Charlotte Garson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garson.
Charlotte Garson
Naissance
France
Nationalité française
Profession journaliste
critique de cinéma
Bilan médias
Pays France
Média presse écrite
Presse écrite Études
Images documentaires
Trafic

Charlotte Garson, née en 1975 en France, est une journaliste et critique de cinéma française[1].

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Née en 1975 en France, Charlotte Garson a étudié à l'Université Paris 7 - Paris-Diderot, l'University College de Londres, et l'Université Columbia à New York[2],[3]. En 1999, elle crée le site de critique sur internet Cinéfeuille.org[4].

Garson est recrutée à la rédaction des Cahiers du cinéma en 2001, alors que Charles Tesson et Jean-Marc Lalanne sont les rédacteurs en chef de la revue. Elle devient collaboratrice régulière d'octobre 2001 à juin 2013, signant plus de 450 textes dans la revue[1]. Après un premier texte sur la critique américaine Pauline Kael, elle s'intéresse particulièrement aux cinémas du monde (Amérique du Sud, Afrique, Asie), au documentaire, et à l'industrie du cinéma. Elle écrit des textes sur Elia Suleiman, Hirokazu Kore-eda, Carlos Reygadas, Nuri Bilge Ceylan, Frederick Wiseman, Peter Watkins, et Rithy Panh, et réalise des entretiens avec Naomi Kawase (2002), Alain Cavalier (2004), Aki Kaurismäki (2006), Richard Linklater (2006), James Gray (2007), Hou Hsiao-hsien (2008), Albert Serra (2008), Francis Ford Coppola (2009), Quentin Tarantino (2009), et Wes Craven (2011)[1]. Elle est également responsable des numéros "Atlas" bilingues publiés par les Cahiers pendant les années 2000[3].

Parallèlement aux Cahiers, Garson collabore à la revue Études à partir de 2001[3]. Elle travaille comme conférencière en salles et lors de formations d'enseignants dès 2002[2], et écrit une vingtaine d'articles à Chronic'art de 2003 à 2004[5]. En 2007, elle publie son premier ouvrage sur le cinéma à destination des adolescents, Amoureux, chez Actes Sud Junior en coédition avec la Cinémathèque française[6]. Elle publie encore deux ouvrages aux éditions des Cahiers du cinéma, sur le cinéma hollywoodien et sur Jean Renoir, puis signe plusieurs livrets pédagogiques pour les collèges publiés par le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC), sur Les Demoiselles de Rochefort (2010), French Cancan (2011) et Le Dictateur (2012)[2]. Durant cette période, elle participe régulièrement à plusieurs émissions sur France Culture, dont La Dispute[4].

Entre 2010 et 2014, elle prend la succession de Jean-Philippe Tessé à la co-programmation du Festival des trois continents, avec Jérôme Baron[3],[7], puis dès 2010 collabore comme rédactrice au festival Cinéma du réel, organisé par la Bibliothèque publique d'information (BPI) au Centre Pompidou[2]. Après avoir quitté les Cahiers début 2013, Garson continue à diriger les pages cinéma d'Études, et publie des textes dans les revues Images documentaires à partir de juillet 2013, et Trafic à partir de l'hiver 2015[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Charlotte Garson », sur Ciné-ressources (consulté le 23 octobre 2016)
  2. a b c et d « Charlotte Garson »
  3. a b c et d Catalogue du 36ème Festival des 3 Continents, Nantes, Association Les 3 Continents, , 152 p.
  4. a et b « Charlotte Garson », sur France Inter (consulté le 23 octobre 2016)
  5. « Charlotte Garson », sur Chronic'art (consulté le 23 octobre 2016)
  6. Franck Senaud, « Charlotte Garson. Entretien », sur Préfigurations (consulté le 23 octobre 2016)
  7. Théodore Mareschal, « Charlotte Garson », sur 3 Continents (consulté le 23 octobre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]