Charles de Rochefort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un acteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un acteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Charles de Rochefort
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Charles d'Authier de RochefortVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Charles d'Authier de Rochefort, plus connu sous le nom de Charles de Rochefort, né le à Port-Vendres, dans les Pyrénées-Orientales[1] et mort le dans le 8e arrondissement de Paris, est un acteur et réalisateur français qui fut une star du cinéma muet.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles de Rochefort est le fils de Paul-Charles-Dominique d'Authier de Rochefort (Mostaganem 1848 - Nice 1911), agent de la compagnie transatlantique, et de Camille-Caroline-Rose-Félicité Guelfucci, domiciliés à Port-Vendres au moment de sa naissance[1].

Étudiant à Oran en 1907, Charles est alors exempté de service militaire[2]. Sa carrière d'acteur débutant est interrompue par la Première Guerre mondiale. Classé bon pour le service actif par le conseil de révision du département de la Seine en novembre 1914, il est incorporé dans l’infanterie en mars 1915. Affecté au 166e régiment d'infanterie, il y est rapidement nommé caporal puis sergent. Cité à l’ordre de la brigade et décoré de la Croix de guerre pour son attitude au feu au début de la bataille de Verdun, Charles de Rochefort est promu sous-lieutenant en mars 1916. Porté disparu lors de l’attaque de Vermandovillers le 5 septembre suivant au cours de la Bataille de la Somme, il est fait prisonnier de guerre et interné au camp de Gütersloh. Rapatrié sanitaire via la Suisse en 1918, il est démobilisé en mars 1919[2].

Star du cinéma muet, il tourne en France, aux États-Unis et en Italie une trentaine de films en tant qu'acteur et une dizaine d'autres en tant que réalisateur. Comparse habituel de Max Linder, il joue aussi sous la direction d'Abel Gance, Léonce Perret et Victor Fleming.

Son rôle le plus prestigieux est celui du pharaon Ramsès II dans la version muette des Dix Commandements réalisée par Cecil B. DeMille en 1923. Il y est crédité sous le nom abrégé de Charles de Roche[3], sous lequel il apparaît aussi dans plusieurs autres films tournés de 1923 à 1925.

En 1936, il se reconvertit du plateau vers la scène en prenant la direction du théâtre Albert-Ier à Paris, situé 64, rue du Rocher, et le rebaptise de son nom, théâtre Charles-de-Rochefort. Il y fait représenter de nombreuses pièces policières et à suspens dont Allô, Police-secours écrite sous le pseudonyme de Chas D. Strongstone.

De nouveau mobilisé en 1939 et promu capitaine de réserve[2], il est blessé en 1940 ; son épouse Mary Grant prend alors la direction de la salle, qu'elle assurera jusqu'en 1972 avec son fils Jean Dejoux.

Sous l'Occupation, Charles de Rochefort publie avec l'aide du journaliste Pierre Andrieu un recueil de souvenirs intitulé Le Film de mes souvenirs, secrets de vedettes (Paris, Société parisienne d'édition, 1943, 239 p).

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

En tant qu'acteur[modifier | modifier le code]

En tant que réalisateur[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

En tant qu'acteur[modifier | modifier le code]

  • 1936 : Allô, Police-secours de Chas D. Strongstone, mise en scène Charles de Rochefort, théâtre Charles-de-Rochefort
  • 1937 : L'Étrange Croisière d'Anne Mariel, mise en scène Charles de Rochefort, théâtre Charles-de-Rochefort
  • 1942 : La Tornade de Pierre Maudru, mise en scène Charles de Rochefort, théâtre Charles-de-Rochefort

En tant que metteur en scène[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]