Charlotte Flandrina d'Orange-Nassau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charlotte Flandrina d'Orange-Nassau (Anvers, – Poitiers, ), convertie au catholicisme, elle devient abbesse de l'Abbaye Sainte-Croix de Poitiers. Est est la fille de Guillaume Ier d'Orange-Nassau et de Charlotte de Montpensier[1]. Sa mère décède en 1582 et elle rejoint son grand-père Louis III de Montpensier.

Une Abbesse mécène[modifier | modifier le code]

L'Abbaye connaît une période faste durant l'abbatiat de Charlotte-Flandrine de Nassau, entre 1603 et 1640. Fille du stathouder Guillaume le Taciturne (qui avait accompagné Gaspard II de Coligny lors du siège de Poitiers en 1569), et sœur de Charlotte-Brabantine d'Orange-Nassau, duchesse de la Tremoille, elle avait abjuré le protestantisme avant de devenir abbesse à Poitiers.

Elle permet le retour à l'observance dans ce monastère (clôture et communauté de biens) et permet une bonne gestion du patrimoine de l'abbaye. Elle fait faire de nombreux travaux d'ornement dans l'abbatiale, et fit venir de nombreux tableaux de hollande pour les besoins de l'abbaye. On conserve ainsi au Musée Sainte-Croix le chemin de croix, en partie œuvre du peintre d'Utrecht Everard Quirinsz van der Maes (1577-1656)[2]. Flandrine de Nassau offrit aussi le grand retable de style baroque dans la chapelle du collège des jésuites, la Chapelle Saint-Louis de Poitiers.

Sa correspondance[modifier | modifier le code]

Jean-Luc Tulot a transcrit des lettres d’Elisabeth de Nassau à sa sœur. La majorité des lettres de Flandrine de Nassau à sa sœur la duchesse de Bouillon, ont été écrites par celle-ci entre le 2 septembre 1619 et le 15 juin 1620 alors que la duchesse de Bouillon avait entrepris un voyage dans ses terres du sud-ouest à l’occasion duquel elle conduisit à Thouars en son ménage sa fille aînée Marie qui le 18 février 1619 avait épousé à Sedan son cousin germain Henri III de La Trémoille duc de Thouars. Les deux sœurs protestantes Elisabeth et Brabantine acceptaient difficilement la clôture de leur sœur[3].

Son éloge[modifier | modifier le code]

Claude Allard écrivit Le miroir des Ames religieuses, ou la vie de très haute et très religieuse princesse, Madame Charlotte Flandrine de Nassau, très digne abbesse du monastère de Sainte-Croix de Poitiers. Poitiers, Thoreau, 1653, in-4. Ce livre divisé en 6 parties, est un éloge outré de l'abbesse de Sainte-Croix.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Labande-Mailfert (Y.) Histoire de l'abbaye Sainte-Croix de Poitiers: quatorze siècles de vie monastique, Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest, 4e sér., t. 19, années 1986-1987

Notes et références[modifier | modifier le code]