volumes de l'ouvrage de référence Atomic Energy Levels as Derived from the Analyses of Optical Spectra.

Parmi ses découvertes notables, on note sa découverte de la possibilité de la présence de technétium à l'état de traces dans le soleil en 1952.

Moore quitte le NBS en 1968. Elle travaille à la Division des sciences de l'espace du Naval Research Laboratory jusqu'en 1978.

Elle meurt d'un arrêt cardiaque le à son domicile de Washington.

Distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Courte biographie sur le site The Bruce Medalists de l'Astronomical Society of the Pacific (la page affiche en plus une photo du lauréat et propose plusieurs liens web)