Charles de Monchy d'Hocquincourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monchy et Hocquincourt.
Officier général francais 7 etoiles.svg Charles de Monchy
Marquis d'Hocquincourt
Image illustrative de l'article Charles de Monchy d'Hocquincourt

Naissance 1599
Décès (à 59 ans)
au siège de Dunkerque
Mort au combat
Origine Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Dignité d'État Maréchal de France
Années de service 1658
Conflits Guerre de Trente Ans
Guerre franco-espagnole

Blason Mailly-sur-Seille 54.svg
De gueules, à trois maillets d’o

Charles de Monchy, marquis d'Hocquincourt, né en 1599 et mort devant Dunkerque le , est un officier des règnes de Louis XIII et de Louis XIV, Maréchal de France en 1651.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles de Monchy, marquis d'Hocquincourt descend d'une ancienne famille de la noblesse de Picardie. Il est le fils de Georges de Monchy, seigneur d'Hocquincourt et de Claude de Monchy, dame d'Inquessen[1].

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Il se distingue dans les différentes campagnes contre les Espagnols, sous Louis XIII, à La Marfée, à Ville-Franche, à Lérida en 1642.

Maréchal de camp en 1639, il commande l'aile gauche de l'armée royale à la bataille de RethelTurenne, alors rebelle, est défait en 1650, et reçoit le bâton de maréchal de France le .

En 1652, il est battu à Bléneau par Louis de Condé, qui était alors dans les rangs des Espagnols.

Envoyé en Catalogne en 1653, il assiège Gérone sans succès puis participe au combat de Bordils. Il prend part au secours d'Arras au mois d'août 1654, mais ne parvient pas à empêcher la fuite de Condé.

Mais bientôt on le vit, pour plaire à des femmes qui étaient du parti de la Fronde (Madame de Montbazon et Madame de Châtillon), abandonner la cour et se joindre aux Espagnols (1655). Ceux-ci lui confient la défense de Dunkerque ; il est tué devant cette place le .

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Il épouse Eléonore d'Estampes (1607-1679), le , de cette union naissent huit enfants.

  • Georges de Monchy, marquis d'Hocquincourt, chevalier des Ordres du Roi (1688), gouverneur de Péronne, Lieutenant-général des Armées du Roi (1655), mestre de camp du régiment de Bretagne, il s’oppose à son père qui voulait livrer la ville de Péronne aux Espagnols ;
  • Armand de Monchy (?-1679), évêque de Verdun ;
  • Jacques de Monchy (?-1652) ;
  • Dominique de Monchy (?-1665). Il meurt noyé avec son vaisseau, après s'être distingué dans un combat naval contre les galères ottomanes le 28 novembre 1665, en compagnie de Tourville.
  • Honoré de Monchy d'Hocquincourt ;
  • Gabriel de Monchy, dit le comte d'Hocquincourt[2] (1643 - tué le 25 juillet 1675 - à Gramshusen, lors de l'attaque de l'église tué d'un coup de mousquet à la tête), exempt des Gardes du corps du Roi (1671, Cie de Rochefort), commandant des Dragons de la Reine ;
  • Claude de Monchy ;
  • Marguerite de Monchy.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
French heraldic crowns - marquis v2.svg
Blason Mailly-sur-Seille 54.svg

De gueules à trois maillets d'or.[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nobiliaire de Ponthieu - Tome II, p. 216
  2. « Gabriel de Monchy », sur roglo.eu (consulté le 24 février 2012)
  3. Michel Popoff (préf. Hervé Pinoteau), Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, , 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.