Charlotte-Rose de Caumont La Force

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charlotte-Rose de Caumont La Force
Biographie
Naissance
Décès
Activités

Charlotte-Rose de Caumont La Force, née en Guyenne en 1650 et morte en 1724, est une romancière et poétesse française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Caumont.

Charlotte-Rose de Caumont est la petite-fille de Jacques Nompar de Caumont, fille de François de Caumont La Force, marquis de Castelmoron[Lequel ?] et de Marguerite de Viçose ; protestante, elle se convertit au catholicisme en 1686 et reçoit de Louis XIV une pension de mille écus. Demoiselle de compagnie du Madame de Guise, elle se distingue bientôt à la cour par son esprit et sa grâce. Ses aventures font beaucoup de bruit, surtout celles qu'elle eut avec le comédien Baron et avec le fils du président de Brion. En 1697, en raison de ces rumeurs scandaleuses à son sujet, le roi la force à se retirer à l'abbaye bénédictine de Gercy-en-Brie à peine de perdre sa pension. C'est à cette époque qu'elle écrit ses mémoires, les Pensées chrétiennes de défunte Mlle de La Force.

Ses ouvrages sont presque tous des romans historiques ou des recueils d'aventures galantes, écrits avec agrément. Ses premiers romans sont dans la veine des "histoires secrètes" très populaires en son temps, de courts romans relatant "l'histoire secrète" d'une personne célèbre et l'action généralement liée à une intrigue amoureuse, telle que l’Histoire secrète de Marie de Bourgogne (1694, 2 vol. in-12), l’Histoire secrète des amours de Henri IV, roi de Castille (1695), l’Histoire de Marguerite de Valois, reine de Navarre (1696), Gustave Vasa, histoire de Suède (Lyon, 1698, 2 vol. in-12) ou encore l’Histoire secrète de Catherine de Bourbon, duchesse de Bar (Nancy, 1703, in-12), plusieurs fois réimprimée sous différents titres.

Au moins trois de ces histoires secrètes sont liées entre elles : elles mettent en effet en scène des membres d'une même famille. Secrètement éprise du comte d'Angoulème, Marie de Bourgogne a épousé Maximilien de Habsbourg. Le comte épousera malgré lui Louise de Savoie et deviendra le père de Marguerite de Valois, elle-même figure centrale du roman éponyme, et grand-mère de l'héroïne de l'Anecdote galante ou Histoire secrète de Catherine de Bourbon, duchesse de Bar).

La première partie de l'Histoire de Marguerite de Valois, reine de Navarre (six histoires enchâssées) paraît en 1696 mais elle est complétée d'une seconde partie en 1720 : l'ensemble comporte à cette date quatorze nouvelles enchâssées.

Charlotte-Rose de Caumont est également connue pour sa participation (avec Henriette-Julie de Murat, Marie-Catherine d'Aulnoy, Marie-Jeanne L'Héritier de Villandon et Charles Perrault) à la vogue des contes de fées au XVIIe siècle. On lui doit Les Contes des contes (1698) et Les Contes des fées.

Ses romans ont eu beaucoup de succès en Europe au XVIIIe siècle.

Elle a été membre de lAcadémie des Ricovrati de Padoue.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Contes des contes, Paris, Simon Benard, (lire en ligne).
  • Les Jeux d'esprit, ou La promenade de la princesse de Conti à Eu, Paris, Aubry, (lire en ligne).
  • Memoire historique ou Anedocte galante et secrete de la duchesse de Bar, Amsterdam, Desbordes, (lire en ligne).
  • Raymonde Robert (dir.), Avec Louise d'Auneuil, Catherine Bernard, Cathérine Durand et Marie-Jeanne L'Héritier, Contes, Paris, Champion, coll. « Sources classiques » (no 53), (ISBN 978-2-7453-0980-8).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Cormier, « L'Histoire de Marguerite de Valois, reine de Navarre, sœur de François Ier de Charlotte-Rose Caumont de la Force est-elle l'histoire d'une illustre Française ? », dans Luc Fraisse, Séries et variations : études littéraires offertes à Sylvain Menant, Paris, Presse de l'Université Paris-Sorbonne, coll. « Lettres françaises », , 433-449 p. (ISBN 978-2-84050-727-7).
  • Georges Grente, Dictionnaire des lettres françaises : le XVIIe siècle, Paris, Fayard, (ISBN 2-253-05664-2).
  • Michel Souloumiac, Mademoiselle de La Force : un auteur méconnu du XVIIe siècle, La Force, ARAH, (ISBN 978-2-9520805-1-4).
  • Charlotte Trinquet, « Mademoiselle de la Force, une princesse de la République des lettres », Œuvres et Critiques, vol. 35, no 1,‎ .

Notes et références[modifier | modifier le code]