Charles Verdrel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charles Verdrel
Illustration.
Buste de Charles-Amédée Verdrel
(Cimetière monumental de Rouen).
Fonctions
Maire de Rouen

(10 ans, 8 mois et 9 jours)
Prédécesseur Guillaume Ferry
Successeur Victor Rolet
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Rouen
Date de décès
(à 58 ans)
Lieu de décès Rouen
Sépulture Cimetière monumental
de Rouen
Nationalité Française
Profession Négociant

Charles Verdrel
Liste des maires de Rouen

Charles-Amédée Verdrel, né à Rouen le à Rouen et mort dans la même ville le , est un homme politique français, maire de Rouen de 1858 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le tombeau de Charles Verdrel au cimetière monumental de Rouen

Négociant en huiles de droguerie, garance, garancine et produits chimiques, Charles Verdrel demeurait au 13 bis rue de Fontenelle à Rouen. Il épousa en 1836 à Amiens Anne Coulon, qui lui donna deux enfants.

Élu juge suppléant au tribunal de commerce de Rouen le 4 novembre 1846, il fut appelé aux fonctions de juge le 30 août 1847. Il fut également président du tribunal de commerce de 1851 à 1856, membre de la chambre de commerce dès 1853, et administrateur de la Banque de France.

Élu conseiller municipal en 1852, il fut nommé maire de Rouen par décret impérial du 17 février 1858 en remplacement d'Ambroise Fleury, décédé. Il assuma les fonctions de maire du 3 mars 1858 au 12 novembre 1868 ; Victor Rolet lui succéda à ce poste jusqu'en 1870. Son nom est resté attaché au nouveau plan d'urbanisation : l'haussmannisation rouennaise de 1859. On lui doit en particulier les galeries et les halles des deux principaux marchés de Rouen, ainsi que les nouveaux quartiers inaugurés par l'ouverture de la rue de l'Impératrice (actuelle rue Jeanne-d'Arc) et de la rue de l'Hôtel-de-Ville (actuelle rue Jean-Lecanuet)[1].

Mémoires et témoignages[modifier | modifier le code]

Un square à Rouen porte son nom : l'ancien jardin Solferino (nom d'une victoire de Napoléon III sur les Autrichiens). Il a d'autre part existé devant le palais de justice une place Verdrel, ainsi appelée en 1868, année de sa mort. Elle se nommait auparavant la place du Marché Neuf[1]. C'est aujourd'hui la place Foch, ainsi rebaptisée après la Première Guerre mondiale.

Charles Verdrel a également son tombeau au cimetière monumental de Rouen. Cette sépulture témoigne « d'une étourdissante mégalomanie. Surmonté d'un buste du défunt, comprenant une représentation des armes de la ville et encadré de deux gigantesques pleurants aux mains jointes, ce monument spectaculaire évoque par des inscriptions l'ensemble des grands travaux réalisés sous le mandat de ce "baron Haussmann rouennais"[2] ».

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nicétas Périaux, Dictionnaire indicateur et historique des rues et places de Rouen, Rouen, , p. 643.
  2. (fr) « Rouen — C'est un jardin extraordinaire », Le Point, n° 1746, 17 janvier 2007.

Article connexe[modifier | modifier le code]