Charles d'Argent de Deux-Fontaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles d'Argent de Deux-Fontaines
Portrait de Charles-Marie d'Argent de Deux-Fontaines.jpg
Fonctions
Député d'Eure-et-Loir
-
Conseiller général d'Eure-et-Loir
-
Maire
Cloyes-sur-le-Loir
-
Maire
Cloyes-sur-le-Loir
-
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Charles, Marie d'Argent de Deux-FontainesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Homme politique, militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Grade militaire
Distinctions
Armoiries d'Argent de Deux-Fontaines.gif
blason

Charles, Marie d'Argent de Deux-Fontaines[1],[2], né à Soissons le et mort au château de Bouville à Cloyes-sur-le-Loir, le , est un militaire et homme politique français.

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Fils de Jean-Baptiste Arnould d’Argent de Deux-Fontaines[3],[4],[5], lieutenant-colonel du Génie, lieutenant des maréchaux de France à Metz, et de sa seconde épouse Charlotte Françoise Jeanne de Proisy d’Eppes, il appartient à une famille noble originaire de Champagne[6]. Sa mère appartient une famille de la noblesse chevaleresque de Picardie[7].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre à l'École polytechnique en 1806 puis devient lieutenant des gardes du corps du roi dans la compagnie écossaise commandée par le duc de Croÿ d'Havré, lors de la première Restauration. Il suit le Roi à Gand pendant les Cent-Jours puis sert comme officier supérieur dans la maison militaire des rois Louis XVIII et Charles X[8]. Il administre par ailleurs les biens du dernier Prince de Condé[9].

Il est nommé maire de Cloyes en 1824 sur proposition du comte de Quatrebarbes, sous-préfet de Châteaudun et décision du baron Giresse-Labeyrie, préfet d'Eure-et-Loir. Il fut titré baron par lettres patentes du roi Charles X en date du 28 janvier 1826[4],[5],[3] avec institution de majorat sur la terre et le château de Bouville apportés en dot le 14 octobre 1816 par son épouse Angélique-Charlotte Celier de Bouville[10], majorat qui fut dissous par ordonnance du 14 avril 1839[11]. Toutefois, comme son père avant lui depuis 1788, il porta un titre de courtoisie de marquis[2],[12],[13].

Chef d'escadron[14], Fourrier de la maison du Roi du 16 juin 1814 jusqu'en 1830, il est compris dans le licenciement de cette dernière lors de la Révolution de Juillet et démissionne de sa charge de maire le 18 août 1830. Il se retire dans sa terre de Bouville, à Cloyes-sur-le-Loir, où il s'occuppe d'améliorations agricoles[8].

Élu au conseil municipal de Cloyes le 4 juillet 1840, il est nommé maire le 15 février 1841 par le baron de Jessaint, préfet d'Eure-et-Loire et confirmé lors des renouvellements triennaux de 1843 et 1846. Conseiller général du département d'Eure-et-Loir en 1845, il est remplacé à la tête de la mairie le 28 mars 1848 par arrêté du sous-commissaire du gouvernement provisoire de la IIème République. Réélu au conseil municipal le 20 août 1848, il est élu député au Corps législatif par la première circonscription d'Eure-et-Loir contre le fils du Maréchal de Gouvion-Saint-Cyr, le 29 février 1852. Il siège parmi les défenseurs du nouveau gouvernement issu de la Constitution de 1852 jusqu'à son décès[8].

Il est inhumé au cimetière de Cloyes-sur-le-Loir[9]. Une rue de cette commune porte son nom[15].

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. vicomte Albert Révérend, Jean Tulard, Titres, anoblissements et pairies de la Restauration, 1814-1830, H. Champion, (lire en ligne), p. 55,
  2. a et b Charondas, A quel titre?, t. 36, (lire en ligne).
  3. a et b Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, t. 1, (lire en ligne), p. 304
  4. a et b Albert Révérend, Les familles titrées et anoblies au XIXe siècle : titres, anoblissements et pairies de la Restauration, 1814-1830, vol. I, Paris, H. Champion, (lire en ligne), p. 54.
  5. a et b Henri Jougla de Morenas, Raoul de Warren, Grand Armorial de France, t. 1 (lire en ligne), p. 225.
  6. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Robert Laffont, , 31 p..
  7. René de La Tour du Pin-Chambly de La Charce, Anciennes Familles militaires du Laonnois, Laon, (lire en ligne), p. 15.
  8. a b et c Adolphe Robert, Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français comprenant tous les membres des assemblées françaises et tous les ministres français depuis le 1er mai 1789 jusqu'au 1er mai 1889, t. 1, Bourloton, (lire en ligne), p. 90.
  9. a et b Renée Lhôte, Les marquis d'Argent de Deux-Fontaines, maires de Cloyes-sur-le-Loir, Société Dunoise d'Archéologie, Histoire, Sciences et Arts,
  10. Bulletin des lois du Royaume de France, (lire en ligne), p. 98.
  11. Bulletin des lois de la République franc̜aise, Numéros 408 à 438, (lire en ligne), p. 517.
  12. Archives départementales de l’Aisne, cote 5Mi0103 (lire en ligne), p. 103
  13. Archives départementales de l’Eure-et-Loir, cote 3 E 103/009 (lire en ligne), p. 74
  14. A. Fourcy, Histoire de l'École polytechnique, (lire en ligne), p. 425.
  15. « Rues, itinéraire et plan de Cloyes-sur-le-Loir, la Mairie de Cloyes-sur-le-Loir, sa commune et sa ville », sur www.annuaire-mairie.fr (consulté le 8 août 2019)

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Robert, Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français comprenant tous les membres des assemblées françaises et tous les ministres français depuis le 1er mai 1789 jusqu'au 1er mai 1889, t. 1, Bourloton, (lire en ligne), p. 90.
  • Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, t. 1, (lire en ligne), p. 304
  • Fernand de Saint-Simon, Etienne de Séréville, Dictionnaire de la noblesse française, , p. 118.
  • Henri Jougla de Morenas, Raoul de Warren, Grand Armorial de France, t. 1 (lire en ligne), p. 225.
  • René Lhote, Les marquis d'Argent de Deux-Fontaines, maires de Cloyes-sur-le-Loir, Société Dunoise d'Archéologie, Histoire, Sciences et Arts, 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]