Charles de Spoelberch de Lovenjoul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le vicomte Charles de Spoelberch de Lovenjoul, né à Bruxelles le , mort à Royat le , est un érudit, collectionneur et écrivain belge. Sa bibliothèque est conservée par l'Institut de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Héritier d’une ancienne famille de l’aristocratie belge, passionné de littérature française, Lovenjoul constitua une imposante bibliothèque sur les écrivains français du XIXe siècle, comprenant des volumes, des revues littéraires, des journaux et, à partir de 1870, des manuscrits et des lettres autographes qu’il légua à l’Institut de France en mai 1905. La collection comprend les œuvres manuscrites et imprimées d’Honoré de Balzac, George Sand, Théophile Gautier, la majorité de la correspondance de Gustave Flaubert mais aussi de nombreux documents sur les écrivains du XIXe siècle, notamment Sainte-Beuve : 1 500 manuscrits[1], 40 000 volumes imprimés, 900 titres de périodiques (pour la période 1800-1907), des objets et souvenirs divers, ainsi qu’une grande quantité d’archives personnelles, dont sa correspondance, riche de quinze mille lettres.

L'Hôtel Spoelberch de Lovenjoul (à droite), a abrité la collection du vicomte entre 1910 et 1987.

Transportée depuis Bruxelles en 1910 sous l'œil vigilant de Georges Vicaire et installée par ses soins dans l'ancien couvent des religieuses de Saint-Joseph-de-Cluny, au 23 rue du Connétable à Chantilly, la collection comporte 659 caisses de livres et de papiers et 818 ballots de journaux. Les frais de garde et d'entretien de la collection devaient être réglés grâce aux revenus de l'hôtel du boulevard du Régent, également légué à l'Institut. C'est l'ami et exécuteur testamentaire Eugène Gilbert qui veilla à la bonne exécution du testament et en particulier au choix, suggéré par Gabriel Hanotaux, de Georges Vicaire comme Conservateur ; Georges Vicaire était un bibliographe et bibliophile érudit, grand Balzacien, ami du vicomte et attaché à la bibliothèque Mazarine.

En 1987, la collection a été transférée à la bibliothèque de l’Institut de France. Les portraits du père d’Honoré de Balzac et de Laure de Berny sont exposés dans la salle de lecture, ainsi que le portrait photographique de Lovenjoul[2].

Lovenjoul a rassemblé les écrits balzaciens dispersés à la mort d’Évelyne Hańska. Grâce à lui, l’Institut de France conserve désormais la majorité des manuscrits et des épreuves corrigées de Balzac. Classée par Georges Vicaire, la collection a été mise à la disposition des chercheurs en 1914. Son catalogue, établi par Georges Vicaire, a été publié dans une version condensée : Chantilly, Bibliothèque Spoelberg de Lovenjoul, Bibliothèque nationale, 1960 (Catalogue général des bibliothèques publiques de France, t. LII).

Lovenjoul rencontra George Sand peu après 1870 et il proposa à la romancière de réaliser une édition de ses œuvres complètes pour lesquelles elle commença à rédiger de nouvelles dédicaces. Mais George Sand mourut avant que son travail ne soit achevé et le projet fut abandonné[3].

Ce grand érudit participa lui-même à l’édition des œuvres de ses auteurs préférés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ABES, « Calames », abes.fr
  2. Jacques Suffel, « La Collection balzacienne du vicomte Spoelberch de Lovenjoul », Bulletin du bibliophile, t. II, 1970, p. 111-135
  3. Charles Spoelberch de Lovenjoul, George Sand. Étude bibliographique sur ses œuvres, Paris, H. Leclere, 1914, Collection Lovenjoul

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Lundis d’un chercheur, Calmann-Lévy, (1894)
  • Un roman d’amour, Calmann-Lévy, (1896)
  • Histoire des œuvres d’Honoré de Balzac, Paris, Calmann Lévy, (lire en ligne)
  • Autour d’Honoré de Balzac (1897). Réédité par Slatkine (1973)
  • Études balzaciennes. Un roman d’amour (1896). Réédité par Slatkine (1973)
  • Histoire des œuvres de Théophile Gautier (1887). Réédité par Slatkine (1968)
  • La Genèse d’un roman de Balzac : les Paysans, Lettres et fragments inédits (1901). Réédité par Slatkine (1968)
  • Une Page perdue de H. de Balzac : notes et documents (1903). D'abord publié sous forme de feuilleton dans Le Figaro du au

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Carez, Le Vicomte de Spoelberch de Lovenjoul, Bruxelles, J. Goemaere, 1905.
  • Alice Ciselet, Le Vicomte de Spoelberch de Lovenjoul : un grand bibliophile, Paris ; Bruxelles, Éditions universitaires, 1948
  • Catherine Faivre d’Arcier, Lovenjoul (1836-1907). Une vie, une collection, Paris, Kimé, 2007. (ISBN 9782841744213)
  • Charles de Lovenjoul et Michel Lévy, Correspondance, éd. C. Faivre d’Arcier, Paris, H. Champion, 2005. (ISBN 9782745311856)
  • Spoelberch de Lovenjoul (Charles, Victor, Maximilien, Albert, vicomte de) », Biographie nationale [de Belgique], t. 34, fasc. ii, Bruxelles, 1968, col. 716-726
  • Roger Pierrot, « Un Pionnier des études génétiques. Le vicomte de Lovenjoul et Les Paysans de Balzac », Genesis, revue internationale de critique génétique, Jean-Michel Place, n° 5, 1994, p. 167-73.
    Sur les autographes des lettres : les pages ix-xix de LH B I avec les lettres échangées entre Lovenjoul, Calmann et Paul Lévy.
  • Correspondance de Gustave Flaubert, collection de la Pléiade (5 volumes)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :