Charles Pigeon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles Pigeon
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
Pigeon D22.jpg
Vue de la sépulture.

Charles Pigeon né le au Mesnil-Lieubray[1] (Seine-Maritime) et mort le à Paris est un inventeur et entrepreneur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Si Charles Pigeon n'a pas, à proprement parler, inventé la lampe à essence, il est, par contre, le premier à produire et commercialiser un appareil d'éclairage portatif à essence breveté, ininflammable et inexplosible, reconnaissable par le dessin d'un pigeon posé sur un globe terrestre tenant en son bec une lampe.

Le brevet fut déposé sous le no 162634 en date du . La lampe Pigeon fut présentée à l'Exposition universelle de 1900.

Charles Pigeon meurt à son domicile à Paris au 54, rue de Rennes, le .

Inventions Pigeon[modifier | modifier le code]

Numéro Date dépôt Objet
162 634 09.06.1884 Lampe à essence de sécurité inexplosible
Additif 14.07.1884 Lampe à essence standard
191 657 07.07.1888 Table-bureau spéculum
275 903 14.03.1898 Système de roue hydraulique dite : moteur Pigeon
298 077 12.03.1900 Verre pour laboratoire de photographie
298 078 12.03.1900 Nouveau bec de lampe pour bougie à essence
301 977 07.07.1900 Nouveau bec pour lampe à essence tous types
307 858 05.02.1901 Nouveau réchaud à alcool type Le Sauveur
335 388 16.09.1903 Bandage de roue de véhicules
345 952 31.08.1904 Bandage de roue de véhicules
389 114 11.04.1908 Support à ailettes pour réchaud à alcool Le Sauveur
Additif 06.05.1909 Nouveau bec pour lampes à essence tous types
415 539 19.08.1910 Régulateur à suspension graduée
548 259 06.03.1922 Réchaud pour fer à friser
558 329 06.11.1922 Bec brise-bise pour lampe à essence
576 549 01.02.1924 Réchaud à alcool inexplosible à gazéification

Autres brevets mentionnés dans les écrits de l’inventeur :

  • brevet de défense sous-marine (offert à la Marine de guerre) ;
  • matelas de sauvetage insubmersible (offert à la Marine de guerre) ;
  • table de nuit salubre et inodore ;
  • palonnier à traction.

Sépulture de la famille Pigeon[modifier | modifier le code]

Charles Pigeon est inhumé avec son épouse Thérèse (morte en 1909) à Paris au cimetière du Montparnasse (22e division), dans une spectaculaire tombe en bronze et en pierre, commandée en 1905[2], sculptée par un artiste anonyme. Les gisants des deux époux y sont représentés en tenue de ville — manteau pour l'un, robe élégante et coiffe pour l'autre —, dans un lit monumental dont le pied richement orné est surmonté d'une plante verte en bronze. Elle est étendue, et lui à demi-allongé à sa gauche, tourné vers elle en appui sur un coude, interrompant les notes qu'il écrivait dans un livre qu'il tient de la main gauche. Des pots à feu en porphyre ornent le chevet. Celui-ci est surmonté par un ange tenant une palme et un flambeau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Pigeon naquit au Mesnil-Lieubray, au lieu-dit La Vente, à une trentaine de kilomètres à l'est de Rouen.
  2. « Monument de la famille Charles Pigeon – Cimetière de Montparnasse – Paris (75014) », sur e-monumen.net.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J.-P. Gabriel, Charles Pigeon, Lampes et réchauds, éditions du Collectionneur, 1993 (ISBN 2909-450-15-5).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]