Charles-Philippe d'Albert de Luynes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles-Philippe d'Albert de Luynes
Titres de noblesse
Duc de Chevreuse
-
Prédécesseur
Honoré Charles d'Albert de Luynes (d)
Successeur
Duc de Luynes
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activité
Famille
Père
Honoré Charles d'Albert de Luynes (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Marie Anne Jeanne de Courcillon de Dangeau (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoints
Louise-Léontine de Bourbon (d)
Marie BrûlartVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Distinctions
Chevalier de l'ordre du Saint-Esprit (d)
Chevalier de l'ordre de Saint-MichelVoir et modifier les données sur Wikidata

Charles-Philippe d’Albert, 4e duc de Luynes (1695-1758), est un pair de France et mémorialiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Paris, paroisse Saint Sulpice, le 29 juillet 1695, fils d'Honoré-Charles d'Albert de Luynes (1669-1704), duc de Chevreuse, et de Marie Anne Jeanne de Courcillon de Dangeau. Il est le petit-fils de Charles-Honoré d'Albert (1646-1712), troisième duc de Luynes.

Son père étant mort jeune, il succède en 1712 à son grand-père comme duc de Luynes.

Pair de France et mestre de cavalerie, il épouse en premières noces, à Paris, paroisse Saint Sulpice, le 24 février 1710, Louise-Léontine de Bourbon (1696-1721), fille du chevalier de Soissons et d'Angélique Cunégonde de Montmorency Luxembourg. Elle est princesse titulaire de Neuchâtel. Ils ont un fils, Marie-Charles-Louis d'Albert de Luynes.

En 1732, il se remarie avec Marie Brûlart, fille de Nicolas Brulart, marquis de La Borde, baron de Sombernon, premier président au Parlement de Bourgogne, et de Marie Bouthillier de Chavigny. Elle était veuve de Louis-Joseph de Béthune, marquis de Charost, brigadier des armées du Roi, tué à la bataille de Malplaquet en 1709.

En 1735, elle devint dame d’honneur de la reine Marie Leszczyńska.

Il fait ainsi son entrée dans cette société intime que la reine appelait ses « honnêtes gens » et entreprit de rédiger un journal des événements historiques et des faits de cour, ouvrage sans mérite ni préoccupation littéraire, mais précieux document pour l’étude de la société aristocratique du temps.

Il meurt au château de Dampierre, le 2 novembre 1758.

Son frère cadet, Paul d'Albert de Luynes, devint cardinal et archevêque de Sens.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Louis Dussieux et Eudoxe Soulié, Mémoires du duc de Luynes sur la Cour de Louis XV (1735-1758), 17 volumes in 8°, Paris, Firmin-Didot frères, 1860-1865.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 1286.
  • Patrick Van Kerrebrouck, La Maison de Bourbon, tome 2, 2004, p. 694-696.

Liens externes[modifier | modifier le code]